201 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Tempête sur la Ville d'Ys , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
201 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La ville d’Ys a existé. Fortement, bellement. Et, des siècles durant, les hommes et les femmes qui l’habitaient vécurent et moururent sans imaginer qu’un jour des gens réputés pour leur savoir nieraient cette existence. Les habitants d’Ys voyaient les années succéder aux années, changeantes, parfois terribles ; mais si des bateaux et des hommes disparaissaient de mort violente et de mort régulière, la ville n’en continuait pas moins de poursuivre sa destinée.


Le roman que l’on va lire s’efforce de décrire les trois dernières journées de la ville d’Ys. Jusqu’à quel point est-il œuvre d’imagination ? Au lecteur d’en juger. Avant de frapper les trois coups et de laisser commencer le drame, et tandis que la ville qui va mourir dort sous les étoiles une nuit brûlante d’un exceptionnel arrière-été, nous l’invitons à la confiance. Pour plonger dans le passé, aucun besoin de lunettes, de bouteilles d’oxygène ou de masque, ni de palmes au barbotement silencieux : il faut glisser, regarder, croire. [...] Chacun d’entre nous, en s’aidant de son rêve, est armé pour recréer la ville d’Ys. Avec les carillons d’une petite église devenue la cathédrale engloutie, il entendra les dialogues passionnés d’un ermite et d’une pécheresse. Ces dialogues peuvent se répéter demain, chargés de la même angoisse et de la même pitié, dans n’importe lequel de ces Hiroshima ou de ces Pompéi, préparés ou non par nos fautes, qui nous guettent encore... (extrait de la Préface d’Henri Queffélec).


Henri Queffélec (1910-1992) né à Brest, écrivain, essayiste. Il est considéré comme le romancier maritime français par excellence du XXe siècle, auteur de plus de 80 livres, dont beaucoup ont été inspirés par la Bretagne natale,la mer et les îles. — L’Association des Amis d’Henri Queffélec et les Editions des Régionalismes ont prévu de rééditer l’ensemble de son œuvre bretonne et maritime sur la période 2013-2023, à raison de trois ouvrages par an.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1
EAN13 9782824056487
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0090€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Même auteur, même éditeur















isbn

Tous droits de traduction de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Conception, mise en page et maquette : © Eric Chaplain
Pour la présente édition : © edr/ EDITION S des régionalismes ™ — 2022
Editions des Régionalismes : 48B, rue de Gâte-Grenier — 17160 cressé
ISBN 978.2.8240.1115.8 (papier)
ISBN 978.2.8240.5648.7 (numérique : pdf/epub)
Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous laissions passer coquilles ou fautes — l’informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N’hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d’améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.


AUTEUR

henri QUEFFÉLEC




TITRE

TEMPÊTE SUR LA VILLE D’YS




AVANT-PROPOS
L ’écrivain brestois Henri Queffélec (1910-1992) est décédé il y a déjà 30 ans. Pourtant, grâce à la publication de six cahiers d’études et de sa correspondance, à l’organisation de nombreuses conférences et de deux colloques internationaux dans sa ville natale (en 1999 et 2010), à la pose de plaques commémoratives sur les lieux qui lui étaient chers (à Brest et Paris), au baptême de rues ou médiathèques à son nom, son souvenir demeure vivace, patiemment entretenu par l’Association des Amis d’Henri Queffélec (dont la présidente d’honneur est sa fille Anne, pianiste de renom).
Mais c’est avant tout par son œuvre qu’un artiste atteint l’immortalité. Et sa production doit être accessible au plus grand nombre. C’est pourquoi je tiens à remercier ici chaleureusement les Éditions des Régionalismes pour leur fidélité sans faille. Depuis 2013, Éric et Béatrice Chaplain s’attachent à rééditer l’œuvre abondante et protéiforme (plus de quatre-vingt-dix ouvrages de toute sorte) de cet auteur majeur, lauréat du Grand prix du roman de l’Académie française en 1958 pour Un royaume sous la mer et du Grand Prix de littérature de l’Académie Française en 1975. Déjà vingt-quatre livres ont été proposés au public en neuf ans, et les projets ne manquent pas pour les années à venir. A côté des neuf romans consacrés aux îles du Ponant, représentant de remarquables témoignages littéraires sur la vie dans ces petits mondes insulaires, quinze ouvrages ont trouvé leur place dans la bibliothèque de tout amoureux de la Bretagne.
La publication de la « trilogie de l’Ancien Régime et la Révolution » est désormais achevée : Un recteur de l’île de Sein (1) , Un homme d’Ouessant (2) et La mouette et la croix (3) . Tout comme celle de la « trilogie moléno-ouessantine » : Les îles de la miséricorde (4) , Le phare (5) et La lumière enchaînée (6) .
Ils étaient six marins de Groix... et la tempête (7) propose une vision conradienne de la funeste tempête de 1930. Et Un feu s’allume sur la mer (8) raconte l’épopée de la construction du phare d’Ar-Men, dans la Chaussée de Sein. Enfin, dans La voile tendue (9) , l’intrigue effleure Bréhat dans son premier chapitre (10) .
Mais le vent du large souffle aussi plus au Nord, dans le Septentrion. C’est entre le Groenland et l’Islande que se déroule Le grand départ (11) , récit poignant des derniers jours d’une célèbre figure de l’exploration polaire, le commandant Charcot, disparu au cours d’un naufrage en 1936. De son côté, La fin d’un manoir (12) et Au bout du monde (13) constituent deux « perles rares », bretonnes mais non insulaires. Enfin, Armor (14) résonne comme un vibrant hommage rendu dans les années 1970 à une Bretagne que Peter Anson avait su si bien raconter et croquer dans les années 1930.
Henri Queffélec a conservé une véritable « passion de mer » pour les éléments et les hommes qui les affrontent. C’est dans cette veine que s’inscrivent Tempête sur Douarnenez (15) , Un royaume sous la mer (16) , Les Grandes Heures de l’océan (17) , Frères de la brume (18) et Solitudes (19) . Il n’a eu de cesse également de célébrer ce « pays couleur de mémoire » dès les années 1950, comme le prouve le Guide Bleu Bretagne (20) . C’est dans cet écrin que se placent L’Évangile des calvaires bretons (21) , Bretagne des îles (22) , Promenades en Bretagne (23) et Ports de pêche en Bretagne (24) . Quant aux légendes de sa province natale, il leur fait la part belle dans Tempête sur la ville d’Ys , qui vous est présenté ici pour son 60 e anniversaire (25) .
A côté de l’épopée du roi Arthur, la submersion de la ville d’Ys (« Is » en breton) constitue le deuxième grand thème de la mythologie celtique armoricaine : cette cité engloutie se retrouve sous d’autres noms dans la tradition irlandaise (26) , écossaise (27) ou galloise (28) . En Bretagne même, la disparition de Tolente, Lexovie, Occismor ou encore Herbauge (située à l’emplacement actuel du lac de Grandlieu) relève d’un processus identique de mythification. Le rapprochement avec l’Atlantide se fait sans difficulté, en sachant qu’il faut remplacer des croyances polythéistes par une foi monothéiste. La légende reprend les noms de personnages qui ont réellement existé. Le roi d’Ys, Gradlon le Grand, gouverne sagement, conseillé par Saint Guénolé. Mais sa fille, Dahud (nommée également Ahès), et les habitants de la cité mènent une vie dissolue, faisant fi de la morale chrétienne. Pour les punir de leurs péchés, Dieu envoie sur la ville un raz-de-marée purificateur dont seuls réchappent le souverain et l’homme d’Église. Les résonances avec la geste arthurienne sont également clairement repérables. Avec l’évangélisation de l’Armorique, la complicité entre le chef temporel et le chef spirituel prend une autre forme, mais les liens politico-religieux subsistent : le couple païen Arthur-Merlin cède la place au couple chrétien Gradlon-Saint Guénolé. D’autre part, comme Arthur, Ys vit toujours, mais en dormition sous les flots. Un jour, elle refera surface. La seule ville qui puisse lui être comparée en splendeur est Paris (« par Is » signifie en breton « égale à Is »). D’après le dicton populaire, « lorsqu’Is resurgira, Paris sera englouti » .
Dahud non plus n’est pas morte : elle nage entre deux eaux sous la forme d’une sirène qui attire les hommes par ses chants. Ce thème, très classique depuis L’Odyssée , se présente moins en Bretagne sous la forme d’une île envoûtante que sous les traits d’ondines « morganisées », fées ou sorcières des eaux. Ces légendes restent vivaces autour des points d’eau (sources, fontaines, marais, etc.), ainsi qu’à Ouessant et dans l’île du Loch (c’est-à-dire « l’île de l’étang »), une des Glénan. Pour Jean Markale, l’histoire d’Ys constitue « un mythe fondamental, résultat de la rencontre entre des bouleversements climatiques et géologiques et un schéma psychologique bien connu, celui du refoulement dans l’inconscient. On peut y voir également, sur un plan historique, une lutte entre une société gynécocratique primitive et une société patriarcale triomphante, et sur un plan religieux, l’opposition entre le druidisme et le christianisme » (29) . Quant à Dahud, « le fait que sa ville soit submergée et qu’elle-même soit devenue un être aquatique prouve qu’elle représente l’image de la Femme et de sa souveraineté enfouie dans l’inconscient masculin et prêt à surgir au niveau de la conscience » (30) .
Comme Avalon et l’Atlantide, Ys ne peut prétendre à des ruines célèbres et une localisation officielle. Comme ces deux îles, pourtant, elle doit renvoyer à un événement historique. Le sens du mot breton « iz » (« en dessous, inférieur ») fait penser que « Ker Iz » (« la ville d’Ys ») pourrait tout simplement renvoyer à la partie basse d’une ville, un port, dont les digues auraient pu se rompre lors d’un cataclysme, peut-être au VI e siècle. A partir de cette catastrophe, les imaginations ont bâti un récit de plus en plus fabuleux, agrémenté par les conteurs bretons. Pour Anatole Le Braz, « la ville d’Is s’étendait de Douarnenez à Port-Blanc. Les Sept-Iles en sont des ruines. La plus belle église de la ville s’élevait à l’endroit où sont aujourd’hui les Triagoz. C’est pourquoi on les appelle encore «  Treuger  » (« Traou Ker », mot à mot « le bas de la ville »)... Un des quartiers de la ville s’appelait Lexobie. Il y avait, dans Is, cent cathédrales, et dans chacune d’elles c’était un évêque qui officiait...» (31) . Il va même jusqu’à préciser que le raz-de-marée destructeur se serait produit en septembre 1072 (date à laquelle il est attesté à Bréhat).
Charles Le Goffic parle également d’une grande cité engloutie « dont les palais et les clochers reparaissent tous les sept ans, au matin de Pâques, au moment de l’élévation : c’est la ville d’Is, si vaste et si peuplée qu’elle allait de l’île de Batz aux épées de Tréguier. Trente évêques la desservent, et quand ils disent la messe, on entend distinctement le son des cloches dans la mer...» (32) . Selon lui, Is a disparu lors du tremblement de terre de mars 709 (qui a pu insulariser le Mont-Saint-Michel, Tombelaine et peut-être même les îles Chausey).
Mais la tradition populaire a plutôt retenu la baie de Douarnenez, où Pouldavid serait la francisation de « Poul Dahud » (le « marais de Dahud ») (33) . Jacques Cambry abonde dans le sens de cette thèse, tout en universalisant la portée du mythe :
« On m’a fait voir sur le rivage près de Ris, un monument irréfutable de ce terrible événement. C’est un rocher surnommé Garrec, sur lequel est empreint le pied du cheval de Gralon ; ainsi Jésus, en s’élevant au ciel, laissa la trace de son pied sur le sommet du mont Tabor. Ainsi, sur la plus haute montagne de Ceylan qui jadis supportait le paradis terrestre, est empreint le grand pied d’Adam...» (34) .
C’est donc dans la région douarneniste que Georges-Gustave Toudouze a lancé ses recherches « historiques » sur la submersion de la ville d’Ys. Il demeure fasciné par la légende, mais tente d’expliquer son origine. Comparant l

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text