110 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Pour la République européenne , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
110 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’Europe a inventé la démocratie ; elle ne se l’applique pas à elle-même ! Elle doit donc trouver un nouveau cap. Face aux nouvelles puissances et à des défis désormais mondialisés, l’Union demeure un directoire d’États-nations. Pour éviter que l’archipel des nations ne retourne à l’impuissance et à l’incantation populiste, ce livre appelle à un gouvernement responsable devant l’ensemble des citoyens européens. L’urgence s’invite : le « non » irlandais, la crise du capitalisme financier ou la guerre en Géorgie. Pourtant, à l’échelle de notre continent en panne, la coalition traditionnelle des conservateurs et des néolibéraux bloque l’espoir européen. En France, la gauche reste silencieuse depuis le référendum de 2005. Dans le piège de l’Europe sans légitimité, Nicolas Sarkozy renoue avec une diplomatie de court terme. Seule une nouvelle alliance progressiste et moderne, retrouvant l’énergie des fondateurs, permettra de redonner force au désir d’Europe. Les vraies raisons de la crise européenne, les voies pour en sortir. Christian Paul, député socialiste de la Nièvre et ancien secrétaire d’État à l’Outre-Mer, est membre de la délégation pour l’Union européenne de l’Assemblée nationale française. Stefan Collignon, professeur d’économie politique à Londres, Harvard, puis Pise et ancien haut fonctionnaire allemand, préside l’Association pour la démocratie européenne.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 octobre 2008
Nombre de lectures 0
EAN13 9782738193735
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,1050€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

STEFAN COLLIGNON
CHRISTIAN PAUL
POUR LA RÉPUBLIQUE EUROPÉENNE
 
 
« La 6 e République » Collection dirigée par Thomas Clay
© Odile Jacob, janvier 2008 15, rue Soufflot, 75005 Paris
ISBN : 978-2-7381-9373-5
ISSN : 1777-4446
www.odilejacob.fr
Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5, 2° et 3° a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Table

Introduction
PREMIÈRE PARTIE
Chapitre  1
La démission de la politique : l’offensive néolibérale
Le libéralisme dans un seul pays
Les conflits de valeurs en Europe
Les grands clivages politiques
Libéralisme et socialisme dans le projet européen
La question de l’État
L’Europe en danger
Chapitre 2
Des modèles, pas un modèle
Des chocs structurels : globalisation, démographie, mode de production
L’impossible compromis social européen
Chapitre 3
La panne démocratique de l’Europe
La faiblesse politique de l’Europe
Le choc de l’élargissement
Chapitre 4
Un constat de faillite
Le dépérissement de l’État
Repli identitaire et regain de nationalisme
Chapitre 5
À la source des populismes
L’Europe des citoyens contre l’Europe des peuples
DEUXIÈME PARTIE
Chapitre 6
Le citoyen au sein de la République
Les leçons modernes du fédéralisme
Le périmètre de la refondation : un premier cercle ouvert
Chapitre 7
La défense européenne
La politique étrangère
La sécurité intérieure
Les politiques économiques sectorielles
La politique de stabilisation macroéconomique
La protection du climat et l’énergie
Chapitre 8
Naissance d’un peuple européen
Le vote et le choix
Pour un débat public transnational
Pour un espace public européen
Chapitre 9
Faut-il une constitution ou un nouveau traité ?
Pour une démocratie parlementaire
Un gouvernement européen responsable devant le Parlement
La représentation des États
Pour un impôt européen
Chapitre 10
Sprint ou course de fond ?
Une alliance pour le progrès de l’Europe
Conclusion. Lettre aux citoyens de la République européenne
ANNEXES
Notes
Introduction
Chapitre premier Quand les forces conservatrices et néolibérales bloquent l’Europe
Chapitre 2 Les modèles européens à l’épreuve de la mondialisation
Chapitre 3 L’impuissance publique de l’Europe
Chapitre 4 Malaise dans l’État-nation
Chapitre 5 La montée des populismes
Deuxième partie Les ressorts de la démocratie européenne
Chapitre 6 La République européenne, une et divisible
Chapitre 7 Les biens communs de l’Europe
Chapitre 8 Le sacre du citoyen européen
Chapitre 9 Une constitution pour la République européenne
Chapitre 10 Prochaine étape, la nouvelle alliance
Conclusion Lettre aux citoyens de la République européenne
Annexes
Remerciements
Introduction
Aux citoyens de nos pays, devenus citoyens européens, nous proposons un nouveau projet pour la construction de l’Europe de demain. Nous l’appelons la République européenne. Reprenant la belle et forte parole de Willy Brandt, nous voulons « oser plus de démocratie », pour rendre l’Europe plus efficace et plus légitime.
Les défis bien visibles devant nous, les risques inédits du futur exigent, en ce temps de désillusion du politique, l’ardeur des fondateurs de l’Europe. Il ne s’agit pas seulement de défendre cette aventure politique sans précédent, mais de lui donner un nouvel horizon.
La démocratie offre le seul levier qui permettra aux Européens de se réconcilier durablement avec l’Europe. Mais comment faire naître le processus qui engagera l’Europe sur la voie de la démocratie ? Telle est la question posée par ce livre, à laquelle nous croyons urgent que notre siècle réponde.
L’Europe, cinquante ans après le traité de Rome, reste écartelée entre plusieurs destinations. Élargie à vingt-sept États membres, elle a de plus en plus de mal à se gouverner. Le projet européen n’a jamais appelé à la disparition des nations, mais il a voulu dès les origines répondre à l’impuis sance des États. L’Europe, qui a inventé la démocratie, ne se l’applique pas à elle-même. L’Union ne fonctionne pas comme une démocratie authentique : elle demeure un directoire d’États-nations que prolonge à Bruxelles une gouvernance désincarnée. Nous devons bien constater que, si l’Europe ne « traite » pas sérieusement « sa » question démocratique, il sera illusoire de réclamer de grandes avancées pour le progrès social ou la sécurité de notre continent.
C’est pourquoi nous proposons au débat public la République européenne. Le sens que nous lui donnons répond à l’angoisse des citoyens qui se voient étrangers aux affaires qui les concernent.
Dans la première partie de ce livre, nous faisons l’analyse des crises qui sont durables et des impasses que nous espérons provisoires, sans céder au pessimisme. La deuxième partie propose une nouvelle Europe, une Europe démocratique. Dans la République européenne que nous appelons de nos vœux, le suffrage universel oriente les grands choix faits pour les biens communs des Européens, de l’économie à la défense, de l’écologie à la diplomatie.
Un gouvernement européen enfin responsable, un Parlement reconnu, une souveraineté et une citoyenneté nouvelles qui émergent : voilà notre perspective et, sans nier la diversité des orientations et des cultures nationales, nous verrons ces différences s’apprivoiser encore mieux quand une légitimité démocratique s’affirmera à l’échelle de l’Europe.
Les propositions faites ici cheminent depuis plusieurs années, avant même le jour où « la France a dit non » à la Constitution européenne 1 . Passé le référendum français, il devenait plus urgent encore de les soumettre au débat. En effet, ce moment douloureux et révélateur paraissait derrière nous, mais l’idée européenne, comme tombée à terre, quittait le premier plan. Le traité de Lisbonne, dit « simplifié » –  au moins dans les discours –, venait comme pour solder l’épisode, à bas bruit. Soudain, le « Non » irlandais de juin 2008 vint brutalement rappeler que l’Europe hésite, et que les doutes sont solidement enracinés. Les arrangements vite conclus, même nécessaires, ne valent pas réponse durable, sur le fond. Les dirigeants européens viennent de le vérifier une fois encore.

Europe, l’aventure enlisée
L’interrogation sur la suite à donner à l’aventure européenne nous tenaille. Rien ne vient éteindre l’inquiétude, elle est plus que jamais partagée au moment où nous écrivons ces lignes.
L’Europe s’est bâtie progressivement, en triomphant d’obstacles jugés infranchissables. Pour notre continent divisé et ravagé par les guerres, l’aventure paraît extraordinaire, ses buts et bénéfices nombreux. Si le fantôme de la guerre ne hante plus le sol de l’Europe, il reste à combattre ou à réparer, en urgence, les désordres du monde.
Pourtant, l’Europe traverse une crise profonde aux racines multiples, une crise institutionnelle, politique et économique remettant en cause la légitimité de sa construction.
Ces interrogations qui agitent l’Europe depuis de longues années n’ont cessé de passer au crible les institutions européennes, les valeurs partagées par les Européens et le contenu des politiques communautaires. Aujourd’hui, tel un papillon trop longtemps confiné dans une relative obscurité, l’Union européenne peine à affronter la lumière crue jetée sur elle par les doutes qui s’expriment sur ses choix, ses modes de décision et ses dirigeants.
Le temps est donc venu de faire un pas de plus, pour qualifier réellement ce moment, cette crise d’identité démocratique, permanente et paralysante, contre les interprétations dominantes, mais superficielles, véhiculées par tant d’experts dans les capitales européennes. Si l’opinion publique devient plus critique, ce n’est parce que les Européens boudent l’Europe par nationalisme indéfectible. Ce n’est pas que l’espace national resterait à jamais l’horizon unique des choix démocratiques.
Non, l’Europe soulève moins d’enthousiasme car les citoyens n’ont pas le sentiment de peser sur les politiques européennes. Les raisons de cette crise sont à chercher dans la démission des politiques, conséquence directe de l’impuissance structurelle des bureaucraties et des orientations néolibérales. Cette démission produit des répercussions sur les plans économique et social, et nourrit les populismes.
La défiance contemporaine à l’égard de la politique germe à la vue de l’impuissance des États-nations sommés de défendre leurs modèles sociaux, et grandit quand ils sont confrontés à la mondialisation et à la faiblesse de l’Europe. Cette situation signe la nécessité pour l’Europe d’accéder à la puissance et de gérer au mieux les biens collectifs des Européens.
Nous sommes convaincus que si l’Europe ne modifie pas ses orientations, l’Union, malgré ses acquis extraordinaires, ne survivra pas. Avec elle, disparaîtraient les chances historiques d’une politique de civilisation qui affronte les chocs démographiques, écologiques et sociaux de notre temps 2 . Il est temps de rendre aux citoyens le pouvoir de délibérer et de décider des grandes orientations de la politique européenne.

Une démocratie européenne à construire
Europe bloquée réclame mécaniciens ! Pour comprendre le blocage auquel se livrent conservateurs et néolibéraux, nous mettons en évidence les repères idéologiques dans lesquels l’unification de l’Europe a baigné depuis deux siècles. Ces repères nous aideront ensuite à développer une stra

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text