186 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Une histoire criminelle de la France , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
186 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

De la Cour des Miracles à la French Connection, de Mandrin à la Brise de Mer, de Pierrot le Fou à Mesrine, des Apaches aux gangs actuels, mais aussi de Fouché aux brigades du Tigre, cet ouvrage témoigne des figures criminelles et aussi policières qui ont marqué leur époque. Au-delà de ces personnalités mythiques et des seuls faits divers, il cherche surtout, en les replaçant dans leur contexte économique et social, à cerner les évolutions et les ruptures pour esquisser une véritable histoire sociale de la France. Condensé des imperfections humaines, le criminel, individu parfois incarné par le pouvoir, est en effet un formidable révélateur des forces et des faiblesses d’une société, nous en apprenant énormément sur nous-mêmes, par ses actes comme par la façon dont nous tentons d’y faire face. Le crime est inhérent à toute société humaine. Et, pourtant, l’histoire montre bien la relativité de la criminalité et ses transformations au cours des siècles. À la persistance de certains comportements à travers le temps répond la variété des crimes, en nombre et en qualité, qui illustrent chaque période. L’histoire du crime, c’est aussi l’histoire d’un pays ! Alain Bauer est professeur de criminologie au Conservatoire national des arts et métiers, à New York et à Pékin. Il a notamment publié une Géographie de la France criminelle. Christophe Soullez est criminologue et chef du département de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Il a notamment publié Violences et insécurité urbaines. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 avril 2012
Nombre de lectures 6
EAN13 9782738180087
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0600€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Les auteurs tiennent à remercier Sylvain Thonier et Aurélien Langlade pour leurs recherches et leurs contributions ainsi que Luc Rudolph et Jean-François Gayraud.
© O DILE J ACOB , AVRIL  2012
15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
EAN : 978-2-7381-8008-7
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
« Le rôle de la police de sûreté est un peu comme le supplice des Danaïdes : lorsque, après mille recherches, elle est arrivée à mettre la main sur les auteurs d’un vol ou d’un crime, il lui faut recommencer à l’instant de nouvelles investigations nécessitées par d’autres méfaits, car la race des criminels ne disparaît jamais entièrement, celui-ci succède à celui-là. Et peut-il en être autrement ? »
Mémoires de Canler ,
ancien chef de la Sûreté (1797-1865).
Le crime et l’histoire :  une incestueuse relation

La loi définit des crimes, des délits et des contraventions auxquels sont associées des peines. La morale affirme des tabous et des punitions. L’éthique impose des règles et des interdictions. La criminalité se définit donc comme l’ensemble des actes prohibés par la loi en vigueur, commis au sein d’un groupe social organisé, sur un territoire donné et au cours d’une certaine période. Avant d’être un sujet d’études sociologiques et criminologiques, la criminalité est donc une affaire humaine, un ressenti social : le marqueur d’une époque. À l’origine, il y a bien sûr la violence, mais aussi toutes les atteintes à la morale publique (souvent religieuse), qu’un groupe social d’abord, puis la société tout entière, incarnée sous la forme de sa représentation légale et parfois légitime, l’État, entend punir. Parfois par vengeance, souvent pour éviter la réitérance et la récidive, ou par souci de prévention.
Le père de la sociologie, Émile Durkheim, parlait du crime comme de : « Ce qui heurte les états forts de la conscience collective. » En ce sens, l’histoire du crime, de la criminalité, c’est l’histoire de la société, de l’évolution des mœurs, et en parallèle, celle de la construction de l’État. L’État, qui, seul, détient le monopole de la violence légitime, qui définit le crime par la loi, qui établit une échelle des peines et se substitue à la vendetta individuelle pour affirmer une sanction collective.
C’est donc le crime, souvent le plus spectaculaire ou le plus médiatique, qui définit la criminalité d’une société et qui influence son évolution. L’État, de plus en plus présent dans la vie quotidienne, établit de nouvelles interdictions, qu’il assortit de sanctions pénales, au fur et à mesure de l’évolution de ses propres intérêts, mais surtout pour répondre à de nouvelles formes de criminalités, car le crime est un phénomène aussi évolutif que protéiforme.
Nous nous sommes efforcés, dans le présent ouvrage, de tracer une histoire sociale qui dépasse les seuls faits divers pour mettre en évidence à la fois des phénomènes continus, avec de grandes lignes-forces, mais aussi des ruptures historiques ou sociétales. S’il est aisé de retrouver la trace des faits divers dans les représentations peintes et dans les textes sacrés, dans les journaux ou les mémoires, du meurtre de Caïn aux éliminations et génocides plus ou moins « justifiés », par les écrits religieux ou politiques, l’écriture d’une histoire criminelle nécessitait un certain nombre de précautions méthodologiques.
La première, et le titre est là pour l’illustrer, c’est qu’il n’existe pas UNE histoire de la criminalité, mais plusieurs. Il faut donc faire le deuil de toute volonté d’exhaustivité pour se concentrer davantage sur ce qui peut être mis en évidence par le sérieux de l’approche historique. Nous ne pouvions retracer dans un seul et même ouvrage plusieurs milliers d’années de crimes, de délits, ou de violences, de manière détaillée. Dix volumes complets n’y auraient pas suffi et de nombreuses sources seraient restées incertaines.
L’histoire de la criminalité relève tout autant de l’histoire personnelle d’hommes, parfois de femmes, criminels, policiers, magistrats, responsables politiques ou chefs d’État, que de l’évolution de textes légaux, pratiques judiciaires, coutumes, et plus simplement, des mœurs et du progrès d’une société. Quelques figures criminelles mythiques ou certaines personnalités policières visionnaires ont marqué durablement des époques de notre histoire. Il est donc apparu incontournable de les mettre en exergue.
Par ailleurs, se pencher sur l’histoire de la criminalité nécessite des sources fiables. Cela implique préalablement de s’intéresser aux textes légaux distinguant ce qui revêt un véritable caractère criminel de ce qui serait seulement la violation d’un tabou. Il y a également l’étude des sources provenant de la police et de la justice, qui sont tout d’abord embryonnaires, avec le commencement de l’édification d’un État de droit. Et puis, il y a le travail cumulatif, sédimentarisé, de tous les chercheurs, historiens, policiers ou journalistes qui ont ouvert la voie. Les universitaires de l’école dite « des Annales », qui ont permis de constituer une abondante histoire de faits divers, qui se poursuit, au quotidien, dans les divers médias disponibles (journaux, télévision, Internet) Claude Gauvard, Michelle Perrot, Anne-Claude Ambroise-Rendu, Jean-Claude Chesnais, Robert Muchembled, Bruno Fuligni, Jean-Marc Berlière côtoient Canler, Lépine, Fouché, ou encore Jérôme Pierrat, Frédéric Ploquin, mais aussi, dans un autre genre, Pierre Bellemare, Christophe Hondelatte ou Jacques Pradel.
La préhistoire et une partie de l’Antiquité sont donc absentes de notre propos. Certes Homère, Titus Livius, Joseph fils de Matthias le Prêtre, dit Flavius Josèphe, et quelques autres font incidemment référence au brigandage, au viol, à l’enlèvement. Mais bien peu hors de Rome, d’Athènes, de Troie ou de Jérusalem. Le champ de cet ouvrage a donc été volontairement concentré sur une période qui permet a minima d’obtenir une grande partie des éléments indispensables à la construction du projet. La période médiévale fournit ainsi une masse d’informations conséquentes et l’inflation des éléments disponibles est quasiment exponentielle jusqu’à nos jours. En fait, selon Xavier Rousseaux, c’est entre 1400 et 1800 que l’histoire de la criminalité s’est véritablement développée. Mais c’est le XVIII e  siècle qui serait véritablement, par excellence, le siècle de l’histoire criminelle.
Au cours de la transition entre l’Antiquité et le Moyen Âge, les mutations historiques, les invasions, les guerres, la lente construction de la nation française, font forcément passer au second plan la perception des phénomènes criminels qui ne sont qu’une facette, parmi bien d’autres, de la dureté de la vie et de la fragilité des temps.
Le Moyen Âge est une période riche, car elle voit émerger progressivement l’idée et la représentation de l’État sous la forme de l’absolutisme royal. De plus en plus légitime, mais reconnu avec plus ou moins de force suivant les siècles, l’État va se sentir le droit et le devoir d’élargir le champ de sa justice, du crime politique au crime de droit commun. Pour autant, les aléas des temps, les peurs millénaristes, les guerres, les Croisades, les calamités, les épidémies… dessinent un monde précaire où la vie humaine est mise en danger tous les jours par bien d’autres phénomènes que le crime, même si les brigands, grandes compagnies, et même les seigneurs, contribuent à l’insécurité de la période. La faim, le froid, la maladie, les disettes, la peste font que la vie est littéralement en suspens. Par ailleurs la violence et l’homicide sont courants. Banalisés, ils forment des modes de régulation de la société issus encore des coutumes de vengeance privée ou, plus simplement, de rites initiatiques de passage à l’âge adulte, dans un monde où les hommes ont besoin de se défendre.
Lentement, le pouvoir tente de reprendre la main et, avec le soutien de l’Église, impose de plus en plus de contrôle à travers la mise en place d’un État centralisé – et de son administration –, de normes et surtout de pratiques judiciaires qui vont progressivement contribuer à réguler la violence. Les hommes, soumis à un contrôle social de plus en plus fort, s’autodisciplinent. Au fur et à mesure que la société se modernise et que l’âge de la mort recule, la violence quotidienne diminue. Pour autant, le crime ne disparaît pas. Il évolue et prend de nouvelles formes. Il sort de l’ordinaire, échappe à la lumière du jour pour devenir plus clandestin.
Toutefois, jusqu’à la Révolution française, la peur et l’insécurité restent omniprésentes. Dans son étude sur les marginaux parisiens ou les truands 1 le médiéviste Bronisław Geremek dresse un portrait très sombre de cette société, ce dont témoigne également Robert Muchembled dans son ouvrage Culture populaire et culture des élites dans la France moderne ( XV e - XVIII e  siècle) . La violence est encore vivace, même si elle tend à régresser. Le duel nobiliaire ou les révoltes paysannes illustrent la survivance de cet usage dans les relations individuelles ou collectives face à des codes imposés et à un État qui aspire à supprimer toutes velléités de dangers intérieurs pour ne se concentrer que sur les ennemis de l’extérieur.
Ce n’est qu’à partir du Consulat que les territoires, villes et campagnes, sont de plus en plus sécurisés. L’État tisse

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text