De la blanche sur le Somport
144 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

De la blanche sur le Somport , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
144 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En conduisant de Paris au Pays basque des véhicules volés, revendus ensuite en Afrique, Manu s'éclate : vitre ouverte et radio à fond, il vit l'aventure et pas les galères qui vont avec. Quel naïf ! Le road-movie sympa des débuts va vite se transformer en méchant polar, sur fond de guerre sans merci entre mafias de la drogue. Pour sortir de la mélasse, il
lui faudra slalomer entre un caïd sur le déclin, un douanier retors, un copain énigmatique et une petite guerrière craquante rencontrée au cours d'une cavale en vallée d'Aspe. Avec chacun, il va tricher. Une très mauvaise idée car, c'est bien connu, on ne ment jamais impunément.
Polar au grand air et road-movie stressé, De la blanche sur le Somport met en scène un anti-héros sans envergure mais pas sans romantisme, contraint de travailler pour un caïd de
la drogue et un douanier retors.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2014
Nombre de lectures 50
EAN13 9782350685304
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Claude Castéran



De la blanche sur le Somport








DU NOIR AU SUD
EST UNE COLLECTION DES É DITIONS CAIRN
DIRIGÉE PAR SYLVIE MARQUEZ

Du Noir au Sud est une collection de polars qui nous transporte dans le Sud, ses villes, ses villages, à la découverte des habitants, de leurs traditions, leurs secrets.
Son ambition : dessiner, au fil des ouvrages, un portrait d’ensemble de la région, noirci à coups de plumes tantôt historiques, ou humanistes, parfois teintées d’humour, mais où crimes et intrigues ont toujours le rôle principal.


DANS LA MÊME COLLECTION

Alarme en Béarn, Thomas Aden, 2013
Coup tordu à Sokoburu, Jacques Garay, 2013
Trou noir à Chantaco, Jacques Garay, 2013
Estocade sanglante, Jacques Garay, 2014
L’assassin était en rouge et blanc, Poms, 2014
Les gens bons bâillonnés, Jean-Christophe Pinpin, 2014
Notre père qui êtes odieux, Violaine Bérot, 2014
Ultime dédicace, Thomas Aden, 2014
Ville rose sang, Stéphane Furlan, 2014


Illustration de la couverture : © Djebel


DU MÊME AUTEUR

Un si court espoir, roman, éditions Anne Carrière, 2004
Une certaine peur de vivre, roman, éditions Anne Carrière, 2006
Biarritz, allée Churchill, roman, éditions Atlantica, 2009
Charles de Gaulle, géant de l’histoire, préfacé par Jean-Louis Crémieux-Brilhac, beau-livre, éditions AFP/Democratic Books, 2010
François Mitterrand, géant de la politique, préfacé par Serge July, beau-livre, éditions AFP/Democratic Books, 2011
Aux sources de l’info, essai, éditions Actes Sud junior, 2012


Aux Aspois ; « la reine-mère » Françoise en tête.
À mes hardis copains d›autrefois, Bernard, Jean-Louis
et Patrice.


« En apercevant mon visage dans le rétroviseur,
j’ai eu une morsure au cœur – un sentiment de mort,
d’inexorable. Je glissais, enfermé dans mon épilogue ».
Henning Mankell
Les chaussures italiennes



Atau que va tostemps lo monde,
perdonar l’esparvèr e punir la colombe
Ainsi va toujours le monde :
pardonner à l’épervier et punir la colombe
(Proverbe béarnais)


Chemin de la Mâture Hiver 2014

En débarquant à Borce, voici près de quatre ans, j’étais traqué, affamé et hirsute. Parcourir aujourd’hui la rue principale du village m’apporte, en dépit de mon handicap, une joie simple, à l’opposé de l’angoisse d’antan. Et il m’arrive encore de rêver au sandwich et au matelas que m’avait offerts Léonie, dans un geste qui scellerait mon destin.
Revêtue d’un impeccable macadam, cette rue incarne l’exact contraire de ma jeune vie : rectiligne, transparente, propre et peu pentue. Débarrassée des mauvaises herbes qui poussaient jadis au pied des maisons, elle est d’autant plus attrayante que de petits panneaux explicatifs ont été installés devant chacune de ses richesses architecturales : lavoir, fenêtre à meneaux, porte en ogive, écusson dans la pierre, four à pain…
Que mes faits d’armes demeurent secrets n’est toutefois pas pour me déplaire.
Au milieu de cette voie royale, il y a un bar, accouplé à une épicerie et un gîte, dont nous nous occupons. L’ensemble est parfois appelé, de manière un peu froide, « Multiservices » ou « Multiple rural » mais son vrai nom, c’est « Le Communal ». L’hiver, on y sert un vin chaud du tonnerre parmi des chiens tout contents de se rôtir la truffe devant l’âtre. L’été, de la terrasse sur rue, les voix lasses et sereines des randonneurs s’élèvent par-dessus les toits noirs pour tenter d’oublier les grincements d’articulations trop sollicitées. À cause de mes problèmes, ma bonne volonté n’est pas toujours suffisante pour assurer le boulot : ouvrir une bouteille de vin ou préparer des cafés, ça va, mais trimballer un cageot de légumes ou apporter en salle dix panachés sur un plateau, c’est impossible.
Ici, les maisons ont été construites les unes contre les autres et, en même temps, elles ne sont pas collées entre elles : un filet d’air salubre circule entre leurs murs. Équilibre parfait entre la solidarité et le chacun chez soi. Ici, les week-ends et jours d’été, les automobilistes - dont de nombreux Espagnols se rendant au parc animalier au-dessus du village - ont le bon goût de rouler au pas pour ne pas bousculer les derniers anciens, portant le béret ou la blouse colorée, les enfants, les flâneurs et les chiens. Atmosphère de douceur qui agit comme un efficace rempart contre les ambiances violentes que j’ai trop fréquentées.
Borce comprend 170 habitants mais les gens du cru, si vous les interrogez, avancent un chiffre inférieur. Ce qui est sûr, c’est que la commune accueille beaucoup plus d’ovins et de bovins. Elle est très étendue ; sa limite sud touche la frontière espagnole, pourtant distante de plusieurs kilomètres du bourg. Elle s’étire entre des pentes de sapins et de fougères, des estives tachetées à la saison de points clairs que sont les bestiaux, et, parallèle à la Nationale 134, le gave qui descend la vallée et a creusé des gorges où le soleil ne s’aventure guère.
Lui et la route ressemblent à deux jeunes - Franck et moi ? - qui se tireraient la bourre, qui essaieraient chacun d’aller plus vite que l’autre. Autrefois, l’eau était la plus forte à ce jeu-là, mais l’homme, son esprit de conquête, enfantin et terrifiant, ses excavatrices et ses grues, a pris sa revanche pour ne plus jamais rien céder.

En réalisant que j’allais passer du temps, beaucoup de temps, à Borce, j’ai compris que m’approprier les racines de Léonie serait la meilleure manière de l’aimer.
J’ignorais où je mettais les pieds en pénétrant, ce soir de 2010, dans cette chapelle du nord du village en quête d’un toit. La lucidité me faisait défaut puisque, venant du sud, je n’avais pas repéré, derrière ce bâtiment appelé l’Hospitalet, le gîte moderne réservé aux pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. Plus que tout autre village de la vallée, Borce peut se flatter du titre de ville étape du Chemin : il est même cité deux fois dans le « Liber Sancti Jacobi », ouvrage de référence vieux de mille ans : « A Portibus Asperi usque ad Pontem Regine, tres pauce habentur diete. Prima est a Borcia que est villa in pede Montis Asperi sita adversus Gasconiam usque ad Jaccam… » (« Depuis le Somport jusqu›à Puente la Reina, il y a trois petites étapes. La première va de Borce, qui est un village situé au pied du Somport, sur le versant Gascon, jusqu’à Jaca… »).
Mon triste état ne m’avait pas empêché de ressentir l’austère noblesse du lieu mais mon instinct ne pouvait deviner que le bonheur, ou un sentiment s’en approchant, m’y attendait. Et c’est d’un œil bien distrait que j’avais lu, sans rien y comprendre, ces vers écrits en bleu près de la porte d’entrée :

Ses yeux sont tournés vers le ciel
Et, dans sa barbe et ses cheveux
Sous le grand chapeau protecteur
Orné de la coquille,
S’inscrivent les mille petits chemins
Pour parvenir à l’étoile…

À cette heure-là, à la veille de m›offrir une assiette de folie, « l›étoile », comme je devais la surnommer, maudissait sa solitude et se recroquevillait dans son duvet, pieds glacés, jambes repliées sous le menton, mains entre les cuisses. Quelques centaines de mètres à peine, quelques minutes de marche dans une rue sans pièges, nous séparaient. Le hasard allait être royal, il ne faut pas toujours se plaindre.
Bien que n’étant pas Francisco Pizarro s’aventurant dans les forêts péruviennes du XVI e siècle, j’avais débarqué dans la première grande vallée pyrénéenne à partir de l’Atlantique, vieille voie de passage, correspondant à une faille géologique, entre la France et l’Espagne. C’est une terre connue pour ses brebis, ses rapaces et, jadis, ses ours. Aujourd’hui, tout le monde s’empoigne sur ce dernier mais personne n’en a vu un en liberté depuis plusieurs années.
Les 13 villages de la vallée se dépeuplent lentement pour se remplir l’été de citadins blafards, avides de se défoncer à la charcuterie et au fromage, de toute première qualit&#

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents