La Diseuse de mésaventure
196 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Diseuse de mésaventure , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
196 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Je suis donc une voyante. Une Consciente sous le Mandat.

La vie devrait être simple maintenant, non ?

Faux.

Avec tous les ‘accidents’ qui me tombent dessus, j’aurais de la chance si je survis à cette semaine. Enfin, si mon patron taré ne me tue pas au travail d’abord…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 décembre 2021
Nombre de lectures 23
EAN13 9781631424908
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0300€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

La Diseuse de mésaventure
Série Sasha Urban : Tome 2


de Dima Zales

♠ Mozaika Publications ♠
Table des matières



Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 3

Chapitre 4

Chapitre 5

Chapitre 6

Chapitre 7

Chapitre 8

Chapitre 9

Chapitre 10

Chapitre 11

Chapitre 12

Chapitre 13

Chapitre 14

Chapitre 15

Chapitre 16

Chapitre 17

Chapitre 18

Chapitre 19

Chapitre 20

Chapitre 21

Chapitre 22

Chapitre 23

Chapitre 24

Chapitre 25

Chapitre 26

Chapitre 27

Chapitre 28

Chapitre 29


Extrait d’ Oasis

Au sujet de l’auteur
Ceci est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages, les lieux et les événements sont soit le produit de l’imagination de l’auteur, soit utilisés de manière fictive. Toute ressemblance avec des personnes, vivantes ou non, des entreprises, des événements ou des lieux réels n’est que pure coïncidence.

Copyright © 2018 Dima Zales et Anna Zaires
www.dimazales.com/book-series/francais/

Tous droits réservés.

Sauf dans le cadre d’un compte-rendu, aucune partie de ce livre ne doit être reproduite, scannée ou distribuée sous quelque forme que ce soit, imprimée ou électronique, sans permission préalable.

Publié par Mozaika Publications, une marque de Mozaika LLC.
www.mozaikallc.com

Couverture par Orina Kafe
www.orinakafe-art.com

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Suzanne Voogd

Révision linguistique par Valérie Dubar

e-ISBN : 978-1-63142-490-8
Print ISBN : 978-1-63142-491-5
Chapitre Un

Je grogne en ouvrant les yeux.
La chambre tourne autour de moi et une troupe de batteurs utilise mon cerveau pour répéter « Les Plus Grands Hits du Death Metal ».
Combien de verres ai-je bus au Jubilé ?
Je ne me souviens que de gens avec deux verres d’alcool, un pour eux, un pour moi… et d’avoir cédé à la pression du groupe.
Je m’assois et je glisse mes pieds dans mes chaussons. Lorsque je bouge, j’ai l’impression que mon crâne est une étoile naine blanche sur le point d’exploser en supernova.
Avec un effort surhumain, je parviens à marcher jusqu’à la salle de bains.
Si marcher avec une gueule de bois était un sport, j’obtiendrais une médaille d’or.
Un fantôme blafard de mon visage déjà pâle m’observe depuis le miroir de la salle de bains avec d’énormes yeux injectés de sang et une tignasse brune.
En regardant les toilettes, j’ai des flash-backs dans lesquels je suis accroupie devant le marbre blanc. Je me souviens vaguement qu’Ariel et Felix se disputaient l’honneur de tenir mes cheveux.
Après une douche minutieuse et cinq minutes de brossage de dents, mon esprit s’éclaircit suffisamment pour décider que cette gueule de bois est la pire de ma vie.
Je ne boirai plus jamais.
J’avais une bonne raison de me mettre aussi minable : le Jubilé est important. C’était mon entrée dans la société des Conscients, la race secrète qui inclut les voyants comme moi, les vampires, les descendants d’Hercule comme ma colocataire Ariel, et l’espèce de techno-machin qu’est Felix.
Je retourne en trébuchant dans ma chambre et j’envisage fortement de ne pas aller au travail. Le problème avec cette idée, c’est que mon patron Nero est mon nouveau mentor dans le monde Conscient – un rôle dont le sens m’échappe encore. Hier soir, après m’avoir informé d’une augmentation, il a exigé que je fasse des recherches sur les actions de deux nouvelles biotechnologies pour onze heures… et il est déjà huit heures moins le quart, donc je n’ai pas beaucoup de temps.
Devinant qu’il me faut diviser le problème en morceaux plus petits, je décide d’aller à la cuisine et d’ingérer des liquides et des électrolytes dans l’espoir de redevenir humaine. L’expression devrait maintenant être « redevenir Consciente », puisque nous semblons ne pas être humains.
Enfilant mes vêtements de travail les plus confortables, je me dandine jusqu’à la cuisine et j’y trouve Felix.
— Bonjour, fêtarde, dit-il avec un sourire joyeux et irritant en me montrant la cuisinière. Veux-tu des œufs ou du porridge ?
Le visage de Felix est un melting-pot de traits slaves, asiatiques et orientaux, et à ma connaissance, il est la seule personne à paraître attachante en agitant son mono sourcil touffu.
— Ce qui fonctionne le mieux contre la gueule de bois, dis-je d’une voix rauque, car cette fois, l’odeur de nourriture ne parvient pas à me mettre l’eau à la bouche.
Felix hoche la tête et travaille au fourneau pendant que je regarde la cuisine tourner sur elle-même.
— J’ai mis du sel et des bananes dans ton porridge, dit-il un instant plus tard, d’une voix bien trop forte pour moi.
Il pose le bol devant moi avec un claquement à fracasser le crâne.
— Laisse-moi aussi te servir du jus de fruits et du thé.
Lorsqu’il me tend les liquides, j’avale le jus de fruits en une seule gorgée, comme un médicament, et je bois bruyamment le thé en attendant que le porridge refroidisse.
— As-tu vu Ariel danser avec ce vampire ? dit Felix sur un ton de conspiration, en posant son assiette d’œufs sur la table avec un autre bruit trop violent. Qu’est-ce qui lui a pris ?
J’attrape un peu de banane avec ma cuillère.
— Tu parles de Gaius ? Elle dit qu’ils sont seulement amis.
— Seulement amis, marmonne Felix. Nous sommes amis, et si je me frottais contre elle de cette façon, elle me briserait sûrement le cou.
Il rougit en disant cela. Puis il regarde la porte et devient écarlate.
Ariel entre dans la pièce d’un pas léger. Bien que le maquillage du Jubilé ait disparu, elle semble encore pouvoir poser pour la couverture du magazine Maxim. Elle regarde Felix en battant ses cils parfaits, et demande :
— Qui te briserait le cou et pourquoi ?
Felix se remplit la bouche de nourriture.
— Personne. Aucune raison.
— Très bien, répond Ariel en attaquant la cuisine comme un diable de Tasmanie boudeur.
Des portes de placards claquent, des assiettes frappent le comptoir et de la vaisselle tinte dans le lavabo. Je suis presque sûre de voir une fissure apparaître dans la tasse qu’elle tient lorsqu’elle la frappe contre le robinet en voulant se servir de l’eau. Avant que je puisse la supplier d’arrêter de faire autant de bruit, elle attrape une assiette d’œufs et une tasse de café et elle se dirige vers la table.
— Veux-tu bien t’asseoir ? lui dit Felix lorsqu’elle bondit sur ses pieds une seconde plus tard pour attraper du lait, toujours aussi frénétique. C’est quoi, ta dixième tasse de café ?
En réalité, Ariel agit comme si elle était sous amphétamines, mais je ne le dis pas à voix haute, car cela ne ferait que la contrarier. Ma colocataire prend tout un éventail de médicaments légaux et je suppose aussi pas-si-légaux pour l’aider à gérer le syndrome post-traumatique qu’elle nie avoir. En général, Felix et moi nous ne l’ennuyons pas à ce sujet, car les médicaments semblent améliorer sa qualité de vie.
— Je suis seulement excitée de m’être autant amusée hier soir.
Le sourire éblouissant d’Ariel me fait mal aux yeux.
— Autant « amusée », dis-je en faisant des guillemets avec les doigts pour m’assurer que personne ne rate mon sarcasme. J’aimerais bien utiliser une guillotine, là.
L’intensité du sourire d’Ariel diminue légèrement.
— Ta gueule de bois est vraiment si terrible ? Je peux te brancher sur une intraveineuse, si tu veux. Il paraît que cela aide à combattre les symptômes de la déshydratation.
— Je pense que je vais m’en passer, dis-je en buvant mon thé. Mais je vais prendre assez de paracétamol pour soigner ou tuer un éléphant.
Ariel se lève et va tout droit vers le placard à pharmacie. Elle revient presque instantanément avec une boîte d’antidouleurs et un verre d’eau.
Je fourre les pilules dans ma bouche d’un air reconnaissant et je les avale avec de l’eau. Avec un peu de chance, mon fo

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents