126 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Claude Castonguay : Architecte social et gestionnaire , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
126 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Claude Castonguay a été actuaire-conseil du gouvernement du Québec sur la réforme des fonds de pension et des services de santé; il a également été à l'origine de la Caisse de dépôts et placements et de la fameuse «castonguette». Il a présidé la Commission Castonguay-Nepveu qui a recommandé la rénovation des régimes de santé et de retraite. Par la suite, il a occupé le poste de président de La Laurentienne, qu'il a constituée en groupe, avant d'être nommé sénateur au Parlement canadien.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 avril 2011
Nombre de lectures 0
EAN13 9782760521087
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

LES GRANDS GESTIONNAIRES ET LEURS ŒUVRES Collection dirigée par Taieb Hafsi
Roland Arpin et le Musée de la civilisation Geneviève Sicotte, Francine Séguin et Laurent Lapierre,1993, 192 pages. Le Sang jaune de Bombardier. La gestion de Laurent Beaudoin Miville Tremblay,1994, 156 pages. Pierre Bourque. Le jardinier et l’ingénieur André Cyr, Gilles Amado et Laurent Lapierre,1995, 228 pages. Claude Castonguay. Architecte social et gestionnaire Marcel Côté, Gaston Dussault,avec la collaboration deRichard Déry et Pierre Simard,1995, 128 pages.
MARCEL CÔTÉ GASTON DUSSAULT AVEC LA COLLABORATION DE
RICHARD DÉRY PIERRE SIMARD
1995 Presses de l’Université du Québec 2875, boul. Laurier, Sainte-Foy (Québec) G1V 2M3
Données de catalogage avant publication (Canada) Côté, Marcel, 1934-Claude Castonguay, architecte social et gestionnaire (Les Grands gestionnaires et leurs œuvres) Comprend des réf. bibliogr. ISBN 2-7605-0802-1 1. Castonguay, Claude, 1929- 2. Chefs d’entreprise – Québec (Province) – Biographies. 3. Parlementaires – Canada – Biographies. 4. Ministres – Québec (Province) – Biographies. 1. Dussault, Gaston. II. Titre. III. Collection. FC2925.1.C37C67 1995 971.4’04’092 C95-940415-5 F105325.C37C67 1995
Révision linguistique : MONELLE GÉLINAS Mise en pages : TYPO LITHO COMPOSITION INC. Couverture : NORMAN DUPUIS Crédits des photographies :Office du film de la province de Québec, p. 30 ; Robert Lansdale, p. 54 ; Louise Leblanc, Service des relations publiques, Université Laval, p. 76 ; Jacques Nadeau, quatrième de couverture.
ISBN 2-7605-0802-1 Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés ©1995 Presses de l’Université du Québec er Dépôt légal – 1 trimestre 1995 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada Imprimé au Canada
LA COLLECTION LES GRANDS GESTIONNAIRES ET LEURS ŒUVRES
Le meilleur chef est celui dont on sait à peine qu’il existe. Il est moins bon si la foule lui obéit et l’acclame. Le pire est celui qu’on méprise. Mais du bon chef, qui parle peu, une fois la tâche achevée Et le dessein accompli, tous diront : « Nous avons fait cela nous-mêmes ! »
Lao-Tseu
De nos jours, nous avons beaucoup de problèmes avec les dirigeants. Certains se demandent même s’ils ne sont pas à la source de nos problèmes. Les dirigeants qui arrivent à obtenir la coopération des autres se font de plus en plus rares. Pourtant, il n’y a pas de génération spontanée, à toute grande œuvre est associé un grand dirigeant. Même les œuvres les plus collectives ont été guidées ou catalysées par une personne particulière. On peut même dire que l’absence de dirigeants est souvent associée au chaos, à l’anarchie, à la destruction.
Qu’est-ce qui fait le bon dirigeant ? Comment le devient-on ? Nous ne savons répondre que partiellement à ces ques-tions. On sait reconnaître un bon chef lorsqu’on le voit, mais on a beaucoup de mal à déterminer ce qui en fait un bon chef. Et ce n’est pas faute de recherches ! Les ouvrages sont remplis
de données qui permettent de reconnaître l’influence des dirigeants sur les organisations. Les obsessions des dirigeants (Noël, 1989), leurs valeurs et leurs croyances (Selznick, 1957), leur vie intérieure (Zaleznik, 1989 ; Lapierre, 1992 ; Miller et Toulouse, 1986), leur sexe, leur âge, leur formation, leurs expériences et leurs origines sociales (Hambrick et Mason, 1984), leurs démarches intellectuelles et l’importance qu’ils accordent à la démarche rationnelle (Frederickson et Mitchell, 1984 ; Frederickson et Iaquinto, 1989), leurs émotions, leurs niveaux de complexité cognitive et de maturité (Fabi et Hafsi, 1992), leur degré de libéralisme, leurs attitudes face au changement, leur degré de stabilité et d’ancienneté (Miller, 1990, 1991), affectent de manière décisive, et empiriquement vérifiée, le comportement et donc la stratégie de l’organisation. On connaît de plus en plus les ingrédients qui font le bon chef. Pourtant, nous savons aussi que ces ingrédients ne se retrouvent jamais combinés de la même manière. Il y a une symbiose tellement forte entre la personne qui dirige, son milieu organisationnel, les personnes dirigées et l’action entreprise qu’il est presque impossible de reproduire les mêmes comportements avec un succès égal. De plus, il y a toujours un aspect mystérieux à la relation entre dirigeants et dirigés, qui n’arrête pas de se soustraire adroitement aux outils savants ou rustiques des chercheurs. C’est probablement pour cela que la formation des futurs dirigeants, dans les temps anciens, était confiée à des précepteurs dont le rôle consistait à développer chez les jeunes candidats une vision large du monde et à décrire les réalisations et les comportements de dirigeants ayant marqué l’histoire. La seule façon de former les dirigeants, pensait-on, était d’en faire des êtres cultivés et d’alimenter leur imagination en leur décrivant ce que de grands dirigeants, qui avaient laissé leur empreinte sur des organisations importantes, avaient fait. De ce que nous connaissons sur les dirigeants et sur ce qu’ils font, retenons ici trois petites choses (Andrews, 1987).
Tout d’abord, le dirigeant est « l’architecte de la raison d’être de l’organisation ». Rien n’est plus important que de montrer le chemin, de conceptualiser les objectifs et de guider les membres de l’organisation vers eux. En corollaire, il est essentiel que le dirigeant veille à ce que l’organisation ne dérive pas. Même si cela semble trivial, tenir le compas, maintenir le cap, tout en essayant de maintenir la pertinence de l’organisation par rapport à son milieu, est essentiel pour la survie de toute entreprise humaine. En effet, l’action dans les organisations peut être tellement enivrante pour les individus qu’ils se laissent emporter par leur enthousiasme dans toutes sortes de directions. En poursuivant leurs intérêts, ils peuvent faire perdre son âme à l’organisation. Seules la vigilance, la constance et la détermination des dirigeants évitent à une organisation de se perdre sur des terrains qui ne lui sont pas favorables. De ce fait, ils sont amenés à jouer deux grands rôles complémentaires à celui d’architecte de la finalité, soit celui de « leader personnel », qui donne l’exemple et sert de modèle, et celui de « leader de l’organisation », qui veille aux résultats et s’assure que la complaisance ne s’empare pas des membres.
C’est difficile d’être un grand dirigeant. Et de nos jours, les problèmes sont tellement compliqués que reconnaître les grands dirigeants, qui résistent à l’usure du temps, parmi la foule d’opportunistes, qui recherchent les réussites immédiates, est un défi majeur. C’est pour cela que les « dirigés » eux- mêmes ont besoin d’être éduqués. Et la seule façon de le faire consiste à décrire l’action de ceux qui ont dirigé.
C’est le but de cette collection. Nous l’avons intitulée « Les grands gestionnaires et leurs œuvres », mais ce titre ne devrait pas tromper le lecteur. Nous ne cherchons pas à décrire des héros. De plus, nous n’avons pas de normes calibrées pour évaluer le leadership. Personne n’en dispose et n’en disposera jamais. Nous avons alors simplement décidé de faire confiance au jugement de quelques chercheurs, donc à leur subjectivité, pour le choix des monographies qui sont
ix
x
publiées. Ensuite, il nous arrivera de décrire des dirigeants qui, pour les normes communément admises, ont échoué, mais qui à nos yeux ont fait des choses dignes d’être mises à jour. Finalement, nous encourageons le lecteur à utiliser son sens critique pour apprécier le caractère exemplaire des dirigeants choisis. L’objectif de ces monographies n’est donc pas de révéler des normes, mais d’alimenter l’imagination, la réflexion et peut-être le débat.
Il est important de dire aussi que « les grands dirigeants » ne font pas nécessairement la manchette des journaux populaires. Ils peuvent parfois être inconnus du grand public. Qui connaît Masaru Ibuka, le créateur de Sony. Même au Japon, seuls les initiés connaissent ce grand dirigeant, qui continue à inspirer l’entreprise la plus innovatrice au monde. Au Québec, le commun des mortels et en particulier nos jeunes étudiants ignorent presque tout de ceux qui, par exemple, à Hydro-Québec, au Mouvement Desjardins, à Power Corporation, aux Coopérants, à la Banque Nationale, à Provigo, ont permis les réalisations qui nous impressionnent aujourd’hui. La noto-riété n’est souvent pas leur préoccupation. Leur passion est mieux exprimée par les termes : réaliser, servir, contribuer. En tous cas, c’est à ceux-là que cette collection est consacrée.
Les premières monographies qui ont été réalisées portent surtout sur des dirigeants d’organisations du Québec, notamment Roland Arpin et le Musée de la civilisation, Laurent Beaudoin et Bombardier, Claude Castonguay, architecte social et gestionnaire, Pierre Bourque, le jardinier et l’ingénieur. D’autres suivront. Sur les tablettes, nous avons des monographies de dirigeants d’entreprises privées, d’organismes publics, de gouvernements et d’organisations à but non lucratif. Parmi les plus avancées, citons celle de Justine Lacoste et l’hôpital Sainte-Justine, celle du club de hockey Les Canadiens, et celle de l’entreprise défunte Les Coopérants. Cependant, cette collection s’orientera aussi vers de grands dirigeants extérieurs au Québec et dont les réalisations
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text