363 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Concurrence, une idée toujours neuve en Europe et en France , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
363 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La concurrence, entre individus, entre entreprises, entre groupes humains, est-elle une bonne ou une mauvaise chose ? Ne constitue-t-elle, comme beaucoup en France ont tendance à le croire, qu’un outil au service des plus forts ? L’absence de concurrence ne favorise-t-elle pas plutôt la création et le maintien des rentes de toutes natures refermant la société sur elle-même, bloquant l’émergence des nouveaux talents et l’entrée de nouveaux acteurs économiques ? La concurrence n’est-elle pas en vérité le principe permettant de consacrer le mérite ? Ce livre célèbre le principe de la concurrence par les mérites en tant que valeur et en tant que finalité. Il montre que la concurrence n’est jamais un pur état de nature mais une « construction » politique en devenir, produit de mille ans d’histoire. Concomitante de l’instauration des États, elle est le gage de « sociétés ouvertes », où les places sont contestables. Dans cette perspective, le droit européen de la concurrence vise à préserver la pluralité des pouvoirs tout en assurant leur permanence et leur renouvellement. Aussi, contrairement à son parent anglo-saxon, le droit antitrust, sa priorité n’est-elle pas de lutter contre le Big Business mais de contenir l’expansion indéfinie des États. Un plaidoyer vibrant, profondément argumenté et illustré, pour la concurrence et pour l’Europe. Olivier Fréget est avocat, spécialiste du droit de la concurrence et de la régulation sectorielle. Il a notamment représenté les nouveaux entrants et des entreprises ayant conquis leur position par leurs mérites. Avant de fonder son propre cabinet, Fréget-Tasso de Panafieu, il était associé, coresponsable de la pratique mondiale en droit de la concurrence d’Allen & Overy LLP, l’un des dix plus gros cabinets mondiaux d’affaires.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 octobre 2015
Nombre de lectures 0
EAN13 9782738165107
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,1000€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , OCTOBRE 2015
15, RUE S OUFFLOT , 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-6510-7
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
Avant-propos

Il pourrait apparaître presque paradoxal que de vouloir appliquer à la concurrence la fameuse phrase de Louis de Saint-Just, selon laquelle le bonheur est une idée neuve en Europe.
Paradoxal car l’ouvrage qui suit a pour objet de montrer que le respect d’une concurrence par les mérites, libre et non faussée, soumise au droit, participe d’une authentique ambition démocratique, ayant précisément expulsé des idéaux révolutionnaires la dimension despotique qu’ils pouvaient secréter et dont Saint-Just était finalement l’un des représentants les plus parfaits. Rien n’est même plus éloigné du principe de concurrence par les mérites que ce que professait l’auteur de la « loi des suspects » lorsqu’il indiquait que « ce qui constitue une République, c’est la destruction totale de ce qui lui est opposé ». Ce qui constitue la « république concurrentielle », c’est l’internalisation des rivalités pour les orienter en des processus créateurs et socialement responsables.
Paradoxal également parce que finalement la promotion de la concurrence apparaît pour beaucoup comme l’antithèse de l’aspiration au bonheur que prétendait célébrer le célèbre révolutionnaire. Pour beaucoup, croire à l’Europe et au bonheur revient à communier dans la croyance d’une construction européenne de la pensée et de la philosophie qui n’aurait rien à voir avec la petite Europe étriquée issue du Marché commun. Pour les contempteurs de l’Europe issue de la Communauté économique européenne, le concept de « concurrence », en ce qu’il serait économique, apparaîtrait même comme destructeur des valeurs humaines et attentatoires à la « culture ».
Ce livre veut démontrer le contraire : le bonheur individuel des Européens, comme la qualité de leur vivre ensemble collectif, n’est atteignable que par et dans le respect de « la concurrence » au sens d’« une concurrence par les mérites ». Il soutient même que l’invention en Europe de la notion du principe de « concurrence libre et non faussée, par les mérites » est précisément à la hauteur de notre projet de civilisation en ce qu’il a permis l’invention d’un droit nouveau : le droit de la concurrence, dont l’objet n’est pas de sanctifier les positions acquises mais de laisser ouverts les possibles.
Introduction

Qu’est-ce que la concurrence ?

Les débats sur le Traité établissant une Constitution pour l’Europe (TCE) ont semble-t-il provoqué chez de nombreux Français une découverte. Depuis 1957, le traité CEE comprend dans son préambule l’objectif d’établir une concurrence libre et non faussée tant dans l’ordre économique que dans l’organisation de l’espace politique. Assez naturellement, le TCE l’a repris dans son propre préambule et autour de ces simples mots s’est alors cristallisé tout le ressentiment d’une large partie des Français à l’égard de l’Union européenne.
Ainsi, par exemple, depuis le débat de 2005 jusqu’aux élections européennes de 2014 1 , Jacques Sapir défend sans discontinuer l’idée que la concurrence conduirait à une dictature des fonctionnaires européens et à une guerre civile des citoyens contre leur tyrannie prétendument éclairée. L’Union européenne passerait d’un projet démocratique à une pratique tyrannique. La démocratie ex ante aboutirait à une tyrannie ex post , processus que Sapir décrit sous l’expression de tyrannus ab exercitio. Dans cette perspective, l’adoption hypothétique d’une Constitution de l’Union européenne basée sur la défense de la concurrence libre et non faussée subvertirait jusqu’aux principes fondateurs de l’Union et en ferait un tyrannus ab initio . Belligène et mortifère, la concurrence serait le premier pas vers une tyrannie techno-européenne fondée sur la pénurie.
Dans cette perspective, la défense de la concurrence libre et non faussée est toujours présentée comme étroitement solidaire d’une technocratie sans patrie. Populistes de droite et de gauche ont la même matrice : l’opposition au traité de Maastricht puis au traité constitutionnel de 2005.
Mobilisant ainsi à la fois les antilibéraux, ce qui n’est guère surprenant, mais aussi une large partie des hommes politiques français conservateurs, se prétendant, eux, plus libéraux, la concurrence libre et non faussée est devenue, subitement, en moins de dix ans, la marque de toutes les insuffisances de l’Europe actuelle. Et l’on ne s’étonnera donc pas que Nicolas Sarkozy ait cru nécessaire de tenter de convaincre ses partenaires de faire disparaître du frontispice du TCE toute référence à ce principe. Selon Nicolas Sarkozy, la concurrence ne serait donc pas une fin, mais un moyen. Revenant de la négociation sur le traité de Lisbonne, il se vanta ainsi d’être parvenu à avoir fait effacer la référence au principe de concurrence non faussée du traité de Rome 2  !
Dans la concurrence, les contempteurs du libéralisme et de l’Europe – tous deux voués aux gémonies et à la destruction – voient à l’œuvre l’élan de l’usurpation. Ainsi, se donner pour objectif une concurrence libre et non faussée, ce serait nécessairement vouloir arracher à l’autre son pouvoir, sa liberté et, ultimement, sa dignité. Interrogez d’ailleurs un ami sur ce qu’est la concurrence et il vous dira que la concurrence conduit à l’exacerbation des rivalités individuelles. Questionnez un autre : il soutiendra que la concurrence vise à l’éviction de celui qui perd la compétition. Sondez un troisième et il assimilera la concurrence au visage que prétendent se donner les forts pour contraindre les faibles.
Pour tous ceux-là, la notion de concurrence décrit seulement le constat désespérant de la lutte inégale entre un fort et un faible dans laquelle le faible sera toujours faible et aura nécessairement le dessous face au fort. Elle signe le renoncement à un monde plus juste, plus égalitaire, plus rationnel. La concurrence est ainsi assimilée à un état de chaos social et d’inorganisation économique. C’est l’un des préjugés de notre méfiance collective. La concurrence serait synonyme de la loi de la jungle, c’est-à-dire de l’absence de règle ou encore de la liberté du « renard libre dans le poulailler libre ». Elle serait ainsi un état infrapolitique livré aux pulsions individuelles sauvages. La concurrence se trouverait attachée à des phénomènes non humains et à un fonctionnement purement biologique des relations humaines. Le concurrent, c’est tout simplement la proie ou le prédateur.
In fine , opposée à la paix, à la liberté et à l’égalité, la concurrence serait en rupture avec les principes fondamentaux du contrat social de la République.
On retrouve d’ailleurs cette vision dans le Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes où Rousseau retrace la genèse de l’inégalité : elle commencerait par le désir de se distinguer par l’apparence, par l’habileté et par le prestige et viserait ensuite l’asservissement et la domination des plus faibles. L’apparition de la concurrence dans la sphère sociale constituerait ainsi un véritable « péché originel » : « Enfin, l’ambition dévorante, l’ardeur d’élever sa fortune relative, moins par un véritable besoin que pour se mettre au-dessus des autres, inspire à tous les hommes un noir penchant à se nuire mutuellement, une jalousie secrète […] ; en un mot, concurrence et rivalité d’une part, de l’autre opposition d’intérêt et toujours le désir caché de faire son profit aux dépens d’autrui 3 . » L’idéal de fusion des aspirations individuelles au sein de la volonté générale dans Du contrat social ne serait rien d’autre que la consécration du pouvoir de la masse et de ses réticences face aux différenciations instillées par la concurrence.
État de conflit perpétuel, la concurrence s’opposerait même à la fraternité ; situation de rivalité pour le pouvoir et la domination, elle s’opposerait à la liberté des vaincus et constituerait l’antichambre de l’oppression ; enfin, donnant libre carrière à la soif de distinction, elle rendrait impossible l’égalité entre les hommes.
Au fil des années, certes, le terme de concurrence a pu acquérir ici ou là une connotation plus positive. D’aucuns consentent aujourd’hui à reconnaître qu’elle serait un outil utile pour, localement et ponctuellement, faire baisser les prix, lorsque cet objectif serait légitime (bien souvent à l’égard des produits fabriqués par des grandes entreprises en réalité). C’est cette sorte d’évidence que Nicolas Sarkozy croyait exprimer lorsqu’il demandait la suppression du traité de toute référence à la concurrence libre et non faussée comme principe. Il serait prêt à admettre la concurrence comme un moyen subalterne, le cas échéant comme un expédient utile pour mieux gérer l’intendance. Mais voir dans la concurrence libre et non faussée un objectif constitutionnel lui apparaît comme à beaucoup de Français une déclaration d’abdication du politique sur l’économique.
Ainsi, la concession que font certains avec l’ancien président de la République de ne voir dans la concurrence qu’un outil participe tout autant de la dévalorisation du principe de concurrence par les mérites. Le rejet de la concurrence comme objectif apparaît comme constitutif de l’exception française. Dès lors, on ne saurait s’étonner que les Franç

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text