196 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le Secret du Docteur Barry , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
196 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Au XIXe siècle au Royaume-Uni, la jeune Margaret Bulkley afin de réaliser son rêve - devenir médecin - se fait passer dès son plus jeune âge pour un garçon. Engagée dans l'armée après de brillantes études, elle va, au cours de ses voyages, devenir une pionnière de la médecine préventive et un personnage aux excentricités réputées.

Mais comment vivre continuellement en camouflant son corps et ses pulsions de femme ; comment concilier sa véritable nature à la passion dévorante pour son métier ?

Journaliste scientifique de formation, Sylvie Ouellette voit sa carrière bifurquer vers l'écriture, lors d'un séjour de deux ans en Angleterre, au milieu des années 1990. Elle publie alors trois romans érotiques traduits en plusieurs langues. Depuis 2005, elle travaille dans la communication, poursuit des études de biologie moléculaire mais consacre son temps libre à la rédaction de romans historiques et contemporains.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2013
Nombre de lectures 392
EAN13 9782812913549
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Extrait
Première partie : La Grande-Bretagne

I

Édimbourg, 1810

– Ce soir, messieurs, vous allez faire un pas de plus dans un univers auquel très peu ont eu accès à ce jour.
C’était avec cette simple phrase que le docteur Andrew Fyfe commençait toutes les séances des cours d’anatomie particuliers, pour ne pas dire clandestins, qu’il dispensait aux jeunes étudiants. Dans un rituel quasi religieux, il retirait ensuite d’un geste théâtral la toile qui recouvrait le corps inerte sur la table de dissection, une modeste planche posée sur des tréteaux.
– Approchez, je vous prie, lança-t-il aux garçons hésitants. Ce cadavre m’a coûté une petite fortune. Vous-mêmes avez payé une somme considérable pour le privilège de cette démonstration. Vous vous devez donc de rester stoïques pour bien retenir tout ce que vous apprendrez au cours des prochaines heures.
Mais ces exhortations n’eurent que peu d’effet sur les jeunes gens qui ne purent s’empêcher de reculer d’un pas. Était-ce la vue de ce cadavre qui, bien que fraîchement déterré, commençait déjà à dégager des odeurs repoussantes ? Ou ces yeux vides aux pupilles dilatées qui demeuraient fixes et insensibles, mais qui semblaient néanmoins tout voir et intimidaient ceux qui osaient croiser ce regard sans âme ? Peut-être la lame qui entaillait le thorax, en un grand V allant des épaules au sternum, pour continuer en une longue trace jusqu’au pubis ?
Ou alors était-ce la proximité du docteur Fyfe lui-même ? Car, en dépit de ses connaissances remarquables et de ses impressionnantes méthodes d’enseignement, l’homme était à sa façon aussi dégoûtant que les cadavres qu’il disséquait : sa lèvre inférieure, qu’il avait de la difficulté à maîtriser, laissait constamment couler un mince filet de salive qu’il essuyait cavalièrement du revers de la main. Ses yeux globuleux – le droit nettement plus bas que le gauche – dévisageaient plus qu’ils ne regardaient la personne devant lui. Et, à la lueur des chandelles qui éclairaient faiblement la remise servant de salle de dissection, ils paraissaient encore plus luisants et exorbités.
Fasciné par la science qu’il transmettait aux jeunes gens qu’il recevait chez lui et envers lesquels il démontrait une sollicitude quasi paternelle, surtout s’ils étaient désireux d’apprendre, le personnage était tout de même curieusement attachant. Autre qualité importante, il était un dessinateur de grand talent et il avait publié plusieurs ouvrages d’anatomie illustrés de sa propre main.
– Alors, c’est pour ce soir ou pour demain ? demanda-t-il dans un rire aussi gras que sa perruque crasseuse, en montrant des dents vilainement jaunies.
Pendant un long moment, il n’y eut aucune réaction de la part des étudiants. Seul James Barry, fasciné, s’approcha finalement en manifestant un intérêt évident.
À quinze ans, le visage encore parsemé de taches de rousseur, James Miranda Barry était à peine plus qu’un gamin. Mais ses grands yeux bleus, avides de tout capter autour de lui, brillaient constamment d’une intelligence et d’une curiosité qui souvent faisaient défaut à ses congénères. Il était par contre de ceux que la nature tardait à faire passer à l’âge adulte. De petite taille, toujours imberbe, il avait conservé sa voix d’enfant, même au moment d’être admis à l’école de médecine de l’Université d’Édimbourg. Sa chevelure rousse, constamment en bataille, était la principale chose qui permettait de le distinguer dans la foule des étudiants qui arpentaient les corridors du collège en se bousculant comme les garçons savent si bien le faire ; des garçons que l’entourage considérait déjà comme des adultes en dépit de leur âge, les forçant presque à escamoter leur enfance en les poussant sur le chemin de la réussite avant même qu’ils aient acquis la maturité nécessaire ; le fait qu’il semblait se trouver à des lieues devant ses congénères, aussi bien intellectuellement qu’émotivement, le démarquait tout autant.
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text