117 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Un empereur de Madagascar au XVIIIe siècle : Benyowszky , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
117 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Chargé en 1905 du cours d’histoire coloniale à la Sorbonne, Prosper Cultru (1862-1917) ne prend pas pour argent comptant les Mémoires de Benyowszky (tel est son choix orthographique).


Au contraire. Dans son étude, publiée en 1906, consacrée essentiellement à la période malgache de cette vie aventureuse, il ironise souvent sur les déclarations pompeuses du roi autoproclamé, en même temps qu’il met en évidence les multiples contradictions entre le récit autobiographique et la correspondance. Car l’historien a fouillé les documents originaux, dont certains sont reproduits en appendice de son ouvrage, se basant sur eux pour revisiter de manière (très) critique la trajectoire du personnage. Prosper Cultru fait évidemment abstraction du côté romanesque – qu’il souligne en revanche parfois dans les écrits de Benyowszky lui-même, plus prompt à imaginer ce qu’aurait pu être son établissement à Madagascar qu’à en décrire la réalité.


C’est l’un des trois ouvrages que réédite la Bibliothèque malgache à l’occasion de la parution, en avril 2017, du roman de Jean-Christophe Rufin, Le tour du monde du roi Zibeline (Gallimard). La partie malgache des Mémoires de Benyowszky (cette fois orthographié Benyowsky) et le roman de Gabriel de La Landelle, Le dernier des flibustiers, complètent la trilogie.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782373630602
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Prosper Cultru
Un Empereur de Madagascar au XVIIIe siècle : Benyowszky
Bibliothèque malgache
Présentation
Chargé en 1905 du cours d’histoire coloniale à la S orbonne, Prosper Cultru (1862-1917) ne prend pas pour argent comptant lesMémoires de Benyowszky (tel est son choix orthographique). Au contraire. Dans son étude, publiée en 1906, cons acrée essentiellement à la période malgache de cette vie aventureuse, il ironi se souvent sur les déclarations pompeuses du roi autoproclamé, en même temps qu’il met en évidence les multiples contradictions entre le récit autobiographique et l a correspondance. Car l’historien a fouillé les documents originaux, dont certains sont reproduits en appendice de son ouvrage, se basant sur eux pour revisiter de manièr e (très) critique la trajectoire du personnage. Prosper Cultru fait évidemment abstract ion du côté romanesque – qu’il souligne en revanche parfois dans les écrits de Ben yowszky lui-même, plus prompt à imaginer ce qu’aurait pu être son établissement à M adagascar qu’à en décrire la réalité. C’est l’un des trois ouvrages que réédite la Biblio thèque malgache à l’occasion de la parution, en avril 2017, du roman de Jean-Christoph e Rufin,Le tour du monde du roi ZibelineLa partie malgache des (Gallimard). MémoiresBenyowszky (cette fois de orthographié Benyowsky) et le roman de Gabriel de L a Landelle,Le dernier des flibustiers, complètent la trilogie.
Préface
Nulle histoire ne ressemble plus à un roman que cel le du baron de Benyowszky ; il est peu d’auteurs parmi ceux dont on vante l’imagin ation qui aient prêté à leurs personnages autant d’aventures qu’il s’en attribue à lui-même dans sesMémoires. Que ce gentilhomme hongrois, combattant pour la lib erté de la Pologne, tombe aux mains des Russes, soit exilé au delà de la mer d’Ok hotsk, dans des régions à peine parcourues jusqu’alors par les chasseurs de fourrur es, on accordera qu’il y avait là matière à de beaux souvenirs de voyage et qui eusse nt peut-être compensé les souffrances de l’exilé par la gloire de l’explorate ur. On ne connaissait guère en 1770 les lointaines provinces de l’empire des tsars, ste ppes vides, forêts inertes de l’extrême Sibérie, ports glacés du Pacifique où nul vaisseau parti d’Europe n’avait jamais abordé. Mais cet exil, qui serait le plus notable événement d’une vie commune, n’est que le premier, presque le moindre de celle-ci. À peine re ndu au Kamtchatka, le baron soulève les autres bannis, s’empare de la place de Bolsheretzk et réduit la garnison à merci. Sur une barque de cinquante tonneaux, il se risque sur les mers inconnues qui baignent les côtes de Tartarie ; après cinq mois d’ une navigation hasardeuse, il touche à Macao, trouve enfin des Européens et l’assurance de la liberté. Accueilli par le chef du comptoir français de Chine, il arrive à Lorient avec ses compagnons, ayant fait presque le tour du vieux continent. Un autre eût re gagné la Hongrie, souhaité au moins le repos ; mais lui semble ne pouvoir subir la disc ipline d’une société ordonnée. Il accepte d’aller fonder au nom du roi de France un é tablissement à Madagascar. Bientôt, ses lettres annoncent qu’il a créé une vil le, installé des comptoirs, défriché le sol, exploré l’île entière, dompté les indigènes. P ourtant, des plaintes aussi parviennent à Paris ; les administrateurs des colonies voisines contredisent ses rapports, incriminent ses actes : une enquête est ordonnée, a près laquelle, mécontent, mais non pas disgracié, Benyowszky rentre en France. On l’y reçoit donc bien, en dépit de l’enquête défavorable, on lui donne une pension, on le nomme brigadier à la suite ; mais, toujours inquiet, il retourne en Autriche, Co lonel de hussards en Bohême, entrepreneur de commerce à Fiume, volontaire en Amé rique, où il arrive trop tard, la guerre finie, poursuivant partout et vainement la f ortune, il finit par offrir aux princes en quête de terres nouvelles, son prétendu royaume de Madagascar. Rebuté par les ministres anglais, il circonvient un mathématicien sans expérience, persuade cinq à six gentilshommes ruinés, tire quelque argent à deux né griers, frète un navire et retourne vers ceux qu’il nomme ses sujets pour en faire la t raite au profit de ses bailleurs de fonds. Mais l’entreprise croule en une catastrophe : pour se procurer des vivres, il avait pillé un poste français ; attaqué par nos troupes, il périt les armes à la main. On ne s’étonnera pas qu’un pareil homme ait embelli de fictions plus ou moins heureuses des mémoires faits surtout pour séduire d es actionnaires ; d’ailleurs, sa correspondance officielle avec le ministre de la Ma rine prouve qu’il ne se croyait pas le moins du monde tenu de décrire les choses comme ell es étaient. Il n’est pas le premier voyageur qui ait pris quelques libertés avec la vér ité ; mais on peut affirmer qu’il a dépassé de bien loin les bornes de la licence permi se aux gens qui disent du bien d’eux-mêmes. Il est donc impossible d’accepter sans un sévère examen ses moindres assertions ; et pourtant, même en le dépouillant de s erreurs et des mensonges qu’il contient, on reste en présence d’un des plus extrao rdinaires récits d’aventures qui puissent être lus, et ce magnat de Hongrie,Ampansacabé, seigneur souverain ou, pour mieux dire, empereur de Madagascar, qui a des minis tres, des armées, une capitale et cependant loge le diable en sa bourse, est venu à s on heure dans les dernières
années d’un siècle qui connut le roi de Corse, Théo dore de Neuhof, fut la dupe de Cagliostro et vit naître Alexandre Dumas. On a tiré les éléments de cette étude des archives coloniales (fonds Madagascar, fonds Île-de-France), qui contiennent tout le dossi er en originaux ou en copies certifiées, des archives du ministère des Affaires étrangères, où le fonds Asie (vol. 18) renferme les pièces saisies dans le portefeuille du baron, lors de sa mort. Les introductions mises par le capitaine Pasfield Olive r en tête des deux éditions anglaises desMémoiresieux renseignements ;qu’il a données en 1893 et 1904 ont fourni de préc on trouvera à la fin de la seconde une bibliographi e très complète des ouvrages qui, de près ou de loin, ont rapport à Benyowszky. Enfin M. A. Lirondelle a pris la peine d’analyser pour nous au British-Museum le texte du récit d’Ivan Ryoumin, un des Russes qui furent emmenés de force jusqu’à Macao et de là en France. Grâce à ce témoin, l’évasion et le voyage gagnent auprès de l’ historien ce qu’ils perdent aux yeux de l’amateur de romans.
Chapitre premier
Jeunesse de Benyowszky. – Il passe en Pologne. – Exilé au Kamtchatka, il s’empare de la ville de Bolsheretzk et s’échappe par mer. – Il gagne Macao en suivant les côtes du Japon. – Accueilli par les chefs du comptoir français, il passe à l’Île-de-France et arrive à Lorient – 1772.
En juin 1772, parut dans leGentleman’s MagazineLondres une lettre venue de de Chine, qui excita vivement la curiosité du public. On y contait qu’un vaisseau d’aspect étrange était arrivé à Canton : il y avait 65 perso nnes à bord, dont 5 femmes, le commandant se nommait le baron de Benyorsky. Fait p risonnier en Pologne par les Russes, transporté à Kazan, il s’était, avec d’autr es, échappé de cette forteresse, après avoir vaincu les soldats qui la gardaient. Il avait pu gagner le Kamtchatka, où un ami lui avait fourni un vaisseau. Il avait alors fa it voile pour la Chine ; mais, emporté malgré lui vers l’est, il avait dû longer la côte d ’Amérique jusqu’au 57e degré. Empêché par le vent contraire d’atteindre Acapulco, il avai t essayé de gagner les Philippines, sans pouvoir y aborder. Six mois s’étaient passés d epuis son départ du Kamtchatka, lorsqu’il avait atteint Macao. On publiait ensuite une lettre du baron lui-même, d onnant en mauvais français le compte rendu de son voyage : « Devenu en prison, an née 1769. Amené en exil avec messieurs princes P. Soltyk, évêque de Cracovia, P. Kanguszko, P. Rzsevuisky, P. Pacz, évêque de Kiovo. À Kamtchatka sous 63 dégrée de latitude nord, 175 longitude, l’année 1771. « Dans le mois May, sortis sur le galiotteSaint-Piere, passer jusque a 238 degrée de la Longitude, a 57 Latitude, d’où naviger à passer l’île Mariain ; par la grande tempête et forts vents devenu à Japon ou de l’androis du po rt Namgu mis le pied à la Terre ; de là venu à l’île Touza et Bonzo, de là jusque a Nang easaki, d’où, après avoir pris des vivres, sortis et passer par les îles Amuy jusque à Formosa, et l’île Baschet, enfin pris le cours droitement à Macao où je suis arrivé dans le mois de septembre 1771 l’Année. Sortis avec 85 hommes, arrivé avec 62. » Cette pièce était signée : « Baron Maurice-Auguste d’Aladar de Benyorsky, Colonelle de S.M. Impériale, Régimenter des Confédérés. » Un sieur Nathaniel Barlow, qui se trouvait alors à Macao, lui ayant encore demandé quelques renseignements sur son voyage, le baron ré pondit qu’il avait été envoyé secrètement par la reine de Hongrie, avec un corps de 500 soldats, au secours des confédérés catholiques de Pologne en guerre avec le s protestants que soutenaient les Russes. À peine avait-il joint les troupes confédér ées, qu’il avait été assailli par les ennemis, battu, pris avec la plupart de ses hommes et envoyé en Sibérie. Là, très cruellement traités, ils avaient pu s’échapper, en s’emparant de la garnison, alors réduite à très peu de monde et s’étaient rendus au Kamtchatka pour s’embarquer. Ayant servi jadis sur les galères de Malte, il avai t assez de connaissances nautiques pour tenter de suivre la côte jusqu’en Chine. Les v ents l’en écartèrent et le forcèrent de cingler au nord-est, à la recherche d’îles qu’il cr oyait exister dans cette direction. Il aborda à une terre qu’il jugea proche de la côte d’ Amérique, y prit des vivres et essaya d’atteindre Acapulco ; mais, forcé par les vents d’ y renoncer, il tâcha de gagner les Philippines, toucha aux Mariannes et, ne pouvant pa rvenir à Manille, à cause du temps
défavorable, il se dirigea vers Macao, où il arriva enfin après quatre mois de voyage. Le vaisseau qui le portait avait 50 pieds de long, 16 de large ; il était bâti entièrement en sapin et jaugeait 80 tonneaux. Enfin, l’évêque français Le Bon manda de Macao le 2 4 septembre 1771 : « Il vient d’arriver hier à Macao un bateau à pavillon hongroi s, commandé par le baron hongrois M.A. Aladar Benyorsky, conseiller du prince Albert, duc de Saxe, Colonel de S.M. Apostolique Royale et Impériale la reine de Hongrie et officier d’un régiment de la République et couronne de Pologne. Ce monsieur, apr ès avoir reçu sept blessures dans un combat contre les Russes, près de Kaminiec, fut fait prisonnier de guerre et conduit dans la même ville où se trouve détenu comm e prisonnier d’État le prince Szoltitz, évêque de Cracovie, sénateur de Pologne. Le baron a trouvé moyen de s’échapper, après avoir reçu une patente du prince-évêque prisonnier, qui exhorte tous les catholiques surtout à secourir ledit sieur Alad ar Benyorsky, pour lui donner le moyen de parvenir auprès de l’empereur d’Allemagne et du Saint-Siège Apostolique. La patente du prélat est datée de sa prison, le 6 n ovembre 1770. De 54 hommes d’équipage, il ne reste à ce capitaine que 8 hommes en santé : le reste est sur le grabat. Depuis deux mois, ils souffraient la faim e t la soif. Il a eu son embarcation deux fois brisée : deux fois, ils l’ont raccommodée. Il ne sait ni le portugais ni l’espagnol ; mais il parle latin, français et allemand. Il est v enu par le nord et a côtoyé le Japon. » Ces divers témoignages, s’ils s’accordent sur le fo nd de l’aventure, ne s’accordent pas sur les détails. La faute en est sans doute à l ’imagination du héros qui commençait déjà à se donner carrière. Il se nommait en réalité Maurice-Auguste, baron de Benyowsky, selon l’orthographe hongroise, de Benyow szky, selon sa propre signature. Il se disait né à Verbowa, terre de sa famille ; da ns le comté de Neutra, en l’année 1741. Il était fils du baron Samuel Aladar de Benyo wszky, qu’il prétendait avoir été général-major de cavalerie au service d’Autriche. Q uand il passa par l’île de France, en 1772, il raconta au gouverneur, le chevalier Desroc hes, qu’il était d’origine polonaise et treizième baron du nom. Son grand-père était passé en Transylvanie sur l’invitation de l’empereur, et celui-ci fit à sa famille un état co nsidérable dans cette province, qu’il voulait repeupler. Sa première jeunesse se passa à Vienne dans les travaux et les exercices habituels aux jeunes nobles ; dès l’âge d e 14 ans, il entra dans l’armée comme sous-lieutenant. On voudrait être certain de tout cela : or, jamais le doute méthodique n’a été mieux justifié qu’en cette histo ire où, dès le début, les contradictions abondent. Ainsi, d’après le dernier éditeur anglais desMémoires, le capitaine Pasfield Oliver, les registres paroissiau x de Verbowa fixent la naissance du baron à l’année 1746. Il prétend avoir assisté aux batailles de Lobositz en 1756, de Prague en 1757, de Domstadt en 1758 en qualité de lieutenant d’abord, puis de capitaine, puis d’aide de camp du maréchal Laudon. Quel que fût l’âge auquel les jeunes nobles de ce temps pouvaient recevoir un grade, il est impossible qu’i l ait fait ces campagnes, s’il est né en 1746. Cette date acceptée, comme il paraît difficil e de ne pas le faire, lesMémoires, dès la première page, se trouvent contenir de forte s erreurs, pour ne pas dire pis. Ils sont encore contredits par un état de services auto graphe de Benyowszky, d’après lequel il n’aurait ni fait partie des mêmes régimen ts, ni possédé les mêmes grades qu’il s’attribua plus tard. En 1762, après la mort de son père, il aurait quitté l’armée autrichienne pour entrer dans celle de Pologne et, de 1763 à 1767, il aurait été major au régiment de Kalicz-Cavalerie. À Desroches, il déclara qu’il avait quitté le servi ce, ne pouvant s’accommoder avec son colonel, et qu’il s’était retiré en Transylvani e pour s’y adonner uniquement à
l’étude. Si l’on s’en rapporte auxMémoires, il serait allé en Pologne pour prendre possession de l’héritage d’un oncle, dignitaire de la République. Son père étant mort sur ces entrefaites, ses beaux-frères s’emparèrent des biens qui lui revenaient et l’empêchèrent par la force de rentrer dans le manoi r héréditaire. Il rassembla alors quelques-uns de ses vassaux, les arma et s’établit sur sa terre, l’épée au poing. Accusé par ses parents et alliés, traité comme un p erturbateur de la paix publique, il fut condamné par la chancellerie de Vienne et forcé de fuir en Pologne. Il faut avouer que ce récit concorde bien avec ce que l’on sait de son caractère ; il paraît d’ailleurs conforme à la vérité. On comprend aisément qu’il ai t passé cette aventure sous silence dans ses entretiens avec Desroches aussi bien que d ans ses états de services. Ainsi s’explique sans trop de peine son entrée dans l’arm ée polonaise, unique ressource d’un banni. C’est alors qu’il se maria avec Mlle He nska, fille d’un noble du pays. A-t-il ensuite voyagé, comme il le raconte, en Allemagne, en Hollande, en Angleterre ? A-t-il séjourné un an à Paris ? C’est fort douteux. Il éta it encore à Varsovie en 1764, au moment où fut élu Stanislas-Auguste. On ne doit guè re plus de créance à ses voyages qu’à ses caravanes sur les galères de Malte. « Il a llait, dit-il, partir pour les Indes, lorsqu’il fut rappelé par les confédérés polonais. » Il ne se souvenait plus, quand il écrivit cela, vers 1784, d’avoir écrit autre part d e sa main que de 1763 à 1767 il avait été major dans Kalicz-Cavalerie et que la disciplin e militaire, si facile qu’on la suppose en Pologne, ne devait pas donner aux officiers lice nce d’aller aux Indes. Donc, revenu à Cracovie, il fut, à l’en croire, nommé par les co nfédérés colonel, régimentaire général, commandant de la cavalerie et quartier-maî tre général. On s’étonnera de voir combler de tant d’honneurs un officier si jeune et tout à fait inconnu. Les chefs polonais, on le sait, se jalousaient, se battaient parfois entre eux, se débauchaient leurs troupes. Et ces troupes, toutes composées de cavalerie, recrutées de gentilshommes qui se réputaient tous égaux, sans di scipline, sans obéissance, formaient une dizaine de corps errants, d’un effect if très faible. Benyowszky, en dépit des grades qu’il s’attribue, n’a pas marqué sa trac e dans l’histoire des confédérés. Il est impossible d’accepter comme exacts les faits d’ armes personnels dont il donne l’énumération et les détails, non sans commettre de graves erreurs, quand il mêle le récit de ses exploits à celui d’événements authenti ques. On doit supposer qu’il exerça quelque commandement en sous-ordre dans les bandes de Czarneçky et de Pulawsky, sans jamais avoir rien accompli de remarquable. Fai t prisonnier une première fois par les Russes, il racheta sa liberté pour 2 000 ducats . Repris dans un combat en Podolie, blessé de deux coups de sabre et d’un coup de mitra ille, il fut transféré de Kief à Kazan et de là à Kalouga. C’était pendant l’été de 1769. Il paraît probable qu’il forma avec d’autres prisonniers un plan d’évasion ; il ne s’ag issait de rien moins que de s’emparer de la place avec la complicité du commandant russe lui-même. Le complot fut découvert, le baron arrêté, conduit à Saint-Pétersb ourg ; il raconte qu’il comparut là devant un ministre ; il nomme même Orlof et Czernic heff, peut-être pour se donner de l’importance. Ce serait là le motif pour lequel il fut déporté au Kamtchatka, d’où l’on ne revenait guère. C’est en décembre 1769 qu’il quitta Saint-Pétersbourg pour ce lointain et redoutable exil. On lui avait mis les fers aux p ieds ; il n’avait d’autre bagage qu’une peau de mouton : mais, en même temps que lui partai t un Suédois, le major Wymblath, plusieurs officiers russes, le lieutenant aux garde s Vassili Panov, le capitaine Hippolyte Stépanov et quelques autres encore, condamnés à fin ir leur vie en Sibérie, parmi lesquels il devait trouver des amis et des complice s. Le convoi passa par Moscou, Nijni-Novgorod et parvint à Tobolsk vers la fin de janvier 1770. Les habitants de la ville, touchés de la détresse des bannis, firent pour eux une collecte qui produisit quelques
centaines de roubles ; puis, la marche recommença, interminable. Ils passèrent par Krasnoiarsk, Iakoutsk et arrivèrent à Okhotsk, vrai semblablement, le 16 octobre 1770. Ils s’embarquèrent là sur un des sloops qui faisaie nt la traversée jusqu’à Bolsha et ils y abordèrent au bout de quelques jours ; leur voyage avait duré presque un an. Les mémoires de Benyowszky ne donnent que peu de détail s sur les contrées alors à peu près inconnues qu’il traversa : il semble qu’il n’a it pas daigné les voir : par contre, son imagination ne s’endort pas et les aventures se pre ssent dans son récit sans le moindre souci de la vraisemblance. Il raconte, par exemple, qu’à Iakoutsk, un chirurgi en russe nommé Hofmann, qui devait accompagner le convoi, lui proposa de s’empa rer, dès qu’ils seraient rendus au Kamtchatka, d’un navire quelconque et de regagner l ’Europe par mer. C’est l’idée même du plan qu’il exécuta plus tard. Mais, au mome nt de partir, Hofmann tomba malade, demeura à Iakoutsk, tandis que les autres reprenaient leur route sous l’escorte de quelques cosaques. Au bout de quelques jours, su r le point d’expirer, il avoua au gouverneur de la ville le complot formé avec Benyow szky. Aussitôt l’on expédia un courrier à l’officier qui commandait à Okhotsk, ave c ordre d’incarcérer le baron et ses compagnons dès leur arrivée. L’homme, heureusement, rejoignit la petite caravane encore en chemin, annonça la mort d’Hofmann et qu’o n avait découvert chez lui des papiers compromettants. Benyowszky, inquiet au plus haut point, parvint à enivrer les soldats, à soustraire au courrier la lettre et les ordres du gouverneur d’Iakoutsk : les ayant lus, il en rédigea d’autres, tout différents : ainsi fut déjouée la singulière trahison du chirurgien. Mais comment croire qu’en pleine ste ppe, des prisonniers dénués de tout, surveillés sans cesse, aient pu contrefaire d es lettres officielles, leur en donner l’apparence si exacte que le porteur et le destinat aire s’y soient laissés tromper ? Il ne paraît pas non plus que le gouverneur d’Iakoutsk ai t jamais interrogé sur cette affaire son collègue d’Okhotsk, bien qu’il en ait eu le tem ps pendant le séjour de six mois que Benyowszky fit au Kamtchatka. On peut aussi considé rer comme un épisode imaginé de toutes pièces le récit d’une tempête qui assaill e le sloop sur lequel les exilés firent la courte traversée de la mer d’Okhotsk : le capita ine et tous les officiers sont successivement blessés par un hasard complaisant, l e baron prend le commandement et sauve le navire ; mais l’ouragan le jette sur l’ île Sakhalien ; là, il propose aux matelots russes d’aborder en Corée, ils refusent et l’obligent à revenir à l’embouchure de la Bolsha. Il prétend aussi que le colonel Nilov, gouverneur d u Kamtchatka, lui fit pour cette action d’éclat les plus chaleureux remerciements ; on ne peut alors qu’admirer la discrétion dont firent preuve les matelots sur cett e tentative bien caractérisée d’évasion. Il n’y avait à l’embouchure de la rivière que quelq ues isbas, formant le hameau de Tchekavka. La résidence du gouverneur était située à cinq lieues de la côte : ce n’était qu’un village d’environ 500 maisons, habitées par d es cosaques et des marchands. On y voyait plusieurs lignes de bâtiments peu élevés, dont chacun contenait cinq ou six habitations réunies par un long passage commun, div isant l’édifice dans le sens de la longueur. Il y avait aussi une église, des baraquem ents pour les soldats et de nombreux balagans, maison d’été des indigènes. Le b aron attribue à l’ostrog de Bolshoretzkoï une garnison de 280 hommes occupant u ne forteresse bastionnée, armée de 20 pièces de canon. La population totale d es établissements russes aurait été de 364 soldats, 29 officiers, 422 chasseurs, 1 500 cosaques avec leurs officiers, 25 fonctionnaires civils, 82 marchands, 700 descendant s d’exilés et enfin 1 600 exilés. Les témoignages des contemporains ne concordent pas avec cette description ;
Stepanov dit que la distance de la mer jusqu’à Bola heretzk est de 40 verstes et le capitaine King, de l’expédition de Cook, qui visita le pays en 1779, l’évalue à 22 milles anglais. Quant à l’ostrog, il était, d’après ce der nier situé sur la rive nord de la Bolsha, ou Bolchoireka, entre l’embouchure de deux ruisseau x, la Gottsofka et la Bistraia, qui se jettent dans la rivière, profonde en cet endroit de 2 ou 3 brasses et large d’environ 200 toises. Les maisons, toutes de même forme, étai ent bâties en bois et couvertes en écorce ou en jonc grossièrement tressé. La maison d u gouverneur, en 1779, était beaucoup plus grande que les autres : elle était co mposée de trois pièces fort étendues, tapissées d’un joli papier ; mais les vit res des fenêtres étaient faites de plaques de talc. King ne fait monter le nombre des soldats et Cosaques qu’à 400 environ, répartis entre les cinq postes de Nichneï, Verchneï, Tigil, Bolsheretzk ou Petropaulovsky. La population indigène était même t ombée au chiffre de 3 000 individus, la petite vérole ayant fait en 1767 plus de 20 000 victimes. Il vit au chef-lieu une caserne et quelques magasins, mais pas de forte resse, contrairement au récit de Benyowszky. Il n’y avait que 12 marchands de fourru res, formant une compagnie instituée par Catherine II ; les autres commerçants n’étaient que des Cosaques. On voit assez pour quelles raisons le baron grossit jusqu’à l’invraisemblance le chiffre de la population et le nombre des soldats, pourquoi il in vente l’existence d’une forteresse et la munit même d’artillerie. Lorsqu’il fut amené à B olsheretzk, il se trouva sous l’autorité d’un gouverneur qui passait pour très dur ; le sort déjà si pénible des bannis, fut, paraît-il, encore aggravé. Et pourtant quelle accablante d estinée ! Dix ans plus tard, King en vit un, du nom d’Iwaskin, gentilhomme, qui avait ét é page de l’impératrice Élisabeth et enseigne aux gardes. Ce malheureux, à l’âge de 16 a ns, avait reçu le knout et avait eu le nez fendu. Exilé au Kamtchatka depuis trente et un ans, il en avait passé vingt sans recevoir aucun secours de l’administration ; il ava it vécu tout ce temps, à la manière des indigènes, du produit de sa chasse. « On remit à chacun des nouveaux venus, dit Benyowszky, un mousquet, une lance, des outils et q uelques provisions. On leur permit de se bâtir dans le voisinage une hutte de laquelle il leur était interdit de s’éloigner sans autorisation : ils devaient par an à l’État un e certaine quantité de fourrures. » Telle était la rude loi de l’exil. Mais on retombe presque aussitôt dans l’invraisembl ance si l’on accepte la suite du récit : les dates que le baron indique avec une sur prenante précision ne sont là que pour lui prêter l’aspect de notes journalières et p our leurrer le lecteur par l’apparence de l’exactitude. Qu’on en juge plutôt : il était arrivé à Bolsheretzk le 1er décembre 1770 : dès le 5, il a, prétend-il, formé une association en vue de s’évader ; il en est nommé chef et tous ses compagnons jurent de lui obéir ave uglément, de tuer qui trahira. Le 6, le gouverneur Nilov le donne comme maître de langue s étrangères à ses deux filles ; l’aînée, Aphanasie, s’éprend de lui dès le 7 ; il e st fâcheux que leur existence ne soit rien moins que démontrée. Ce jour même, étant allé chez le chancelier Soudeikine, il le trouve jouant aux échecs avec le hetman Kolossov. L e chancelier ne s’étonne pas de la visite : bien plus, voyant sa partie compromise, il propose à l’exilé de la finir pour lui ; celui-ci accepte, bat le hetman, lui fait perdre 1 500 roubles. Ces Cosaques, vraiment, ont l’abord facile et l’humeur familière. Ce n’est rien encore : émerveillés de son habileté, ils proposent au vainqueur de jouer 50 pa rties d’échecs, à l’enjeu de 300 roubles chacune contre les plus riches marchands de la ville : il touchera 60 roubles par partie gagnée ; pour eux, ils se réservent les enjeux. L’affaire est conclue sans consulter les marchands ; puis, séance tenante, pas sant à une idée nouvelle, Soudeikine et Kolossov l’invitent à ouvrir une écol e publique où les enfants iront apprendre les langues, l’arithmétique, la géographi e et d’autres sciences encore, pour
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text