137 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Ne jardinez plus comme une courge ! , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
137 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Comment produire vos propres graines, les semer et les récolter ? Quels sont les meilleurs trucs pour pailler, multiplier ou soigner vos plantes ? Comment arroser efficacement vos plantations tout en faisant de belles économies ?
Retrouvez dans cet ouvrage toutes les astuces d'un professionnel du jardinage et découvrez tous les secrets merveilleux qui vous manquaient pour vous faciliter la vie au quotidien !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 juin 2012
Nombre de lectures 6
EAN13 9782815302920
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0056€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Michel Beauvais
Illustrations : Audrey Caron
Ne jardinez plus comme une courge !
(Tous les bons trucs)
Avant-propos

“ Taupes et mulots Sors d’men clos Ou j’te casse les os. ”

Vous me réciterez cette ritournelle le premier dimanche de carême, à la nuit tombée, en brandissant une torche ardente et en galopant autour du jardin. Moyennant quoi les rongeurs susdits déguerpiront !
C’est un truc de grand-mère - ou de grand-père, ou plutôt d’un arrière-arrière grand-père, car il vient sans doute en droite ligne de pépé Cro-Magnon ! Et de cette eau-là, il y en a des tas – les grands-mères d’antan ayant plus d’un tour dans leur sac… et même parfois fortement tendance à chevaucher les balais ! Vous en voulez d’autres ? Abstenez-vous de semer le pois les jours en « r » (mardi, etc.) ! Et les choux à la mode de chez nous, faites-les planter par une dame qui devra psalmodier : « Que la tige soit comme ma jambe, la tête comme ma tête, les feuilles comme mon tablier » (une bien belle coutume allemande) ! Quand aux cendres du feu de la Saint-Jean, n’oubliez pas de les disperser aux quatre vents : elles guérissent le potager de toutes les maladies.
Tout cela, direz-vous, c’est magie, sorcellerie et potions à la graisse de troll… Mais les trucs de jadis, il y en a beaucoup d’excellents… L’expérience accumulée de générations de jardiniers… C’est vrai… C’est sans doute vrai… Mais si vous le permettez, il faut peut-être y regarder de plus près… Le jardinage, c’est sans doute ludique, poétique et bucolique, et nécessairement empirique. Mais de là à verser dans le fantastique, le folklorique, le fantasmagorique et le féerique, non ! Même si les plantes et l’humus sont parfois excentriques, un brin de logique ne nuit pas. Mettons-nous à l’écoute des trucs et des recettes de grand-papa ou de l’oncle Théodule, d’accord… mais prenons tout de même la peine de vérifier si ça marche ! Et si le remède n’est pas pire que le mal (ça arrive !).
Car enfin, les CDs qui tournicotent dans les branches du cerisier… qu’est-ce qu’on en pense à la maison Merle ? Et le divin purin de limace – vous en reprendrez bien une louche ? Et les bouts de barbelé chrétiennement glissés dans la galerie d’une pauvre aveugle pour que cette infortunée Miss Taupe se vide subrepticement de son sang, est-ce vraiment joli, joli ? Et faire pipi sur le compost, fiction ou simple miction ? Et le coup de brancher sur fil de cuivre la tige de la tomate ? Et le marc de café dans les pots de fleur ? Et les cheveux de Madame pour arrêter les lapins ?
Nous avons donc pris la peine de vérifier – en expérimentant et en recueillant des témoignages – afin d’éliminer craques, hâbleries et galéjades... pour ne conserver que la crème des trucs (la récolte est des plus intéressantes !) et ne plus jardiner comme une (grosse) courge !
Michel Beauvais
Se simplifier la vie au potager
Petits trucs pour le potager
Chaque plante potagère a ses caprices, ses exigences et ses originalités, ainsi que ses points faibles. En accomplissant le bon geste au bon moment, ou en s’abstenant de faire le mauvais, on s’évite bien des déboires.

> Ail – plantation
Ouvrez des sillons de 4 ou 5 cm de profondeur et distants de 20 à 25 cm. Plantez les caïeux sur la crête du sillon, en les recouvrant légèrement de terre – le petit fossé ainsi crée sert au drainage. Pour récolter l’ail de conservation, attendez que les feuilles soient sèches aux deux tiers.
> Artichaut – protection
Cette plante n’aime ni la forte chaleur – paillez et arrosez en été – ni le froid : avant les gelées, coupez les tiges qui ont donné des têtes et les grandes feuilles ; ensuite, buttez la base de la touffe et couvrez avec des feuilles sèches ou de la paille.
> Aubergine – repiquage et taille
N’installez pas les plants avant le 15 mai au nord de la Loire. Certaines variétés ne se taillent pas. Dans les régions chaudes, on peut conserver davantage de fruits – mais une dizaine maximum, quand tout va bien, dans les zones un peu fraîches.
> Betterave – semis
Les graines de betterave sont des « glomérules » – sortes de petits bouquets de mini-fruits dont chacun contient une semence. Après la levée, il est donc nécessaire d’éclaircir sur le rang à 10-15 cm, les plants récupérés pouvant être repiqués. Le semis se fait en lignes espacées de 30 cm. Recouvrez les graines de 2 cm de terreau.
> Carotte – semis
Ajoutez un peu de semence de radis à celle de la carotte ; c’est un bon moyen pour éloigner l’araignée rouge qui attaque le germe de la graine de carotte quand il apparaît.
> Céleri à côtes – blanchiment
Une quinzaine de jours avant la récolte, liez les feuilles et buttez le pied. Pour que les côtes soient encore plus tendres, on peut les emballer dans un morceau de film plastique noir ou encore dans du carton que l’on attache avec de la ficelle.
> Chou-fleur – protection
Lorsque les pommes se forment, pour qu’elles conservent leur couleur et leur bel aspect, rabattez les grandes feuilles en cassant la nervure. Pour obtenir une belle récolte, il est nécessaire de conserver à la terre sa fraîcheur : arrosages et paillage s’imposent donc.
> Chou-rave – semis
Curieusement, le chou-rave reste peu connu et peu cultivé. Pourtant sa culture est facile et il est délicieux ! On le sème à partir d’avril, en pépinière, et on le repique au stade 5 feuilles. On peut aussi le semer en place. La récolte intervient rapidement, au bout de 2 mois, quand la boule est grosse comme une petite pomme. Toutefois, certaines variétés grossissent beaucoup plus et sans durcir !
> Échalote – semis
Tout le monde ne le sait pas, mais on peut semer l’échalote, la vraie, en mars et en lignes, pour une récolte en septembre. L’échalote semée est moins sensible aux maladies. On trouve des sachets de graines dans les grandes jardineries et sur le site d’un certain nombre de grainetiers en ligne.
> Fenouil bulbeux – repiquage
Cette plante a besoin de chaleur et il ne faut pas la repiquer trop tôt – deuxième quinzaine de mai au nord de la Loire. Pour éviter que les pommes ne durcissent, il faut un sol riche, meuble et plutôt frais – pas de terre calcaire et caillouteuse ! En zone chaude, on peut semer en juillet-août pour une récolte d’automne. Pour récolter, n’attendez pas trop : la plante monte facilement à graines (un arrosage régulier retarde la montée), et surtout la pomme durcit. Mieux vaut de petits bulbes que des bulbes coriaces !
> Haricot – rouille
Si vos haricots grimpants ont été touchés par la rouille l’année précédente, contentez-vous des haricots nains pour cette saison : ils sont théoriquement moins touchés par la maladie (qui se manifeste par des taches brunes, en masses, sur les feuilles). La décoction de prêle est une bonne prévention, mais il faut détruire rapidement les sujets atteints.
> Haricot vert nain – récolte
Il existe des variétés de haricots verts nains qui portent leurs gousses dans la partie supérieure de la plante, au-dessus du feuillage, ce qui facilite beaucoup la récolte : ‘Pongo’, ‘Liverte’…
> Laitue – semis
Les graines ont besoin de lumière pour germer. Recouvrez-les de très peu de terreau, mais plombez en tapotant avec une planchette. Et faites attention aux oiseaux, très friands de ces graines !
> Lentilles – récolte
Arrachez les pieds un peu avant la complète maturité des graines et laissez-les au soleil pendant une journée. Ensuite, suspendez-les si possible dans un hangar, en bottes. Battez les bottes pour récupérer les graines juste avant leur utilisation. En effet, les lentilles se conservent mieux dans les gousses.
> Mâche – semis
Semez-la jusqu’à fin août (au nord de la Loire) pour les récoltes d’automne. Sur une planche libérée par une culture antérieure, il suffit de ratisser, de semer peu densément, de recouvrir légèrement et de bien plomber (tasser). Pour conserver la terre humide jusqu’à la levée, on peut étaler des sacs de jute humidifiés.
Truc bof
> Souche piquée à l’ail
Dessoucher, c’est difficile. Les souches des gros arbres au bois dur sont accrochées par des tentacules qui descendent au plus profond des entrailles de la terre, et les gros engins s’y cassent les dents et les engrenages. Or, on parle d’une solution miracle : percer des trous dans la souche et in

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text