231 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le solstice des maudites , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
231 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

1608. Au creux d’un petit village basque, une incroyable révélation stupéfie les habitants : la bourgade abrite des sorcières ! Immédiatement, les rancœurs et les rivalités s’exacerbent et la machine implacable de l’Inquisition se met en marche. Graciana, Maria, Miguel, et les autres sont emprisonnés dans les geôles de Logroño. Vont-ils réussir à se battre pour rétablir la vérité, et sauver leur vie face à une inquisition en pleine puissance ? C’est une véritable enquête pour reconstituer l’histoire, menée ici par Gracianne Hastoy. Dans ce roman, elle met en scène des événements réels et encore trop méconnus du public, et réhabilite ainsi la mémoire des victimes du procès de Logroño. Elle raconte aussi le combat d’un homme d’église atypique qui aura tenté de modérer les débordements de la très Sainte Inquisition. Le « Solstice des Maudites » est un grand roman d’histoire et de passions, ayant nécessité de nombreuses années de recherche et qui propose une thèse particulièrement convaincante de l’affaire des sorcières de Zugarramurdi.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 avril 2013
Nombre de lectures 67
EAN13 9782350683362
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0064€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Zugarramurdi, une nuit

Un crépuscule de feu se déverse sur les grottes de Zugarramurdi. Des rougeoiements intenses enveloppent les êtres, animent leurs mouvements d’une ombre empourprée. Les silhouettes sont démultipliées, innombrables. Elles me cernent, m’effleurent. J’aime cette proximité des corps, ces caresses fugaces, contacts éphémères créés pour stimuler notre vivacité épidermique. Nul besoin de se parler, les corps ont trouvé leur langage.
Un bouc de métal court parmi nous, s’arrête sur certaines, les choisit, les possède de sa frénésie. Il est démesuré et audacieux. De sa queue s’échappe une fumée âcre qui me prend la gorge. Ses cornes sont vindicatives et jettent des éclairs en feu d’artifice, rappel incessant de son engeance diabolique. Il m’effraie plus qu’il ne m’attire. Ou le contraire, je ne sais plus.
Autour de moi, les yeux sont fiévreux, rendus brillants par l’émanation orgiaque suintant des parois. La grotte a perdu ses teintes sobres, sagesses de la journée. Elle s’est parée de couleurs éclatantes, torturées, reflets nocturnes de la dépravation humaine nourrie en son sein. Les orangés sont criards, les verdâtres surnaturels. Le déferlement chamarré en est agressif. Je quitte la cavité, surnommée « marmite du géant », pour rejoindre la grotte du sabbat, l’ Akelarre . J’espère davantage d’intimité mais de toute évidence, je me fourvoie.

Le pré Berroskobero , jouxtant la grotte du sabbat, est célèbre pour ses joyeuses libations, ses déchaînements paillards, et des dizaines de personnes s’y retrouvent déjà. Je parviens à me frayer un passage entre les visages dégoulinants de sueur qui me fixent, l’oeil torve. Je les entends chuchoter sorgin, sorgin , sorcière ! Me défiant du regard, ils croisent les doigts pour conjurer les sorts que je pourrais lancer.
Des femmes soulèvent leurs jupons, se recouvrent la figure du tablier pour ne pas avoir à dévisager leurs courtisans. Elles arborent le sombrero , coiffe entortillée et risible qui, tout à l’heure immaculée, a pris maintenant des teintes grisâtres. Des taches de vin y apparaissent, crasse sanguinolente et festive. Selon leur statut : seules, mariées, veuves, le déconcertant couvre-chef diffère et s’orne d’une ou deux pointes. C’est singulier.
Emportée par le son disproportionné des échos, je me mets à danser, tournoyer, attentive uniquement aux impératifs de mon corps. Je suis une sorcière dansant au sabbat de Zugarramurdi. Je virevolte, gravite presque, et ma tête menace de céder sous l’impact des vertiges mêlés d’alcool et de danse.
Un inconnu m’aborde, m’offre du tabac. Je redoute un instant qu’il ne s’agisse de jusquiame ou de mandragore, mais me reprends. C’est une vulgaire cigarette de ce tabac importé des Amériques. Dans un rire, je reconnais n’avoir besoin d’aucune hallucination supplémentaire : la transe me possède déjà avec autant d’aplomb que le bouc noir, le Diable, pourrait le faire.
J’inhale une bouffée, manque m’étouffer. Le regard de l’inconnu est fixe, rivé sur moi, arrimé à moi. Je suis captivée. Il s’avance jusqu’à me frôler et je capitule pour le laisser approcher encore. Après tout, je ne suis pas la promise du démon et puis me livrer en toute liberté. Il finit par tomber sur moi et m’embrasse. Éperdue, je vacille contre son torse décharné.
C’est étrange d’embrasser un inconnu. L’émotion est telle que le corps happe l’autre, le sonde, découvre sa magie dans une exhalaison moite de sueur. Sa langue fourrage ma bouche avec une brutalité quasi animale. Curieusement, cela ne me déplaît pas. Je me love plus étroitement contre lui, comme aspirée. Mais il s’arrête, cesse son exploration impudique pour se détourner, et se précipiter vers une autre proie.
La sorcière, là-bas, sourit déjà, prête à céder à la sensualité du jeune homme. Je suis désemparée, j’ai froid. Que suis-je venue chercher ici ?
Je reprends ma folle farandole, tente de m’oublier à nouveau. Toute la soirée, je suis saisie par le bras, agrippée pour des instants de communion volages et furtifs. Je ne sais plus avec combien d’hommes je danse. Le démon est loin et ne m’accorde pas l’ombre d’une œillade. J’ai beau essayer l’exubérance et les démonstrations libidinales, il est trop occupé avec de jeunes garçons, presque des éphèbes.
Dire qu’au village, ils dorment peut-être et n’imaginent pas quels déchaînements libertins ont lieu ici. Il ne faudrait pas qu’ils sachent, qu’ils devinent. Suis-je bête ! Tout le monde sait, tout le monde pressent.
N’ont-ils pas vu l’insolite procession, calme et silencieuse, marchant ce soir vers les grottes, auréolée de la lumière des flambeaux ? Auraient-ils pu ignorer cette multitude de sorcières, juchées sur leurs balais, accompagnées de leurs sempiternels crapauds ? Sur les portes des maisons, les protections ont d’ailleurs refleuri, antidotes primaires et inefficaces : deux branches de frêne ornées de laurier béni campent ainsi à l’entrée des demeures. Illusoires paravents. Personne ne peut prétendre casser le rituel établi du sabbat. Qui oserait s’y aventurer ?
Le petit matin se profile déjà, honteux d’interrompre notre débauche, et je sens une fatigue lourde envahir mon corps meurtri par trop de déhanchements. J’ai envie de rentrer.
Je me fraie un passage, quitte la grotte et rejoins l’air libre. Devant moi, Zugarramurdi, à l’impérieuse église trapue, m’attire et me rejette à la fois. Avec ses teintes rouges et blanches, ses vertes prairies alentour, le village ressemble à un beau champignon posé dans une clairière. Une amanite phalloïde. Un vénéneux à la délicieuse apparence mais qui empoisonnerait au moindre toucher. Est-ce le sort réservé par ce lieu aux inconnus, oserais-je dire aux incongrus de mon espèce ?
Les terres, à ma gauche, descendent jusqu’à l’océan. Froissées, labourées, leur relief fait penser à une onde de vaguelettes brunes, frappées par un soleil matinal sur une écume de tourbe. Jetées en écharpes floues, les brumes empêchent de discerner le dessin hétéroclite et verdoyant des prairies étendues dans la plaine.
Je me sens étonnamment seule à cet instant. Mes oreilles restituent le son sourd de la musique au point que je finis par m’en inquiéter, craignant de ne plus jamais pouvoir appréhender un silence parfait.
J’avance lentement et parviens à l’entrée du village. Un coq chante. En passant devant la maison Barrenechea, je ne puis réprimer un frisson. Sur le faîte de la porte, un balai en fer forgé, où est gravé le nom de famille, semble servir d’armoiries.
La croix de laurier trône, à peine tempérée par quelques pots de géraniums insolents, ignorants de la tragédie familiale. Des ombres dansent sur les murs de la maison passés à la chaux blanche. Dans l’escalier révélé sous l’ouverture arrondie de la grange, je crois apercevoir une silhouette qui m’épie.
Une chimère de plus.
Je presse le pas. Parvenue à hauteur de la fontaine, une authentique meule en pierre, je m’arrête pour m’asperger le visage d’eau fraîche. La fête n’est pas encore achevée et pourtant, il n’y a pas âme qui vive dans les ruelles escarpées où je traîne. Je jette un coup d’oeil vers le clocher imposant. Il me renseigne sur l’heure : cinq heures vingt du matin.
Je rejoins délicatement la maison Teltxeguia où Julia, ma logeuse, doit dormir, sa corolle de cheveux blancs bleutés en auréole sur l’oreiller. J’ai la tentation de me raviser et de redescendre la ruelle, une ultime fois, pour aller frapper à la porte des Barrenechea. Il suffirait d’avancer de quelques mètres, d’oser. Je me sermonne : on ne dérange pas les gens à une heure aussi indue !
La sagesse me dicte d’aller me coucher. Impérieux sermon repris par un corps harassé, agité de crampes et de spasmes, désireux de me convaincre. Alors, je monte lentement l’escalier.
La maison sent le sommeil. C’est un mélange de cire ancienne, d’humidité, une chaleur aussi. Une dernière fois, j’éprouve le besoin de regarder le village par la fenêtre.

Voilà, j’y étais !
Je viens de participer au sabbat, à l’Akelarre le plus célèbre du Pays basque.
Nous sommes au solstice de l’été 2004, en juin. L’espace d’une nuit, je su

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text