55 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

À qui profite le clic ? : Le partage de la valeur à l’ère du numérique , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
55 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre montre comment les géants de l’Internet captent l’essentiel de la valeur de l’économie numérique tandis qu’elle échappe aux « créateurs » de contenus (œuvres, informations, fichiers). Comment ils drainent les données personnelles pour en faire l’or noir du xxie siècle. Comment ils récupèrent les bénéfices issus de l’économie collaborative sans toujours respecter la philosophie de partage qui sous-tend cet écosystème. En quête de solutions juridiques, Valérie-Laure Benabou et Judith Rochfeld constatent les limites de la propriété pour assurer la protection des internautes sur « leurs » contenus et le partage de la valeur. Elles proposent des voies plus équitables, qui passent par davantage de transparence sur les échanges, par la restitution de moyens de contrôle, techniques et juridiques, aux individus, ainsi que par le renforcement de leur pouvoir de négociation et d’action collective. Valérie-Laure Benabou est agrégée des facultés de droit et professeure à l’université de Versailles-Paris-Saclay. Elle est « personne qualifiée » au Conseil supérieur de la propriété littéraire et artistique (CSPLA). Judith Rochfeld est agrégée des facultés de droit et professeure de droit privé à l’École de droit de la Sorbonne (université Panthéon-Sorbonne-Paris-I). Ses recherches portent sur les évolutions du contrat, de la personne, de la propriété. La collection Corpus se propose d’éclairer à la lumière du droit les grandes questions de société qui animent le débat public. Elle prolonge l’expertise du cabinet Corpus Consultants, créé en 2011 par Robert Badinter et dont les membres, tous professeurs agrégés de droit, sont, outre Robert Badinter, Thomas Clay (gérant), Alexis Constantin (cogérant), Hervé Ascensio, Anne-Sophie Barthez, Pascal Beauvais, Valérie-Laure Benabou, Paul Cassia, Martin Collet, Pascal Lokiec, Étienne Pataut, Sophie Robin-Olivier, Judith Rochfeld et Guillaume Tusseau. La collection Corpus est dirigée par Thomas Clay et Sophie Robin-Olivier 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 mai 2015
Nombre de lectures 0
EAN13 9782738166388
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Collection Corpus dirigée par Thomas Clay et Sophie Robin-Olivier
© O DILE J ACOB, MAI  2015 15, rue Soufflot, 75005 Paris
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-6638-8
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
Avant-propos

La collection à laquelle appartient ce livre est née d’un constat : en France, en dépit d’une judiciarisation croissante de la société, le droit n’a toujours pas trouvé sa place dans le débat public. La demande de droit est aussi forte que le questionnement du droit est faible. Pouvoir reconnu à la loi d’un côté, ignorance du droit, de la manière dont il se forme, des forces qui le nourrissent, de l’autre. Ce n’est un paradoxe qu’en apparence : notre rapport au droit est le fruit d’une conception réductrice du rôle qu’il remplit dans notre pays, conception que d’autres grandes démocraties ne partagent pas et qui s’en portent mieux.
Le droit est trop souvent perçu comme une discipline technique, aride, réservée à une catégorie d’experts, magistrats, avocats ou universitaires. La responsabilité de ce constat sévère revient en grande partie aux juristes eux-mêmes : souvent confinés dans leurs cercles, usant d’une langue qu’ils sont les seuls à comprendre, toisant parfois de haut les choses de la cité, ils se sont laissé déposséder de l’analyse des questions juridiques dans le champ social. D’autres intellectuels s’en saisissent, qui, pour n’être pas juristes, n’ont pas les mêmes préventions à s’emparer du débat public, voire à s’aventurer dans un domaine qui leur est étranger. À l’heure où l’influence du droit sur l’ensemble des rapports sociaux se fait de plus en plus prégnante et où la société se judiciarise, cette défection des juristes interpelle.
D’autant que, derrière les questions de droit, ce sont des enjeux de société qui sont en cause. On ne voit pas assez – sans doute parce qu’on ne le montre pas assez – que les choix juridiques sont politiques, au sens le plus noble. Ces choix de société doivent être décryptés au prisme du droit qui les façonne. Que l’on recodifie le droit des contrats, que l’on invente un nouveau préjudice « écologique », que le Conseil constitutionnel change son interprétation d’une disposition de notre Constitution, que le Conseil d’État modifie la portée d’une liberté fondamentale, que la Cour de cassation définisse la laïcité, que l’Union européenne pose une nouvelle catégorie de citoyens, que les notions juridiques d’étranger, de salarié ou d’entreprise soient réformées, chaque fois ce ne sont pas des changements anecdotiques mais des décisions essentielles dont les fondements et les enjeux doivent être démystifiés, car ils touchent directement le plus grand nombre.
Il nous faut décoder la norme juridique pour interpréter la geste politique et pour comprendre l’incidence sociale des évolutions du droit, non seulement quand elles se produisent, mais aussi quand elles sont empêchées. Les juristes doivent tisser le lien entre le fait politique et sa traduction juridique, et inversement.
À une conception du droit, comme savoir technique accessible aux seuls experts capables d’inventer des solutions indiscutables, nous souhaitons opposer l’idée du droit pour ce qu’il est le plus souvent : une source inépuisable de débats et le fruit de nos choix de citoyens, français et européens, une arme avec laquelle on agit, une méthode par laquelle on raisonne, une langue dans laquelle on pense, d’une manière riche et singulière.
Les ouvrages publiés dans la collection Corpus 1 sont ceux des professeurs de droit associés dans le cabinet Corpus Consultants, tous agrégés de droit, et tous impliqués dans le débat citoyen. Créé en 2011 par Robert Badinter, ce cabinet d’un genre nouveau a été conçu par son éminent fondateur, incarnation vivante du droit et de la justice, pour répondre à la complexité et à l’interdisciplinarité croissantes des questions juridiques. Il se veut capable de fournir une étude technique de haut niveau. Dans le prolongement des discussions auxquelles les questions soumises par les professionnels du droit au cabinet donnent lieu, ses membres ont souhaité apporter leur contribution à l’émergence d’une analyse juridique engagée, qui soit diffusée largement, sur les grands sujets qui traversent notre société. Il faut y voir une manière de sortir de l’univers des jurisconsultes pour parler du droit autrement, en récusant le préjugé que les solutions juridiques sont neutres et désincarnées.
Par-delà cette démarche commune, chacun des ouvrages exprime les idées de leurs seuls auteurs. Nul consensus, nulle pensée unique, mais des propos qui engagent leur signataire et qui visent à éclairer les lecteurs. Valérie-Laure Benabou et Judith Rochfeld en font la démonstration sur un sujet d’une brûlante actualité : la récupération et l’exploitation, très lucrative, par quelques grands opérateurs économiques, des données concernant les utilisateurs d’Internet et des contenus qu’ils génèrent. Au-delà de la description, au demeurant fort utile, d’une situation qui mérite d’être mieux perçue et mieux comprise, leur ouvrage envisage les moyens juridiques d’une plus juste répartition.
Les livres de la collection se veulent accessibles, c’est pourquoi ils sont courts et rejettent la langue technique parfois absconse pour emprunter celle du débat public. Ils portent non seulement le point de vue des juristes, mais aussi une perspective plus large de la manière dont le droit envisage et modèle notre réalité ; ils manifestent une conception du droit qui n’est pas « hors sol », mais au contraire enracinée dans notre monde. Quant aux sujets, ils ont vocation à permettre aux lecteurs d’entrer de plain-pied dans l’actualité, tout en tirant profit du recul et des qualités pédagogiques des professeurs de droit que sont les auteurs.
Cette collection est une entreprise nouvelle dans le paysage éditorial français. Nous souhaitons qu’elle soit l’occasion de multiplier des échanges et des discussions échappant à la pensée préfabriquée sur le droit et ses évolutions. Qu’elle contribue à faire du droit une arme pour lutter contre les préjugés. Que le droit nourrisse une culture commune qui, mieux partagée, ne se réduise pas à des simplifications dangereuses. Tels sont les vœux que nous formons et auxquels cette nouvelle collection veut répondre. À vous de juger.
Thomas Clay Codirecteur de la collection Associé-gérant de Corpus Consultants Sophie Robin-Olivier Codirectrice de la collection

1 . Voir liste en fin de volume.
Introduction

2014 : trente ans après 1984, que George Orwell datait comme l’horizon de son cauchemar sécuritaire, et quarante ans avant 2054, autre échéance fictive du Minority Report de Philip K. Dick, adapté au cinéma par Steven Spielberg. Avec un peu de retard ou un peu d’avance, c’est selon, la société de surveillance généralisée et la prédictibilité des comportements décrites dans ces romans d’anticipation sont devenues notre réalité quotidienne. Deux exemples parmi mille l’attestent. Comme dans Minority Report , la police de Santa Cruz se sert d’un algorithme qui, à partir de huit années de statistiques criminelles, lui permettrait de prévoir quand et où certaines infractions répertoriées (le vol notamment) seront commises. Elle pourrait ainsi envoyer des forces de l’ordre sur le terrain, de façon ciblée, et prévenir, dans un pourcentage non négligeable de cas, la commission de l’infraction en question. L’existence du programme PRISM, c’est-à-dire de la mise sur écoute et du suivi des communications électroniques de milliers de citoyens européens par la National Security Agency américaine (NSA), a révélé l’alliance entre pouvoirs publics et grands opérateurs privés, ligués dans un espionnage massif des citoyens et même de chefs d’État étrangers.
Les révélations des lanceurs d’alerte tel Edward Snowden sur les dérives liberticides de ces pratiques appellent une prise de conscience sociale profonde des dangers qu’une telle surveillance comporte 1 . La tension classique entre sécurité et liberté atteint ici des dimensions inédites qui justifieraient sans doute qu’on leur consacrât un ouvrage. Mais cela a déjà été fait 2 et il sera ici question d’une autre problématique, en apparence moins polémique, mais tout aussi cruciale : celle de la valeur sur Internet, et de la manière de la partager. Car Internet ne se contente pas d’être un réseau d’intelligences connectées : il est devenu, en quelques années, un marché planétaire d’échanges économiques, dont les caractéristiques déterminent les comportements des acteurs/agents. La surveillance ne poursuit pas seulement des visées sécuritaires : elle sert aussi, et peut-être davantage encore, les intérêts des marchands 3 .
Ainsi, quand Facebook propose de renseigner les cases « opinions politiques » ou « croyances religieuses » de votre profil, ce n’est pas, au premier chef, pour pister une appartenance à un mouvement radical ou repérer un terroriste potentiel, même si ces informations pourront éventuellement être communiquées à ces fins 4 . C’est, beaucoup plus sûrement, pour placer une page de publicité correspondant aux « appétences » et « affinités » d’une « cible », ou encore pour capitaliser ses données en les vendant à une autre entreprise. Les mouchards sont cachés à chaque étape de la navigation. Ils prennent la forme des cookies , dont le

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text