142 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les increvables au jardin , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
142 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Marre de passer vos étés à arroser votre jardin tous les deux jours ? Triste de voir souffrir les végétaux autour de vous, les feuilles pendantes voire brûlées par des températures record ? Le dérèglement climatique et ses étés caniculaires nous invitent à penser autrement nos jardins. Et si vous choisissiez de planter des végétaux sobres en eau ?

Arbres, arbustes, vivaces, grimpantes, couvre-sol, légumes, fruits… vous trouverez dans cet ouvrage une sélection de plantes aux multiples couleurs et textures se contentant de peu d’eau. Du travail du sol au choix des végétaux adaptés à la région en passant par des méthodes culturales raisonnées, qui vont de pair avec des arrosages réalisés à bon escient, les auteurs de ce livre vous donnent ici une mine de conseils pour éviter de gaspiller l’eau.

Découvrez les jardins « secs » et laissez-vous séduire par leur beauté.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 29 août 2022
Nombre de lectures 40
EAN13 9782815320054
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

MICHÈLE ET JEAN-CLAUDE LAMONTAGNE
Les increvables au jardin

QUE PLANTER POUR MOINS ARROSER
Sommaire Introduction POURQUOI UN JARDIN SOBRE ? Penser autrement le jardin Concevoir un jardin sobre QUELQUES NOTIONS DE BASE Le sol réservoir n° 1 du jardinier Bien traiter son sol Un jardin sec en sol argileux Les responsables du dessèchement Préparer son sol pour retenir l'eau Couvrir le sol d’un paillis L’art de bien arroser Les bonnes techniques d'arrosage Récupérer l’eau du ciel Des idées fausses sur la sécheresse L’eau et les pots, un mariage à surveiller Pour un bon entretien Quelques cas particuliers LE MONDE DES PLANTES Les ruses des plantes Les fleurs Les graminées de plein soleil De grandes vedettes : les feuillages gris Nos colonisatrices préférées Les bulbes Les meilleurs arbres pour jardin sec Les arbustes Clore son jardin : les haies Des grimpants pour une autre dimension Pour le bord de mer et les zones ventées Un peu d’exotisme Un autre gazon Les plantes couvre-sol Le jardin gourmand UN MODÈLE D’AVENIR : LE JARDIN DE GRAVIERS Carnet d'adresses Page de copyright
Points de repère Page de Titre Couverture Corps de texte

Introduction
Le changement climatique annoncé par les travaux de spécialistes scientifiques à travers le monde apparaît comme une réalité de moins en moins contestée pour notre siècle. Les jardiniers, proches, plus que d’autres, des aléas quotidiens de la météo en constatent les effets sur leurs pratiques culturales. Ils se doivent de prendre en compte l’arrivée bien réelle et régulière de périodes de longues sécheresses estivales avec de fortes canicules.
Un constat que certains professionnels ont anticipé depuis longtemps dans notre pays ou encore en Grande-Bretagne où la passion des jardins a conduit à l’élaboration de jardins « secs » grâce à des techniques éprouvées et à l’utilisation de plus en plus large de végétaux bien adaptés. C’était il y a une trentaine d’années une nouvelle tendance, voire une mode que l’on jugeait éphémère et relativement peu suivie. Aujourd’hui, face à de nouvelles contraintes, on s’intéresse beaucoup à un nouveau jardinage qui se veut plus écologique, mieux adapté à l’environnement naturel, plus durable, plus responsable pour reprendre des termes à la mode et surtout plus économe en eau.
Un choix de bon sens en somme qui compose aussi avec les exigences des sols souvent pauvres et assoiffés entre juin et octobre et d’un climat en évolution. Sachons nous inspirer du vieil adage jardinier qui nous indique de tenter « d’apprivoiser la nature tout en lui obéissant ».
Pourquoi
un jardin sobre ?
Nouvelle tendance, mode éphémère ? A priori rien de tout cela mais plutôt un réveil que certains jugeront tardif pour un jardinage plus écologique, mieux adapté à l’environnement naturel, et surtout plus économe en eau, en temps, en fatigue et en produits.
Un choix de bon sens en somme, qui compose avec les exigences des sols et du climat local, qui, plutôt que de recourir à des artifices, privilégie une lutte à armes inégales avec des périodes de sécheresse, sans doute appelées à devenir de plus en plus fréquentes, et un sol pauvre et assoiffé entre juin et octobre.
Penser
autrement le jardin
Aujourd’hui, nombre de jardiniers amoureux de la nature sont prêts à modifier leurs habitudes. Ce faisant, ils rendent compte de la prise de conscience de plus en plus aiguë des menaces planant sur notre environnement et veulent jeter un regard clairvoyant sur les ressources naturelles dont l’eau fait partie. À la recherche d’une approche moins artificielle du jardinage, ils s’inspirent des paysages naturels, privilégient les espèces locales, spontanées, au charme simple. Tout cela en accord avec leurs soucis d’esthétique et d’harmonie.

Une nouvelle
approche du jardin
L’idée-force est de bien observer son terrain, la végétation sauvage qui l’entoure (bois, friches, jardins abandonnés…) et de s’inspirer au mieux des végétaux qui sont parvenus à s’adapter naturellement. On saura alors choisir judicieusement des plantes qui ont fait leurs preuves, sous son propre climat ou dans des conditions similaires à travers le monde. On apprendra à connaître leurs exigences, leur rythme de vie, leurs points forts et leurs faiblesses. Et tout cela sans modifier fondamentalement les conditions de culture. Quelques techniques simples et peu onéreuses pourront éventuellement les favoriser, mais ce sont avant tout les bonnes plantes à la bonne place qui feront la différence.


Des plantes bien adaptées
Avant d’accueillir une nouvelle espèce, posez-vous les questions suivantes :
• D’où vient cette plante (zone semi- désertique, tempérée, tropicale sèche ou humide…) ?
• Quelles sont ses exigences quant à la nature de sol et sa résistance aux froids de l’hiver ?
• Quel type de sécheresse peut-elle supporter ? (brève et brutale, longue et plus permanente…) ?
Si les réponses obtenues paraissent peu en accord avec vos conditions de culture, oubliez cette nouveauté, même si elle vous tente.


Choisir
des espèces adaptées à un jardin sobre
Un tel jardin ne risque-t-il pas de se montrer trop uniforme avec un éventail restreint de végétaux, un manque de diversité, d’éclat et de couleurs ? Comment s’informer pour un bon choix, large, judicieux et adapté à vos besoins ? Cet ouvrage va essayer d’apporter quelques réponses à vos interrogations bien légitimes en vous proposant des techniques qui ont fait leurs preuves, des plantes indigènes souvent délaissées ou parfois venues de contrées lointaines. Elles sauront vous offrir une vaste palette de couleurs, de formes, d’utilisations pour créer un monde élégant, subtil, raffiné, mais qui saura rester sobre.
Avec elles, vous oublierez les corvées de l’arrosage abondant et quotidien, les angoisses de l’absence, la tristesse d’un jardin trop délaissé pendant vos vacances. Bien sûr, il faudra en bien des régions abandonner vos rêves des traditionnelles plates-bandes herbacées à l’anglaise, de fraîches bordures d’hostas, de bosquets, d’azalées, de rhododendrons ou d’hortensias, renoncer à la dernière clématite à la mode, à quelques nouvelles roses ou, bien souvent, au vert uniforme d’un tendre gazon si gourmand en eau.

Se laisser guider
par la nature
Vous allez devenir sage et réaliste, optimiste et curieux pour une nouvelle vie au jardin. Tout ne va pas se transformer d’un coup. Vous changerez peu à peu vos habitudes en faisant des choix : sélectionner des végétaux bien adaptés et sobres, arroser selon un meilleur rythme ( voir ici ) en fonction de nécessités vitales (bonne reprise et ancrage dans le sol d’un arbre ou d’un arbuste lors de la première année), accepter la disparition d’une espèce qui n’est plus faite pour votre « jardin sec ». Tout ceci ne vous empêchera pas de conserver une partie proche de la maison qui demeurera plus verdoyante, plus diversifiée, avec des espèces pas réellement sobres, mais peu exigeantes en eau. Vous pourrez ainsi continuer à jouir des parfums des chèvrefeuilles, genêts ou rosiers botaniques. Tenter aussi l’adoption de quelques sujets et décider plus tard de les conserver dans votre futur jardin économe en eau.

L’eau dans la nature
• L’eau couvre environ 70 % de la surface terrestre. Depuis 3,5 milliards d’années, le volume d’eau sur notre planète n’a pas changé, son cycle fonctionnant en circuit fermé.
• L’eau douce représente moins de 3 % des ressources. Elle est stockée à 70 % dans les glaciers polaires.

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text