Limbes
150 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
150 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Hier, j’ai appris tous les secrets d’Oasis. En tout cas, c’est ce que je pensais. Alors qu’une nouvelle menace émerge, les festivités très attendues du jour des naissances se transforment en cauchemar et cette fois, il n’y aura pas d’échappatoire.

Sur Oasis, les apparences sont toujours trompeuses.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2021
Nombre de lectures 10
EAN13 9781631422232
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0250€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Limbes
Les Derniers Humains : Tome 2


Dima Zales

♠ Mozaika Publications ♠
Table des matières



Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
Chapitre 9
Chapitre 10
Chapitre 11
Chapitre 12
Chapitre 13
Chapitre 14
Chapitre 15
Chapitre 16
Chapitre 17
Chapitre 18
Chapitre 19
Chapitre 20
Chapitre 21
Chapitre 22
Chapitre 23
Chapitre 24
Chapitre 25
Chapitre 26
Chapitre 27

Extrait de Les Lecteurs de pensée
Extrait de Le Code arcane
Extrait de Liaisons Intimes
À propos de l’auteur
Ceci est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages, les lieux et les événements sont soit le produit de l’imagination de l’auteur, soit utilisés de manière fictive. Toute ressemblance avec des personnes, vivantes ou non, des entreprises, des événements ou des lieux réels n’est que pure coïncidence.
Copyright © 2016 Dima Zales and Anna Zaires
http://www.dimazales.com/series/francais/
Tous droits réservés.
Sauf dans le cadre d’un compte-rendu, aucune partie de ce livre ne doit être reproduite, scannée ou distribuée sous quelque forme que ce soit, imprimée ou électronique, sans permission préalable.
Publié par Mozaika Publications, une marque de Mozaika LLC.
www.mozaikallc.com
Couverture par Najla Qamber Designs
www.najlaqamberdesigns.com
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Suzanne Voogd
Révision linguistique par Valérie Dubar
e-ISBN : 978-1-63142-223-2
Print ISBN : 978-1-63142-224-9
1

J e marche dans le désert , le soleil rayonnant sur ma peau. J’aperçois un scintillement bleuté au loin. Est-ce un mirage ? Je cours dans sa direction et le scintillement se transforme rapidement en un océan bleu infini.
Je suis fou de joie. J’ai toujours voulu voir l’océan.
Soudain, une silhouette en bikini et cheveux courts apparaît devant moi et dit :
— Je ne savais pas si cela allait fonctionner, mais je voulais tenter le coup. Tu es en train de rêver, mais il faut que tu te réveilles.
Une fois que la surprise de son apparition est passée, je me rends compte qu’elle a raison. D’une certaine façon, je savais que je rêvais. Après tout, il n’y a pas de dômes ni de barrières autour de moi et je sais que les océans et les déserts n’existent pas sur Oasis.
Cette prise de conscience me réveille en sursaut.
Les lumières du dortoir sont tamisées au point d’être à peine perceptibles. Ce n’est donc pas encore le matin.
— Je suis désolée de m’être immiscée dans ton rêve, dit Phoe. Je sais qu’il est tôt, mais c’est urgent et nous devons parler.
J’essaie de me réveiller pour de bon en me frottant les yeux.
Phoe se tient près de mon lit. Son visage habituellement souriant est parcouru de rides inquiètes. Je ne sais pas si elle est restée plantée là toute la nuit. En fait, elle n’est pas vraiment là. Je peux la voir grâce à sa maîtrise de l’interface de réalité augmentée. La véritable Phoe – l’intelligence artificielle du vaisseau – est partout.
À mesure que je me réveille, ce que j’ai appris hier me revient à l’esprit : la Quiétude que j’ai subie pour avoir posé trop de questions après l’oubli de Mason, l’évasion de la prison des sorcières avec l’aide de Phoe, ma fermeture du zoo, le jeu IRES qui a suivi, la course à travers la forêt. Je me rappelle avoir volé sur un disque, m’être fait capturer et presque tuer, avoir rejoué au jeu IRES pour la seconde et dernière fois. Et surtout, je me souviens des révélations fracassantes qui ont suivi, et cela m’inonde la tête de questions auxquelles je n’ai pas pensé la veille. Par exemple, si nous nous trouvons sur un vaisseau spatial, vers où volons-nous ? Quand arriverons-nous ? Pourquoi...
— Je cherchais justement à répondre à ces questions. Découvrir où nous nous trouvons dans le cosmos est une de mes priorités... après notre survie.
Phoe jette un coup d’œil prudent en direction de la porte avant de reporter son attention sur moi.
— Malheureusement, je n’ai pas encore les capacités informatiques nécessaires au calcul de notre situation dans l’espace. Cependant, j’ai découvert comment nous pouvons acquérir ces ressources. Sauf que, comme je te l’ai dit, notre survie est primordiale et... il y a quelque chose que tu devrais voir.
Son ton génère un pic d’adrénaline qui chasse les dernières traces de sommeil de mon cerveau. Je laisse automatiquement le nettoyage du matin s’occuper de mes dents pendant que je pose mes pieds dans mes chaussures et que je tends la main pour prendre une barre de nourriture. Une petite table de chevet avec un gobelet d’eau se trouve déjà là. Cela doit venir de Phoe.
— Ai-je le temps de manger ou boire ? m’enquis-je mentalement.
— Oui, dit-elle. Le danger n’est pas immédiat. C’est juste quelque chose que tu dois voir, et le plus tôt sera le mieux.
Je fais apparaître un écran pour vérifier l’heure : il est six heures moins le quart. J’aurais pu dormir au moins deux heures de plus. J’enfourne la moitié de la barre de nourriture et je la mâche avidement tout en marmonnant que cette privation de sommeil n’était pas nécessaire.
— Nous avons eu de la chance, dit Phoe en jetant un nouveau coup d’œil vers la porte. Leur rencontre a eu lieu dans la réalité virtuelle, mon domaine.
J’avale une gorgée d’eau et lui demande mentalement :
— Qui ça ? Et quelle rencontre ?
— Il vaut mieux que tu voies cela de tes propres yeux, répond-elle en se mordant la lèvre. Je n’ai pas assez confiance dans le langage pour quelque chose de ce genre. C’est un mode de communication notoirement imprécis. En outre, j’ai besoin de voir si ton analyse est la même que la mienne.
J’avale d’un coup le reste de la nourriture et je la fais descendre avec de l’eau en me forçant à ne pas regarder ses lèvres.
— Très bien. Je suis prêt.
— Ton repaire, dit Phoe brusquement.
Le visage sérieux, elle fait le geste des deux majeurs qu’elle a inventé pour me faire entrer dans l’environnement virtuel – comme si je pouvais l’oublier un jour.
Je souris intérieurement en pensant à ce que dirait Liam s’il se réveillait et me voyait faire ce geste. Il supposerait certainement que je lui faisais un double doigt d’honneur.
— Maintenant, Theo, chuchote Phoe sèchement.
Le corps de Phoe ne se tient plus devant moi, alors je fais le geste en ciblant des doigts l’endroit où elle se trouvait avant.
Si j’avais encore été un peu endormi, l’expérience du tunnel blanc m’aurait complètement réveillé.
J’examine mon repaire en clignant des yeux. J’aperçois un bocal de mort-aux-rats à ma droite, et à ma gauche se trouve une baignoire en plastique remplie d’un liquide à l’odeur atroce. Peut-être de l’acide chlorhydrique.
— Es-tu d’accord afin que je t’immerge dans un enregistrement de réalité virtuelle ? demande Phoe.
Je regarde dans la direction d’où vient sa voix, prêt à m’abriter les yeux. La dernière fois que j’ai vu Phoe ici, elle brillait d’une sorte de lumière divine.
— Oui, pas besoin de t’inquiéter, dit-elle et je vois qu’elle est exactement comme dans le monde réel, sauf que ses yeux bleus sont anxieux.
Elle fait descendre ses mains le long de ses courbes.
— Je prendrai cette forme quand nous serons ici, en particulier à la lumière de ce que nous sommes sur le point de voir.
Je la fixe du regard quand elle passe une main dans ses cheveux, transformant sa coupe courte et soignée en un tas d’épis.
— Alors, es-tu d’accord afin que je t’immerge dans cet enregistrement ? insiste-t-elle. Tu y consens ?
Je cligne des yeux.
— Pourquoi pas ?
— Eh bien, j’ai promis de ne rien faire à ton esprit sans ta permission. Pour que tu puisses voir ceci, je vais devoir te connecter à...
— Bien sûr, dis-je alors que la curiosité accélère mon pouls. Fais ce que tu as à faire.
Phoe fait un geste évoquant un chef d’orchestre. Ma vue et mon ouïe se troublent comme le bruit blanc d’une ancienne télévision déréglée.
Quand mes sens se sont débarrassés des parasites, je ne me tiens plus dans ma grotte.
J’examine ce qui m’entoure en entendant une magnifique musique envoûtante.
L’endroit ressemble à une cathédrale ancienne, sauf que c’est beaucoup plus grand. Même la basilique Saint-Pierre au Vatican, la plus grande structure de ce genre que j’ai pu voir dans les livres, pourrait entrer plusieurs fois dans cette immense salle. La musique vibrant dans l’air augmente le sentiment d’être petit et insignifiant.
— C’est de l’orgue, résonne la voix tendue

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents