320 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Mieux vaut tard que jamais , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
320 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre retrace l'histoire d'une infirmière qui a subi beaucoup de violences tout au long de sa vie. Ceux qui l'ont maltraitée vont connaître une mort atroce qui restera non élucidée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 octobre 2014
Nombre de lectures 1
EAN13 9782332794321
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Couverture
Copyright














Cet ouvrage a été composé par Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,
intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

ISBN numérique : 978-2-332-79430-7

© Edilivre, 2014
Préface
Après « L’OMBRE DE YOWA », J.M Mbowa lance sur le marché un texte romancé plein d’épisodes savoureux « MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS ».
La trame de « MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS » est une somme de faits vécus, relatés par une femme d’une quarantaine d’années et auxquels l’auteur a, bien sûr, ajouté un peu d’agrément tiré de son imagination si féconde.
Ladite trame se ramène à une suite d’événements : vie de couple parsemée de délices et de déboires ; vie de mésaventures truffée de semblants de victoires et de beaucoup d’échecs, vie d’ascèse professionnelle et de discipline d’un côté et, de l’autre celle d’effluves érotiques d’un médecin déchaîné et insatiable, toujours à la recherche des plaisirs charnels illicites, jouissant de son statut social et commettant bien des harcèlements sexuels impunis. Reflet de la société congolaise déchirée par tant de perversions érigées en modes de vie « normale ». Le couronnement de la trame est un récit pathétique de l’histoire immédiate de triste mémoire : L’histoire des événements odieux du Katanga de 1990 à 1993 que les médias et organismes tant nationaux qu’internationaux ont tus dans un mutisme cynique et coupable alors qu’il s’est agi d’un holocauste dont les victimes innocentes se comptent par millions et pour cause ! L’instigateur no 1 est surpris devant la quantité du sang versé, ce qui précipitera probablement son passage dans l’au-delà ! Mais, curieusement, le maître du sinistre ouvrage respire encore l’air de ce monde, hissé dans ses fonctions de politicard divisionniste de mauvais goût, ce prétendu patriote a besoin d’une longue séance d’exorcisme purificateur. Loin de nous l’évocation de la loi du Talion.
Le sang humain a toujours crié vengeance et c’est biblique (Genèse 4,9-11 et 15)
« MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS »
Professeur Daniel MUTOMBO HUTU-MUKENA
Mulongeshi Wa cikunda, Professeur d’Université.
Prologue
1983-1984
Nous venions d’atterrir à l’aéroport international de Lubumbashi, deuxième ville de la République Démocratique du Congo (ex Zaïre) et souvent appelée capitale du cuivre à cause de la grande société Gécamines qui exploite principalement ce métal. Cette dernière était considérée comme un état dans l’état. Elle participait à 60% au budget de l’ex Zaïre.
Il était 14H30 quand le train de roues du Boeing 727 Scibe-Zaïre foulait le sol lushois sous une pluie battante de ce mois de décembre 1983. Il pleuvait et ventait en même temps à tel point que mon ami Vita s’en plaignait.
– Quel accueil ! sous la pluie naturelle, dit-il.
– Ne t’en fais pas mon ami, lui répondis-je, la pluie est une bénédiction.
– Merci de ta croyance ! me lança-t-il.
– N’oublie pas qu’il y a des pays désertiques. Ces gens là ne voient pas de gouttes d’eau comme toi en ce moment.
– Oui, tu as raison. Je sais que tu as raison.
Effectivement avant d’atteindre la salle d’attente nous étions bien arrosés.
Deux heures plutôt, nous étions à Kinshasa où nous avions vécu durant notre jeunesse et nous devions quitter cette ville car nous venions d’être engagés à la Société Nationale de Chemins de Fer du Zaïre pour y travailler dans la Direction Financière. Nous étions dans le lot d’une trentaine d’universitaires recrutés à Kin pour la SNCZ. Avant de quitter Kinshasa, un des collègues de promotion nous avait mis en garde. Il avait refusé l’engagement à la SNCZ pour une raison qui, pour nous était banale à l’époque mais à la longue, dix ans après, l’histoire lui avait donné raison.
Dès que nous fûmes dans la salle d’attente, nous vîmes un papa, la soixantaine, tenant une pancarte, sur laquelle les lettres SNCZ étaient mentionnées. Il nous vit entrer, bien trempés et tout souriant, il sortit un bout de papier de sa poche et appela en notre direction.
– Mwela Bibingu ! Cria-t-il en premier lieu.
– Présent, dis-je en avançant vers lui tout en tenant mes deux sacs pleins de livres.
– Vita Lolo, cria-t-il de nouveau.
– Présent, répondit mon ami bien essoufflé à cause de son gros sac. Sa chemise nylon lui collait bien à la peau et le vent qui soufflait avait entamé son moral. Il tremblait de froid.
Le papa appela deux jeunes gens pour nous aider à transporter nos sacs dans le bus SNCZ. Il donnait des ordres en swahili aux porteurs.
– Mbiyo, mubeba bintu ya ba chefs (vite, prenez vite les affaires des chefs)
– Quel est votre nom ? Lui demandais-je en m’installant dans le bus.
– Je m’appelle Kipenda Bukari, me répondit-il tout en me questionnant : Et vous deux, c’est quel service ?
– Nous sommes les financiers, lança Vita assis au dernier banc du véhicule.
– Mweye muku ba makutas, blagua-t-il (vous ! vous êtes de ceux qui possèdent l’argent)
– Oui, papa.
Le bus démarra vers le centre ville situé à vingt kilomètres de l’aéroport ; de gauche à droite, tout avait l’air sec, jaune de poussière, même les femmes qu’on regardait nous donnaient l’impression de s’être jeté la poussière jaune sur la tête. Le papa Kipenda nous conduisit dans le quartier Bel-air, Zone de Kampemba dans un hôtel situé sur l’avenus des plaines.
A l’entrée de l’hôtel se trouvait une pancarte avec mentions OMOSHABA ;
L’endroit était mal propre du premier coup d’œil. Les toilettes étaient communes et l’entretien des salles de bain, toilettes et même des chambres laissaient à désirer. Avant que Kipenda ne fasse démarrer son bus de voyage nous étions devant lui pour réclamer le changement d’hôtel.
– Mina shikiya (j’ai entendu vos doléances). Comme c’est le weekend, je vous change d’hôtel le lundi matin. Veuillez patienter pendant ces deux jours. Pointez-vous lundi matin à la Direction Générale.
La mort dans l’âme, on regarda Kipenda faire démarrer le bus et partir en agitant la main en signe d’au revoir.
Tout en grinçant les dents, nous nous présentâmes à la réceptionniste qui nous fit personnellement peur à cause de son visage. Je ne pus la regarder en face. Je me demandais en moi-même pourquoi elle était comme ça. Après avoir reçu nos clés nous nous dirigeâmes vers nos chambres. J’étais au numéro 5 et Vita au 8.
– Hé ! Dis donc, tu as vu le visage de la réceptionniste. J’ai une trouille terrible.
– Quelle trouille ! Tu es un farceur ! Me lança Vita et il continua ; c’est parce qu’elle voulait te ressembler.
– Comment donc ! Me ressembler ? C’est une femme et je suis un homme, criai-je à son endroit.
Vita se mit à rire et me regarda au moment où j’introduisais la clé dans la serrure.
– Elle voulait te ressembler par la peau, disons être bronzée comme toi, et, avoir une figure claire.
– Mais en bas ! Ajoutons aussi le postérieur, c’est comment ?
Vita me regarda quelques instants, très étonné de mes questions et réactions.
– Est-ce que toi Vita, tu peux baiser une telle femme avec un visage à faire peur et qui a deux couleurs, coca-cola et Fanta orange ?
– A chacun ses problèmes, me dit-il.
– Tu ne m’as pas répondu, mon ami.
– Tu veux quoi ? Que je te dise ce que tu dois faire devant une femme ?
– Tu n’as pas répondu à ma question, Vita.
– Ça dépend d’individus mon ami.
– Moi, j’aime le noir uniforme, pas hybride ; je ne saurais pas descendre ma culotte.
– Pourquoi ? Me demanda-t-il.
– Parce que je ne vais pas me réveiller, à voir seulement le visage.
Il entra dans sa chambre en riant à gorge déployée. Il vint me rejoindre trente minutes plus tard. Et j’étais sur l’asphalte en face de l’entrée de l’hôtel. Je n’avais pas envie de l’attendre au niveau de la réception tant elle m’effrayait et je me sentais mal à l’aise. Etonnant même mon ami blaguait avec elle et j’admirais sa souplesse d’esprit. Nous sortîmes pour faire un tour dans le quartier et il me conduisit à travers le camp SNCZ jusqu’à la chaussée Kasenga.
Nous entrâmes dans un restaurant où l’on nous servit des morceaux de viande de vache et le foufou ; le service était relativement propre. Et l’on ajouta deux bières Simba pour rafraichir la gorge.
Le lundi 23 décembre 1983, nous nous sommes réveillés de très bonne heure. Il nous fallut vingt minutes pour atteindre la Direction Générale. Nous sommes passés par les Ateliers Centraux où le gardien à la porte nous regardait bizarrement et nous traitait de nouveaux.
– Ni basasa ! (ce sont de nouveaux !), laissez-les passer, ils vont à la Direction.
Nous nous présentâmes au service des relations publiques et dès notre entrée dans le bureau, le vieux Kipenda Bukari cria à notre endroit :
– Les voilà, nous présenta-t-il à d’autres agents de son bureau. Mwela Bibingu et Vita Lolo venant de Kinshasa depuis ce samedi.
Certains se mirent à rire à entendre nos noms.
– Bonjour les enfants, soyez les bienvenus, enchaîna Kipenda et qui se leva tout de suite pour nous amener auprès du chargé de l’accueil de nouveaux engagés et nous présenta avant de retourner dans son bureau. Le bureau du personnel était au rez-de-chaussée à l’entrée du bâtiment administratif.
– Mwela Bibingu et Vita Lolo, soyez les bienvenus parmi nous aux chemins de fer et ça va ? Jeunes gens ! Nous demanda le chargé du personnel.
– Ça va bien papa, nous lui répondîmes avec beaucoup de respect.
– Non, jeunes gens ! Ici je ne suis pas papa, je suis chef ; il faut m’appeler CHEF ;
– Pardonnez-nous, nous ne connaissons pas les habitudes de la maison ; on vient d’arriver.
– Oui, bon, je comprends mais ne recommencez plus…
– Oui chef, nous avons compris, chef.
– Ainsi donc ; je sais que vous n’avez rien, j’ai prévu pour vous un acompte pour votre survie durant deux semaines… Je vous apprends qu’à partir du 2 janvier, vous débutez la formation SNCZ.
– Oui, chef, bien compris, lui répondit-on dans une atmosphère de détente

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text