427 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Robin Hood le proscrit , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
427 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Alexandre Dumas (1802-1870)



"Aux premières heures d’une belle matinée du mois d’août, Robin Hood, le cœur en joie et la chanson aux lèvres, se promenait solitairement dans un étroit sentier de la forêt de Sherwood.


Tout à coup, une voix forte et dont les intonations capricieuses témoignaient d’une grande ignorance des règles musicales, se mit à répéter l’amoureuse ballade chantée par Robin Hood.


– Par Notre Dame ! murmura le jeune homme, en prêtant une oreille attentive au chant de l’inconnu, voilà un fait qui me paraît étrange. Les paroles que je viens d’entendre chanter sont de ma composition, datent de mon enfance, et je ne les ai apprises à personne.


Tout en faisant cette réflexion, Robin se glissait derrière le tronc d’un arbre, afin d’y attendre le passage du voyageur.


Celui-ci se montra bientôt. Arrivé en face du chêne au pied duquel Robin s’était assis, il plongea ses regards dans la profondeur des bois.


– Ah ! ah ! dit l’inconnu en apercevant à travers le fourré un magnifique troupeau de daims, voici d’anciennes connaissances ; voyons un peu si j’ai encore l’œil juste et la main prompte. Par saint Paul ! je vais me donner le plaisir d’envoyer une flèche au vigoureux gaillard qui chemine si lentement. "



Suite de "Le prince des voleurs"

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 2
EAN13 9782374638744
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0019€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Robin Hood II
 
 
Robin Hood le proscrit
 
 
Alexandre Dumas
 
 
Mars 2021
Stéphane le Mat
La Gibecière à Mots
ISBN : 978-2-37463-874-4
Couverture : pastel de STEPH'
lagibeciereamots@sfr.fr
N° 873
I
 
Aux premières heures d’une belle matinée du mois d’août, Robin Hood, le cœur en joie et la chanson aux lèvres, se promenait solitairement dans un étroit sentier de la forêt de Sherwood.
Tout à coup, une voix forte et dont les intonations capricieuses témoignaient d’une grande ignorance des règles musicales, se mit à répéter l’amoureuse ballade chantée par Robin Hood.
– Par Notre Dame ! murmura le jeune homme, en prêtant une oreille attentive au chant de l’inconnu, voilà un fait qui me paraît étrange. Les paroles que je viens d’entendre chanter sont de ma composition, datent de mon enfance, et je ne les ai apprises à personne.
Tout en faisant cette réflexion, Robin se glissait derrière le tronc d’un arbre, afin d’y attendre le passage du voyageur.
Celui-ci se montra bientôt. Arrivé en face du chêne au pied duquel Robin s’était assis, il plongea ses regards dans la profondeur des bois.
– Ah ! ah ! dit l’inconnu en apercevant à travers le fourré un magnifique troupeau de daims, voici d’anciennes connaissances ; voyons un peu si j’ai encore l’œil juste et la main prompte. Par saint Paul ! je vais me donner le plaisir d’envoyer une flèche au vigoureux gaillard qui chemine si lentement.
Cela dit, l’étranger prit une flèche dans son carquois, l’ajusta à son arc, visa le daim et le frappa de mort.
– Bravo ! cria une voix rieuse ; ce coup est d’une adresse remarquable.
L’étranger, saisi de surprise, s’était brusquement retourné.
– Vous trouvez, messire ? dit-il en examinant Robin de la tête aux pieds.
– Oui, vous êtes fort adroit.
– Vraiment, ajouta l’inconnu d’un ton dédaigneux.
– Sans doute, et surtout pour un homme qui n’est pas habitué à tirer le daim.
– Comment savez-vous que je manque d’habitude dans ce genre d’exercice ?
– Par la manière dont vous tenez votre arc. Je parie tout ce que vous voudrez, sir étranger, que vous êtes plus habile à renverser un homme sur le champ de bataille qu’à étendre un daim dans le fourré.
– Très bien répondu, s’écria l’étranger en riant. Est-il permis de demander son nom à un homme qui a le regard assez pénétrant pour juger sur un simple coup la différence qui existe entre la manière de faire d’un soldat et celle d’un forestier ?
– Mon nom est de peu d’importance dans la question qui nous occupe, sir étranger ; mais je puis vous dire mes qualités. Je suis un des premiers gardes de cette forêt, et je n’ai pas l’intention de laisser mes daims exposés sans défense aux attaques de ceux qui, pour essayer leur adresse, s’avisent de les tirer.
– Je me soucie fort peu de vos intentions, mon joli garde ; repartit l’inconnu d’un ton délibéré, et je vous mets au défi de m’empêcher d’envoyer mes flèches où bon me semblera ; je tuerai des daims, je tuerai des faons, je tuerai tout ce que je voudrai.
– Cela vous sera facile si je ne m’y oppose, parce que vous êtes un excellent archer, répondit Robin. Aussi vais-je vous faire une proposition. Écoutez-moi : je suis le chef d’une troupe d’hommes résolus, intelligents et fort habiles dans tous les exercices qu’embrasse leur métier. Vous me paraissez un brave garçon ; si votre cœur est honnête, si vous avez l’esprit tranquille et conciliant, je serai heureux de vous enrôler dans ma bande. Une fois engagé avec nous, il vous sera permis de chasser ; mais si vous refusez de faire partie de notre association, je vous invite à sortir de la forêt.
– En vérité, monsieur le garde, vous parlez d’un ton tout à fait superbe. Eh bien ! écoutez-moi à votre tour. Si vous ne vous hâtez pas de me tourner les talons, je vous donnerai un conseil qui, sans grandes phrases, vous apprendra à mesurer vos paroles ; ce conseil, bel oiseau, est une volée de coups de bâton très lestement appliquée.
– Toi, me frapper ! s’écria Robin d’un ton dédaigneux.
– Oui, moi.
– Mon garçon, reprit Robin, je ne veux point me mettre en colère, car tu t’en trouverais fort mal ; mais si tu n’obéis pas sur-le-champ à l’ordre que je te donne de quitter la forêt, tu seras d’abord vigoureusement châtié ; puis après, nous essaierons la mesure de ton cou et la force de ton corps à la plus haute branche d’un arbre de cette forêt.
L’étranger se mit à rire.
– Me battre et me faire pendre, dit-il, voilà qui serait curieux si ce n’était impossible. Voyons, mets-toi à l’œuvre, j’attends.
– Je ne me donne pas la peine de bâtonner de mes propres mains tous les fanfarons que je rencontre, mon cher ami, repartit Robin ; j’ai des hommes pour remplir en mon nom cet utile office. Je vais les appeler et tu t’expliqueras avec eux.
Robin Hood porta un cor à ses lèvres, et il allait sonner un vigoureux appel lorsque l’étranger, qui avait rapidement ajusté une flèche à son arc, cria avec violence :
– Arrêtez, ou je vous tue !
Robin laissa tomber son cor, saisit son arc, et, bondissant vers l’étranger avec une légèreté inouïe, il s’écria :
– Insensé ! Tu ne vois donc pas avec quelle force tu veux entrer en lutte ? Avant d’être atteint, je t’aurais déjà frappé, et la mort que tu enverrais vers moi te toucherait seul. Montre-toi raisonnable ; nous sommes étrangers l’un à l’autre, et sans cause sérieuse nous nous traitons en ennemis. L’arc est une arme sanguinaire ; remets ta flèche au carquois, et, puisque tu désires jouer du bâton, va pour le bâton ! j’accepte le combat.
– Va pour le bâton ! répéta l’étranger, et que celui qui aura l’adresse de frapper à la tête soit non seulement vainqueur, mais libre de disposer du sort de son adversaire.
– Soit, répondit Robin ; fais attention aux conséquences de l’arrangement que tu proposes : si je te fais crier merci, j’aurai le droit de t’enrôler dans ma bande ?
– Oui.
– Très bien, et que le plus habile remporte la victoire.
–  Amen ! dit l’étranger.
La lutte d’adresse commença. Les coups, libéralement donnés des deux parts, accablèrent bientôt l’étranger, qui ne put réussir à toucher Robin une seule fois. Irrité et haletant, le pauvre garçon jeta son arme.
– Arrêtez, dit-il, je suis moulu de fatigue.
– Vous vous avouez vaincu ? demanda Robin.
– Non, mais je reconnais que vous êtes d’une force très supérieure à la mienne ; vous avez l’habitude de manier le bâton, cela vous donne un avantage trop grand, il faut autant que possible égaliser la partie. Savez-vous tirer l’épée ?
– Oui, répondit Robin.
– Voulez-vous continuer le combat avec cette arme ?
– Certainement.
Ils mirent l’épée à la main. Adroits tireurs l’un et l’autre, ils se battirent pendant un quart d’heure sans parvenir à se blesser.
– Arrêtez ! cria tout à coup Robin.
– Vous êtes fatigué ? demanda l’étranger avec un sourire de triomphe.
– Oui, répondit franchement Robin ; puis je trouve qu’un combat à l’épée est une chose fort peu agréable ; parlez-moi du bâton : ses coups, moins dangereux, offrent quelque intérêt ; l’épée a quelque chose de rude et de cruel. Ma fatigue, toute réelle qu’elle soit, ajouta Robin en examinant le visage de l’inconnu, dont la tête était couverte d’un bonnet qui lui cachait une partie du front, n’est pas tout à fait la cause qui m’a fait demander une suspension d’armes. Depuis que je me trouve en face de toi, il m’est venu à l’esprit des souvenirs d’enfance, le regard de tes grands yeux bleus ne m’est pas inconnu. Ta voix me rappelle la voix d’un ami, mon cœ

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text