163 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le Roi des étudiants , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
163 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Un jeune homme, après avoir été dupé par un collègue, est envoyé au pénitencier à cause de ce dernier. Il le suite à la trace, pendant la guerre de sécession, afin d'accumuler des preuves de ses malversations, et le confondre...

Informations

Publié par
Date de parution 30 août 2011
Nombre de lectures 199
EAN13 9782820602985
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0011€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Le Roi des tudiants
Vinceslas Eug ne Dick
Collection « Les classiques YouScribe »
Faitescomme Vinceslas Eug ne Dick, publiez vos textes sur YouScribe
YouScribevous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-noussur :

ISBN 978-2-8206-0298-5
CHAPITRE PREMIER – SILHOUETTES D'ÉTUDIANTS

C'était dans une chambre de douze pieds carrés au plus, rue St-Georges, Québec.
Ils étaient là quatre, buvant, fumant, chantant, riant… que c'était plaisir à voir. Le cliquetis des verres, le choc des bouteilles, les éclats de voix, les notes plus ou moins fausses de quelque chanson égrillarde, le bruit des pieds battant le parquet ; tout cela se combinait adorablement pour former le plus délicieux tintamarre du monde.
Comment en eût-il été autrement ?
Ce quatuor bruyant représentait la fine fleur de l'école de médecine : Després, le roi des étudiants tapageurs, l'organisateur par excellence de joyeuses équipées, le meilleur buveur de l'Université ; Cardon, passé maître dans l'art d'obtenir de la boisson à crédit ; Lafleur, qui faisait dix affreux calembours entre chaque rasade qu'il ingurgitait et Dieu sait s'il en ingurgitait, des rasades ! enfin, le petit Caboulot, le rat de l'école, intelligent comme un diablotin, mais plus grouillant, plus étourdi, plus léger qu'un papillon.
Rien d'étonnant donc à ce que quatre lurons de cette trempe, arrosés de whisky, fissent un charivari à broyer le tympan d'une escouade d'artilleurs !
Tout à coup, le bruit cessa pendant une dizaine de secondes ; la porte s'ouvrit, et un cinquième personnage entra.
Alors, ce fut une tempête.
Bonsoir, Champfort !
Que tu arrives bien, Champfort !
Viens prendre un coup, Champfort !
Champfort, pas d'étude ce soir ! Au diable la pathologie !
Mort à la matière médicale !
Aux gémonies les maladies des yeux !
Et celles des oreilles, donc !
Que la fièvre quarte étouffe Virchow, Kasper, Claude Bernard… et même monsieur Koshlakoff, de St-Pétersbourg !
Que Satanas torde le cou à feu Galien !
Et donne le coup de grâce à ce bon monsieur Hippocrate.
Lafleur !…
Cardon !…
Le nouvel arrivant, tiraillé à droite, tiraillé à gauche, assassiné d'apostrophes aussi véhémentes, ne pouvait placer un mot et se contentait de sourire.
Là ! là ! mes amis, fit-il enfin, ne parlez pas ; tous à la fois : qu'y a-t-il ?
Il y a que nous bambochons ce soir.
Ça se voit.
Et que nous voulons nous administrer une cuite à tout casser…
Tais-toi, le Caboulot, laisse parler le grand monde.
Tiens ! faut-il pas avoir six pieds, par hasard, pour qu'on se permette de parler devant monsieur !
Silence ! intervient Després. Je vais t'expliquer la chose, Champfort ; assieds-toi.
Lorsque Dieu créa le monde…
Passe au déluge ! interrompit Lafleur.
Monte sur une chaise ! glapit le Caboulot.
Pas de discours ! grogna Cardon.
Laissez-moi faire : ça ne sera pas long. Champfort s'était assis, attendant patiemment la fin de la bourrasque.
Lorsque Dieu créa le monde, reprit imperturbablement Després, il travailla, comme tu le sais, pendant six jours…
C'est connu, ça ! fit la voix flûtée du Caboulot.
Pas assez ! répliqua gravement l'orateur.
Puis il poursuivit :
Mais le septième, il l'employa à se reposer, laissant ainsi à l'homme, qu'il venait de former à son image, un enseignement plein de sagesse. Or…
Ergo !
Or, nous avons travaillé toute la semaine comme des nègres. N'est-il pas juste que nous prenions cette soirée, cette nuit même, s'il le faut, pour laisser un peu se détendre l'arc de nos centres nerveux ?
Bien parlé !
Puissamment raisonné !
D'une logique irréfutable !
Mais, sans doute, mes très chers, répondit en riant Champfort. Et je songeais si peu à me mettre en désaccord avec cette sage règle, que je venais vous prier d'étudier sans moi, ce soir Je ne suis pas dans mon assiette et n'ai aucune disposition pour le travail.
Bravo !
Hourra pour toi, Champfort !
Vive le whisky, le tabac et les chansons !
Et Després, de cette voix lente et mesurée qui lui était habituelle, se mit à chanter, tout en saisissant une bouteille de la main droite et un verre de la main gauche :
Étudiants, étudiants
Chantons, rions sans cesse :
Que l'étude et l'allégresse
Se partagent nos instants.
De son côté, le Caboulot hurlait :
Pourquoi boirions-nous de l'eau,
Somm'nous des grenouilles ?
Cardon, lui, proclamait moins haut la chose, mais la mettait consciencieusement en pratique.
Quant à Lafleur, il n'est pas nécessaire de chercher ce qu'il turlutait de sa voix enrouée ; c'était toujours la même rengaine :
C'est notre grand-père Noé,
Patriarche digne,
Que l'bon Dieu nous a conservé
Pour planter la vigne.
Il ne fallait pas lui demander autre chose que cela : c'eût été peine perdue. Mais, en revanche, toutes les cinq minutes, l'éternel couplet lui revenait dans le gosier, avec le nom du respectable grand-père Noé, auteur de la première bamboche dont parle l'histoire.
Laissons Lafleur redire, en quinze couplets, les mérites et les exploits du grand-père Noé, et esquissons à la hâte le portrait du nouvel arrivant.
CHAPITRE II – PAUL CHAMPFORT

Paul Champfort était un grand et beau garçon de vingt-deux ans.
Sa figure franche et ouverte plaisait au premier abord. Cheveux châtains, longs et bouclés ; front large, œil brun, à la prunelle hardie, bouche aux lèvres sympathiques, qu'ombrageait une petite moustache de même nuance que les cheveux : tête charmante, en un mot.
Il avait l'humeur joyeuse, la parole facile, colorée, doucement railleuse, mais toujours bienveillante. On l'aimait beaucoup, parmi les universitaires, tant à cause du cachet de sympathique distinction dont toute sa personne était empreinte, que par la bonté de son caractère et la solide intelligence qu'on lui savait.
Il était de toutes les fêtes, de toutes les excursions, de tous les caucus . On se l'arrachait un peu, et c'était toujours une bonne fortune, pour des étudiants en goguette, que l'arrivée de ce bon Champfort.
On conçoit donc la joie de nos quatre apôtres quand le jeune homme, se rendant aux arguments irrésistibles de son ami Després, s'assit autour de la table du festin bachique et fit mine d'en prendre sa bonne part.
Une première rasade fut versée par Després.
Je bois à ton bonheur, Champfort, fit-il en élevant son verre.
Moi, à tes succès en médecine, dit Cardon.
Et moi, à l'heureuse issue de ton examen, final, continua Lafleur.
Moi, Champfort, je bois à tes amours ! cria le Caboulot, de cette voix perçante qui dominait tous les bruits.
À cette dernière santé, un nuage passa sur le front de Champfort. Le sourire disparut de ses lèvres, et ce fut d'un ton presque solennel qu'il répondit, en se levant :
Merci, Caboulot, merci, mes bons amis. Je prends actes de vos bienveillants souhaits. Devant entrer bientôt dans la rude vie professionnelle, j'ai besoin que la chaude amitié dont vous m'avez toujours entouré ne me fasse pas défaut. Et si quelque amertume, quelque déboire m'attend au début, j'aurai du moins, pour atténuer ma mélancolie, le souvenir de vos bons procédés à mon égard.
Champfort se rassit et chacun but silencieusement son verre, comme si les paroles émues du jeune homme eussent voilé quelque inexorable chagrin. Tant il est vrai que chez ces généreuses natures d'étudiants, la sympathie ne se fait jamais attendre et jaillit toujours spontanément, au moindre appel.
Mais cette éclipse de gaieté dura peu.
Quand on est en chemin d'herboriser dans les vignes du Seigneur, on ne s'attarde pas à constater si quelque épine rencontrée par hasard pique peu ou prou ; on ne s'amuse pas à relever les humbles violettes ou les pâles marguerites que le pied a foulées en passant.
C'est du moins, ce que pensait Lafleur, car il entonna aussitôt d'une voix de stentor :
C'est notre grand-père Noé,
Patriarche digne,
Que l'bon Dieu…………
Va au diable avec ton grand-père Noé ! interrompit avec humeur Després, dont le front s'était assombri.
Hum ! je doute fort qu'il veuille m'y suivre ; le digne homme est trop bien casé pour désirer un changement.
Alors, vas-y seul.
Nenni, mes fils ; je suis trop poli pour ne pas vous attendre.
Després se dérida

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text