336 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Anthologie des jurisprudences insolites , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
336 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« La profession d’avocat ne confère pas le pouvoir surnaturel de voir à travers les murs ». Tribunal de grande instance de Bobigny, 30 juin 2011. « Les séances de spiritisme n’ont pas porté atteinte à l’image de l’institution policière ». Cour administrative d’appel de Paris, 1er février 2006. « Nul ne peut prétendre qu’une pissotière s’utilise à coup de marteau ». Tribunal de grande instance de Tarascon, 20 novembre 1998. Les jurisprudences insolites sont le péché mignon des juristes qui se les transmettent précieusement de génération en génération. D’un nain lancé à un poney endolori : bien trop souvent les perles de justice qui circulent se limitent à un petit nombre d’affaires lues et relues.Dans cette Anthologie, premier ouvrage du genre à destination des juristes comme des profanes, vous découvrirez que les décisions de justice insolites sont en réalité légion. Plus de 160 jurisprudences intrigantes, drôles ou curieuses, classées en 26 thèmes de A à Z, sont présentées et commentées. Des extraterrestres à Walt Disney, en passant par le surnaturel ou le sexe, partez aussi à la découverte des lois, des arrêtés municipaux, des articles de doctrine, des traités internationaux et même des branches du droit les plus insolites. Fruit de deux années de recherche, cette Anthologie vous propose un voyage au cœur de ces jurisprudences dans leurs extraits intégraux, et non plus par de simples résumés auxquelles elles sont souvent réduites. Bon voyage !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 décembre 2020
Nombre de lectures 58
EAN13 9782356447685
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0850€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© Enrick B. Éditions, 2020, Paris
www.enrickb-editions.com Tous droits réservés
Conception couverture : Marie Dortier Réalisation couverture : Com and go
Collection Fil DROIT dirigée par Sébastien Bissardon
ISBN : 978-2-35644-768-5
« Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales. »
Ce document numérique a été réalisé par PCA
À Geneviève et Joaquim, nos grands-parents récemment disparus et qui nous manquent tant.
Table des matières
Titre
Copyright
Dédicace
Introduction
Principes d'édition
Décisions de justice intrigantes, drôles ou curieuses
Animaux
Barreau
Cadavre
Dénominations
Ésotérisme
Flore
Gastronomie
Harcèlement moral
Insultes
Jalousie
Klaxon
Lettres
Mariage
Nanisme
Onanisme
Plaisanterie
Quérulence
Religion
Sexe
Travail
Urinoirs
Voisinage
Walt Disney
Xénomorphe
Yaourt
Zapette
Remerciements
Index des mots clés
Index des jurisprudences
Un grand merci à Théo Renaudie et à Josselin Bourgès pour leur aide précieuse et bien plus encore.
Introduction

« Il arrive que le juriste éprouve, de rares fois dans sa vie, une “divine surprise”. Dans la masse de décisions qui encombrent son bureau, il met la main sur un jugement, le lit, le relit, écarquille les yeux, se pince et se dit : Je rêve ! C’est trop beau pour être vrai ! »
Bernard Edelman 1

1.  Les jurisprudences insolites : un émerveillement, plusieurs intérêts
L’émerveillement jurisprudentiel. Tout juriste garde en mémoire les arrêts insolites qu’il a rencontrés ses études et sa carrière durant. D’un lancer de nain indigne à l’érection d’une clôture perçante, les faits qui composent ces jurisprudences relèvent bien souvent de la plaisanterie, de l’histoire drôle ou du tragi-comique :

«  Attendu que la poule est un animal anodin et stupide, au point que nul n’est encore parvenu à le dresser, pas même un cirque chinois  ».
Cour d’appel de Riom, 7 septembre 1995 2

«  Considérant que l’attraction de “lancer de nain” consistant à faire lancer un nain par des spectateurs conduit à utiliser comme un projectile une personne affectée d’un handicap physique et présentée comme telle ; que, par son objet même, une telle attraction porte atteinte à la dignité de la personne humaine  ».
Conseil d’État, 27 octobre 1995, Commune de Morsang-sur-Orge 3

«  Le prévenu avait pratiqué des actes de sodomie sur le poney Junior dont il était propriétaire, et avait reconnu qu’il s’agissait d’un jeu ; que ces actes, subis par l’animal qui ne pouvait exercer quelque volonté que ce fût, ni se soustraire à ce qui lui était imposé et était ainsi transformé en objet sexuel, étaient constitutifs de sévices au sens de l’article 521-1 du Code pénal ; que, les faits étant constants, l’excuse du jeu n’était pas recevable  ».
Cour de cassation, chambre criminelle, 4 septembre 2007 4
S’il est établi que ces jurisprudences circulent entre étudiants, praticiens, dans certains cercles intellectuels 5 et dans la presse généraliste, elles ne se limitent pas à de simples échanges humoristiques. Celles-ci sont également citées par la doctrine universitaire, notamment à l’occasion d’études sur les genres du droit 6 , mais aussi dans des articles dédiés à ces arrêts. 7
La dignité officielle. Au-delà de la drôlerie, de la curiosité ou encore de l’étonnement provoqué par ces jurisprudences insolites que nous évoquions à l’instant, ces décisions suscitent davantage chez le lecteur que la découverte d’une simple histoire. Un « petit quelque chose » en plus. Le fait qu’elles soient relatées dans un jugement leur donne une force supplémentaire, une certaine dignité juridique ; un caractère de sérieux sinon d’officialité. Que des histoires si décalées et inattendues se rencontrent dans la jurisprudence provoque également un paradoxe chez le lecteur.
Un mariage paradoxal ? Le droit est souvent décrit comme une discipline cartésienne, celle de la raison par excellence 8 . Son étude serait rigoureuse sinon ennuyeuse, elle laisserait peu de place à l’insolite, au surprenant, à l’étrange. Ainsi, droit et insolite semblent souvent former un mariage paradoxal, presque antinomique.
Non. Seulement, le droit n’a de sens que s’il embrasse l’ensemble des activités sociales. S’il ne le fait pas dans le droit positif, qui tente au plus possible de rester sérieux, il est impossible aux tribunaux de faire l’impasse sur l’insolite : la société étant faite d’une multitude de situations, arrivera forcément un stade où un fait étrange se présentera à la barre. Preuve en est faite par les plus de cent cinquante jurisprudences composant cet ouvrage.
Une source de droit. Il arrive même que ces décisions de justice soient source de droit et permettent des arrêts de principe, fondamentaux et parfois fondateurs d’une discipline. Citons encore une fois l’arrêt Commune de Morsang-sur-Orge , qui, s’il eut été plus court, la face du droit administratif en aurait été changée. Cette jurisprudence, produite suite à des faits plus que cocasses, fut la première reconnaissance dans « la jurisprudence administrative du principe de respect de la dignité humaine pour être appliqué à une activité qui lui porte atteinte » 9 . Autre exemple, l’arrêt dit Clément-Bayard 10 , fondateur de la notion d’abus de droit, « renseigne sur ce qu’est la fonction sociale. […] Un propriétaire, Coquerel, érigea dans son jardin des poteaux hérissés de pointes et reliés entre eux par des fils de fer barbelés à proximité du hangar de Clément-Bayard afin de détériorer les ballons dirigeables que ce dernier fabriquait pour le ministère de la Guerre. Après un coup de vent, un ballon vint s’échouer sur cette fabrication et fut détruit. Le tribunal de Compiègne condamna Coquerel aux remboursements des dommages et intérêts et à la suppression des pieux. Le propriétaire avait simplement agi conformément au pouvoir que la loi lui accorde. Ce sont la finalité et l’utilité de son action qui étaient remises en cause par cette décision. » 11
Un témoin de société. Ces décisions renseignent, non pas seulement sur l’état du droit, de la jurisprudence ; mais aussi sur l’état de nos sociétés, les préoccupations portées devant les juridictions, l’encombrement des tribunaux ou encore la quérulence de certains justiciables. Les textes produits par les juridictions, en ce qu’ils traitent de l’entièreté d’une société, sont les témoins de leur époque, davantage encore que les législations, normalement faites pour durer. Par exemple, dans la jurisprudence de l’Homme-singe, on découvre l’importance de la sorcellerie en Afrique des années 1960 et sa perception par les magistrats, qui paradoxalement la rejettent en admettant la réalité du phénomène.
Un puits sans fond. Seules quelques jurisprudences insolites circulent : le lancer de nain, la poupée vaudou, le poney… En réalité, le domaine est non pas une niche de quelques pépites mais une ligne d’horizon inatteignable, plus on en cherche plus on en trouve.

2.  Les jurisprudences insolites : définition, typologie, état des lieux et méthodologie
Définition. L’insolite, d’après le Dictionnaire de l’Académie française , est « emprunté du latin insolitus , inaccoutumé à ; qui étonne par son caractère inhabituel, qui surprend parce qu’il

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text