114 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Chronique d'un procureur de la République , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
114 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le procureur de la République est une figure incontournable de la justice française. On le connaît surtout à travers ses interventions médiatiques : en cas d’attentat, de féminicide, de règlement de compte, ou autre, c’est lui qui livre à la presse le communiqué, lui qui est chargé de diriger les investigations et de décider des suites à donner à l’affaire. Mais, au-delà de cette présence médiatique, qui connaît précisément son rôle et ses attributions ? Où se place-t-il parmi les acteurs du monde judiciaire et quels rapports entretient-il avec les juges, les magistrats, les avocats, les membres du ministère de la Justice, etc. ? Chronique d’un procureur. Comment je suis devenu le proc’ répond à ces interrogations et offre le point de vue d’un professionnel. Alexandre Rossi y raconte aussi son quotidien, parle de ses motivations, de sa conception du métier, sans omettre les difficultés qu’il rencontre et ses insatisfactions. Une lecture stimulante et accessible qui intéressera aussi bien le grand public que les étudiants désireux d’accéder à la fonction de procureur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 mars 2021
Nombre de lectures 80
EAN13 9782356446992
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0600€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Tous droits réservés, Enrick B. Éditions, 2021, Paris www.enrickb-editions.com
Illustration couverture : Gülşah Keleş Réalisation couverture : Comandgo
Collection Chroniques juridiques sous la direction de Wissam Mghazli
ISBN : 978-2-35644-699-2
« Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales. »
Ce document numérique a été réalisé par PCA
À ma famille, très présente et aimante ; À mes collègues, nombreux partenaires et quelques adversaires ; À tous ceux qui ont fait de moi ce que je suis.
Table des matières
A VANT-PROPOS
P RÉFACE
CHAPITRE 1 : PORTRAIT-ROBOT DU PROC’
CHAPITRE 2 : LES DIVERSES REPRÉSENTATIONS DU PROC’
I) La production littéraire
II) Le proc’ dans les séries TV
III) Le Proc’ au cinéma
IV) Et ailleurs
CHAPITRE 3 : LE PARQUET, MODE D’EMPLOI
I) Les différentes tailles d’un parquet
II) Le proc’ compétent ou incompétent
CHAPITRE 4 : LE PROC’ : UNE FEMME OU UN HOMME DE PRINCIPE
I) La mobilité du proc’
II) Le principe hiérarchique
III) Le pouvoir de communiquer
CHAPITRE 5 : LE QUOTIDIEN DU PROC’ AU SEIN DU PALAIS DE JUSTICE
I) La permanence
II) Les réquisitions à l’audience
III) Le courrier
IV) Les règlements et les rapports
CHAPITRE 6 : LE QUOTIDIEN DU PROC’ HORS DU PALAIS DE JUSTICE
I) Le déplacement sur la scène de crime
II) Les autres déplacements
CHAPITRE 7 : L’EXTRA-JUDICIAIRE
I) Les réunions
II) Les stages et l’enseignement
III) Opinions et syndicats
CHAPITRE 8 : DE LA DIFFICULTÉ D’EXERCER LE MÉTIER DE PROC’
I) Des ressources financières limitées
II) Une pénurie de moyens et de personnels
III) Les biens meubles du parquet
IV) Les biens immeubles
V) Le traitement du proc’
CHAPITRE 9 : LE PRINCIPAL REPROCHE FAIT AU PROC’
CHAPITRE 10 : COMMENT SE COMPORTER QUAND ON EST PROC’ ?
I) La vie privée d’un personnage public
II) Le proc’ commettant lui-même des infractions
III) Les cas « patho »
CHAPITRE 11 : COMMENT SE COMPORTER AVEC UN PROC’ ?
I) Violences, menaces de mort et outrages à magistrats
II) Les attaques des politiques
III) Les attaques de l’Europe
CHAPITRE BONUS : COMMENT DEVENIR PROC’ ?
I) Avant l’ENM
II) Pendant l’ENM
C ONCLUSION
P OSTFACE
Avant-Propos

« Quand il y a une conférence de presse de Molins, le silence se fait »
(une journaliste pendant les attentats parisiens de 2015, au sujet de la communication du plus célèbre procureur de France, François Molins).

Rédiger un livre au sujet de mon métier de procureur me taraude l’esprit depuis quelques années tant je reste persuadé que peu de gens savent qui je suis et ce que je fais. La définition même de procureur n’est pas maîtrisée par mon entourage. Le terme se confond souvent avec celui d’avocat, surtout dans une société gavée par les séries américaines. Combien de prévenus m’ont nommé «  Votre Honneur » , ou «  Maître » , pensent que je suis constamment en campagne en vue de ma réélection, que j’agis sous les ordres du maire, du préfet ou du ministre et possède un maillet pour faire régner le silence. Malgré la célébrité médiatique de certains collègues, comme François Molins, on sait très peu de chose sur mon milieu professionnel.
 
Le mot de procureur peut désigner plusieurs réalités : le procureur de la République (le PR) en tant que chef au sein de chaque tribunal judiciaire, composé, dans l’ordre hiérarchique des substituts (SUB), vice-procureurs (VPR) et enfin procureurs adjoints (PRA). Il y a aussi des procureurs dans les cours d’appel comme le procureur général, l’avocat général, qui n’est ni avocat et encore moins général ou le substitut général, mon poste actuel. Ce magistrat, quel que soit son grade ou son ancienneté reçoit de ses pairs, de ses collègues et de ses partenaires la qualité de «  Monsieur le procureur » ou «  Madame la procureure » . Cela fait bizarre dans les premiers mois de fonction de recevoir ce titre mais, à force, on s’y fait.
 
On peut aussi employer le terme de «  parquetier » , magistrat ou membre du parquet ou bien le parquet. Ce nom viendrait d’une erreur de menuiserie et d’un problème de surdité : les avocats du Roi, qui siégeaient avec les autres conseils, s’étaient finalement postés à la même hauteur et à côté des juges, dont certains n’arrivaient pas bien à les entendre.
 
On me désigne aussi comme un magistrat «  debout  » (surprenant mais je prends mes réquisitions debout alors que le juge, magistrat du «  siège  » rend ses décisions assis) ou membre du Ministère Public ou encore «  l’accusation  ». Dans le jargon policier, on évoque le raccourci du «  proc ’ », terme un peu péjoratif mais employé par tous.
 
À ce jour, trois quarts des magistrats sont des juges, le quart restant des procureurs, soit environ 6 000 juges et 2 000 proc’ . Je «  m’occupe » ainsi en moyenne de 33 000 personnes. On notera, pour comparaison, qu’il y a 145 000 policiers (1 policier pour 460 habitants), 100 000 gendarmes (1 gendarme pour 660 habitants), 70 000 avocats (donc 35 avocats pour un proc’). Je fais donc partie d’une petite minorité, qui plus est relativement silencieuse.
 
Le (trop) faible nombre de procureurs, les fantasmes entourant mon rôle et l’entendue de mes prérogatives font que bon nombre de nos concitoyens ignorent ce que je fais exactement. Même mes partenaires privilégiés comme les policiers, les gendarmes ou les avocats ne savent pas exactement comment se déroule ma journée type. De façon anecdotique, mon épouse, mes parents ou mes amis ignorent quel est mon rôle exact. Les notions de magistrat de l’ordre judiciaire en général et de procureur en particulier ne sont pas non plus enseignées à l’école, du primaire à la terminale. On apprend enfin qui est le procureur uniquement après trois années d’étude de droit.
 
Alors que je suis en principe un personnage public, que je communique très souvent dans les médias, je demeure quelqu’un de profondément méconnu et critiquable. Un personnage énigmatique voire mystérieux, qui peut susciter la fascination ou à l’inverse le rejet en me représentant comme le valet du pouvoir.
 
Le développement des réseaux sociaux, où chacun à l’abri derrière son écran commente tout et n’importe quoi, a vu naître l’émergence de critiques acerbes sur mes positionnements et mes décisions, poursuivant trop et faisant condamner des innocents ou, a contrario ne poursuivant pas assez et faisant relâcher des individus forcément coupables. De plus, quels que soient mes choix, ces nouveaux accusateurs numériques pensent que j’agis nécessairement sur les ordres d’un pouvoir politique trop répressif un jour ou trop laxiste l’autre.
 
Que faire alors pour mettre un terme aux rumeurs, aux fausses vérités ? Aux représentations déformées ? Nous le faisons tous les jours lors de nos discours, de nos réquisitions, interviews à la presse locale. Ou nous le faisons dans certains ouvrages mais de façon peu audible, peu compréhensible voire de façon confidentielle.
 
Il existe quelques ouvrages rédigés par des procureurs pour vulgariser leurs missions mais ces derniers sont trop peu nombreux. Ils demeurent presque toujours rédigés par de grands procureurs hyperm

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text