584 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Travail et Hors-Travail : Vers une société fluide , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
584 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le marché des idées et des images prend désormais le pas sur celui des choses. Cette révolution économique provoque une mutation profonde du travail. On travaille désormais autrement, dans des entreprises nouvelles, selon des rythmes et dans des cadres différents. Hier cantonné à l'usine ou au bureau, le travail envahit aujourd'hui l'espace privé. Éducation, activité professionnelle, loisir et retraite s'enchevêtrent de plus en plus. Est-ce la " fin du travail " ou bien la remise en cause de la division traditionnelle entre travail et hors-travail ? Faut-il avoir peur de cette métamorphose ? Comment en tirer le meilleur parti ? Quelles nouvelles structures de protection sociale mettre en place pour s'adapter de façon dynamique ? Quelles leçons tirer des pays qui réussissent ?Spécialiste des technologies de l'information et de la finance, Charles Goldfinger est consultant international en stratégies. Il est notamment l'auteur de La Géofinance et de L'Utile et le futile : l'économie de l'immatériel.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 1998
Nombre de lectures 2
EAN13 9782738162854
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0900€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Du même auteur AUX ÉDITIONS ODILE JACOB
L’Utile et le Futile. L’économie de l’immatériel , 1994.
©  ODILE JACOB, JANVIER  2001 15 , RUE SOUFFLOT, 75005 PARIS
www.odilejacob.fr
ISBN : 978-2-7381-6285-4
Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5 et 3 a, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou réproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
À Ève, Paulette et Alex Toujours fidèles, dans le travail comme dans le hors-travail
INTRODUCTION
Entre l’apocalypse et le nirvana

Le travail passionne et inquiète. On y a consacré plusieurs centaines de livres, d’articles, d’émissions télévisées. Son évolution, son avenir et ses perspectives ont suscité de larges débats et des discussions animées mais guère éclairantes. Si sa profonde mutation est acceptée comme inéluctable, le désaccord sur sa dynamique et son impact reste entier. Malgré une abondance de données, d’études chiffrées, d’analyses fouillées et documentées, les opinions restent plus que jamais polarisées entre les pessimistes et les optimistes, entre ceux qui croient le chômage inéluctable et ceux pour qui la nouvelle économie est porteuse de nouveaux emplois.

Vers la fin du travail ?
Pour les pessimistes, nous assistons à l’agonie du travail , dont le chômage actuel n’est qu’un signe avant-coureur. Selon eux, le pire est encore à venir : nous sommes engagés dans un processus infernal de destruction complète de l’emploi. Celle-ci sera provoquée par l’implacable marche de la technologie, qui réduit progressivement et systématiquement le besoin de l’intervention humaine dans les différentes tâches économiques. Après avoir largement éliminé le travail agricole et industriel, reposant sur l’exploitation de la force physique, la voici qui s’attaque au cœur de l’économie moderne, aux tâches sophistiquées de supervision et de gestion. Après les bras et les jambes, c’est désormais la tête qui est visée, jugée défaillante et même superflue, face à la puissance de la technologie de l’information. Voici venue la fin du cadre moyen, devenu redondant dans une entreprise « aplatie ».
Selon les pessimistes, la technologie détruit également les emplois en les éparpillant aux quatre coins de la planète. Tout fabricant de produits industriels dans un pays développé comme la France peut désormais déplacer ses usines dans les endroits où le coût du travail ne représente qu’une fraction du coût actuel. Automobile, machine-outil, même les produits les plus complexes peuvent ainsi être manufacturés à l’autre bout du monde. Et l’impact déracinant de la technologie ne s’arrête pas aux portes des usines. Il touche aussi les emplois de services à haute valeur ajoutée : réservations de billets d’avion, appels de maintenance, traitements informatiques peuvent désormais être effectués à partir des Philippines, des Indes ou de l’île Maurice. Le réservoir de main-d’œuvre dans les pays en voie de développement ou, plus près de nous, dans les anciens pays communistes est immense et sa qualité ne cesse de s’améliorer. Dans ces conditions, la délocalisation paraît inéluctable.
Pris entre le marteau de la technologie et l’enclume de la globalisation, nous nous retrouvons, à croire les pessimistes, devant un dilemme profondément décourageant : soit freiner le progrès technologique au prix d’un ralentissement de la croissance et d’une moindre création de richesses, soit laisser faire et le chômage devient alors la règle plutôt que l’exception qu’il demeure encore aujourd’hui.
Dans les pays du continent européen, comme la France, la Belgique et l’Allemagne, cette vision décourageante est entretenue et perpétuée par l’expérience quotidienne. En effet, on a beau jurer la main sur le cœur qu’il n’y a pas de priorité plus importante, d’obligation plus ardente que de combattre le chômage et de créer de « bons » emplois, dans la réalité, la situation n’a fait qu’empirer depuis près de vingt ans. Le chômage se propage, s’incruste, se banalise ; les systèmes de protection sociale se fissurent et se fragilisent, l’angoisse et l’anxiété s’accroissent. Plus grave encore, la création de nouveaux emplois et de nouvelles entreprises se fait au compte-gouttes. Des régions autrefois prospères sont devenues des déserts économiques, où le chômage perdure de génération en génération. De gauche ou de droite, volontaristes ou libérales, ambitieuses ou pragmatiques, les politiques antichômage échouent les unes après les autres. La crédibilité des gouvernements ne cesse de s’amenuiser. On finit par croire que l’on a tout essayé et que rien ne marche.
Comment dès lors être surpris de la montée du pessimisme chez les hommes politiques et dans l’opinion publique ? Les voix de ceux qui croient en l’agonie du travail et la fin de l’emploi résonnent de plus en plus fort et trouvent une audience vaste et attentive. Ainsi, le livre de Jeremy Rifkin sur la fin du travail, publié en 1995 (et traduit en français en 1996), a eu un grand retentissement médiatique et a provoqué des débats passionnés aussi bien aux États-Unis qu’en France. Pour Rifkin, la nouvelle économie globale et à forte intensité technologique élimine le besoin d’emplois de masse. Sans action concertée des pouvoirs publics, les économies avancées sont condamnées au chômage à grande échelle 1 .
Si, selon Rifkin, la nouvelle révolution technologique supprime les emplois de bas de gamme et entraîne une surqualification de la force de travail, d’autres analystes, tel André Gorz , affirment au contraire qu’elle mène à une sous-qualification généralisée 2 . Le seul réservoir des emplois à créer se trouverait dans les métiers subalternes, précaires et marginaux des services, pauvres miettes tombant de la table du festin de l’ogre technologique : promeneurs de chiens et autres flippeurs d’hamburgers, « macboulots  » que Gorz appelle les « emplois de servitude », dont la valeur ajoutée est trop faible pour que l’on se donne la peine de les automatiser. Même si les détracteurs des « macboulots » semblent s’opposer aux partisans de Rifkin, les deux camps se rejoignent dans une projection foncièrement pessimiste de l’évolution du monde du travail.
Ce pessimisme est d’autant plus profond que les limites de l’action des gouvernements et des pouvoirs publics semblent largement atteintes. Pour Rifkin, la technologie non seulement détruit l’emploi mais aussi affaiblit les gouvernements. La globalisation rend les états nationaux impuissants voire caducs. Les multinationales règnent en maîtres et imposent une folle course à la compétitivité et la productivité. Pourtant, Rifkin continue de croire que les pouvoirs publics disposent encore des moyens d’agir et de neutraliser les effets néfastes des marchés.

Une surenchère catastrophiste
Après les analystes, voici venu le temps des prophètes de malheur, qui rejettent en bloc le présent et l’avenir. Avec eux, on passe du pessimisme au catastrophisme, de l’interprétation à l’imprécation. Ils sont convaincus que les gouvernants, loin de constituer le dernier rempart contre les ravages de la globalisation technologique et de la technologie globalisante, en sont les plus fervents agents et mènent le monde au désastre. Dans son best-seller inattendu du début de 1997, L’Horreur économique , Viviane Forrester accuse l’élite politique et intellectuelle française et internationale de nous cacher l’horrible vérité : il n’y a plus du tout de besoin objectif d’emplois dans la société moderne 3 . D’une plume brillante, elle déploie une vision dantesque et conspiratrice du monde, qui fascine par son excès même. Son livre, qui a suscité un engouement sans précédent des lecteurs français pour un livre d’économie, est inclassable sur le plan politique. Comment expliquer son attrait ? Son titre a su résumer en une formule choc les angoisses, les craintes, les appréhensions d’un grand nombre de gens qui voient disparaître un univers familier du travail stable, régulier et bien payé, sans qu’on leur fournisse une explication satisfaisante.
Bien écrit, fourmillant de formules à l’emporte-pièce, vibrant d’une passion réelle pour le sujet, le livre de Mme Forrester s’inscrit dans la longue et prestigieuse lignée des livres qui ont remporté un grand succès de librairie, alors qu’ils se sont trompés du tout au tout dans leurs prophéties. Dans les années 1960, Jean-Jacques Servan-Schreiber, avec son Défi américain , a prophétisé l’invasion américaine, alors que les multinationales américaines amorçaient leur repli (même si celui-ci fut temporaire) ; John K. Galbraith , dans Le Nouvel État industriel, nous annonçait le triomphe ultime de la technostructure, des gestionnaires sans capitaux, quelques petites années avant la revanche éclatante des actionnaires. Plus proche de nous, Michel Albert , dans Capitalisme contre capitalisme 4 , se faisait l’apologue du capitalisme rhénan et japonais, au moment même où ces deux pays commençaient à être secoués par des crises sans précédent.
Mme Forrester nous promet la suite où elle exposera ses solutions. En attendant cet événement, on peut patienter en lisant d’autres ouvrages de même inspiration, par exemple Ah Dieu ! que la guerre économique est jolie de Philippe Labarde et Bernard Marris ou L’Illusion économique d’Emmanuel Todd .
Le fatalisme, le pessimisme et le catastrophisme ne cessent de se répandre dans les médias mais aussi dans les forums où se forment les opinions et les propositions d’action. De toutes parts fusent des projets e

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text