152 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Réformer le droit du travail , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
152 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Notre Code du travail est doublement inefficace : lourd et complexe, il bride l’activité économique sans pour autant protéger correctement les travailleurs. Sa refondation est donc une impérieuse nécessité. C’est précisément l’objet de ce livre commandité par Terra Nova à Jacques Barthélémy et Gilbert Cette. Leur solution ? Ouvrir largement la possibilité de substituer au maquis des lois et règlements actuels des normes issues de la négociation collective. Décidées au plus près des réalités par les principaux intéressés, ces normes nouvelles seraient plus adaptées, plus protectrices et plus inclusives. Naturellement, elles auraient pour limite les différentes composantes de l’ordre public : le droit supranational, le respect des libertés et droits fondamentaux, les grands principes des droits du travail, syndical, de la sécurité sociale... Mais, au-delà de cette limite, la liberté de contracter collectivement s’imposerait dans l’intérêt de tous. Une véritable révolution copernicienne de notre culture politique et sociale. Jacques Barthélémy est avocat conseil en droit social, fondateur du cabinet Barthélémy Avocats et expert des questions de droit du travail et de protection sociale. Il a été professeur associé à la faculté de droit de Montpellier. Gilbert Cette est professeur d’économie associé à l’université d’Aix-Marseille, expert des questions de croissance, de productivité et de marché du travail.
 Terra Nova est un think tank progressiste indépendant. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 septembre 2015
Nombre de lectures 44
EAN13 9782738165305
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , SEPTEMBRE  2015 15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-6530-5
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
1
Introduction

Depuis les chocs pétroliers des années 1970, la France connaît presque continûment une situation de chômage massif. Sur les trois dernières décennies, soit depuis 1985, le taux de chômage (au sens du BIT) pour l’ensemble des actifs âgés de 15 à 64 ans n’a été inférieur à 8 % que sur sept années qui correspondent à de trop courtes reprises économiques : de 1989 à 1991, en 2001-2002 et en 2007-2008. Pour les jeunes âgés de 15 à 24 ans, il n’a même jamais été, sur cette longue période, inférieur à 15 % et il a souvent dépassé 20 %. Désormais, les adultes de plusieurs générations familiales connaissent des situations de chômage fréquentes et parfois quasi permanentes. Ces difficultés ne frappent pas de façon homogène l’ensemble des actifs : elles concernent essentiellement les moins qualifiés et ceux qui cherchent à s’insérer sur le marché du travail, en particulier les jeunes.
Cette situation résulte d’obstacles structurels à la croissance et à l’emploi (1.1.), et notamment d’une inadaptation actuelle du droit du travail (1.2). Or une meilleure conciliation entre efficacité économique et protection des travailleurs (1.3.) peut être obtenue par le développement d’un droit plus conventionnel issu de la négociation collective (1.4.).

1.1. Les obstacles structurels à la croissance et à l’emploi
La situation de chômage massif quasi continue que connaît notre pays est loin d’être observée dans tous les pays industrialisés. Elle est même assez peu fréquente. Les pays anglo-saxons (par exemple, les États-Unis, le Royaume-Uni et le Canada), les pays rhénans (l’Allemagne, les Pays-Bas et la Belgique) et les pays scandinaves (entre autres, le Danemark, la Finlande et la Suède) ne pâtissent que transitoirement de taux de chômage élevés. De nombreux travaux montrent de façon robuste que la situation française s’explique en grande partie par des institutions inadaptées sur les marchés des biens et du travail. Ces institutions correspondent aux très nombreuses régulations réglementaires qui interviennent dans le fonctionnement du marché du travail (comme par exemple celles contenues dans le Code du travail) et du marché des biens (comme par exemple les barrières à l’entrée et à l’exercice de nombreuses professions protégées). Il est bien évidemment indispensable de réguler ces marchés, mais les régulations qui s’exercent dans notre pays, à la fois nombreuses et de types variés, tendent à freiner la croissance économique et l’emploi parce qu’elles sont inadaptées.
Et ce constat ne vaut pas que pour le chômage. Il éclaire également l’évolution du PIB par habitant de la France qui régresse vis-à-vis de celui de nombreux pays développés, en particulier des États-Unis, depuis le milieu de la décennie 1990. Ici encore, de nombreux travaux montrent de façon robuste que cette paupérisation relative s’explique en grande partie par des institutions, autrement dit des régulations, inapropriées sur les marchés des biens et du travail. Celles-ci brident le dynamisme économique, par exemple via une moindre mobilisation dans les entreprises des technologies de l’information et de la communication (les TIC) les plus avancées 1 .
Certains observateurs persistent pourtant à attribuer toute situation de chômage massif à une insuffisance de la demande et recommandent en conséquence une augmentation des dépenses publiques. En s’abstenant de toute considération structurelle, une telle analyse a l’avantage de la simplicité, mais elle présente aussi l’inconvénient d’être simpliste et de nier les aspects factuels les plus évidents. Évoquons-en deux, particulièrement significatifs :
Tout d’abord, depuis la fin des années 1990, le solde courant (pour faire simple, le commerce extérieur) de la France se dégrade et il est négatif depuis 2002. Certes, la baisse du prix du pétrole améliore la situation depuis la mi-2014, mais qui peut croire que la situation de bas prix du pétrole n’est pas transitoire ? Or le déficit courant que connaît la France signifie que la demande domestique se tourne souvent vers des produits importés faute de rencontrer auprès des producteurs résidents une offre suffisamment compétitive. Dans ce contexte, une relance de la demande domestique par une augmentation des dépenses publiques a toutes les chances de profiter d’abord aux producteurs étrangers. Autrement dit, le déficit courant structurellement négatif résulte du fait que la demande adressée aux producteurs résidents en France est supérieure à leur offre compétitive. De fait, la France ne pâtit pas d’un déficit de demande mais plutôt d’une insuffisance structurelle de son offre compétitive.
Ensuite, la situation structurellement déficitaire des finances publiques témoigne d’une intervention très forte de l’État et, plus largement, des administrations publiques pour soutenir la demande. Sur les trois dernières décennies, la dette publique (exprimée en pourcentage du PIB) a continûment augmenté, sauf en 1999 ! Tôt ou tard, l’indispensable désendettement public, qu’il soit spontané ou plus ou moins contraint par nos engagements européens, pèsera fortement à la baisse sur la demande.
Ces deux illustrations montrent, comme l’ont analysé Aghion, Cette et Cohen 2 , que des représentations erronées de la situation empêchent la réalisation d’un diagnostic partagé qui permettrait l’élaboration et la mise en œuvre de politiques appropriées. Il faut « changer de modèle » : alors que la France n’a plus de marges de manœuvre pour faire jouer un rôle significatif à la dépense publique, il faut développer l’offre compétitive plutôt que stimuler la demande.
Les régulations qui brident la croissance économique et l’emploi sont nombreuses. Nous n’évoquerons dans ce rapport que celles concernant le marché du travail et qui font partie des plus importantes. Plus précisément, nous nous concentrerons sur les régulations induites par le droit social et, en particulier, par le droit du travail. D’autres régulations, en particulier celles qui concernent le marché des biens, ne seront donc pas abordées. Nous n’évoquerons également que de façon très accessoire d’autres régulations et interventions publiques sur le marché du travail qui contribuent aussi à brider la croissance et l’emploi, par exemple la formation professionnelle ou la gestion paritaire de la couverture de certains risques comme le chômage. Mais il faut garder à l’esprit qu’une stratégie de réformes ambitieuse devrait englober ces différents domaines.

1.2. L’inadaptation actuelle du droit du travail
Le droit du travail – et plus généralement le droit social – est protecteur ou il n’est pas. Il tire en effet son identité d’une relation contractuelle déséquilibrée entre l’employeur et le salarié. De ce fait, le contrat ne peut seul faire la loi des parties : des mesures doivent être adoptées pour protéger la partie faible, le salarié, ou pour corriger les effets négatifs de ce déséquilibre. À cause de ce déséquilibre, la volonté exprimée par les parties ne suffit pas à définir seule la relation contractuelle entre employeur et salarié.
En ce domaine, des différences devraient être faites suivant le degré d’autonomie et donc de responsabilité du travailleur, l’équilibre de la relation contractuelle croissant avec l’autonomie et le niveau de responsabilité. Il résulte de la situation actuelle, où ces différences ne sont pas établies, une surprotection du salarié qui en a le moins besoin, par exemple le cadre supérieur, voire dirigeant, qui a la capacité de négocier son contrat dans une situation d’équilibre et qui en plus bénéficie d’un filet protecteur conçu initialement pour l’ouvrier. Il en résulte aussi une protection insuffisante, ou à tout le moins inadaptée, des moins qualifiés ainsi qu’une absence de protection du sous-traitant, du franchisé, du membre de réseau…
Il faut aussi souligner que la répartition des travailleurs en deux blocs – les salariés et les indépendants – n’est plus pertinente, car cette distinction repose uniquement sur l’existence ou non d’une subordination juridique alors que la dépendance économique affecte également l’équilibre contractuel. Or cette dépendance économique justifie aussi un arsenal protecteur, mais distinct de celui du salarié ordinaire et adapté à cette situation. Cela suggère une réflexion sur le concept de parasubordination , autrement dit de subordination économique, que connaissent nombre d’États européens, en particulier l’Italie et l’Allemagne.
Dans l’accord collectif négocié et conclu entre partenaires sociaux, la relation est évidemment moins déséquilibrée en raison d’un côté du rôle et de l’indépendance des syndicats qui agissent légalement au nom de l’intérêt des salariés, de l’autre des rapports de force qui peuvent se créer, notamment par le conflit collectif. On peut même estimer que l’équilibre contractuel peut y être total si l’on tient compte d’une part du niveau de négociation (l’équilibre est plus effectif dans la branche que dans l’entreprise), d’autre part de la taille de l’ensemble économique concerné (la situation n’est pas la même dans un grand groupe que dans une PME).
Il faut donc s’intéresser aux moyens de favoriser l’équilib

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text