248 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
248 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce soir, la burle, ce vent glacial des plateaux, souffle sur les terres. Bien au chaud dans sa ferme, le petit Antoine attend son père qui tarde à revenir de la foire, mais seule sa jument est revenue. Que s'est-il donc passé ?

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 15
EAN13 9782812917301
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0090€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Table des matières
Couverture Du même auteur Titre Dédicaces PREMIÈRE ÉPOQUE - 1900 I - La burle II - L’année de mes dix ans III - La patache IV - La foire de la Toussaint DEUXIÈME ÉPOQUE - LE NOUVEAU MONDE V - Le petit Ponot VI - La vigne de Chosson VII - Le Grand Bazar VIII - Le voyage en automobile IX - Le Ribeyrou TROISIÈME ÉPOQUE - UN ALLER-RETOUR VERS L’ENFER X - Paris 1910 XI - Le pioupiou XII - Marguerite XIII - Baccarat XIV - Le retour au pays Épilogue Remerciements 4e de couverture
Couverture
Jean Tempèreen Haute-Loire. Historien de formation et de c œur, il s’est illustré vit dans des courts et moyens métrages. Il s’épanouit é galement dans l’écriture en puisant une partie de son inspiration dans la richesse du p atrimoine naturel et historique du pays du Velay. Dans ce second roman,Sirènes du lac Les , il permet aux lecteurs de s’immerger dans une époque charnière de notre histo ire. Une sorte de machine à remonter le temps…
Du même auteur
Autres éditeurs
Le Bourrassou (les mémoires d’un pays centenaire) En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie, 20 rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
©De Borée, 2011
JEANTEMPÈRE LESSIRÈNES DU LAC
À mon grand-père,
Aux soldats du 86erégiment d’infanterie, partis de leur cantonnement du Puy-en-Velay le 5 août 1914.
PREMIÈRE ÉPOQUE
1900
I
La burle
A JUMENT ÉTAIT RENTRÉE SEULE. Attablé dans la cuisine, je l’avais vue glisser L dans la nuit blanche par la vitre embuée dufenestrou. Maintenant, elle hennissait derrière la porte de l’étable. Nous étions le 25nov embre1899. Un samedi. J’avais neuf ans.
Dans notre chaumière du bout du monde blottie au no rd contre un talus, la maigre 1 flamme d’unchaleïtremblotait sur mes cahiers d’écolier. Je plantai ma plume Sergent-Major dans l’encrier et me précipitai dans l’étable attenante. La porte pour les bêtes, c’était aussi l a porte pour les gens. J’en levai la 2 naville et t moi, la jument s’ébrouait enaffrontai le froid et le vent du plateau. Devan secouant la tête. La neige semblait l’avoir affublé e d’une perruque blanche. Je l’introduisis dans l’étable et d’un mot la confiai à mon frère qui raclait le fumier sur les 3 caladess sabots en pin, je. Pas le temps d’enfiler ma pèlerine. Chaussé de me parcourus en trébuchant quelques mètres de neige ju sque vers le frêne de l’enclos des cochons qui ployait sous les assauts de la burle. L a burle. C’est le vent d’ici. Elle me poussait, rugissante, me secouait, m’emportait pres que, comme sur un pas de gigue. Hargneuse et entêtante, elle jetait sur mon visage des confettis de glace qui s’étalaient en mordant. La burle. La dame était sournoise. Je l a voyais qui rampait, déployant au ras du sol des traînes de neige ensorceleuses. J’av ais le corps transi. La neige tourbillonnait en rafale. Elle pénétrait tricot et chemise. Devant moi s’étendait une immensité blanche qui rejoignait un ciel délavé, zé bré par les cristaux de glace. Avancer. Tenir bon. Je courbai le dos et appelai mo n père, mais pouvait-il m’entendre? Dans cette nuit opaque, seul le long sifflement du vent répondait à mes cris. Je tentai de grimper le talus mais la burle n’avait de cesse de me rejeter en arrière, et j’avais beau m’arc-bouter, me plier, me tendre vers ce qui devenait la cime d’un mont interdit, je glissais. De guerre lasse, je rejoignis l’étable . Mon frère aîné m’attendait là, sa pelle à la main: «Mais qu’est-ce qu’i’t’arrive? Et le père, il est où? ai vu nulle part…Je sais pas, il était pas avec la Bichette et je l’ Mère, mère, la Bichette s’est rendue toute seule!» s’empressa mon frère. 4 Ma mère venait de traverser la cuisine, une dizaine detrifolesau creux du tablier. «Antoine, dit-elle, mets ta pèlerine et va chercher le tonton, il est à la forge…» La forge était à dix mètres sur la gauche. J’enfila i prestement ma pèlerine et me laissai happer par le vent glacé. «Parrain, la Bichette s’est rendue sans le père!» c riai-je en m’engouffrant dans la forge. Mon oncle battait le fer sur l’enclume. Le brasier de la forge rougeoyait dans la pénombre de l’alcôve. La flamme d’une lampe à huile suspendue à la charpente atténuait l’épaisseur des traits d’un visage émacié et mal rasé, qu’une projection d’étincelles animait de grimaces. Tonton Jean ne m’ entendit pas tout de suite. Sans doute était-il habitué à mes entrées impromptues lo rsque je déversais dans son antre
un flot de questions auxquelles il s’appliquait tou jours à trouver une réponse… Je dus clamer par deux fois que la jument s’était rendue s eule. Le tonton jura, cracha, finit par lâcher son marteau, puis se lança dans la tourmente , traînant derrière lui sa «foutue» jambe droite qu’une blessure de guerre avait condam née à l’inertie totale.
Mon frère nous avait rejoints. Nous criâmes le nom du père, aux quatre coins de la cour, à nous arracher les amygdales. Mais rien, il ne se passa rien. Bien obligés de regagner l’étable où ma mère commençait à pleurer, comme si d’un coup le malheur était entré chez nous. Il faut dire que sur nos plateaux la burle avait dé jà tué. Car la burle effaçait tout: les traces, les chemins, les talus. Peu à peu, elle pre nait possession de l’espace, amassant ici et là des congères infranchissables. E t puis la burle s’acharnait, giflant, poussant loin du sentier le paysan qui cherchait, l e ventre noué, un repère: une croix, un arbre, le toit d’une bâtisse, la lumière d’une t orche ou d’une lampe à pétrole. Parfois, la cloche de la maison cantonnière tintait sur le plateau. Le voyageur attentif y trouvait un havre de paix en plein désert gelé. Ell e en avait sauvé des vies, la cloche. Pas toujours… La neige collait au visage, elle trav ersait la blouse ou la veste de bure. Il fallait lutter contre le froid qui ankylose, ane sthésie, qui sape les volontés. Il fallait 5 encore éviter lesnarces, les trous, les gouffres… Sur le plateau du haut V elay, on en connaissait tous un qui y avait laissé sa peau, alo rs mon père… Tonton Jean tapota l’épaule de ma mère puis s’engou ffra dans la cuisine. Il ouvrit la porte du dressoir à vaisselle, se servit un verre d e gnôle et s’assit à la table en l’avalant cul sec. «Vouailla, vouille! on peut rien faire, ça burle tr op! gueula-t-il avant de se radoucir: vot’paires’est réfugié que’qu’part, on va attendre… Oh! y a bien que ça à faire!…» Ma mère s’approcha de la table. Elle acquiesça en b aissant la tête. Mon frère et moi prîmes place sur le banc dans un silence religieux. Je repoussai mes cahiers d’écolier. 6 «est pas unLe père est costaud, osai-je le premier, et puis c’ basu! , c’est sûr…I’s’est planqué que’qu’part, entérina mon frère, ça Ouais! c’est pas un basu, vot’paire! confirma mon oncle en faisant mine de réfléchir…Baste!es bêtes… Allez, allez, c’est qu’c’est pas l’tout, ça, faut aller traire l lesdrolles! Sans un mot, nous allâmes nous coller au flanc d’un e vache. C’était chaud, rassurant. Je tirai sur les pis et songeai à mon pè re. Il était parti tôt ce matin, 3heures sans doute, à l’heure où les premiers flocons de neige commençaient à recouvrir la lande. Brun, costaud, les yeux piqués d’acier, il était toujours vêtu d’uneblode, une blouse noire échancrée sur le devant, qu’il p ortait sur un pantalon de velours prolongé de guêtres et de brode quins ferrés. Sous lablode, la veste, le gilet et le tricot de laine. Sur la tête, le chapeau ailé en feutre cerné d’un grand ruban de soie noire, qu’on retenait par temps de bu rle à l’aide d’une écharpe nouée sous le menton. Mon père avait sellé la jument et p ris la route de Fay-le-Froid. Tous les ans, le 25novembre, s’y tenait la foire. Mon père, c’était un maquignon, les foires, c’était son quotidien. À l’exception des grands tra vaux, fenaison, moisson, battage, on le voyait rarement à la maison, car il rentrait tar d le soir. Je crois qu’il aimait les grands espaces, qu’il aimait la foule des bêtes, des chala nds et des marchands. Sentir la 7 bonne affaire, négocier, taper lapache, boire le coup, tâter du billet, c’était sa vie. Fay-le-Froid est à douze kilomètres à l’est de Ranc hon. C’était une petite commune
de mille deux cents habitants à la frontière du Vel ay et du Vivarais. Sa situation géographique et son implantation en terre d’élevage l’avaient vouée au commerce. Les foires et les marchés s’y succédaient toute l’année . On y venait de Saint-Agrève, Yssingeaux, Saugues et de bien d’autres bourgades d e la région, dans un rayon de cent kilomètres au moins. Aux environs de 7heures, mon père débarquait avec ses bêtes sur le foirail et rentrait dans un café de la place pour boire un verre de vin chaud. Après seulement, les affaires pouvaient commencer…
Ce soir-là, dans nos écuelles creusées à même la ta ble, nous mangeâmes en silence la soupe de patates au lard et le fromage. Nous attendions mon père. Nous guettions le moindre bruit. Plusieurs fois, je crus l’entendre. Je me précipitais alors sans permission vers le fenestrou, auscultais le de hors, courais vers la porte de l’étable, écoutais, l’oreille collée au bois, et re tournais m’asseoir en tapant du pied contre la calade. Dès la fin du repas, mon frère et moi rejoignîmes n os lits-placards dans un silence qui ne présageait rien de bon. L’angoisse de ma mèr e était palpable. Elle soupirait sans cesse. Elle s’était assise près de la pince à tisons et rapetassait un pantalon du père. Pour sa part, mon oncle avait entrepris de ca sser la congère qui commençait à s’étager devant la porte. Après, il était retourné dans sa forge. Nous l’entendîmes battre l’enclume jusque tard dans la nuit. La burle taraudait toujours les murs de la chaumière en geignant. Elle cherchait à se frayer un chemin par le moindre interstice. Pourtan t, les paysans de nos montagnes ne lui laissaient guère de prise. À Ranchon, les murs en basalte avaient un mètre cinquante d’épaisseur. La bâtisse, d’un seul tenant , possédait quatre fenêtres étroites en façade dont une «meurtrière», une porte calfeutr ée pour l’étable, une autre pour la grange et une double porte pour la cuisine. La burl e tournoyait, sifflait, pliait les arbres, broyait les hommes, mais elle ne rentrait pas.
Je dormais à côté de la cuisine dans une chambre qu i servait de réserve pour les patates. En hiver, je m’empressais de me glisser so us mon édredon et mes deux couvertures piquées après avoir fermé la porte à gl issière de mon placard. Une paillasse bourrée de feuilles de fayard faisait off ice de matelas. Rehaussé par un traversin et un oreiller, je dormais presque assis. Dans nos montagnes, dormir allongé n’était pas de bon augure, c’était la position du m ort… Un crucifix veillait sur mon sommeil. Tonton Jean partageait ma chambre. Son lit -placard était perpendiculaire au mien, il dormait la tête à côté des trifoles. Mes p arents et mon frère, quant à eux, occupaient les deux lits-placards de la cuisine. Il s étaient disposés en angle droit, à gauche de la porte d’entrée. Cette nuit-là, j’eus du mal à m’endormir. J’entendi s mon oncle boiter sur le plancher 8 en sapin, enlever sesbrailles, jurer, péter, renifler et refermer la porte de so n lit. Contre la burle, la lutte était inégale et je crois que ça le minait. Pour ma part, je finis par lâcher prise et m’endormis en récitant leNotre Père. Je me levai vers 7heures. Dans la cuisine, l’atmosp hère était lourde. Ma mère lavait la vaisselle de la veille dans une bassine en tôle en récitant un rosaire. Elle avait rassemblé ses cheveux sous une coiffe simple en cot on blanc tenue par deux ficelles nouées derrière la nuque et cerclée d’un foulard en satin. Sur sa chemise en toile métisse, elle portait un corsage et sur ce dernier unpapillon, autrement dit un châle, croisé sur la poitrine et épinglé d’une broche. Sou s le tablier à poches, une jupe
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text