582 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
582 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Du début du xixe siècle au mitan du xxe siècle, la Faculté de droit de Toulouse devient progressivement une faculté de province dont la formation pédagogique, la professionnalisation ou encore le rayonnement scientifique et l’ouverture internatio­nale se développent et sont sources d’enjeux pour affirmer sa place dans son environ­nement tant local que national et européen. La Faculté de droit, à la veille de la Grande Guerre, s’inscrit dans un long héritage d’enseignement juridique. Cette institution confrontée à la guerre est contrainte de s’adapter. En proposant la transcription et l’édition critique des séances du Conseil et de l’assemblée delà Faculté de droit entre le 15 novembre 1911 et le 24 juin 1919, les auteurs mettent en lumière le quotidien de cette institution, les prises de position et les actions de ses enseignants dont les allocutions prononcées chaque année par le doyen Hauriou engage dans la « guerre du droit ». Cette étude livre aussi, à partir des rapports annuels du doyen de la Faculté de droit au Conseil de l’Université et du Livre d’or de la Faculté, la situation des étudiants restes à Toulouse ou partis au combat. Ils éclairent alors la fabrique d’une mémoire institution­nelle avec, par exemple, la constitution d’une « liste funèbre et glorieuse » des étudiants morts pour la France mais aussi l’accueil de 167 étudiants américains démobilisés qui Suivent des cours de droit entre avril et juin 1919. Les étudiants toulousains revenus, « le personnel s’étant retrouvé au complet, la vie de la Faculté a repris son cours normal et tous les enseignements ont pu y être donnés de façon régulière » (M. Hariou).

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1
EAN13 9782379280900
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0112€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Ceux de la Faculté
Des juristes toulousains dans la Grande Guerre
Olivier Devaux et Florent Garnier (dir.)



Éditeur : Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, Presses de l’Université des Sciences sociales de Toulouse Année d'édition : 2017 Date de mise en ligne : 4 janvier 2021 Collection : Études d’histoire du droit et des idées politiques ISBN électronique : 9782379280900


http://books.openedition.org


Édition imprimée ISBN : 9782361701529 Nombre de pages : 572
 

Référence électronique
DEVAUX, Olivier (dir.) ; GARNIER, Florent (dir.). Ceux de la Faculté : Des juristes toulousains dans la Grande Guerre. Nouvelle édition [en ligne]. Toulouse : Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2017 (généré le 06 janvier 2021). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/putc/10639>. ISBN : 9782379280900.

Ce document a été généré automatiquement le 6 janvier 2021.

© Presses de l’Université Toulouse 1 Capitole, 2017
Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540
Du début du xix e  siècle au mitan du xx e  siècle, la Faculté de droit de Toulouse devient progressivement une faculté de province dont la formation pédagogique, la professionnalisation ou encore le rayonnement scientifique et l’ouverture internationale se développent et sont sources d’enjeux pour affirmer sa place dans son environnement tant local que national et européen.
La Faculté de droit, à la veille de la Grande Guerre, s’inscrit dans un long héritage d’enseignement juridique. Cette institution confrontée à la guerre est contrainte de s’adapter. En proposant la transcription et l’édition critique des séances du Conseil et de l’assemblée delà Faculté de droit entre le 15 novembre 1911 et le 24 juin 1919, les auteurs mettent en lumière le quotidien de cette institution, les prises de position et les actions de ses enseignants dont les allocutions prononcées chaque année par le doyen Hauriou engage dans la « guerre du droit ».
Cette étude livre aussi, à partir des rapports annuels du doyen de la Faculté de droit au Conseil de l’Université et du Livre d’or de la Faculté, la situation des étudiants restes à Toulouse ou partis au combat. Ils éclairent alors la fabrique d’une mémoire institutionnelle avec, par exemple, la constitution d’une « liste funèbre et glorieuse » des étudiants morts pour la France mais aussi l’accueil de 167 étudiants américains démobilisés qui Suivent des cours de droit entre avril et juin 1919. Les étudiants toulousains revenus, « le personnel s’étant retrouvé au complet, la vie de la Faculté a repris son cours normal et tous les enseignements ont pu y être donnés de façon régulière » (M. Hariou).


Olivier Devaux
Olivier DEVAUX est professeur d’histoire du droit à l’Université Toulouse I Capitole.

Florent Garnier
Florent GARNIER est professeur d’histoire du droit à l’Université Toulouse I Capitole, avec le concours de Lolita PHILIPPON, doctorante en histoire du droit à l’Université Toulouse I Capitole.
Sommaire
Table des abréviations
Préface
Corinne Mascala
Avant-propos
Philippe Nélidoff
Introduction
I- Une Faculté à la veille de la Grande Guerre A – Figures du passé B – Acteurs contemporains
II - Une institution dans la Première Guerre mondiale A – Mémoire(s) B – Engagement(s)
Transcription Extrait du Registre des assemblées et conseils de la Faculté de Droit (15 novembre 1913-24 juin 1919) Archives de l’Université des sciences sociales – Toulouse 1, 2Z2- 16, p. 186-292
Annexes
Sources
Bibliographie indicative
Index
Liste des graphiques et tableaux
Cahier d’illustrations
Table des abréviations


AFHIP Association française des historiens des idées politiques AM Annales du Midi
Annales Annales de l’Uiversité Toulouse 1 Capitole
Arch. dép. Archives départementales
Arch. mun. Archives municipales
BEC Bibliothèque de l’École des chartes
BM Bibliothèque municipale
BN Bibliothèque nationale
BNF Bibliothèque nationale de France
CNRS Centre national de la recherche scientifique
CTHDIP Centre toulousain d’histoire du droit et des idées politiques
CTHS Comité des travaux historiques et scientifiques
EHDIP Études d’histoire du droit et des idées politiques
MASIBLT Mémoires de l’Académie des sciences, inscriptions et belles lettres de Toulouse
RALT Recueil de l’Académie de législation de Toulouse
RDP Revue de droit public et de la science politique en France et à l’étranger
RH Revue historique
RHDFE Revue historique de droit français et étranger (1855-1869), Revue de législation ancienne et moderne française et étrangère (1870-1876), Nouvelle revue historique de droit français et étranger (1877-1921), Revue historique de droit français et étranger (depuis 1922)
RHFD Annales d’histoire des facultés de droit (1984-1986), Revue d’histoire des facultés de droit et de la science juridique (1987- 2007), Revue d’histoire des facultés de droit et de la culture juridique du monde des juristes et du livre juridique (depuis 2008)
RSIHPA Revue de la Société internationale d’histoire de la profession d’avocat
SIHPA Société internationale d’histoire de la profession d’avocat
Préface
Corinne Mascala


Notre Université se tourne vers son passé, non dans une approche nostalgique mais pour la replacer au cœur de son histoire. L’Université Toulouse Capitole est parmi les plus anciennes d’Europe, cette ancienneté lui valant souvent plus de devoirs que de droits, en tout cas l’obligation d’être fidèle à une tradition exigeante qui remonte à bientôt huit cents ans. Au cours des siècles, elle a compté comme l’une des plus importantes Facultés de droit -et maintenant également d’économie- en Europe.
Les professeurs Olivier Devaux et Florent Garnier, avec l’aide de Lolita Philippon, ont souhaité consacrer leur étude à une période relativement courte et récente : les années 1914-1918, celles de la Première Guerre mondiale. Période exceptionnelle par l’importance des événements qui ont frappé la France, et donc nécessairement ses établissements d’enseignement supérieur, avec une dimension dramatique que l’on n’avait jamais connu jusqu’alors. En sont les premières victimes plusieurs promotions d’étudiants mobilisées et, pour certaines, décimées par la guerre, en tous cas marquées à jamais.
Le nombre des inscrits à la Faculté de droit passe de plus de 1 000 en 1913 à 175 en 1917. La mobilisation des enseignants les plus jeunes et le départ pour le front d’une très forte proportion d’étudiants contraignent l’institution à un important effort d’adaptation, à utiliser tous les moyens humains disponibles, à accorder des facilités pour tenir compte des circonstances exceptionnelles, à aménager les périodes d’examens pour donner plus de chances à ceux qui ont été appelés sous les drapeaux. Le lecteur pourra constater que les structures universitaires ont fait face efficacement à ces défis tout nouveaux – comme elles ont su le faire dans le passé – avec des moyens limités et dans l’urgence. C’est ainsi qu’elles ont accueilli plus de 150 étudiants américains, démobilisés en 1918.
Les auteurs ont voulu replacer ce moment douloureux dans son contexte historique en rappelant les siècles qui avaient précédé, qui préparent et éclairent la période contemporaine. Ils n’hésitent pas à remonter – fût-ce brièvement – aux origines de la Faculté pour constater la place qu’elle a tenue dès ses débuts, dans la ville qui l’accueille, qui la soutient et qu’elle illustre. On parle volontiers de Toulouse comme d’une « cité du droit ». De fait, par la place des institutions judiciaires qu’elle abrite de longue date, par le nombre des étudiants qu’elle rassemble venant de toute la France et de multiples pays étrangers, par le prestige de ses enseignants, la science juridique a toujours occupé

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text