94 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Nord-Atlas , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
94 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Difficile d’avoir 20 ans dans l’Atlas en guerre...


C’est le grand départ, l’heure a sonné, il nous faut traverser la Méditerranée et le temps. Bienvenue dans une introspection puissante et profonde, au cœur de la Guerre d’Algérie. Bienvenue en enfer.


Francis et Charly, envoyés au combat, vont découvrir un monde à feu et à sang dont ils sont les malheureuses marionnettes, comme bon nombre de soldats. La peur est le maître mot, la mort et la désolation leurs compagnes de route.


Dans un monde où seule la guerre est reine, comment survivre ? Une épopée aussi obscure qu’éclatante.


Un voyage dans le temps et l’espace, pour mieux comprendre et continuer d’honorer l’Histoire, qu’elle soit bonne ou mauvaise, une fresque vivante d’un pan de notre Histoire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 juin 2021
Nombre de lectures 1
EAN13 9782381536262
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0067€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Nord-Atlas
 
 
 
DU MÊME AUTEUR
La vie pour un pas , Jean Marie Desbois éditeur, 2016
Au-delà de la ligne , Jean Marie Desbois éditeur, 2019
 
 
 
 
 
 
 
 
La SAS 2C4L – NOMBRE7, ainsi que tous les prestataires de production participant à la réalisation de cet ouvrage ne sauraient être tenus pour responsables de quelque manière que ce soit, du contenu en général, de la portée du contenu du texte, ni de la teneur de certains propos en particulier, contenus dans cet ouvrage ni dans quelque ouvrage qu’ils produisent à la demande et pour le compte d’un auteur ou d’un éditeur tiers, qui en endosse la pleine et entière responsabilité.
 
Claude Roumieu
Nord-Atlas

AVERTISSEMENT
Ce livre est un roman et comporte donc une part de fiction. Néanmoins, le cheminement de Francis et Charly, ainsi que les faits militaires qui leur sont associés, sont bien réels.
J’ai essayé par les dialogues et la création de certains personnages de rester au plus près des soldats et de transcrire au mieux leur dure existence au cours de leurs 27 mois de service militaire…


« … Au rez-de-chaussée, c’est la « division » des condamnés à mort. Ils sont là quatre-vingts, les chevilles enchaînées, qui attendent leur grâce ou leur fin. Et c’est à leur rythme que nous vivons tous. Pas un détenu qui ne se retourne le soir sur sa paillasse à l’idée que l’aube peut être sinistre, qui ne s’endort sans souhaiter de toute sa force qu’il ne se passe rien. Mais c’est pourtant de leur quartier, que montent chaque jour les chants interdits, les chants magnifiques qui jaillissent toujours du cœur des peuples en lutte pour leur liberté. »…
Henri Alleg. La question
 
« … l’effroyable danger qu’il y aurait pour nous à perdre de vue, sous le prétexte fallacieux de l’efficacité immédiate, les valeurs morales qui seules ont fait jusqu’à maintenant la grandeur de notre civilisation et de notre armée ».
1957. Général de Bollardière, opposé à la pratique de la torture, démissionnaire de l’armée, puis grand représentant de la non-violence dans les années 1970.
(Cité dans « Les journaux de guerre », numéro 16)
 
« Le terrorisme n’a pas muri tout seul. (Il) s’explique par l’absence d’espoir. Il naît toujours et partout, en effet, de la solitude, de l’idée qu’il n’y a plus de recours, que les murs et les fenêtres sont trop épais, qu’il faut les faire sauter »
Albert Camus
« Terrorisme et répression », article publié dans L’Express le 9 juillet 1955.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
À Francis et Charly, deux appelés parachutistes, enrôlés dans la tourmente de « la guerre d’Algérie ».
 
1 – Le bateau-poubelle
Charly tenait fermement le bastingage à pleine main… Il tentait, mais en vain, de rester droit, vertical en appui ses deux pieds ! Rien n’y faisait ! Pourtant l’horizon lui paraissait rectiligne et la surface de la mer pratiquement plate et uniforme… Mais il se sentait ballotté dans tous les sens, de droite à gauche, d’avant en arrière, sans parvenir à contrebalancer efficacement ce mouvement que lui imposait le navire. Il subissait, et cela lui paraissait incroyable car, au loin, rien ne semblait bouger ! L’eau noire, couleur pétrole, se voulait un enfer prêt à l’engloutir ! Un bruit continu lointain, semblable à un ronronnement sourd, parvenait à ses oreilles et lui rappelait qu’il était sur le pont d’un immense bateau. Lentement et légèrement, celui-ci oscillait d’un bord à l’autre ainsi que de la proue à la poupe. Cela était imperceptible et effectué avec un tel flegme que Charly ne comprenait pas pourquoi il se retrouvait dans un tel état ! Il ne parvenait ni à endiguer ni à prévenir ce mouvement. Démuni, loin de la contempler, il regardait la mer, tout en reprenant son souffle par de grandes inspirations. Puis, sans raison, ses chaussures semblaient l’intéresser ; il restait le corps plié, le regard fixé sur elles, les bras tendus et les mains toujours agrippées à cette maudite mais rassurante rambarde qui seule l’empêchait de passer par-dessus bord.
Malgré tous ses efforts, son estomac faisait le tour de son abdomen comme s’il voulait s’en échapper, sans parvenir à trouver la sortie. Ses tempes battaient et son crâne, serré dans un étau, l’obligeait souvent à fermer les yeux. Les voix et les rires de ses camarades lui parvenaient en sourdine et ne diminuaient en rien ce terrible mal de mer qui l’assaillait. Il entendit à peine un de ses tout proches voisins dire :
« Et bien, être malade à ce point alors qu’il n’y a même pas une heure que nous sommes partis ! On voit encore Marseille, toute la côte à l’est là-bas, et même les îles ! Il n’a pas fini d’en baver ! Et de plus, la houle est très faible… Lorsque nous serons au large, ce sera une autre histoire ! Au moins, une fois à Alger, la vie à terre lui paraitra moins rude et le maintien de l’ordre, comme ils disent, un jeu d’enfants ! »
Personne ne répondit, mais ce fut pour Charly la goutte d’eau qui fit déborder le vase, au sens propre bien entendu ! Ses copains s’écartèrent d’un même mouvement, et les mains crispées sur le bord du bateau qui lui barrait la poitrine, le cou tendu vers l’avant, son estomac parvint enfin à se vider avec un bruit de siphon qui se débouche avec fureur. Ce fut une réelle et bienfaisante bouffée d’oxygène ! Son visage passa en quelques secondes du blanc livide au rouge presque écarlate. La Méditerranée se révéla à lui dans sa splendeur naturelle. Charly la perçut verte, bleue dans des dégradés infinis s’évanouissant dans le blanc… Comme elle était belle ! Il parvint même à exprimer quelques banalités dans un timide sourire, du genre : « je tremblais et maintenant j’ai chaud… » Cela le réconfortait ; non, il n’était pas en train de mourir. Toutefois, il était persuadé que cette sensation bizarre d’instabilité parviendrait à l’engloutir. D’un naturel courageux et volontaire, il se laissait malgré lui envahir par cette forme de peur toute nouvelle pour lui. Il se jurait de ne plus jamais remonter de sa vie sur un engin flottant, fût-il une coquille de noix ou un modeste canoë ! En effet, ce bâtiment ne le rassurait pas ! Embarqués dans la même galère, ses camarades ne l’étaient pas davantage ! Rongé par la rouille, le bateau semblait ne jamais avoir été peint et faisait pitié ! Peut-être sorti à la hâte d’un chantier de démolition, ce vieux paquebot venait d’être réquisitionné et recyclé en transporteur de troupes ! Comment pouvait-on permettre à un tel rafiot de naviguer avec des centaines, peut-être des milliers d’hommes à son bord ? Mais aussi, comment un commandant avait-il pu accepter une telle mission ?
« On n’aurait jamais dû monter dans cette poubelle, disaient certains…
— Si on arrive à bon port, on aura de la chance…, lançaient d’autres.
— Vous entendez ces craquements ? On dirait qu’il va se casser en deux !
— J’ai l’impression que l’on en perd des morceaux, fit un autre.
— Il va même peut-être exploser…
— Ouais… mais maintenant on est en mer : on est parti et bien parti ! On ne pourra pas lui faire faire demi-tour ! Il aurait fallu y songer avant !
— Et pourquoi on ne pourrait pas le faire revenir en arrière ? intervint un grand qui se tenait un peu à l’écart depuis le début de la conversation. Ils ne sont qu’une poignée au poste de commande…
— Non mais tu rêves ! gueula son voisin dans un rire sonore. Tu te vois aller dire gentiment au commandant : « monsieur, voulez-vous bien rebrousser chemin, ce navire ne nous parait pas fiable… » Ha ! Ha !... Tu vas nous en sortir beaucoup des blagues de ce genre ?
— Et en plus, ce sont des vieux de la vieille qui sont aux commandes ! Ils ont bourlingué sur toutes les mers du globe dans des conditions d

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text