113 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Une épine dans le cœur , livre ebook

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
113 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Morin retourne dans la Drôme provençale pour résoudre une nouvelle enquête. Disparitions, assassinat, enlèvement et sectes se croisent dans ce roman policier dont l'action se concentre autour de Taulignan, Grignan, le Poët-Laval.
Un nouvel habitant vient de s'installer à Taulignan et sa présence agite une petite poignée d'habitantes. Un peu plus loin, près de Saint-Paul Trois Châteaux, une jeune femme part pour un rendez-vous dont elle ne reviendra peut-être jamais.
Bien malgré lui, mais toujours à l'affût des faits qui sortent de l'ordinaire, Morin se retrouve au cœur de deux intrigues qui lui donneront l'occasion de mettre à l'épreuve ses qualités de policier patient, observateur et perspicace.

Informations

Publié par
Date de parution 10 juin 2021
Nombre de lectures 29
EAN13 978-2-38304-0
Langue Français

Extrait

Une épine dans le cœur
Une enquête du commandant Morin


Marie Larantec
Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article L.122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.
ISBN 978-2-38304-014-9
Table des matières



Chapitre 1

Chapitre 2

Chapitre 3

Chapitre 4

Chapitre 5

Chapitre 6

Chapitre 7

Chapitre 8

Chapitre 9

Chapitre 10

Chapitre 11

Chapitre 12

Chapitre 13

Chapitre 14

Chapitre 15

Chapitre 16

Chapitre 17

Chapitre 18

Chapitre 19

Chapitre 20

Chapitre 21

Chapitre 22

Chapitre 23

Chapitre 24

Chapitre 25

Chapitre 26

Chapitre 27

Chapitre 28

Chapitre 29

Chapitre 30

Chapitre 31

Chapitre 32

Chapitre 33

Chapitre 34

Chapitre 35

Chapitre 36

Chapitre 37

Chapitre 38

Chapitre 39

Chapitre 40

Chapitre 41

Chapitre 42

Chapitre 43

Chapitre 44

Chapitre 45

Chapitre 46


Remerciements

À propos de l’auteur
1

L ’homme marchait à pas lourds sur le chemin envahi par les ronces. Son chien, un bâtard au poil jaune et rêche, courait de façon erratique, d’un bord à l’autre du chemin, museau collé à la terre poussiéreuse. Les ronces s’accrochaient au pantalon de l’homme, s’en détachant brutalement, comme une fronde qui lance son caillou, accrochant l’autre jambe du pantalon. L’homme jura. Il ne comprenait pas pourquoi son chien, habituellement si placide, se comportait comme Rantanplan, sans pause ni hésitation. On aurait dit qu’il était ivre.
L’homme connaissait bien ce chemin qui menait à la pierre sacrificielle. Le chien prit brutalement une direction hors sente, s’enfonçant encore plus avant dans les broussailles, entre des parois verticales de grès gris sombre. Puis il revint en arrière pour reprendre son reniflement sur le sentier. L’homme était perplexe. Qu’allait-il trouver là-haut, au sommet du petit monticule couronné par cette pierre ?
Ils finirent par arriver. Le chien s’assit, satisfait, en bas du monticule, sa queue balayant le sol comme un essuie-glace en mode tornade. Il était clair qu’il voulait signifier à son maître qu’ils avaient atteint leur terminus. L’homme en profita pour faire une halte de récupération. Ce n’était plus de son âge de courir les sous-bois. Il faudrait qu’il fasse plus de sport. Sa femme n’arrêtait pas de le lui répéter, pointant un doigt critique sur son ventre. Ayant retrouvé une respiration régulière, il escalada le monticule, prenant soin de ne pas glisser sur une pierre traîtresse. Il dut se baisser à plusieurs reprises pour passer sous les branches d’arbrisseaux accrochés à la paroi cherchant le soleil dans le ciel.
Arrivé au sommet, il dut se retenir de vomir. Un cadavre était allongé sur la pierre sacrificielle, une épine de porc-épic fichée dans le cœur.
2

— T u sais que les travaux dans la maison du « diplomate » viennent enfin d’être terminés ?
— Pas possible ? Excellente nouvelle ! Ils ont bien duré plus d’un an, non ? On ne sait toujours rien sur le nouveau propriétaire. Personne ne l’a jamais vu. On n’a vu que son architecte. On dirait qu’il ne sort que la nuit quand tout le monde dort... Sais-tu quelque chose ?
— Non, je n’ai pas de détails. Pour l’instant, en tout cas ! Je sais seulement que c’est un Lyonnais qui avait une importante affaire de textile d’ameublement. Il l’aurait bien vendue et aurait décidé de s’installer ici pour peindre.
— Comment ça pour peindre ? Après les tissus, il passe à la peinture ?
— Ah, ah, ah ! Tu te trouves spirituelle... Non, à ce qu’on m’a dit, il a toujours peint, c’était son hobby quand il bossait, mais il a décidé de s’adonner désormais totalement à son art. Apparemment, il a un style qui plaît. Il a choisi la maison parce que les pièces sont hautes de plafond et spacieuses, ce qui lui permettra de peindre ses tableaux qui ont la réputation d’être géantissimes. À la Delacroix pour Le Radeau de La Méduse , si tu vois... On essaiera de se faire inviter pour voir à quoi ça ressemble.
— Comment sais-tu déjà tout cela ?... Tiens, c’est ton tour, dit la première femme à son amie, montrant le boucher derrière son étal. Dis ce que tu veux. Tu connais son âge ? Il ne doit pas être tout jeune pour avoir eu une affaire importante... Dès que l’une de nous apprend quelque chose, elle prévient l’autre, d’accord ?
Les deux femmes se séparèrent sur le seuil de la boucherie en se promettant de nouveau de se tenir au courant de l’installation du nouveau propriétaire ou de tout détail intéressant que l’une ou l’autre pourrait glaner. Un peu de sang neuf dans le coin allait alimenter les conversations pendant quelque temps. Surtout si c’était un homme avec une certaine fortune et un artiste qui plus est ! Les suppositions ne manqueraient pas d’aller bon train, générant des hypothèses plus ou moins fantaisistes au gré des rencontres. Une nouvelle forme de Mistigri...
Une semaine plus tard, trois camions de déménagement à la taille des ruelles étroites de Taulignan se garaient le plus près possible de la bâtisse de deux étages. On sentait les regards curieux derrière les jalousies. La moitié des habitants de la rue arrosaient les fleurs devant leur demeure ou promenaient nonchalamment leur chien de haut en bas de la rue, tête tournée vers les déménageurs. Quelques mères de famille étaient rassemblées près de la fontaine, surveillant d’un œil ce qui sortait des camions, de l’autre leurs enfants étonnés d’avoir le droit de courir tout leur saoul dans la rue sans se faire réprimander.
On vit passer trois canapés monumentaux, probablement italiens, quelques meubles modernistes, un lit de deux mètres sur deux, de nombreuses penderies de vêtements, des tableaux emballés et des chevalets en métal canon de fusil probablement créés spécialement pour le nouvel occupant des lieux. Jacques Prévert et son raton laveur auraient été enchantés...
Le déménagement dura toute la journée. Les bacs à fleurs débordaient d’eau des arrosages à répétition et les chiens avaient les coussinets des pattes en sang à force de promenade sur les pavés disjoints... Toutefois, les curieux en furent pour leurs frais. Le nouvel heureux propriétaire ne fit jamais son apparition. La lourde porte à double battant fut refermée sur le coup de 19 h par le chef de l’équipe, bien content d’en avoir terminé. Il détestait les opérations de ce type, qui obligeaient les déménageurs à porter les meubles et cartons sur la fin du parcours, faute de pouvoir approcher les camions...
Il fallut patienter jusqu’après les vendanges pour que l’homme fasse son entrée officielle dans la bonne société locale.
3

C omme chaque année, dernière quinzaine de septembre, Amélie Bes organisa SA garden-party. Peu après l’installation du nouvel occupant, elle lança ses invitations habituelles : le maire, évidemment, quelques édiles de la région, de sympathiques propriétaires de domaines viticoles réputés et leurs jolies épouses, dont les Chaix, amis de longue date, une ou deux veuves dans leur cinquantaine, amies d’Amélie mais adversaires au Scrabble et passionnées de musique classique. Elle n’oublia pas quelques jeunes gens et jeunes filles prometteurs et, bien entendu, profita de l’occasion pour inviter le

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text