387 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
387 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

À Montréal, au début des années 2000, une série d’événements violents mènent à d’importantes opérations policières qui, jumelées à un grand battage médiatique, propulsent à l’avant-scène les gangs de rue. Jusque-là considérés comme de la petite délinquance et essentiellement associés aux difficultés d’intégration des nouveaux immigrants, ces groupes apparaissent comme une nouvelle menace à la sécurité publique. Qu’en est-il vraiment ? Curieusement, il n’existe aucun consensus quant à la définition du phénomène, même si certaines caractéristiques – la jeunesse des membres, le caractère illégal des activités ou l’identité commune – se retrouvent dans tous les cas de figure. Comment prévenir et traiter ce phénomène ? Dans cet ouvrage, des criminologues et d’autres spécialistes chevronnés font un tour d’horizon des aspects liés à cette forme de criminalité déjà bien installée dans plusieurs pays, mais dont l’existence au Québec commence à peine à être admise et comprise.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 janvier 2014
Nombre de lectures 1
EAN13 9782760632523
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Sous la direction de Jean-Pierre Guay et Chantal Fredette

LE PHÉNOMÈNE DES GANGS DE RUE

Théories, évaluations, interventions

Les Presses de l’Université de Montréal
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Le phénomène des gangs de rue: théories, évaluations, interventions (Paramètres) Comprend des références bibliographiques. ISBN 978-2-7606-3250-9 1. Bandes de jeunes (Criminologie) I. Guay, Jean-Pierre, 1972- . II. Fredette, Chantal. III. Titre. IV. Collection: Paramètres. HV6437.G36 2014 364.106’6 C2014-941752-4 ISBN (papier): 978-2-7606-3250-9 ISBN (pdf): 978-2-7606-3251-6 ISBN (epub): 978-2-7606-3252-3 Dépôt légal: 1 er trimestre 2014 Bibliothèque et Archives nationales du Québec © Les Presses de l’Université de Montréal, 2014 www.pum.umontreal.ca Les Presses de l’Université de Montréal reconnaissent l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour leurs activités d’édition. Les Presses de l’Université de Montréal remercient de leur soutien financier le Conseil des arts du Canada, la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) et le Centre pour l’étude de la citoyenneté démocratique.
Introduction
Un état francophone des connaissances sur le phénomène des gangs de rue
Jean-Pierre Guay et Chantal Fredette
Depuis de nombreuses années, les gangs de rue constituent une importante préoccupation dans les milieux communautaires, scolaires, sociaux, judiciaires et académiques. Depuis les premiers travaux de Frederic M. Thrasher au début du 20 e siècle, les recherches sur ce sujet n’ont cessé de croître pour littéralement exploser depuis vingt ans. Des thèmes aussi variés que la formation, la composition et la structure des gangs de rue, les caractéristiques personnelles et sociales des personnes qui les composent, leurs activités délinquantes et les stratégies d’action pour faire face au phénomène sont traités, année après année, par des scientifiques de tous horizons: sociologues, criminologues, psychologues, ethnographes et anthropologues. Alors que la recherche américaine remonte à plus d’un siècle, celle menée au Québec et au Canada est beaucoup plus récente et moins documentée, et les écrits sont encore relativement rares. Ils sont toutefois de plus en plus nombreux et la nécessité de faire le point, en français, sur la production et l’évolution du savoir sur le phénomène s’impose.
Ce traité se veut le premier ouvrage francophone sur la question et réunit une trentaine de spécialistes – professeurs, chercheurs, praticiens et étudiants – québécois, canadiens, américains et européens qui présentent le résultat de leurs travaux et le fruit de leurs réflexions, en jetant un regard renouvelé sur ce phénomène. Vitrine des meilleurs travaux québécois, il témoigne de la diversité de la production scientifique, tant au point de vue de sa forme que de son contenu et offre un accès aux écrits anglo-saxons des auteurs les plus prolifiques et influents du domaine. De plus, ce livre d’introduction intègre au sein d’un seul et même ouvrage les savoirs utiles pour la formation des étudiants et des différents acteurs de tous les milieux concernés par la question et soucieux d’en connaître davantage.
Les questions relatives aux définitions et aux mesures du phénomène, à ses manifestations sur le plan national et international, ainsi que les activités délinquantes et la violence qui lui sont associées sont abordées, puis est exposée la manière dont les médias de l’ère internet traitent le phénomène. La culture des groupes, les profils personnels et sociaux des personnes qui les fréquentent, leurs familles, ainsi que l’expérience singulière des filles sont présentés. Une grande place est accordée aux troubles de santé mentale chez les délinquants associés aux gangs, aux risques qu’ils prennent tous les jours et aux facteurs de protection et d’intégration sociale – des thèmes qui ne bénéficient pas encore de tout l’intérêt qu’ils méritent.
Un regard est aussi jeté sur les politiques publiques, de la répression à la prise en charge pénale des contrevenants, et, plus précisément, sur les questions fondamentales de la cueillette de renseignements sur les gangs et de leur utilité. Le livre aborde également la «preuve de gang» présentée devant les tribunaux, l’évaluation des risques de récidive criminelle, les gangs en établissement de détention et l’efficacité des stratégies pour contrer le phénomène. Enfin, un état des connaissances sur les stratégies de prévention, de réadaptation et de réinsertion sociale est dressé et c’est dans cette section qu’on pourra lire une analyse de l’approche globale et intégrée «Comprehensive Community-Wide Program Approach», qui inspire de multiples initiatives d’intervention aux États-Unis, au Canada et au Québec. Son auteur, feu Irving A. Spergel, au nombre des plus grands experts de la question des gangs en Amérique du Nord, expose avec beaucoup d’humilité les résultats d’expérimentation de son modèle et les leçons qu’il faut en tirer.
Ce traité n’a toutefois pas la prétention d’être un ouvrage exhaustif, mais, même incomplet, il est le reflet des efforts dynamiques et constants, et surtout pluralistes, de la communauté scientifique et de celle des praticiens qui veulent comprendre le phénomène et contribuer aux débats d’idées déjà engagés par d’autres ouvrages. Il fait fièrement état de travaux variés, parfois contradictoires, mais tous originaux et contemporains sur un phénomène extrêmement complexe.
Le lecteur attentif notera probablement une certaine constante dans cet ouvrage: l’incertitude, parfois très explicite, sur ce que sont, véritablement, les gangs de rue. Doit-on parler de groupes fondamentalement différents d’autres associations de délinquants? De groupes composés de délinquants fondamentalement différents d’autres délinquants? De groupes qui justifient des interventions, quelle que soit leur nature, fondamentalement différentes de celles dédiées à la lutte contre la délinquance de manière plus générale? Et s’il existe des différences, est-ce qu’elles relèvent des groupes eux-mêmes (structure, leadership) ou des individus qui les composent (personnalité, attitudes, historique de vie)?
L’analyse des travaux sur le phénomène des gangs de rue présentée dans cet ouvrage permet d’identifier au moins cinq préoccupations importantes: 1) les enjeux relatifs à la définition et à la mesure et leurs retombées cruciales pour la pratique; 2) la faiblesse des démarches méthodologiques remettant en question la validité de certaines décisions prises pour contrer le phénomène; 3) l’étonnante rareté des efforts visant à s’attarder au processus même d’affiliation et à la fluctuation de l’engagement dans les gangs dans le temps; 4) la lecture du problème presque exclusivement orientée vers la notion de risque dans l’explication de l’engagement dans les gangs de rue ou l’impact de ces groupes sur la délinquance de leurs membres, avec peu d’égard pour d’autres variables importantes de l’expérience des gangs telles que les facteurs de protection, la santé mentale, la prise de risques et l’adhésion à la culture des gangs de rue; 5) les effets encore modestes des stratégies d’intervention qui tiennent, pour plusieurs, à la difficulté à métaboliser les acquis théoriques en une stratégie d’intervention conforme et adaptée.
Ces constats nous ramènent aux préoccupations soulevées par Guay, Fredette et Dubois au chapitre 1 et qui sont évoquées par plusieurs autres collaborateurs: est-ce que les gangs de rue existent véritablement comme des entités fondamentalement différentes d’autres groupes criminels? À l’évidence, les multiples efforts pour en arriver à une définition acceptée de tous et pour ses dérivés (membre de gang et crime de gang) n’ont toujours pas donné de réponse satisfaisante à cette question pourtant essentielle. Cela explique sans doute les variations, parfois très marquées, entre les résultats des divers travaux sur le sujet.
On ne peut, par ailleurs, passer sous silence le fait que d’importantes ressources humaines et financières ont été investies au cours des deux dernières décennies, en Amérique du Nord particulièrement, pour faire face à ce phénomène, sur la foi de différences parfois mal documentées. Certes, la diversité des travaux menés à ce jour pour mieux comprendre le phénomène, et pour mieux intervenir, est d’une richesse incontestable. Issus d’un corpus de recherche sur les adolescents, pour la plupart, ces travaux ont permis de mieux comprendre les caractéristiques personnelles et sociales des jeunes vulnérables et les raisons qui les font adopter des comportements délinquants et adhérer aux gangs, ainsi que de mieux appréhender l’expérience des jeunes dans les gangs, garçons et filles, et les multiples enjeux liés à leur délinquance et à leur violence. Ils mettent aussi en lumière la nécessité d’agir globalement pour contrer efficacement la délinquance et la violence des jeunes et des moins jeunes. Bien que les résultats de plusieurs évaluations soient mitigés, ce type d’interventions a au moins eu le mérite de réunir différents acteurs qui, autrement, agiraient encore séparément.
Bien que les efforts de recherche aient permis d’accumuler de nombreuses connaissances, il est peut-être désormais souhaitable de remettre en question les conceptualisations de la notion même de gang de rue. La simple mesure dichotomique des gangs de rue et de l’appartenance aux gangs de rue semble largement insuffisante pour capter la complexité du phénomène. Il apparaît en effet que ce qui peut distinguer les gangs de rue des autres groupes criminels et leurs membres respectifs des autres délinquants est davantage une question d’intensité plutôt que de nature. Par ailleurs, la notion même de gang de rue cache une hétérogénéité telle que l’exercice d’identification des groupes et de leurs membres est d’une utilité relativement limitée. Les phé

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text