63 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Anti-manuel de psychologie fiscale (2e édition) - Techniques de plumaison des contribuables sans trop les faire crier , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
63 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les prélèvements obligatoires ne cessent d’augmenter au point de faire de la France la championne du monde de la pression fiscale. Les Français la supportent tant bien que mal alors qu’ils sont pourtant réputés prompts à se révolter pour des raisons fiscales. Ce paradoxe s’explique par la mise en œuvre de techniques destinées à les anesthésier, c’est-à-dire à « les plumer sans trop les faire crier ». L’Anti Manuel de psychologie fiscale expose pour la première fois ces techniques sous forme de dix leçons

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 octobre 2022
Nombre de lectures 23
EAN13 9782383130499
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

www.enrickb-editions.com Tous droits réservés, Enrick B. Éditions, Paris, 2022
Conception et réalisation couverture : Comandgo
ISBN : 978-2-38313-049-9
« Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales. »
© Enrick B. Éditions
Ce document numérique a été réalisé par PCA
« Il y a ce qui se voit et ce qui ne se voit pas »
Frédéric Bastiat

« It’s my business to know what other people don’t know »
Arthur Conan Doyle, Les aventures de Sherlock Holmes,
L’escarboulce bleue (édition bilingue, Omnibus, 2005, p. 678)

Mille mercis à Ramu de Bellescize et Victor Fouquet, Relecteurs avisés et attentifs
Table des matières
Couverture
Titre
Copyright
Exergue
I NTRODUCTION
Première leçon. – Faire payer de l'impôt sur l'impôt (Technique du rasoir à double lame)
Section 1. – Faire payer de l'impôt sur le revenu sur les prélèvements sociaux.
Section 2. – Faire payer de la TVA sur les taxes et contributions grevant les carburants, l'électricité et le gaz
Conclusion de la première leçon
D EUXIÈME LEÇON. –  Imposer des revenus et des produits virtuels (Technique de la multiplication des petits pains)
Section 1. – L'imposition des produits et des revenus non perçus.
Section 2. – Limitation des charges déductibles de l'assiette de l'impôt.
Conclusion de la deuxième leçon.
T ROISIÈME LEÇON. –  Faire disparaître les impôts de la vue des contribuables (Technique du paravent)
Section 1. – Délégation du recouvrement des prélèvements obligatoires à des personnes privées.
Section 2. – Réduction des obligations déclaratives en matière d'impôt sur le revenu
Conclusion de la troisième leçon
Q UATRIÈME LEÇON. –  Les faux avantages fiscaux (Technique de la malle à double fond)
Section 1. – Limitation des conditions d'application des avantages fiscaux
Section 2. – Limitation des effets des avantages fiscaux
Conclusion de la quatrième leçon
C INQUIÈME LEÇON. –  Allumer des contre-feux fiscaux (Technique du pickpocket)
Section 1. – Contre-feux fiscaux permanents
Section 2. – Contre-feux fiscaux ponctuels
§ 1. – Mouvements de contestation fiscale
§ 2. – L'art d'allumer des contre-feux
Conclusion de la cinquième leçon
S IXIÈME LEÇON. –  Augmenter les impôts de façon rampante (Technique de la lévitation)
Section 1. – Hausse d'impôt rampante en matière d'impôt sur le revenu
Section 2. – Hausse d'impôt rampante en matière d'impôt sur la fortune
Section 3. – Hausse d'impôt rampante en matière de droits de mutation à titre gratuit
Conclusion de la sixième leçon
S EPTIÈME LEÇON. –  Complexifier à l'extrême le système fiscal (Technique du bonneteau)
Conclusion de la septième leçon
H UITIÈME LEÇON. –  Fixer les règles du jeu à la fin de la partie (Technique de la machine à remonter le temps)
Section 1. – « Petite rétroactivité » des lois de finances.
Section 2. – « Petite rétroactivité » Vs « Sécurité fiscale ».
Conclusion de la huitième leçon
N EUVIÈME LEÇON. –  Gérer les relations entre le fisc et les contribuables (Technique du mentaliste)
Section 1. – Le « fiscalement correct ».
Section 2. – Le caractère contradictoire des procédures de rectification
Conclusion de la neuvième leçon
D IXIÈME LEÇON. –  La procrastination fiscale (Les pièges abscons)
Section 1. – La pensée fiscale unique
Section 2. – La persistance dans les erreurs
Conclusion de la dixième leçon
O NZIÈME LEÇON. –  La procrastination fiscale (Technique de la petite musique)
Section 1. – L'effet de simple présentation en matière de droits de succession
Section 2. – Critique de l'effet de simple présentation en matière de droits de succession
Conclusion de la onzième leçon
C ONCLUSION. –  Pour une fiscalité de sortie de guerre
Introduction

1. –  Art de plumer l’oie. –  Le prélèvement des impôts est un acte de puissance publique. Dès lors, pour quelle raison l’État devrait-il faire preuve de psychologie fiscale ? Il n’existe que deux façons efficaces d’obtenir que les contribuables s’acquittent des prélèvements obligatoires mis à leur charge : soit la mise en œuvre de prérogatives de puissance publique, soit, plus sournoisement, la manipulation 1 . Dans le premier cas de figure, le contribuable a le sentiment, à juste titre, d’être contraint alors que, dans le second, il conserve un sentiment de liberté. L’idée n’est pas nouvelle. Selon la formule attribuée à Jean-Baptiste Colbert, « L’art de l’imposition consiste à plumer l’oie pour obtenir le plus possible de plumes avec le moins possible de cris » .
 
2. –  Acceptation des prélèvements obligatoires. –  Le dérapage permanent des dépenses publiques et le besoin de recettes supplémentaires qui en résulte conduisent l’État à percevoir chaque jour davantage de prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales). Sans doute, l’article 14 de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen du 26 août 1789 proclame-t-il la règle du consentement à l’impôt : « Tous les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée » . Mais le consentement individuel de chaque contribuable est une fiction juridique. Seul le consentement de la représentation nationale est constitutionnellement exigé. Tous les ans, le Parlement vote l’article 1 er  de la loi de finances qui autorise l’État à percevoir l’impôt durant l’année à venir 2 .
Pourtant, le consentement à l’impôt est l’un des principes fondateurs de notre Pacte social. Sous cet angle, il convient plutôt de parler d’« acceptation de l’impôt », surtout lorsque les impôts les plus emblématiques que supportent les personnes physiques – à savoir l’impôt sur le revenu et l’impôt sur la fortune – sont des impôts déclaratifs.
L’augmentation de la pression fiscale, le sentiment d’injustice fiscale, l’instabilité fiscale, l’impression que les impôts sont utilisés à mauvais escient sapent chaque jour davantage l’« acceptation de l’impôt ». L’État doit donc faire preuve de psychologie fiscale. Il s’agit de techniques voulues par le législateur et mises en œuvre par les services fiscaux afin de tenter de donner aux contribuables l’illusion que la pression fiscale qui pèse sur eux est acceptable.
 
3. –  Politique fiscale et technique fiscale. –  À cet égard, il convient de faire le départ entre la « politique fiscale » et la « technique fiscale ». Après la Première Guerre mondiale, l’impôt a cessé de servir uniquement à financer les missions régaliennes de l’État. Il est également apparu comme un moyen d’influencer le comportement des contribuables en matière familiale, sociale et économique. Le concept de « politique fiscale » n’a été théorisé que dans les années cinquante. Selon Maurice Lauré – inventeur de la TVA – la politique fiscale « consiste à déterminer les caractéristiques générales de l’impôt en fonction de données économiques et psychologiques » 3 . En d’autres termes, la politique fiscale consiste à déterminer les objectifs familiaux, sociaux et économiques que l’impôt doit permettre d’atteindre. La technique fiscale correspond aux mesures fiscales destinées à mettre la politique fiscale en œuvre.
 
4. –  Techniques de manipulation des contribuables. –  Différentes techniques fiscales permettent de manipuler les contribuables. Certains rétorqueront peut-être qu’il s’agit d’une vue de l’esprit dans la mesure où il resterait à démontrer l’existence d’un plan concerté destiné à permettre à l’État de parvenir à ses fins. En toute hypothèse, le jeu de certaines mesures fiscales – qui seront décrites ultérieurement – permet soit de parvenir à un décalage entre l’affichage et la réalité, soit de détourner l’attention des contribuables. Quelles soient voulues ou non, quelles s’inscrivent ou non dans un plan d’ensemble, il n’en demeure pas moins que de telles mesures s’apparentent clairement à de la manipulation. La lecture du Code général des impôts permet d’en dénombrer un certain nombre, donnant ainsi l’occasion de les classer et de les regrouper dans un anti-manuel de psychologie fiscale.
 
5. –  Psychologie fiscale. –  Il est nécessaire d’apporter trois précisions.
Tout d’abord, l’idée qu’il existerait une « psychologie fiscale » a été inspirée par la lecture de l’ouvrage des professeurs Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois, Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens , ouvrage dont la lecture est vivement recommandée préalablement à celle de l’anti-manuel de psychologie fiscale 4 . Le Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens – qui n’est « petit » que par le nom – a permis à l’auteur de ces lignes de mettre un nom sur ce qu’il percevait alors de façon diffuse.
Ensuite, la « psychologie fiscale » n’est pas – tout du moins pour l’instant ? – une matière en tant que telle. Dans son ouvrage Science fiscale , Maurice Lauré explique que la répartition de la charge de l’impôt doit notamment s’effectuer en fonction de données psychologiques 5 . Selon lui, « L’exploitation démagogique des aspirations égalisatrices ne saurait, en effet, conduire qu’à la médiocrité, sans même procurer les avantages psychologiques de l’égalité recherchée, car tous les types de sociétés humaines, primitives ou civilisées, libérales ou collectivistes, comportent, c’est un fait, des structures inégalitaires » 6 . Cet anti-manuel ambitionne d’aller plus en avant. Toutefois, il n’a pas d’autre ambition que de décrire les techniques de manipul

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text