170 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Bien juger : Essai sur le rituel judiciaire , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
170 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Imaginons un instant que vous assistiez pour la première fois à une audience. Nul doute que vous seriez plus frappés par l'étrange spectacle qui se déroulerait sous vos yeux que par la discussion juridique. C'est que, avant d'être une faculté morale, juger est un événement. Avant qu'il y ait des lois, des juges, des palais de justice, il y avait, selon Antoine Garapon, un rituel. Ce livre s'attache donc à en dévoiler toutes les facettes, montrant par exemple comment l'espace de la salle d'audience est agencé pour culpabiliser et inhiber le prévenu, le soumettre à l'ordre judiciaire. Les juges peuvent-ils se passer de cette mise en scène pour bien juger ? C'est à cette question que s'attache ensuite la réflexion d'Antoine Garapon à travers, notamment, la comparaison des systèmes judiciaires français et américain, l'analyse de l'intrusion des médias dans le temps du procès, et le recours à certaines œuvres d'Eschyle, de Freud et de Kafka. Si la philosophie du droit est une recherche du juste in abstracto, à travers l'idéal et la règle, ce livre montre que la quête du « bien juger » oblige à s'immerger in concreto dans l'expérience de l'acte de juger. Il n'existe donc pas de jugement « pur », car, en faisant quotidiennement l'expérience du mal, de la cruauté des hommes, de la résistance des faits, du caractère périssable de la cité politique, de la fragilité des preuves et de la forclusion de la vérité, la justice est aux prises avec la matière humaine brute. Ancien juge des enfants, Antoine Garapon, membre du comité de rédaction de la revue Esprit, dirige l'Institut des hautes études sur la justice. Il a déjà publié Le Gardien des promesses. Justice et démocratie (1996) aux Éditions Odile Jacob.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 septembre 2001
Nombre de lectures 6
EAN13 9782738197788
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0950€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

D U MÊME AUTEUR CHEZ O DILE J ACOB
Le Gardien des promesses , 1996.
Bien juger . Essai sur le rituel judiciaire, 1997.
Des crimes qu’on ne peut ni punir ni pardonner , 2002.
Peut-on réparer l’histoire ? Colonisation, esclavage, Shoah, 2008.
 
Sous la direction de Denis Salas :
La Justice et le mal , 1997.
 
Avec Frédéric Gros et Thierry Pech :
Et ce sera justice ! Punir en démocratie, 2001.
 
Avec Ioannis Papadopoulos :
Juger en Amérique et en France , 2003.
Avertissement de l’auteur : La première partie du présent livre reprend, en le remaniant entièrement, un ouvrage aujourd’hui introuvable que j’avais publié en 1985 au Centurion sous le titre : L’Âne portant des reliques. Essai sur le rituel judiciaire
© ODILE JACOB, 1997, 2001, 2010
15, RUE SOUFFLOT, 75005 PARIS
www.odilejacob.fr
EAN 978-2-7381-9778-8
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo
Remerciements

Que la publication de ce livre soit pour moi l’occasion de remercier tous ceux qui l’ont rendue possible : Jean Carbonnier, dont le soutien ne s’est jamais démenti au cours des ans ; Katherine Fischer Taylor, dont l’accueil à l’université de Chicago m’a permis d’enrichir cette réflexion de références américaines ; Philippe Ouannès et Pierre Geissmann, dont l’absence est irremplaçable ; Marie-Claude Miquel, qui m’a aidé à établir l’index ; Annie Avy, qui a relu le manuscrit et dont les commentaires sont toujours aussi précieux.
À Claire
Un baudet chargé de reliques
S’imagina qu’on l’adorait :
Dans ce penser il se carrait,
Recevant comme siens l’encens et les cantiques.
Quelqu’un vit l’erreur, et lui dit :
« Maître Baudet, ôtez-vous de l’esprit
Une vanité si folle.
Ce n’est pas vous, c’est l’idole
À qui cet honneur se rend,
Et que la gloire est due. »
D’un magistrat ignorant
C’est la robe qu’on salue.
Jean de L A F ONTAINE
L’Âne portant des reliques
Préface

L’ai-je lu ? L’ai-je rêvé ? Un empereur à qui ses conseillers avaient suggéré d’extirper des lois romaines les restes d’une legis actio archaïquement formaliste en avait été détourné par des graffiti, un carré magique charbonné sur les murs d’une basilique :

I V E R
V E R I
E R I T
R I T U
L’exhortation était claire : Va ! C’est le rite qui fera éclore la vérité.
M. Antoine Garapon n’y aurait pas contredit. Son livre, qui condense élégamment des recherches considérables et des réflexions approfondies, s’il est l’illustration du rituel judiciaire, en est aussi, en définitive, la défense.
Le champ était vaste. Des positivistes étroits auraient peut-être demandé à distinguer davantage entre le rituel de droit et le rituel de mœurs, voire de folklore, entre les rites dont l’absence annule et ceux dont la présence amuse. Mais la sociologie des normes ne s’arrête pas à ces cloisons, et elle saura gré à l’Auteur d’avoir traité son objet, suivant la recommandation de Marcel Mauss, comme un « phénomène social total ».
Le traiter n’était pas seulement le dépeindre, c’était aussi le pénétrer, le comprendre. Le pittoresque, lorsqu’il défie la compréhension, tend au baroque, qui est déraison — avec l’esthétique en plus. Beaucoup de rites judiciaires ont l’apparence du baroque. Alors, pour les rationaliser, nous leur imaginons, dans un passé très lointain, une utilité pratique, bassement pratique, depuis évanouie, qui les aurait suscités. Le témoin, la dextre levée, la paume ouverte vers le juge ? C’était pour assurer qu’il n’avait point d’arme. La justice rendue sous un chêne ? Il était bon d’avoir un gibet à deux pas de la salle d’audience. Comment se fait-il, pourtant, que cette prétendue fonction pratique nous ait elle-même l’air baroque ? Et qu’en revanche, si nous mettons à sa place une fonction symbolique, celle-ci, malgré son impalpabilité, nous semble quelque chose de raisonnable ? Les doigts levés cherchent les dieux ; l’arbre sacré respire et inspire. Il n’y a rien d’étonnant à ce que la symbolique des rites fasse entrer la justice en poésie : la poésie et la forme ont partie liée : la poésie n’a-t-elle pas été définie comme le langage qui n’a d’autre raison que sa propre forme ?
Dans la forêt des symboles nous attend, pour nous séduire, le talent de l’Auteur, culture et intuition mêlées. Sous chacun des éléments du rituel judiciaire — que ce soit, par exemple, l’espace ou le temps, la robe ou les mots — une explication nous est proposée, ici à l’aventure par la psychologie des profondeurs, ailleurs peut-être par la magie ou la théologie, ces psychologies des cieux. Ce n’est pas, cependant, que jamais nous perdions de vue la terre ferme de la procédure positive. Car, à la différence de Beaumarchais et de Jhering, qui sur la forme nous ont laissé des bégaiements et des maximes dignes d’écho sans en avoir eu plus qu’une expérience de justiciables, M. Garapon, lui, en a une expérience de juge. Il a fréquenté l’envers du décor ; il a été, serait-on tenté de dire, acteur de la comédie. Mais de comédie, de décor, il n’est point question dans sa pensée : ni artifice ni artefact, le rituel est de la nature même du judiciaire.
Nous le croyons sans peine. À preuve ce qui se passe lorsque des gangsters, pour faire leur propre police, s’avisent de jouer au tribunal. Ils s’installeront à trois, à cinq, à sept, mais pas à quatre, un peu haut derrière une table, cacheront leurs jambes, boutonneront leur col, fermeront leur visage, planteront leur accusé debout à distance respectueuse et l’interpelleront avec la gravité la plus solennelle. Tout impatients qu’ils sont, ils devinent d’instinct que l’on ne juge pas comme l’on assassine. Il semble que, par une sorte de mécanisme naturel, toute justice, la justice sécrète les formes dont elle a besoin pour ralentir sa marche, pour se donner le maestoso qui fait qu’elle n’est pas l’administration, encore moins l’exécution. Aussi la seule idée d’une justice expéditive nous est-elle insupportable dès avant que nous ne sachions quelles sentences pourraient en sortir : c’est que, dans l’expression, les deux termes nous paraissent réciproquement se nier.
Ce qui n’empêchera pas l’opinion, à d’autres moments — tant nous sommes flottantes fumées — de réclamer une justice dépouillée de formes. Quand les sociologues américains parlent de justice informelle (comme ils parlent de mariage informel), c’est à tout autre chose qu’ils pensent : à des combinaisons d’initiative privée — l’arbitrage en tête — pour régler les litiges en dehors de l’État. Mais, chez nous Jacobins, la notion reste centralisée : c’est à la justice d’État que l’on demande de se dégager des rites pour se faire plus intime et moins intimidante. Une justice familière, familiale, désir éternel. La Révolution l’avait eue, et notre époque a essayé de l’accomplir avec ce type d’audience dont elle fait bénéficier les adolescents en mal de déviance et les ménages en mal de divorce, l’audience du cabinet. C’est une audience sans auditoire, partant sans contrôle. M. Garapon ne fait pas mystère de sa méfiance : les formes — par l’attrait du spectacle, j’imagine, et par l’impression laissée sur la mémoire — auraient procuré au procès une publicité étendue et durable ; leur suppression crée une clandestinité qui, pour la liberté individuelle, est un péril. Mais, encore plus peut-être que le secret, c’est l’affectivité du colloque singulier que l’on peut redouter. Sans l’écran d’un rituel, l’ immendiatezza du juge (pour faire un emprunt à l’italien des processualistes) incite à une justice paternaliste — ne vaudrait-il pas mieux aujourd’hui dire « maternante » ? — qui ramène les justiciables à l’état d’enfance. Les débordements d’une justice trop chaleureuse font naître la nostalgie d’un droit froid, des lois de glace.
Jean C ARBONNIER
Introduction
L’événement de juger

Imaginons un instant un spectateur venant assister pour la première fois à une audience. Qu’est-ce qui le frapperait le plus ? Le droit, la procédure ou les robes, le décor de la salle d’audience, le langage employé ? Il sera plus surpris par l’étrange spectacle qui se déroule devant lui que par la discussion juridique. Quand nos anthropologues étudient une cérémonie d’initiation ou une danse votive, ils se concentrent sur les costumes et les chants plutôt que sur leur effet sur les récoltes ou sur la fécondité des femmes. Pourquoi ne pas s’appliquer la même méthode ? Les rites du procès contemporain sont-ils des vestiges d’une forme archaïque et religieuse ou sont-ils consubstantiels au procès ? Si les rites étaient à la justice ce que les bonnets carrés étaient à la médecine, ils auraient disparu depuis longtemps, or ce n’est pas le cas : les rites de la justice sont tenaces. Comment expliquer cette persistance ? Après avoir recherché le droit chez l’autre, l’anthropologue ne devrait-il pas s’intéresser aussi à l’Autre dans notre droit, c’est-à-dire à la part du symbolique dans la vie juridique ?
Ce sujet reste, en dehors de rares exceptions, boudé par la sociologie. Elle n’y voit que « poudre aux yeux » et volonté d’impressionner les justiciables. Outre des obstacles de méthode consistants 1 , une telle attitude, en attribuant d’emblée une fonction au rituel judiciaire avant même de l’avoir étudié, ne fait-elle pas sombrer la sociologie dans l’illusion du savoir immédiat contre laquelle, par ailleurs, cette discipline ne cesse de nous mettre en garde 

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text