91 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
91 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

On ne devient pas flic, on naît flic. Difficile dans ces conditions de lâcher l'affaire… Alors quand Morin reçoit un paquet d'archives d'un ancien collègue décédé, il retourne à Paris et reprend le collier, mais en sous-main.
Entre une série de viols qui n'ont jamais mené bien loin, et ont plutôt été traités par dessus la jambe et une recherche de rédemption qui remonte à la guerre d'Algérie, le commandant Morin va avoir du fil à retordre pour recomposer une image claire du passé et faire en sorte que justice soit faite.
La deuxième enquête du commandant Morin, électron libre du quai des orfèvres et enquêteur à l'ancienne.

Informations

Publié par
Date de parution 10 juin 2021
Nombre de lectures 13
EAN13 978-2-37318-1
Langue Français

Extrait

Passés Composés
Une enquête du Commandant Morin


Marie Larantec
Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n’autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l’article L.122-5, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l’article L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal.
Réalisé avec Vellum
Table des matières



1. Il y a longtemps

2. Jour 1

3. Jour 2

4. Jour 3

5. Jour 4

6. Jour 5

7. Jour 8

8. Jour 12

9. Jour 13

10. Jour 15

11. Jour 16

12. Jour 18

13. Jour 19

14. Jour 21

15. Jour 22

16. Jour 23

17. Jour 24

18. Juillet

19. 15 juillet

20. 18 juillet

21. Une semaine plus tard


Lexique

Remerciements

Du même auteur
Il y a longtemps

L a jeune femme était assise à la terrasse d’un café proche du métro Saint-Michel. Elle consultait le Guide de Paris mystérieux . Très absorbée par sa lecture, elle prenait de temps en temps des notes dans un petit carnet, constituant un circuit de visites.
L’homme s’assit à la table voisine. Au bout de quelques minutes, il adressa la parole à la jeune femme avec un large sourire.
— Excusez-moi, Mademoiselle, je vois que vous vous intéressez aux mystères de Paris. Vous n’êtes pas d’ici n’est-ce pas ? Est-ce que je peux vous aider ? Je suis moi-même arrivé de province et lorsque je suis venu vivre à Paris pour ma licence d’histoire, j’ai eu la chance de rencontrer quelqu’un qui m’a fait découvrir grands et petits secrets de la ville. Je connais plus de secrets que la plupart des guides, qui ne font que donner des informations générales aux touristes. Même si le guide que vous consultez est bien fait, je peux vous montrer des endroits qu’il ne répertorie pas et vous raconter l’histoire des monuments dans de nombreux quartiers.
La jeune femme leva les yeux et répondit en s’appliquant dans un français hésitant.
— Je suis anglaise, Monsieur. Je viens pour quelques jours avec des amies. D’ailleurs, les voici. Au revoir, Monsieur.
— Tenez, voici mon numéro de téléphone. Si vous voulez surprendre vos amies, appelez-moi…
Il glissa vers elle un morceau de papier qu’elle glissa machinalement dans le guide avant de le jeter dans son sac et de courir rejoindre ses amies.
Jour 1

S ous le ciel étoilé, un parfum de lavande flottait dans l’air cristallin. Au loin, une chouette hululait en sourdine. Les occupants de la maison dormaient. La soirée s’était terminée tard et l’émotion des récentes semaines avait eu raison de leur résistance, avec un effet retard bien connu dans ce genre de circonstances.
Morin, quant à lui, n’arrivait pas à dormir, malgré la douceur de cette nuit de Provence. Plutôt que de continuer à faire la crêpe, tantôt sur le dos, tantôt sur le ventre, s’exaspérant dans un lit aux draps en tire-bouchon, il sortit et s’assit devant la maison pour repenser aux événements inattendus qui avaient bouleversé sa vie récemment.
Cela faisait à peine une demi-heure que Morin était assis sur le banc de pierre adossé à la façade de la maison lorsque l’envie d’allumer une cigarette s’empara violemment de lui, lui rappelant sans ménagement les longues planques de sa vie antérieure. Il avait arrêté de fumer depuis plusieurs années, depuis la disparition de son mentor et ami, Édouard Le Coz, que le vilain crabe avait emporté dans ses pinces malfaisantes. Il pensait souvent à leurs longues années de connivence et, en souvenir de son ami, s’était juré de ne plus jamais toucher une cigarette. Il était fier d’avoir tenu parole jusqu’à présent. Quelquefois, c’était vraiment surhumain.
Le Coz avait une trentaine d’années de plus que Morin. Il était entré dans la police par le plus grand des hasards quelques années avant celui-ci, peu de temps après son retour d’Algérie. Partageant les mêmes valeurs que Morin, il l’avait rapidement pris sous son aile et lui avait donné une formation tip top. Au fil des enquêtes et des nuits de filature, les deux hommes étaient devenus amis.
Le Coz n’avait jamais parlé de son séjour en Algérie dans la SAS 1 de Sidi Abderrahmane et Morin respectait son silence. Il avait observé que peu d’hommes pouvaient parler des guerres qu’ils avaient vécues. Malheureusement, quelques années après avoir quitté la PJ, Le Coz était tombé malade et n’était pas sorti vainqueur de son dernier combat.
Quelques semaines auparavant, la vie de Morin avait totalement basculé. De flic bien noté auprès de l’administration policière et particulièrement de ses chefs directs successifs, il était passé au statut peu enviable de « retiré des affaires », autoéjecté de son fauteuil en cuir usé. La génération montante de la dernière promotion de l’école de police avait eu raison de ses rêves.
Il avait bien conscience d’avoir manifesté de l’amour-propre en refusant de se plier à la nouvelle organisation de sa section. On lui avait soumis deux options : soit il fonctionnait selon des méthodes qui ne lui paraissaient pas correspondre à ses aspirations, ni à la bonne façon d’exercer son métier, soit il avait la possibilité de quitter ses fonctions avec une prime de départ en guise de compensation. Après mûre réflexion, il avait opté pour la mise en disponibilité mais n’en avait parlé à aucune personne du service, préférant laisser croire qu’il partait définitivement.
Il lui semblait que dans la nouvelle organisation on faisait fi de l’aspect humain. L’imagerie « quai des Orfèvres » avec ses bonshommes à la pipe, à la gouaille « Michel Audiard » avait fait long feu. Morin lui-même avait déjà évolué dans une version plus froide que celle du cinéma, mais là on atteignait, selon lui, le sommet. Cela ne lui convenait pas. Il avait donc choisi de rendre insignes et armes, d’attendre pour y voir plus clair et d’aller, en attendant des jours meilleurs, exercer ses talents sous d’autres cieux, plus conformes à ses aspirations. Il était plutôt fier de lui car il n’avait pas réagi immédiatement. Il avait préféré ne pas tout envoyer promener, se donnant le temps de la réflexion.
Les discussions avec le DRH avaient duré trop longtemps à son goût et toutes les hypothèses avaient été envisagées. On aurait dit qu’ils ne voulaient pas le laisser partir… Plusieurs fois, il avait failli craquer, ne pas quitter cette grande maison et ce métier qu’il aimait tant, craignant de ne pas pouvoir s’engager dans une autre vie que celle qu’il menait depuis plus de trente ans. La police était sa véritable famille et les enquêtes avaient rythmé ses nuits et ses jours. Il avait alors essayé de se convaincre qu’il finirait par s’habituer aux nouvelles méthodes. On s’habitue à tout, paraît-il. Mais il s’était ressaisi et avait donné le pot d’un départ que tout le monde pensait irréversible. Le moment avait été solennel. Le cœur en berne, il avait abandonné son fauteuil, guidé par la haute opinion qu’il avait de l’exercice de son métier, et finalement, sous ce ciel de Rois mages au cœur de la Drôme provençale, il ne le regrettait pas.
Toujours passionné, il avait élucidé des affaires tordues, avait fréquenté des gens peu recommandables dont les codes d’honneur lui inspiraient, malgré tout, une certaine forme de respect. Il avait connu des lâches, prêts à donner ceux qui les aidaient contre de l’argent ou des femmes. Il avait noué de profondes amitiés dans les différents milieux qu’il côtoyait et eu vent de tous les avatars de la vie de ses coéquipiers, bringuebalés au gré des affaires. Jamais il n’avait lâché une information qui devait demeurer secrète pour se faire valoir ou avoir de l’influence sur quelqu’un.
Dos appuyé au mur, jambes tendues, un pied nu croisé sur l’autre, il se remémorait l’enchaînement des événements récents qui avaient suivi son départ de la PJ. Et savourait la sérénité revenue.
S’il était tellement préoccupé, c’était parce qu’il avait quelques nouveaux mystères à &

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text