348 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les Chroniques du Faucon Gris - Tome 1 , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
348 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fils de la bourgeoisie de Shaalymar, Kayliegh Lynn rêve d’aventures et de gloire. Alors, quand un mystérieux marchand d’art lui propose de récupérer une arme rare qu’on lui a dérobée, le jeune homme embrasse la carrière de voleur sans hésiter. Fin bretteur doté d’une chance prodigieuse, il enchaîne les hauts-faits avec maestria. Sa réputation grandit rapidement et Kayliegh Lynn devient le Faucon Gris de Shaalymar, un voleur terriblement efficace et craint de tous.


Les Chroniques du faucon gris relate les aventures épiques de Kayliegh Lynn dans la plus pure tradition des romans d'Heroic Fantasy, avec son lot d'intrigues, de magie, de dieux et d'affrontements meurtriers où la vie d'un homme ne pèse pas lourd sauf s'il bénéficie de l'appui de puissances supérieures.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2015
Nombre de lectures 0
EAN13 9782332952097
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Couverture
Copyright













Cet ouvrage a été composér Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,
intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

ISBN numérique : 978-2-332-95207-3

© Edilivre, 2015
Remerciements
À Karine, ma femme
Aux enfants qui sont ma source d’inspiration quotidienne.
À tous mes amis qui ont cru en ce projet, pour leurs encouragements et leur soutien.
Livre premier Le Faucon Gris
Prologue Il est dit que…
De sombres volutes de gaz méphitique s’élevaient des abords du Volcan baptisé Kerlanor – le Géant de Feu, non loin de la côte de Rialhorn. L’air était empli de poussières de scories, rendant la respiration difficile. La chaleur que dégageait la fournaise brûlait les poumons.
Kayliegh Lynn, le Faucon Gris de Shaalymar progressait péniblement dans le cratère du volcan, du fond duquel lui parvenait le vacarme assourdissant d’explosions répétées. Laissant son regard dériver quelques centaines de mètres plus bas, il devinait au travers de la fumée, le rougeoiement de la roche en fusion qui grondait comme un Titan rageur. Il serra davantage la longue cape sombre dans laquelle il était drapé, alors qu’il progressait avec prudence, pour ne pas chuter vers la mort aux mille souffrances qui l’attendait plus bas au moindre faux pas.
Sa silhouette grande et élancée lui donnait fière allure. Il possédait un visage fin et harmonieux aux pommettes hautes et aux lèvres minces. Un front volontaire venait surplomber des yeux perçants et déterminés, d’un gris couleur de l’acier, encadrant un nez droit. Il émanait du jeune homme une impression d’inflexible détermination.
Il détourna le regard de la roche en fusion et se concentra à nouveau sur sa destination. Ses longs cheveux gris-argent, striés d’une mèche d’un noir sombre comme les ténèbres, flottaient autour de lui, lui conférant un halo argenté. Au-dessus de son épaule droite, l’une des lames de sa Faucheuse brillait d’un éclat bleuté.
L’objet de sa quête se dessina plus nettement au fur et à mesure de son avancée. En effet, à une centaine de mètres de là, il pouvait apercevoir une plate-forme taillée à même la roche noire basaltique du volcan. De quelques pas de côté sur une trentaine de pas de large, elle était occupée par une créature d’un rouge flamboyant à la musculature impressionnante et au faciès terrible, encadré par deux cornes démesurées. Sa vision à elle seule aurait fait perdre courage au plus endurci des Seigneurs de Guerre d’Alhedor. Et la monstruosité de cette silhouette était renforcée par la hache courbe terrifiante qu’il tenait dans ses puissantes mains griffues. Un énorme collier d’un métal inconnu aux reflets irisés lui enserrait le cou. Une chaîne du même alliage le retenait à un énorme anneau encastré dans la paroi. La gueule ouverte sur des crocs de loups acérés, écumante de bave, le regard emplit d’un feu impie, flamboyant comme l’Enfer, il regardait l’homme assez inconscient pour venir le défier ici, dans le Domaine dont il était le Gardien.
Kayliegh Lynn, le Faucon Gris, se rapprocha si près du Démon qu’il l’entendait déjà grogner comme une bête sauvage. Derrière l’engeance démoniaque, il entrevit la raison d’être de toute une vie, un autel de pierre sur lequel était posé un Anneau Divin de Möbius. Un anneau forgé par les Dieux eux-mêmes dans un alliage inconnu dans les Libres-Royaumes. Un anneau se contorsionnant sur lui-même, comme vivant, éclaboussant l’autel d’un éclat aveuglant, teinté de rouge par la fournaise de Kerlanor. L’air était maintenant d’une chaleur insupportable dans la gorge de Kayliegh. Néanmoins, il se forçat à continuer sa progression. Il suivit le sentier escarpé sur une dernière centaine de mètres, avant de se retrouver à quelques pas de l’autel de pierre et de son formidable Gardien.
– Quel fou es-tu humain, pour oser venir défier Bélial, le Gardien, ici dans son Domaine ?, questionna la bête d’une voix gutturale.
Le corps bestial se raidit, campé sur ses jambes puissantes, la hache tenue haute, prêt à frapper.
– Je me nomme Kayliegh Lynn, aussi appelé Faucon Gris ou parfois Ombre Tueuse ! Mais peu importe mon nom. Pour ma part je connais le tien Bélial. Et en te nommant par ton Nom Véritable, je t’imposerais de m’obéir !
Un feulement qui aurait pu passer pour un rire sortit de la gueule fumante du Démon Bélial.
– Ton Nom Véritable est Bar’l’n’rach, repris Kayliegh. Et en le formulant, je t’ordonne de briser l’Anneau Divin de Möbius, par lequel mon père, le Seigneur Khervis Lynn de Shaalymar a scellé mon Destin à ma naissance, en commerçant avec Cylath, Dieu de la Bonne Fortune. Ainsi son anneau jumeau, qui enchâsse mon poignet depuis si longtemps, me sera retiré et je serais à nouveau un homme libre, défait du pouvoir des Dieux qui fait de moi un esclave. Qu’il en soit ainsi, Bar’l’n’rach, Démon des Enfers Supérieurs !, termina-t-il, ayant choisi ses mots avec soin.
L’évocation de son Nom Véritable obligea Bélial à s’exécuter. Dans un mouvement rageur, le Démon Gardien leva sa hache démoniaque en se tournant vers l’autel et l’abattit sur l’Anneau Divin de Möbius avec une force inouïe. Dans un éclair de lumière aveuglant, celui-ci fut coupé net, chacune des deux parties continuant à se contorsionner doucement sur la pierre. Puis Bélial, arracha sa hache qui avait pénétré la roche jusqu’à la garde et avec un rictus mauvais, il lâcha de sa voix rauque :
– Sans cet anneau, ton unique protection s’envole ! Ta Chance Divine t’abandonne, Mortel ! Car tu viens de me libérer de ma servitude !
Le Démon raffermit sa prise sur son arme de ses deux mains puissantes et la leva au-dessus de sa tête, pour frapper à nouveau. Il l’abattit droit devant lui vers l’impudent mortel qui avait eu la folie de le libérer du maléfice qui le liait à l’Anneau. Dans le même temps, Kayliegh écarta les pans de sa cape, libéra sa Faucheuse de son fourreau dorsal, exécuta une feinte en faisant tournoyer l’arme de ses deux mains. Dans le même mouvement, il se fendit vers le monstre et l’une des lames de sa Faucheuse alla se ficher dans le torse du monstrueux colosse, le transperçant de part en part. Un masque d’incompréhension se figea sur le visage du Démon. Puis, il réalisa que cette lame qui l’avait pénétrée si facilement était à coup sûr ensorcelée allait le dissoudre de cette réalité et le renvoyer dans son Plan Démoniaque, le spoliant de sa vengeance. Sa vengeance sur ce misérable humain, à défaut de son père qui l’avait conjuré et asservi en ce lieu depuis tant d’années.
Un sourire de satisfaction éclaira le visage de Kayliegh. En effet, le Pacte que son père Khervis avait passé avec Cylath, lui octroyant une Chance Divine afin qu’il ne lui arrive jamais rien de mal, mais qui au fil des années s’était révélé être une terrible malédiction, était dorénavant réduit à néant. Il allait redevenir l’homme libre, qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être, émancipé des Dieux, retrouvant la souveraineté de son libre-arbitre. Il ne serait plus une simple marionnette entre les mains d’un Dieu pervers.
Mais alors que Bélial le Démon se désagrégeait de ce Plan de Réalité, la lame de la Faucheuse commença à glisser de son corps, entraînée par le poids du jeune homme. Dans un hurlement, Kayliegh fini par déraper jusqu’au bord de la plate-forme pour tomber en arrière vers les abîmes fumants de Kerlanor, maudissant les Dieux pour lui avoir laissé savourer sa liberté retrouvée quelques minutes seulement. Alors qu’il allait à la rencontre de la Mort, son seul réconfort fut de réaliser qu’il mourrait en homme libre. Ses lèvres fines dessinèrent un sourire amer.
Il est dit que lorsque la Mort, à la vitesse d’un cheval au galop, vient chercher un homme sur le point de mourir pour l’envelopper de son noir manteau, il revoit toute sa vie défiler devant ses yeux, dans les dix dernières secondes qu’il lui reste à vivre…
L’envol du Faucon
Le pacte
Le Seigneur Khervis Lynn de Shaalymar enveloppait d’un regard tendre et plein d’amour son épouse, Dame Selenah Lynn et le bébé qu’elle serrait dans ses bras. Lui était plutôt svelte, malgré l’embonpoint qui se dessinait sous sa veste de brocard pourpre bordé d’entrelacs dorés. Son visage était carré, ses cheveux bruns étaient coiffés avec soin et sous d’épaisses arcades sourcilières son regard était franc et volontaire. Son épouse était mince et possédait un visage fin dans lequel on devinait dans ses yeux bleu clair toute la tendresse que seule une maman peut avoir à l’égard de son enfant. Ses longs cheveux blonds tombaient en une cascade scintillante sur ses épaules graciles. Elle était vêtue d’une belle robe longue à la dernière mode de Shaalymar, d’un blanc laiteux, ajourée de fines résilles.
Elle était installée sur un canapé drapé des plus beaux tissus de la lointaine Ysamir, aussi grand qu’un lit et surchargé de coussins. Devant elle était placée une table basse en albâtre. D’un geste gracieux, elle prit un verre sur le plateau posé dessus et but une gorgée d’un nectar de fruit. Debout, à quelques pas d’elle, Seigneur Lynn contemplait avec ravissement sa Dame et leur enfant, Kayliegh, le fils qu’elle lui avait donné quelques mois auparavant.
– Cela m’a coûté cinq ans de bénéfices pour m’offrir les services des Prêtres de Cylath, mais cela en valait la peine à n’en point douter !, entama-t-il après de longues minutes de contemplation. Il se rapprocha de l’un des balcons de cette immense chambre et admira la ville qui s’offrait à son regard en contrebas. Les dernières années avaient été florissantes. Il était devenu un membre influant de la Guilde des Marchands de la ville. Il habitait une très belle villa dans les hauteurs du quartier bourgeois de Shaalymar. Shaalymar, surnommée la Perle de la Côte, surplombait la Mer d’Opale, dont il percevait la rumeur de sa fenêtre. Il pouvait être fier de

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text