100 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Prime jeunesse , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
100 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

PRIME JEUNESSEPierre LotiCollection« Les classiques YouScribe »Faites comme Pierre Loti,publiez vos textes sur YouScribeYouScribe vous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre.C’est simple et gratuit.Suivez-nous sur : ISBN 978-2-8206-0677-8ICe treizième été de ma vie, où s'arrête le livre de mon enfance, me réapparaît, dans le lointain de ma mémoire,comme l'un des plus lumineux de nos beaux étés de France, un de ces étés comme nous en avions autrefois et quine se retrouvent plus de nos jours. Septembre finissait dans une splendeur qui semblait inaltérable et l'abondancedes fruits dorés devenait telle qu'on ne savait qu'en faire. Au fond du jardin de l'oncle du Midi, chez qui je passaismes vacances, dans ce berceau de treilles muscat où j'avais décidé de ma destinée, les grands papillons à reflet demétal bleu, qui n'avaient plus guère qu'un mois à vivre, s'attardaient posés sur les pampres roussis, pour sepâmer de chaleur et de soleil avant de mourir.Pendant ce temps-là, ma lettre solennelle cheminait vers l'Extrême Asie, adressée à mon frère, à l'île de Poulo-Condor. Jugeant que le sort en était jeté, et que cela se tirait puisque je l'avais voulu, je n'y pensais plus ; je melivrais aux plus enfantines fantaisies avec les petits Peyral, et, en attendant la fête des vendanges, nous nousgrisions tous ensemble de raisins de vigne, comme les guêpes en automne.J'allais souvent aussi faire de longues promenades dans la montagne ...

Informations

Publié par
Date de parution 30 août 2011
Nombre de lectures 151
EAN13 9782820606778
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0011€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Prime jeunesse
Pierre Loti
Collection « Les classiques YouScribe »
Faitescomme Pierre Loti, publiez vos textes sur YouScribe
YouScribevous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-noussur :

ISBN 978-2-8206-0677-8
I
Ce treizième été de ma vie, où s'arrête le livre de mon enfance, me réapparaît, dans le lointain de ma mémoire, comme l'un des plus lumineux de nos beaux étés de France, un de ces étés comme nous en avions autrefois et qui ne se retrouvent plus de nos jours. Septembre finissait dans une splendeur qui semblait inaltérable et l'abondance des fruits dorés devenait telle qu'on ne savait qu'en faire. Au fond du jardin de l'oncle du Midi, chez qui je passais mes vacances, dans ce berceau de treilles muscat où j'avais décidé de ma destinée, les grands papillons à reflet de métal bleu, qui n'avaient plus guère qu'un mois à vivre, s'attardaient posés sur les pampres roussis, pour se pâmer de chaleur et de soleil avant de mourir.
Pendant ce temps-là, ma lettre solennelle cheminait vers l'Extrême Asie, adressée à mon frère, à l'île de Poulo-Condor. Jugeant que le sort en était jeté, et que cela se tirait puisque je l'avais voulu, je n'y pensais plus ; je me livrais aux plus enfantines fantaisies avec les petits Peyral, et, en attendant la fête des vendanges, nous nous grisions tous ensemble de raisins de vigne, comme les guêpes en automne.
J'allais souvent aussi faire de longues promenades dans la montagne en compagnie de ma sœur et de notre grand cousin. Nous ne manquions jamais d'ailleurs d'en rapporter des gerbes de ces délicieuses fleurs sauvages qui abondent dans ce pays en septembre, – et c'était pour composer de hauts bouquets d'une forme un peu surannée qui allaient rejoindre ceux de la veille ou de l'avant-veille dans des « bouquetiers » vieillots, sur les marches en pierres roses du vieil escalier à rampe de fer forgé. Il n'y avait pas dans la maison d'endroit plus frais que ce large escalier si vénérable ; on s'y asseyait donc volontiers, on s'y réunissait par les brûlants après-midi d'arrière saison, et ces fleurs des champs, toutes ces fleurs étagées, lui donnaient sans cesse l'air d'un reposoir pour procession de Fête-Dieu.
L'un des buts favoris de nos promenades était la petite fontaine de Saint-Michel, située à mi-hauteur d'un coteau que tapissaient d'énormes châtaigniers séculaires : une humble source presque ignorée, qui laissait tomber son filet délicieusement limpide dans un bassin antique et dont l'humidité entretenait sur les pierres proches un tapis de ces fragiles mousses d'eau imitant les feuilles de chêne.
Auprès de cette fontaine, un jour où ils s'étaient assis à l'ombre, ma sœur et le grand cousin, je remarquai, en rôdant alentour, qu'ils se parlaient cette fois très bas et d'un air très sérieux. Le site infiniment tranquille portait aux pensées profondes, sous ces vieux arbres aux massives ramures dont les racines se contournaient autour de nous comme de monstrueux serpents endormis, et, pour ajouter de la mélancolie au recueillement des choses, les feuilles mortes jonchaient déjà la terre.
Je m'occupais là suivant ma coutume à ramasser des fossiles pour mon musée, – débris de coquillages qui vivaient il y a quelques millions d'années dans les mers de la période silurienne, mais que des soulèvements cosmiques avaient jadis éparpillés à fleur de sol et qui avaient pris à la longue les teintes sanguines de la terre du Quercy ; je n'avais du reste qu'à choisir, tant ils abondaient parmi la jonchée des feuilles rousses.
Du coin de l'œil, je les observais, les deux qui chuchotaient avec mystère, au bruit de cristal que la fontaine leur faisait si doucement, et tout à coup je les vis se tendre la main avec une gravité étrange ; alors il me sembla bien que quelque chose venait de se passer… En effet le soir, quand nous fûmes de retour dans la vieille maison Louis XII, ma sœur me prit à part pour me dire : « Mon cher petit, je me suis fiancée aujourd'hui. Tu ne le répéteras pas encore, je te prie, car nous ne nous marierons que l'année prochaine ; mais je veux que tu sois le premier à le savoir. » Je me sentis un grand froid au cœur, d'autant plus qu'au mois de juin dernier un événement, – non mentionné, je crois, dans mon précédent livre, – m'avait appris le danger des mariages : ma grande amie Lucette, mon aînée de huit ans, la Lucette de la Limoise, s'était laissé épouser par un officier de marine qui me l'avait emmenée à la Guyane, et j'avais connu ainsi le premier véritable chagrin de ma vie. Pour toute réponse à la communication qui m'était faite, je me bornai donc à exhaler un de ces gros soupirs comme en ont les enfants et qui en disent plus que toutes leurs paroles. Ma sœur alors me prit dans ses bras, me couvrant de baisers dans un de ces transports de tendresse maternelle que je lui connaissais souvent. « Je donnerais un royaume, mon chéri, dit-elle, un royaume pour un soupir de toi ! » C'était prononcé avec une nuance de drôlerie pour corriger ce que la phrase aurait eu de trop lyrique, mais quand même elle y avait mis tout son cœur, et je vis ses yeux se mouiller d'une larme à la pensée que ce mariage allait peut-être marquer entre nous le commencement des séparations… Hélas ! De nos jours la petite fontaine Saint-Michel, sous ses châtaigniers centenaires, est demeurée pareille, avec ses fraîches mousses d'eau et sa discrète musique ; mais cet avenir, que les deux fiancés s'étaient là promis l'un à l'autre, a fui comme un songe ; leur jeunesse a passé, leur âge mûr a passé, et aussi leur vieillesse côte à côte ; ils ont connu les enfants de leurs petits-enfants, et depuis quelques années ils dorment ensemble sous les mêmes dalles de cimetière …
II
Aux premiers jours d'octobre, comme les années précédentes, nous repartîmes, ma sœur et moi, pour Rochefort, – où m'attendait la plus délicieuse des surprises. Quand j'entrai dans le salon rouge, impatient de retrouver mon piano, je le vis relégué en un coin obscur, tandis qu'un autre, un beau piano neuf, trônait à sa place. Je compris tout de suite, et dans ma hâte de jouir d'un tel cadeau, je promenai fiévreusement mes doigts sur ce clavier aux sons inconnus. Oh ! quel ravissement ! Cela chantait d'une voix profonde et douce ; tout ce que je jouais là-dessus était comme transfiguré par des fées aux baguettes sonores… Aussitôt me revint en mémoire un passage du Journal des Trissions (je m'occupais beaucoup des missions protestantes en ce temps-là), un passage qui contait l'émerveillement d'un jeune néophyte noir du pays des Bassoutos entendant pour la première fois un de nos missionnaires jouer sur un piano arrivé de la veille :
« Ce sont des voix humaines, avait-il dit, mais des voix qui chantent dans l'eau. » Des voix dans de l'eau, oui, c'était bien cela, et comme il avait trouvé juste, le jeune sauvage !…
J'avais peine à m'arracher au mystère charmant de ces résonances, jamais entendues ailleurs. Cependant je finis par me lever d'un bond, pour courir à la recherche de mes parents et tendrement les embrasser. Je n'eus pas longue course à faire du reste, car ils étaient tous deux derrière la porte, venus à pas de loup pour épier ma joie…
C'est sur ce piano que je fus, cette année-là, initié à Chopin, et cela me servit à oublier beaucoup les tristesses du collège, des devoirs, des pensums et de l'hiver.
III
Par ailleurs, sauf l'absence de Lucette, aucun changement dans notre vie de famille, où mon frère n'avait fait qu'une courte apparition, l'an dernier, entre ses exils aux deux bouts du monde. Dès les premières fraîcheurs d'automne, nos soirées du dimanche, les seules où l'on me permettait de veiller, avaient recommencé dans le salon rouge, devant les clairs feux de bois aux longues flammes gaies. Ce cher vieux salon rouge, c'est moi-même, hélas ! qui l'ai détruit, il y a une trentaine d'années, trouvant qu'il était par trop démodé sans cependant l'être assez ; en ce temps-là, il est vrai, les figures chéries qui l'avaient animé pendant mon enfance étaient encore de ce monde et j'avais pu les consulter sur cette transformation ; mais, aujourd'hui que toutes ont plongé dans l'abîme des temps révolus, que ne donnerais-je pas pour retrouver seulement le « salon rouge » qui me les rappellerait davantage !… Oh ! comment ai-

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text