232 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Géographie de la France criminelle , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
232 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En France, le crime est sujet à des polémiques permanentes. Moins on en sait et plus on en parle fort. Il était donc temps de donner aux citoyens, aux décideurs et à ceux qui agissent sur l’opinion, un outil de compréhension de la réalité criminelle en utilisant les moyens cartographiques modernes. Plus qu’une simple présentation des éléments connus, ce livre fournit également d’importants outils de comparaison avec d’autres indicateurs (économiques, sociaux, médicaux, etc.) permettant de sortir du flou et des polémiques d’usage. Fruit de cinq années de recherches, illustrée par 500 cartes réalisées grâce aux archives officielles, souvent inédites, du ministère de l’Intérieur et d’autres administrations, cette Géographie de la France criminelle donne pour la première fois une vision panoramique de la criminalité en France et permet ainsi l’analyse précise des phénomènes criminels et de leurs évolutions. Criminologue, consultant et président du Conseil d’orientation de l’Observatoire national de la délinquance, Alain Bauer enseigne dans des universités et grandes écoles françaises et étrangères. Il a déjà publié de nombreux ouvrages sur les questions criminelles.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 avril 2006
Nombre de lectures 7
EAN13 9782738185655
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,1150€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© O DILE J ACOB , A VRIL  2006
15, rue Soufflot, 75005 P ARIS
www.odilejacob.fr
EAN 978-2-7381-8565-5
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
À tous ceux, chercheurs, journalistes, policiers, magistrats, élus et citoyens, qui ont essayé de comprendre le crime pour mieux garantir la justice et les libertés. Pour Xavier, François, Steven, Stéphane, Claude, Jean-Luc B. et Jean-Luc G., Christophe S. et Christophe G., Jean-Marc, Émile, André-Michel, Bruno, Ali, Alain-Pierre, Jean-Jacques, Alain qui m’ont aidé et qui m’ont appris.
Remerciements

Merci à Nicolas Sarkozy d’avoir autorisé cette recherche ; à Dominique Perben, Michel Gaudin, Pierre Mutz, Jean-Paul Proust, Gérard Girel, Alain Gardère, Jean-Marc Berlioz, Pascal Mailhos, Jean-Luc Marin, sans qui cet ouvrage n’aurait pu voir le jour.
 
Carte de la couverture :
Taux de criminalité pour 1000 habitants en 2003. Source DGPN.
Préface

Depuis de nombreuses années, les débats sur la connaissance des phénomènes criminels, et leur interprétation politique, ont connu des phases de crispations suivies de lentes évolutions, de brusques régressions et de progrès relatifs.
En fait, nul ne sait vraiment ce qui se passe du point de vue de la criminalité générale, tant l’appareil de mesure reste partiel, parcellaire et partial. Mais, bien qu’« instrumentalisé » depuis un demi-siècle, il ne peut masquer les évolutions majeures comme la montée de la violence et de la victimation physique des personnes 1 . Près d’un demi-million de victimes ont ainsi, en 2003 et sur la base des chiffres « officiels », été mises en confrontation avec un agresseur. Cet espace criminel de la violence est en expansion permanente depuis plus de dix ans. Quand on connaît le volume important de violences domestiques (notamment contre les femmes et les enfants), violences qui échappent encore à la connaissance des services publics, on imagine l’ampleur de la victimation et de ses effets sur la société française.
Ainsi, la question criminelle, éludée, minimisée ou masquée depuis tant d’années, a repris place parmi les débats primordiaux qui intéressent toutes les sociétés dans le monde. Le crime est la première entreprise mondialisée. Les frontières ont été abolies depuis longtemps, l’organisation des marchés rationalisée, l’argent criminel est un vecteur essentiel de la vitalité, ou de la destruction, des économies (on l’a vu en Thaïlande, au Japon ou en Amérique du Sud ces dernières années), qu’elles soient développées ou émergentes. Certaines régions françaises n’échappent pas aux effets du « blanchiment », qu’il soit hôtelier ou immobilier.
Le crime est bien ancré dans notre inconscient collectif comme dans notre vie quotidienne. La lecture des pages de faits-divers des journaux régionaux recense ainsi, jour après jour, les petites comme les grandes violences. La presse nationale, qui s’en était nourrie pendant longtemps puis avait remisé cette question lors de la période d’éclipse du phénomène (années 1970 à 1990), a repris le chemin de la constatation, parfois de l’analyse des phénomènes criminels. On est passé des « beaux voyous » des années 1920 ou 1960 aux organisations criminelles transnationales et aux connexions entre des structures hier spécialisées, aujourd’hui hybrides. Il n’est plus rare de rencontrer des conglomérats criminels ayant pratiqué l’intégration verticale et horizontale, fournissant prostituées et stupéfiants, armes et machines à sous, assurant racket, protection et parfois soutien aux organisations terroristes. Il n’est plus rare de trouver des organisations terroristes utilisant les méthodes de la criminalité organisée pour financer leurs opérations, y compris sur les marchés financiers ou les coups en Bourse. Si le terrain enregistre la réalité, la remontée des informations vers les sommets des États fait souvent l’objet de retraitements qui dénaturent l’information.
Afin de sortir des confrontations stériles et quasi théologiques entre spécialistes et experts affirmant, au nom de leurs convictions ou de leurs engagements, les nouvelles vérités « officielles », il a été décidé, à partir des travaux menés par les députés Robert Pandraud (UMP) et Christophe Caresche (PS), de mettre en place un Observatoire national de la délinquance (OND) qui collecterait toutes les statistiques criminelles, les contraventions (dont certaines sont d’anciens délits dépénalisés ou concernent des violences), les mains courantes, les messages d’information, les transactions douanières, etc., et de les compléter par des enquêtes régulières de victimation permettant d’approcher le réel vécu mais pas toujours déclaré ni enregistré par les services.
Cet observatoire, dirigé par un conseil d’orientation indépendant et mis en place par Nicolas Sarkozy en novembre 2003, a produit son premier rapport à la fin du premier trimestre 2005. Il permet d’identifier ce que font les forces de police et de gendarmerie, ce qu’elles ne prennent pas en compte, ce qu’elles ignorent, et de déceler les évolutions et les tendances dans les mutations de la criminalité nationale (violences contre les personnes, criminalité itinérante, nouvelles formes opératoires comme le car jacking 2 ou le home jacking 3 ).
Il sera alors possible de mieux définir la productivité des services eu égard à ce qui est porté à leur connaissance et de cerner les phénomènes criminels en ne confondant pas leur activité propre avec le reflet parfois déformé par les institutions.
Cet effort de clarté et de lisibilité devrait permettre de construire les éléments d’une analyse plus précise des phénomènes criminels, notamment sur les territoires du crime en constante évolution depuis un demi-siècle, et fournir les arguments d’un débat sur les nouvelles réponses à la criminalité.
Malgré les efforts locaux menés ici et là, sans grande cohérence au niveau national, la géographie du crime manque à l’appel. L’auteur avait entamé cette recherche, avec le soutien des éditions Odile Jacob, bien avant la décision de créer l’Observatoire national de la délinquance. Loin d’être concurrent, cet ouvrage éclaire le rapport officiel.
Notre ambition, mesurée au vu des données disponibles, mais optimiste du fait de la possibilité de comparaisons avec d’autres éléments recueillis par l’INSEE et diverses autres institutions, est de faire de cette Géographie criminelle de la France un outil utile. Il faudra la compléter au rythme de la modernisation des éléments de diagnostic. Il sera alors parfaitement possible, après auscultation du malade, de se replonger dans les délices des affrontements sur les diverses politiques possibles, en essayant toutefois de garantir un équilibre nécessaire entre une prévention indispensable, mais correspondant à la réalité et non à l’idée qu’on s’en fait ; une dissuasion efficace en redéployant et en harmonisant l’activité de tous les acteurs concernés, et la sanction adaptée dont la prison ne peut être que la voie ultime.
Alain B AUER
Une première statistique criminelle

Les deux cartes reproduites ci-dessous constituent les premières illustrations de la statistique criminelle comparée entreprise par André Michel Guerry d’après le Compte général de l’administration de la justice criminelle pour les années 1825 à 1830. Le projet du statisticien était de vérifier la stabilité géographique de la criminalité dans le temps et d’expliquer les variations par différents facteurs d’influences dont : sexe des accusés, âge, saisons, puis l’instruction, les « enfants naturels », l’état des donations (donations générales et legs, donations aux pauvres, aux écoles, à l’Église, aux établissements religieux). Le suicide est enfin étudié comme élément de comparaison départemental.
On ne peut être qu’admiratif devant ce travail réalisé à une époque qui ne disposait pas d’une organisation de la statistique et des outils de calculs actuels. La nomenclature des crimes est différente selon qu’il s’agit des atteintes aux personnes ou aux propriétés. Dans le premier cas, la liste comporte 26 rubriques avec quelques postes exotiques comme : castration, traite des Noirs, bigamie. Les atteintes aux propriétés recensent les incidents sous un nombre égal de rubriques mais sous des appellations différentes. Par exemple : vol sur un chemin public, pillage et dégât de grains, piraterie, perte d’un navire par négligence du pilote…
Pour son étude, Guerry passe chaque poste au tamis des facteurs d’influence, allant jusqu’à déterminer l’ordre des motifs apparents de passage à l’acte concernant les crimes capitaux (empoisonnement, meurtre, assassinat, inceste). On apprend ainsi que la haine est le facteur premier des crimes de sang et que l’empoisonnement est le moyen le plus utilisé lorsqu’il s’agit de se venger d’un adultère.
Enfin, concernant la répartition géographique, l’auteur montre que deux fois plus de crimes sont commis dans les départements du Sud que dans ceux de l’Ouest et du Centre, le Nord et l’Est se situant entre ces deux extrêmes. Il note aussi de fortes variations interdépartementales. Les crimes contre les propriétés montrent au contraire une surreprésentation du Nord, suivi par l’Est puis par le Sud et l’Ouest. La région Centre est la plus calme, également en ce qui concerne les crimes contre les personnes.

Cartes : Essai sur la statistique morale de la France , André M

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text