163 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
163 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les peines prononcées par les tribunaux sont-elles exécutées ? Comment le sont-elles ? Bérangère Le Boedec-Maurel répond à ces questions en nous livrant des portraits d'hommes et de femmes, qu'elle suit en tant que « JAP » (juge d’application des peines). Elle nous fait partager sa confrontation à la violence sexuelle, conjugale, routière, aux trafics de stupéfiants dans le cadre de la mise à exécution et de l'aménagement des peines d'emprisonnement ou de probation. Avec son regard de juge, elle nous fait découvrir la misère économique et morale de criminels et délinquants, la détresse de leurs victimes. Elle nous fait part de ses échecs face à la récidive. Elle décrit les parcours de celles et ceux qui parviennent à s'extraire de la délinquance pour s'insérer dans la société. Comme le soulignent Christian Saint-Palais et Aurore Boyard dans leurs préfaces, « elle nous ouvre la porte de son cabinet » et nous fait découvrir « ce monde d'après ».

Informations

Publié par
Date de parution 03 novembre 2021
Nombre de lectures 4
EAN13 9782356449009
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0600€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

www.enrickb-editions.com
Tous droits réservés, Paris, 2021
© Enrick B. Éditions 2021
Conception couverture : Marie Dortier Réalisation couverture : Comandgo Crédit photo couverture : rh2010/Adobe Stock
ISBN : 978-2-35644-900-9
« Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales. »
Ce document numérique a été réalisé par PCA
À Érick, un homme de raison et de cœur, qui me guide chaque jour dans ma vie de femme et de magistrate. À mon père, trop tôt disparu, dont le regard rempli d’humanité m’anime à chaque instant. À ma mère, pour son soutien inconditionnel.
Table des matières
Couverture
Titre
Copyright
Dédicaces
Préfaces de Christian Saint-Palais et d'Aurore Boyard
Prologue
Première partie : Les matins
I. Ne jamais avoir peur
II. Théo
III. Le gamin des Cévennes
IV. Sauvé par les livres
V. En retraite des tribunaux
VI. « Escroc un jour… »
VII. À perpétuité
VIII. « Antisocial, tu perds ton sang-froid. »
IX. « Laissons-lui sa chance. »
X. Les femmes aussi
XI. « Aides toi, et… »
XII. Pas un monstre, mais un être humain
XIII. « Au top ! »
XIV. La Covid-19
Deuxième partie : Les soirs
I. Les montagnes de Bretagne
II. « Je veux voir ma juge ! »
III. « Je ne suis pas comme eux. »
IV. L'homme aux deux visages
V. Quand le travail est une trop lourde peine
VI. « Ma petite entreprise… »
VII. L'impasse
VIII. Punir ou soigner ?
IX. L'alcool est une prison
X. Junkie
XI. Un petit déjeuner au tribunal
XII. La haine
XIII. L'appel
XIV. La convalescence
XV. Deux frères
XVI. Quelle solitude du juge ?
XVII. Et les victimes ?
Épilogue
L ongtemps, les avocats ont ignoré les cabinets des juges de l’application des peines.
Non qu’ils les méprisaient, mais la loi ne leur en autorisait que chichement l’accès jusqu’aux années 2000 où les procédures y sont devenues plus contradictoires.
Pour autant, il nous faut bien confesser que les ténors ne s’y ruèrent pas immédiatement, peu attirés par ces audiences presque confidentielles, dans lesquelles la maîtrise technique d’une matière juridique, encore embryonnaire mais déjà complexe, s’avérait plus efficace que les effets de manche. L’impécuniosité de ceux qui avaient été condamnés et souvent délaissés par tous, expliquait sans doute aussi, en partie, le peu d’intérêt suscité.
Cependant, quelques grandes figures du barreau, hommes et femmes humanistes engagés, ont toujours sillonné les routes de France, de maisons d’arrêt en centres de détention pour entretenir l’espoir après la sanction, et construire avec les condamnés des projets d’avenir.
Ces confrères qui nous ont montré la voie ont obtenu que des formations soient désormais
dispensées dans les centres de formation d’avocats et, aujourd’hui, aucun pénaliste ne s’aventurerait à défendre devant une juridiction correctionnelle ou une cour d’assises sans avoir étudié toutes les dispositions régissant la sanction applicable à son client et envisagé par avance les perspectives d’un éventuel aménagement.
D’autant que le droit de la peine est devenu le centre de tous les débats, du café de commerce au Parlement : quel sort réserver aux condamnés lorsque l’on sait que l’on s’entasse déjà dans nos prisons dans des conditions que la Cour européenne des droits de l’homme qualifie d’« inhumaines et dégradantes » ?
Mais que de fantasmes autour de ces décisions prises discrètement – « secrètement » sifflent les contempteurs – par des juges dont il se dit que, indifférents aux attentes sociales, ils feraient preuve d’une mansuétude coupable, libérant les criminels les plus dangereux et méprisant les victimes.
Si nos concitoyens se défient ainsi de leurs juges, c’est essentiellement parce qu’ils ne savent rien de leur engagement personnel, du poids et de la complexité de leurs charges.
Il était donc salutaire que madame la juge Bérangère Le Boëdec-Maurel prît l’initiative de nous ouvrir la porte de son cabinet.
Elle n’entend pas se plaindre de la pile de dossiers que l’on accumule sur son bureau mais nous invite à assister aux entretiens qu’elle y conduit ; elle nous présente des hommes et des femmes qu’elle reçoit, questionne, écoute. Avant de décider et d’ordonner.
Dans la conduite de l’interrogatoire et au moment du prononcé de la décision, c’est le calme de l’autorité. Mais on entend, dans chacune de ces pages, l’interrogation intime jusqu’au tourment, tant est vive la préoccupation d’appliquer au mieux la loi, tant est vivace l’espoir de déceler ce qui pourra constituer le socle d’un nouveau départ.
Et parfois, la rage qui serait désespérante si n’était la volonté, au-dessus de tout, de servir : on discute au Parlement, on débat, on vote, on charge les juges de faire, mais quand il s’agit de sanctionner utilement les délinquants malades qui hantent les couloirs de nos palais, le manque de moyens techniques et humains empêche l’application de la loi.
C’est Karim qui veut débuter une cure de désintoxication et qu’un centre de soins accepte d’héberger pour qu’il y purge sa peine dans des conditions adéquates, mais qui devra abandonner son projet faute de financement possible. Et c’est alors la route chaotique vers la récidive, presque fatale quand la sanction n’est pas adaptée.
C’est l’Agence régionale de santé (ARS) qui annonce ne plus être en mesure de mettre à disposition des juges, un médecin relais pour suivre les personnes condamnées à une sanction thérapeutique et qui laisse la juge un instant désemparée.
Dans ce cabinet, nous sommes loin de la justice prédictive, de l’obsession statistique, des préoccupations névrotiques de la gestion de stocks. Non pas que l’on fuie la modernité et les études savantes, ni que l’on ignore la nécessité de statuer dans des délais raisonnables. Mais, ici, on ne renonce pas au temps du doute, à celui de l’écoute ; on ne se départit jamais d’une attitude respectueuse à l’égard de son interlocuteur, on tisse des liens, de ceux « qui obligent le juge à être juste ».
Les vertus cardinales du juge se déploient au fil des audiences : la distance, l’intégrité, la mesure.
Sans tapage, madame la juge rend la justice – une justice humaine.
Christian Saint-Palais, avocat, président de l’Association des avocats pénalistes
A rturo, Marc, Kevin, Léon, Théo, Joris… Six prénoms de condamnés qui nous montrent que les femmes ne représentent qu’une minorité de la délinquance en France. L’une des vérités présentes dans ce livre, comme tant d’autres, et qui sont bien souvent ignorées de nos concitoyens, alors que les faits divers et autres drames les fascinent tant.
Cet ouvrage a le mérite de parler de l’après. Après la condamnation, après la peine d’emprisonnement, que se passe-t-il ? Qu’advient-il de ces hommes et de ces femmes qui ne sont pas toujours incarcérés ? Quelles possibilités offre la société aux condamnés ? Font-ils l’objet d’un traitement de faveur ? Quels sont les pouvoirs du juge ? Est-il vrai qu’on les relâche toujours lorsqu’ils ont exécuté la moitié de leur peine ?
Autant d’interrogations auxquelles répond, à travers des tranches de vie, madame Bérangère Le Boëdec-Maurel, juge de l’application des peines à Alès.
Elle nous emmène avec elle, à la rencontre de ces repris de justice qui ont tous des profils différents et qui ne sont, finalement, que le reflet de notre société. Car, et c’est là l’un des rappels salutaires de ces histoires de vie, chacun d’entre nous peut être confronté à la justice, un jour ; que ce soit en qualité de délinquant ou de victime.
Mais l’auteur va plus loin. Elle dévoile, sans tabou ni fioriture, son quotidien de juge de l’application des peines, que nous appelons « JAP » dans notre jargon pour plus de simplicité, et les responsabilités qui vont de pair. Elle nous montre que l’humain est toujours présent, qu’il doit guider chacune de ses décisions en conformité avec la loi et qu’il ne peut pas être ignoré.
Elle aborde également un sujet récurrent, et que nous ne connaissons que trop bien, nous, les acteurs du monde judiciaire : le manque criant de moyens de la justice, auquel il n’est jamais pourvu et, corrélativement, la multiplication des lois votées par les parlementaires qui éludent la question de savoir si le monde judiciaire aura les moyens financiers de les appliquer.
Donner les moyens à notre justice de fonctionner, c’est œuvrer pour la paix sociale ; c’est permettre aux âmes égarées « des matins » de madame Le Boëdec-Maurel de retrouver leur place parmi nous ; c’est aider certaines âmes de « ses soirs » à pouvoir enfin sortir de leur parcours de délinquants ; c’est aussi, pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas se réinsérer, leur appliquer la loi, aussi dure soit-elle.
En refermant ce livre, je suis confortée dans ce combat qui est le mien depuis de nombreuses années : rendre le fonctionnement de la justice française accessible et compréhensible à tous pour que, peut-être un jour, un déclic se fasse et que nos concitoyens se sentent concernés par le monde judiciaire et se rappellent qu’il s’agit d’un poste régalien de tout État de droit.
Et cet ouvrage est un modèle du genre : avec des mots simples, audibles par tous, madame Le Boëdec-Maurel entreprend de défricher et d’expliquer le fonctionnement de ce « monde d’après » pas toujours compréhensible et qui dispose de ses propres codes ; elle rend abordable le métier qui est le sien et le panel de mesures qu’elle peut rendre, et dont on est surpris par la multiplicité. Elle nous montre également les limites de ses attributions qui la contraignent à innover p

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text