40 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Procédure civile (3ème édition) , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
40 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cette Lexifiche aborde de façon claire et synthétique une matière essentielle du cursus en droit : la procédure civile. Elle permettra aux étudiants en droit ainsi qu’aux personnes qui préparent les concours judiciaires (ENM, CRFPA, ENG notamment) d’appréhender les principes qui régissent le procès civil, les acteurs et juridictions, le déroulement d’une instance au civil, etc.

Informations

Publié par
Date de parution 09 décembre 2021
Nombre de lectures 72
EAN13 9782356449153
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

FICHE INTERACTIVE Flashez pour découvrir toutes les évolutions législatives et jurisprudentielles Code d’accès : Lexifiche48
3. LE DROIT SPÉCIAL DU PROCÈS CIVIL A. Les procédures devant les juridictions de première instance B. Les procédures devant les juridictions supérieures
1. LE DROIT AU PROCÈS CIVIL A. L’accès au juge civil B. L’action en justice
2. LE DROIT COMMUN DU PROCÈS CIVIL A. L’évitement du procès civil : les MARD B. Le déroulement du procès civil : l’instance C. Le dénouement du procès civil : le jugement D. Le renouvellement du procès civil : les voies de recours
Cette Lexifiche vous permettra d’aborder une matière essentielle du cursus en droit. Elle offre aux étudiants comme aux personnes qui préparent des concours (ENM, CRFPA, ENG notamment) une vision claire et synthétique de la procédure civile : juridictions, acteurs, principes du procès civil, etc.
INTRODUCTION
PROCÉDURE CIVILE
e 3 édition
www.lexifiche.com
© Paul / Adobestock
Cédric TAHRI
1
INTRODUCTION
A. LA DÉFINITION DE LA PROCÉDURE CIVILE
Souvent considérée comme « l’enfant terrible de la famille juridique » (S. Guinchard) en raison de sa complexité, la procédure civile s’entend généralement d’un ensemble de formalités dont l’accomplissement permet au titulaire d’un droit de faire respecter ses prérogatives devant une juridiction civile. À travers cette définition, on perçoit que la procédure civile est un droit « sanctionnateur », par opposition aux droits « substantiels » (ex. : droit civil, droit commercial, etc.) dont elle assure la réalisation. On parle aussi de droit « servant », au service des autres droits. On perçoit également que la procédure civile a un caractèreformalisteetimpératif. D’une part, la procédure civile est par essence un droit formaliste dans la mesure où elle s’entend de l’accomplissement dans les délais impartis d’actes sous des formes déterminées. Ce formalisme procédural a pour objectif de garantir un procès équitable en protégeant le justiciable tant contre les manœuvres dilatoires de son adversaire que contre l’arbitraire du juge. D’autre part, les règles de procédure civile sont fortement teintées d’ordre public, c’est-à-dire qu’en principe les parties ne peuvent les modifier ou y déroger par le jeu de conventions. Cependant, toutes les règles procédurales n’ont pas le même degré d’impérativité de sorte que la volonté des parties est parfois prise en compte (ex. : en matière de compétence juridictionnelle).
B. LES SOURCES DE LA PROCÉDURE CIVILE
Au niveau national, en application des articles 34 et 37 de la Constitution du 4 octobre 1958, l’essentiel des règles de procédure civile relève du domaine règlementaire, exceptions faites du statut de la magistrature (ordonnance n° 58-1270 du 22 décembre 1958) et de la création de nouveaux ordres de juridiction (ex. : loi du 9 septembre 2002 créant les juridictions de proximité) qui nécessitent une loi. L’intérêt majeur réside dans la souplesse de la procédure d’élaboration des règles par voie règlementaire (décret du pouvoir exécutif), malgré le contrôle de légalité exercé par le Conseil d’État.
Ainsi, le code de procédure civile actuel, qui a succédé au Code de procédure napoléonien de 1806, a pour origine le décret n° 75-1123 du 5 er décembre 1975. Entré en vigueur le 1 janvier 1976,il est le fruit des travaux d’une commission présidée par l’ancien garde des Sceaux Jean Foyer et composée d’éminents juristes de
2
l’époque, parmi lesquels Gérard Cornu et Henri Motulsky. Ces travaux ont abouti à la publication de plusieurs décrets entre 1971 et 1973 qui ont ensuite été codifiés et complétés par le décret de 1975. Depuis lors, le code de procédure civile a été maintes fois réformé.
Il existe également dessources non écritesD’unle rôle doit être souligné.  dont côté,la jurisprudenceest essentiellement, qui l’œuvre de la Cour de cassation, interprète les textes et crée parfois de nouvelles règles[ex. : le principe de concentration des moyens est né de l’arrêtCesareorendu par l’Assemblée plénière de la Cour de cassation le 7 juin 2006]l’autre,. De la pratique, définie comme l’ensemble des manières habituelles de procéder (ou usages du Palais), joue un rôle reconnu et le législateur la valide ponctuellement (ex. : la technique de la passerelle consacrée à l’article 811 CPC ; la pratique du recours par le juge à un tiers appelé
amicus curiae,reprise à l’article L 431-3-1 COJ). On constate d’ailleurs un essor des « protocoles de procédure » signés entre les présidents de juridiction et les représentants des auxiliaires de justice (avocats, huissiers), preuve d’une contractualisation rampante de la justice. Il existe enfin dessources supranationales, tant mondiales (Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966, Convention internationale des droits de l’enfant de 1989) qu’européennes (Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales de 1950, Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne de 2000, règlements européens), qui traduisent l’émergence de principes processuels fondamentaux à l’échelle internationale.
 Amicus curiae
Dans ce contexte, il peut paraître paradoxal de parler aujourd’hui de« constitutionnalisation de la procédure civile »Guinchard) (S. dans la mesure où cette matière est d’origine essentiellement règlementaire et échappe par voie de conséquence au contrôle du Conseil constitutionnel qui porte sur la constitutionnalité des lois. Pour autant, il faut retenir que le Conseil constitutionnel interprète les dispositions de l’article 34 de la Constitution de façon extensive (ex. : la création d’une juridiction nouvelle est assimilée à celle d’un ordre de juridiction) et reconnaît valeur constitutionnelle à certains principes processuels tels que le droit à un recours effectif au juge, le droit à l’égalité devant la justice, le respect des droits de la défense, etc.
Originaire du droit anglais, l’amicus curiae(ou « ami de la Cour ») est une personnalité bénévole qui fournit au juge toutes les observations propres à l’éclairer et l’aide donc dans sa prise de décision. Mais son opinion ne lie pas le juge. Ce n’est ni un témoin, ni un expert judiciaire et encore moins un avocat ou un représentant des parties. C’est un consultant exceptionnel. Par exemple, avant de rendre son arrêt sur les mères porteuses, la Cour de cassation a consulté le président du comité consultatif national d’éthique[Cass. Ass. plén., 31 mai 1991, n° 90-20.105].
C. LES ÉVOLUTIONS CONTEMPORAINES  DE LA PROCÉDURE CIVILE
e La justice civile du XXI siècle est encrise :« Crise de confiance, crise de croissance, crise de conscience », comme l’a justement résumé le juriste François Terré. Ainsi, la croissance du nombre d’affaires à traiter, symptomatique d’une « société contentieuse » (L. Cadiet), ne s’est pas accompagnée d’une augmentation corrélative des moyens matériels et humains, entraînant un engorgement des tribunaux et une certaine lenteur de la justice (devant le TGI, le délai de jugement dépassait les 11 mois en 2016, selon les chiffres du ministère de la Justice). Il en résulte un développement des recours en responsabilité de l’État pour fonctionnement défectueux du service public de la justice et, partant, une image écornée de l’institution judiciaire.
3
Face à cette situation,le législateur contemporain dispose d’une marge de manœuvre réduite dans un contexte de crise budgétaire. En effet, si les crédits alloués à la justice progressent depuis ces dernières années (environ 9 milliards d’euros en 2022, soit + 8 % par rapport àl’année précédente, selon les chiffres du ministère de la Justice), ils demeurent nettement insuffisants au regard des besoins. Selon un classement réalisé par la Commission européenne, la France fait partie des mauvais élèves avec deux fois moins de juges que la moyenne européenne, quatre fois moins de procureurs et deux fois moins de greffiers.
L’accent est donc mis aujourd’hui sur une approche rationalisée de la procédure civile,
voire sur une recherche de l’efficience au-delà de la simple efficacité. Pour parvenir à cet objectif, plusieurs pistes sont explorées : une meilleure gestion des flux et des dossiers afin d’accélérer le règlement des affaires civiles (ex. : le décret n° 2017-892 du 6 mai 2017 structure et modélise les écritures des parties pour faciliter le travail d’examen des dossiers par le juge), la poursuite de la dématérialisation des procédures initiée par un décret du 28 décembre 2005, le développement des modes alternatifs de règlement des différends (MARD), le recentrage du juge sur sa mission première (trancher les litiges) par la déjudiciarisation de certains contentieux (V. les rapports Guinchard (2008), Delmas-Goyon et Marshall (2013) ;ex. : la loi n° 2016-1547 du 18 novembre 2016, dite « J21 »,introduit le divorce par consentement mutuel sans juge et supprime l’homologation judiciaire en matière de surendettement), le recours à l’intelligence artificielle et aux outils de justice prédictive, etc. Mais cette rationalisation de la procédure civile ne doit pas nuire à la qualité de la justice rendue. En particulier, elle doit être conciliée avecla protection des droits fondamentaux des justiciablesvrai que la procédure. Il est civile s’est progressivement construite autour d’un modèle universel, celui du procès équitable. C’est ainsi que de nouveaux principes directeurs, structurants, tels que la loyauté, la célérité et le dialogue, émergent et
sont annonciateurs d’une future « démocratie procédurale » (S. Guinchard). Parallèlement, l’accès au droit et à la justice est favorisé : mise en place de l’aide juridictionnelle (1991) et de l’action de groupe (2014), instauration de la procédure de réexamen en matière civile (2016), généralisation des services d’accueil unique du justiciable (SAUJ) par la loi J21, mise en œuvre du projet de transformation numérique Portalis avec notamment la création du site informatif justice.fr (2016) et l’ouverture du portail applicatif du justiciable (2019), simplification de l’organisation juridictionnelle (suppression des juridictions de proximité en 2017 et des tribunaux des affaires de sécurité sociale en 2019), etc.
L’équilibre entre ces deux impératifs est au cœur des débats entourantla loi n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice(voir synthèse en ligne) et ses décrets d’application tels que le décret n° 2019-1333 du 11 décembre 2019 réformant la procédure civile. En effet, s’inspirant des préconisations du rapport « Amélioration et simplification de la procédure civile » rédigé par Fr. Agostini et N. Molfessis (2018), la réforme poursuit ces deux objectifs, mais elle réduit également le périmètre d’intervention du juge. Certains y voient une « déshumanisation » de la justice, l’accès au juge étant de plus en plus restreint.
Présenté au Conseil des ministres du 14 avril 2021 par le ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti,le projet de loi pour la confiance dans l’institution judiciaireest en cours d’examen au Parlement. Il prévoit notamment : -Enregistrement et diffusion des audiences civiles :celles-ci pourront êtreenregistréessur autorisation « pour un motif d’intérêt général » et, si elles ne sont pas publiques, l’accord des parties sera requis. Par ailleurs, les audiences relatives à des affaires définitivement jugées pourront êtrediffuséessur le service public, avec l’accord et dans le respect des droits des parties (droit à l’image, présomption d’innocence, droit à l’oubli, etc.). Les audiences publiques devant la Cour de cassation pourront être diffusées en direct selon les mêmes modalités. -Renforcement de la déontologie des professionnels du droitavec en particulier la mise en place de codes de déontologie. -Création d’un Conseil national de la médiationchargé d’encadrer et de promouvoir l’activité de médiation. -Octroi de la force exécutoire aux transactions et aux actes constatant un accord issu d’un MARD dès lors qu’ils sont contresignés par les avocatsde chacune des parties et revêtus de la formule exécutoire par le greffe de la juridiction compétente (consécration de l’une des propositions du rapport Perben de juillet 2020).
4
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text