100 conseils pour mieux gérer votre argent
108 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

100 conseils pour mieux gérer votre argent , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
108 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


En matière de patrimoine comme ailleurs, il est essentiel de savoir lire entre les lignes, de comprendre ce qui se cache derrière un rendement à première vue alléchant ou une carotte fiscale prometteuse.


Car entre la théorie et la pratique, il y a souvent un écart important !


Ce principe de bon sens vaut aussi pour la gestion des finances personnelles.


Cet ouvrage vous dévoile des astuces de professionnels de la finance, toutes applicables au quotidien à votre situation personnelle, et combat au passage bon nombre d’idées reçues.


Immobilier, assurance vie, épargne, impôts, famille…


Que vous cherchiez à vous constituer un patrimoine ou à faire fructifier votre épargne existante, voici 100 conseils pour investir en toute connaissance de cause et mieux gérer votre argent !




IMMOBILIER
Investir dans le locatif
Investir dans les SCPI
Acheter pour soi


ASSURANCE VIE
Le couteau suisse du patrimoine


ÉPARGNE
Adopter les bonnes stratégies
Choisir les bons produits


IMPÔTS
Bien déclarer ses revenus
Éviter les mauvaises surprises


FAMILLE
Aider et protéger ses proches


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2022
Nombre de lectures 289
EAN13 9791039703192
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0800€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

100 conseils pour mieux gérer votre argent



100 conseils pour mieux gérer votre argent
Immobilier - Assurance vie - Épargne - Impôts - Famille
Auteur : Olivier DECARRE
Édition 2022
© GERESO Édition 2022
Direction de collection : Catherine FOURMOND
Suivi éditorial et conception graphique : GERESO Édition
Illustration de couverture : © Irina_Strelnikova/gettyimages.fr
www.gereso.com/edition
e-mail : edition@gereso.fr
Tél. 02 43 23 03 53 - Fax 02 43 28 40 67
Reproduction, traduction, adaptation interdites
Tous droits réservés pour tous pays
Loi du 11 mars 1957
Dépôt légal : Septembre 2022
ISBN : 979-10-397-0249-2
EAN 13 : 9791039702492
ISBN numériques :
ISBN eBook : 979-10-397-0317-8
ISBN ePub : 979-10-397-0318-5
GERESO SAS au capital de 465 920 euros - RCS Le MANS B 311 975 577
Siège social : 38 rue de la Teillaie - CS 81826 - 72018 Le Mans Cedex 2 - France





Parmi les « Hors Collection » GERESO Édition
• Adieu les problèmes au travail !
• Bien travailler à distance avec les outils numériques
• Donnez des ailes à vos ados
• Écrire vite, écrire court, écrire bien !
• Famille et travail, je gère !
• J'aime pas ma voix
• L'intelligence créative au travail
• Mets du bonheur dans ton business
• Rencontrer, aimer, partager
• Réussir l'impossible
• Réveiller son énergie vitale
• Révélez votre potentiel créatif
• S'affirmer
• Travailler, pour quoi faire ?
Retrouvez tous nos titres « Hors Collection » sur librairie.gereso.com





Introduction
Entre la théorie et la pratique, il y a souvent un écart important. Ce principe de bon sens vaut aussi pour la gestion des finances personnelles. Un exemple ? Si vous proposez à la location pour 6 000 € par an un bien immobilier acheté 100 000 €, il est aisé de conclure que vous avez un rendement de 6 %. C’est d’ailleurs le type de discours que tiennent beaucoup de « conseillers » soucieux de placer rapidement leurs produits et oubliant au passage quelques détails non négligeables. Il n’empêche que si l’on intègre le coût de l’entretien régulier du bien ainsi que celui de la fiscalité (taxe foncière, impôt sur les loyers nets…), le rendement réellement obtenu est bien souvent moins spectaculaire.
Autre exemple avec l’assurance vie. A priori , mieux vaut verser sur un vieux contrat à la fiscalité allégée. C’est en tout cas le discours tenu dans de nombreux établissements. Mais dans la pratique, ces vieux contrats sont souvent parmi les moins performants du marché et les plus chargés en frais. On perd donc d’un côté ce que l’on gagne de l’autre quand on ne perd tout simplement pas plus que l’on gagne.
Et que penser plus largement de la défiscalisation ? Ces solutions sont-elles toujours aussi profitables que le laissent espérer leurs brochures publicitaires ? L’expérience montre qu’il vaut parfois mieux choisir un placement rentable et fiscalisé qu’un produit exonéré mais à la performance finale très aléatoire…
C’est de ces constats faits tout au long de ma carrière de journaliste financier et de conseiller en gestion de patrimoine qu’est née l’idée de chroniques quotidiennes aujourd’hui regroupées dans ce guide. En matière de patrimoine comme ailleurs, il est essentiel de savoir lire entre les lignes, de comprendre ce qui se cache derrière un rendement à première vue alléchant ou une carotte fiscale prometteuse.
Ce guide n’a pas pour but de vous fournir un énième inventaire exhaustif et détaillé des divers produits de placement et de leur fonctionnement. Qu’il s’agisse d’immobilier, d’assurance vie, de fiscalité, d’épargne ou de transmission, l’objectif de ce recueil est avant tout de vous faire partager quelques astuces pratiques de professionnels de la finance… et de combattre au passage bon nombre d’idées reçues.
Bonne lecture.
Olivier Decarre
Avertissement
Ce guide a été élaboré et mis à jour au regard de la législation en vigueur à la date d'impression. Toute évolution du droit civil ou du droit fiscal sera susceptible de rendre caducs certains des conseils délivrés dans cet ouvrage.
Nous attirons aussi l’attention du lecteur sur le fait que certains taux évoqués ici (comme celui du Livret A) sont susceptibles d’avoir évolué depuis l’impression de cet ouvrage. Les taux en vigueur peuvent aisément être vérifiés sur le site www.service-public.fr


Partie 1
immobilier




Chapitre 1
Investir dans le locatif


1. Quels justificatifs pouvez-vous demander à un locataire ?
Depuis 2015, la loi fixe la liste exhaustive des documents que peut réclamer le propriétaire.
Lors d’une mise en location, le propriétaire est naturellement tenté de prendre un maximum de précautions et pour cela d’exiger de nombreux justificatifs. Pourtant, en la matière, tout n’est pas toléré. La loi Alur a en effet fixé la liste des pièces qu’un bailleur est en droit d’exiger. Des dispositions qui ont par la suite été précisées par décret.
Identité
Une seule pièce d’identité peut être demandée parmi la liste suivante : carte d’identité, passeport, permis de conduire, permis de séjour.
Justificatif de domicile
Le locataire peut de surcroît se limiter à un seul justificatif de domicile. Il peut s’agir des trois dernières quittances de loyer, d’une attestation fournie par un bailleur social, d’une attestation sur l’honneur de l’hébergeant, d’un avis de taxe foncière, ou d’un titre de propriété.
Attestation professionnelle
Ici, le propriétaire peut exiger plusieurs pièces. Celles-ci doivent toutefois être choisies dans la liste suivante : contrat de travail (ou attestation du futur employeur), extrait de registre de commerce pour les entreprises commerciales, extrait du registre des métiers pour les artisans, copie du certificat Insee pour les indépendants, copie de la carte professionnelle pour les professions libérales, toute pièce récente attestant de l’activité pour les autres professionnels, carte d’étudiant (ou certificat de scolarité) pour l’année en cours.
Attestation de ressources
De même, plusieurs attestations de ressources peuvent être exigées. Les pièces autorisées sont les suivantes : avis d’imposition (dernier ou avant dernier), trois derniers bulletins de salaires, justificatif d’indemnités de stage, deux derniers bilans pour les non-salariés, justificatif des prestations reçues sur les trois derniers mois (retraite, pension, allocations…), attestation d’aide au logement, avis d’attribution de bourse, titre de propriété (ou avis de foncière) d’un bien immobilier, justificatifs de revenus fonciers, de rentes viagères ou de produits financiers.
Caution
Les mêmes dispositions s’appliquent pour la caution. Toutefois, la nature des pièces peut légèrement différer. Pour le justificatif de domicile, il est par exemple envisageable de fournir une facture d’électricité ou d’eau.
2. Pensez à vérifier l’authenticité des justificatifs de revenus de vos locataires
Beaucoup de propriétaires se posent cette question : les justificatifs de revenus fournis par mes locataires sont-ils fiables ? La question n’a en effet rien d’insensé, le développement des outils numériques ayant rendu plus aisée la falsification de documents. Comment alors s’assurer de l’authenticité des éléments transmis ?
Pour aider les propriétaires à y voir clair, le ministère de l’Économie et des Finances a mis en ligne le service de vérification des avis d’impôt sur le revenu (SVAIR), accessible à l’adresse suivante : https://cfsmsp.impots.gouv.fr/secavis/
Concrètement, cet outil permet de vérifier gratuitement la cohérence entre le justificatif fourni et l’avis d’imposition (ou de situation déclarative) émis par l’administration fiscale.
Deux identifiants
Pour procéder à la vérification, il suffit au propriétaire de saisir deux identifiants présents sur le document transmis par le locataire : le numéro fiscal et la référence de l’avis d’imposition. Si les revenus affichés à l’écran diffèrent de ceux présents sur le document fourni par le locataire, le propriétaire peut suspecter une modification des données par le locataire.
Attention néanmoins, le document fourni peut ne pas correspondre dans certaines situations particulières comme la correction récente en ligne de la déclaration de revenus ou le dépôt d’une déclaration rectificative.
3. Location meublée : n’oubliez pas le mobilier requis !
La liste précise du mobilier à mettre à disposition a été établie par un décret. Mieux vaut s’y conformer pour éviter une requalification du bail.
Louer en meublé présente de multiples avantages. Outre le cadre fiscal attractif offert par exemple par le statut de LMNP (Loueur en meublé non professionnel), ce mode de location permet aussi de proposer des baux plus courts (un an au lieu de trois). Mais en retour, le propriétaire est soumis à des contraintes.
Selon le principe posé par la loi, le propriétaire doit notamment veiller à ce que le logement meublé dispose d’équipements en adéquation avec les exigences de la vie courante. L’exécutif est même allé plus loin puisqu’en 2015, un décret est venu détailler la liste du mobilier minimal nécessaire (décret 2015-981 du 31 juillet 2015 consultable sur le site legifrance.fr).
Le logement doit notamment intégrer une literie avec couette ou couverture, des plaques de cuisson, un four (ou un micro-ondes), un réfrigérateur, des étagères, de la vaisselle pour la prise des repas, des usten

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents