Les Ténébreuses - Tome I - La Fin d'un monde , livre ebook

icon

188

pages

icon

Français

icon

Ebooks

2011

Écrit par

Publié par

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
icon

188

pages

icon

Français

icon

Ebook

2011

icon jeton

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lire un extrait
Lire un extrait

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne En savoir plus

Le grand duc Ivan est amoureux de la modeste Prisca et s'oppose à sa mère qui veut le voir épouser la fille du prince Khirkof. De plus, il dénonce l'attitude de Raspoutine qui entraîne les dames de la cour dans une secte où elles deviennent les Ténébreuses. Il reçoit l'aide de la Kouliguine, célèbre danseuse qui dirige un complot contre le Tsar. Ivan et Prisca se réfugient en Finlande. Mais Prisca est enlevée, et promise à devenir une soeur des Ténébreuses...
Voir Alternate Text

Publié par

Date de parution

30 août 2011

Nombre de lectures

170

EAN13

9782820606600

Langue

Français

Les T n breuses - Tome I - La Fin d'un monde
Gaston Leroux
Collection « Les classiques YouScribe »
Faitescomme Gaston Leroux, publiez vos textes sur YouScribe
YouScribevous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-noussur :

ISBN 978-2-8206-0660-0
À Madame Jeanne Gaston LEROUX, à ma chère femme, je dédie cet ouvrage en hommage de mon amour et de ma reconnaissance.
G. L.
I – COUPS DE PIOCHE SOUS UN EMPIRE

L’homme déposa, un instant, sa pioche, et d’un revers de main essuya son front en sueur.
Au sein des ténèbres, dans ce trou, il n’était éclairé que par le rayon sournois d’une petite lanterne accrochée au-dessus de lui, à la paroi. Sa figure apparaissait alors avec un funèbre relief.
Certes ! elle n’était point d’un jeune homme, mais la vie farouche qui l’animait n’annonçait point un vieillard.
Ce masque semblait avoir été modelé à la fois par la douleur et par la fureur.
Ce dernier sentiment éclatait surtout quand l’homme reprenait son pic et le lançait à toute volée contre cette pierre dure qu’il émiettait autour de lui.
Le geste qu’accompagnaient tant de feu dans le regard et un rayonnement si hostile de toute la face ravagée était terrible. Le terrassier, quand il frappe, ne trahit extérieurement que l’effort ; cet homme travaillait comme on tue.
Contre quoi ou contre qui cet homme travaillait-il donc, au fond de son trou ?…
Il avait, derrière lui, des paniers qu’il remplissait, entre deux coups de pioche, des débris de son œuvre souterraine. Un moment, il regarda sa montre, qui était suspendue au même clou, où il avait accroché sa lanterne. Et il cessa son travail après avoir poussé un soupir redoutable.
Courbé, chargé de ses outils et de ses paniers lourds, sa petite lanterne à la ceinture, il se glissa dans l’étroit boyau qu’avait creusé son travail de fourmi et il se trouva bientôt dans un caveau déjà tout encombré de la terre qu’il y avait apportée. Là aussi se trouvaient ses vêtements de rechange et, après qu’il eut quitté la défroque qui le couvrait pour reprendre ses habits ordinaires, l’homme ne fut plus qu’un laquais.
Il quitta le caveau et en referma soigneusement la porte.
Il se trouvait au pied d’un étroit escalier secret qu’il gravit avec force précautions, l’oreille aux écoutes et appliquée de temps à autre contre la paroi.
Ainsi frôlait-il, sans qu’on en eût même le soupçon, des appartements dont il connaissait assurément la vie intime, car si ses gestes étaient pleins de prudence, ils étaient aussi sans hésitation.
Après avoir monté la hauteur d’environ deux étages, il se trouva en face d’un panneau contre lequel il s’appuya et qui céda doucement à sa pression.
L’homme avait éteint sa lanterne. Il resta dans le noir, sans faire un mouvement, quelques minutes. Et puis, sous ses mains tendues, la double porte d’un placard s’ouvrit. L’homme était dans le placard.
Il en sortit.
Il se trouva alors dans une pièce faiblement éclairée par une veilleuse. Cette veilleuse était posée sur une table, non loin d’un lit où reposait un jeune homme dont le sommeil paraissait agité par quelque mauvais rêve.
Le laquais s’était arrêté, n’ayant pu retenir un mouvement d’angoisse en découvrant que la chambre qu’il traversait et qu’il devait croire déserte était, cette nuit-là, habitée.
Des minutes passèrent pendant lesquelles le laquais ne bougea pas plus qu’une statue.
Le jeune homme, cependant, ne cessait de se retourner sur sa couche. Enfin, lui aussi resta quelques instants immobile et sa respiration devint plus régulière.
Alors le laquais fit quelques pas.
Il se dirigeait vers la porte, sur la pointe des pieds.
Il devait passer devant le lit… très près du lit. Dans le moment qu’il en était le plus près, le dormeur s’éveilla soudain, ouvrit à demi ses paupières lourdes, aperçut l’homme et se souleva aussitôt sur son coude avec un gémissement d’effroi.
– Zakhar ! murmura-t-il.
Le laquais, dont l’angoisse était à son comble, regardait bien en face ce jeune homme à demi éveillé et dont la poitrine haletait, dont la bouche bégayait :
– J’appelle Prisca dans mon rêve, et c’est Zakhar qui vient !
Il retomba comme une masse inerte ; ses paupières s’étaient refermées, ses mains s’agitèrent un instant comme pour repousser la vision qui traversait son cauchemar… puis, une fois encore, il ne bougea plus.
Le laquais s’approcha du lit, plus près encore, et regarda le dormeur avec une expression qui changeait du tout au tout sa physionomie. Là, il n’y avait plus rien de l’homme farouche qui tout à l’heure creusait la terre avec des airs de damné, avec des gestes qu’ont seules certaines créatures marquées par le destin pour des besognes d’enfer. Cette figure était tout amour !…
Le redoutable vieillard qu’habillait une livrée soupira. Et il y avait encore un abîme entre le soupir qui avait gonflé sa poitrine dans le souterrain et celui qui s’exhalait de ses lèvres blêmes penchées sur un front de vingt-cinq ans.
Il s’éloigna enfin du dormeur, considéra un instant le verre posé sur la table, près de la veilleuse ; il le souleva, l’examina, le reposa.
Puis, il gagna la porte, l’ouvrit, la referma.
Il se trouvait dans un corridor éclairé par une ampoule électrique.
Presque aussitôt, un officier apparut :
– Ah ! Zakhar ! j’allais te chercher : l’empereur te demande !
– Que dis-tu ? répliqua sourdement le valet, il ne repose donc pas ?
– Il n’a pas dormi de la nuit et il te réclame !
– Tu étais de garde au palais et tu ne m’as pas prévenu qu’Ivan était de retour à Tsarskoïe ! lui souffla Zakhar à l’oreille, en lui montrant du doigt la porte de la chambre où dormait ce jeune homme qui avait des cauchemars si inquiétants.
– Je l’ai su trop tard pour te prévenir et j’étais averti que tu travaillais déjà ! Aussitôt arrivé, Ivan a voulu se coucher ; il était d’une humeur de dogue enragé. Je l’ai accompagné dans son appartement et je l’ai calmé avec un bon narcotique…
– Par la Vierge ! une autre fois ; tu mettras une dose plus forte, Serge Ivanovitch ! Quand je suis sorti de la muraille, il s’est dressé sur sa couche et m’a regardé avec horreur ! Il a cru qu’il rêvait ! Heureusement ! Songe à ce qui eût pu sortir de tout ceci !…
– Il te tuerait sans aucun remords ! C’est un jeune homme à cela, assurément !… Mais va donc, Zakhar ! l’empereur…
– L’empereur attendra ; quant à Ivan, c’est un jeune homme à me tuer assurément et, assurément aussi, je suis un vieillard à me laisser tuer par lui sans dire ouf ! comprends bien cela !
– Je comprends bien cela et encore d’autres choses et tout ce que tu voudras, Zakhar !… Et si tu veux que je parle au grand-duc Ivan, demain…
– Il est si jeune ! il est si jeune ! soupira Zakhar… Qu’est-ce que devient sa chère histoire d’amour avec la petite du canal Catherine ?
– C’est toujours gracieux comme tout, et à mourir de rire ! fit l’officier en souriant, et cependant Zakhar, je ne te conseille pas d’en rire devant lui.
– Oui ! oui ! c’est un jeune homme frais comme l’œil, et avec cela il a un courage de tigre. Mais je crois que le temps est venu de lui parler, de lui accrocher quelque chose au cœur, de solide ! n’est-ce pas ton avis, Serge Ivanovitch ?
– Tout à fait mon avis ! Tout à fait mon avis ! Chut ! du bruit chez la grande-duchesse !
– Nadiijda Mikhaëlovna ne dort donc pas, elle non plus ?
– On ne sait jamais ni qui dort ni qui veille dans ce sacré palais !… Elle bavarde peut-être encore avec la Wyronzew !
– Non, non ! ça, je sais que la Wyronzew est chez l’impératrice et qu’elles en ont toutes deux pour jusqu’à l’aurore à s’en raconter sur le Raspoutine !…
– C’est toujours pour demain, les raspoutinades de l’Ermitage, tu es sûr de cela, Zakhar ? demanda l’officier en français.
– Sûr, absolument sûr… tout le service d’honneur a reçu ses convocations… Écoute, Serge ! Voilà une bonne occasion pour parler à Ivan… mais je vais chez Sa Majesté… Si je n’arrivais pas quand elle m’appelle, elle en ferait une maladie… Où vas-tu, toi ?
– Moi, répondit l’officier, je rentre chez moi ; mon tour de garde est fini !
– Eh bien, bonne nuit ! tu es un brave garçon !
Deux minutes plus tard, Zakhar, second valet de chambre de Sa Majesté, entrait dans la chambre de l’empereur.
Il le trouvait dans son lit, mais les draps étaient à demi rejetés et il était assis et pâle comme ses draps. Il fit signe à Zakhar de refermer la porte et de pousser les verrous.
– Les autres portes ! regarde derrière les autres portes ; assure-toi que nous sommes seuls ! Eh bien ! viens, maintenant ! approche !… qui donc est entré aujourd’hui dans ma chambre ?…
– Moi ! répondit Zakhar… moi et pas d’autre ! <

Voir Alternate Text
Les Ténébreuses - Tome I - La Fin d un monde
Category

Ebooks

Les Ténébreuses - Tome I - La Fin d'un monde

Gaston Leroux

Les Ténébreuses - Tome I - La Fin d un monde Alternate Text
Category

Ebooks

SF et fantasy

Les Ténébreuses - Tome I - La Fin d'un monde

Gaston Leroux

Book

188 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
Les Ténébreuses - Tome II - Du Sang sur la Néva
Category

Ebooks

Les Ténébreuses - Tome II - Du Sang sur la Néva

Gaston Leroux

Les Ténébreuses - Tome II - Du Sang sur la Néva Alternate Text
Category

Ebooks

SF et fantasy

Les Ténébreuses - Tome II - Du Sang sur la Néva

Gaston Leroux

Book

186 pages

Flag

Français

icon play Lire
icon play Infos
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text