375 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le commandant Delgrès , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
375 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Gustave Aimard (1818-1883)



"Les hautes montagnes qui occupent le centre de l’île de la Guadeloupe et vers lesquelles, depuis le bord de la mer, le terrain s’élève peu à peu par marches immenses et magnifiques comme un escalier de géant, ont toutes été, à une époque reculée, des volcans redoutables.


En effet, leurs laves sont encore amoncelées par blocs noirâtres et monstrueux, depuis leurs cimes chenues jusqu’aux sables du rivage.


Et ce qui prouve clairement la vérité de cette assertion, c’est que, ainsi que nous l’avons rapporté plus haut, le sommet le plus élevé de ces montagnes, la reine de toutes les autres, la Soufrière enfin, bouillonne encore aujourd’hui avec un bruit formidable et lance incessamment d’épaisses vapeurs par les soupiraux de ses ténébreux abîmes.


Ces hautes montagnes de la Guadeloupe sont toutes couvertes de forêts ; forêts séculaires, primitives, où n’a jamais retenti le bruit de la cognée des bûcherons ; que seuls connaissent les nègres marrons qui s’y réfugient, et quelques rares chasseurs de grives et d’agoutis.


Ces forêts vierges servent de barrières et à la fois de ceinture aux mornes ; elles sont presque impénétrables ; des arbres gigantesques de tous les âges, couchés les uns sur les autres dans un pêle-mêle effroyable, pourrissent au milieu des arums qui les enveloppent et des lianes qui le couronnent."



Suite et fin de "L'OEil-Gris".

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782374639789
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0019€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Le chasseur de rats
II


Le commandant Delgrès


Gustave Aimard


Octobre 2021
Stéphane le Mat
La Gibecière à Mots
ISBN : 978-2-37463-978-9
Couverture : pastel de STEPH'
lagibeciereamots@sfr.fr
N° 976
À Henry de Kock

L’auteur de tant de charmants ouvrages ce livre est dédié par son confrère et
Son ami,

G USTAVE A IMARD

Paris, 25 mars 1876.


I
L’Œil Gris et le sergent Kerbrock voyagent de compagnie dans des chemins très peu frayés

Les hautes montagnes qui occupent le centre de l’île de la Guadeloupe et vers lesquelles, depuis le bord de la mer, le terrain s’élève peu à peu par marches immenses et magnifiques comme un escalier de géant, ont toutes été, à une époque reculée, des volcans redoutables.
En effet, leurs laves sont encore amoncelées par blocs noirâtres et monstrueux, depuis leurs cimes chenues jusqu’aux sables du rivage.
Et ce qui prouve clairement la vérité de cette assertion, c’est que, ainsi que nous l’avons rapporté plus haut, le sommet le plus élevé de ces montagnes, la reine de toutes les autres, la Soufrière enfin, bouillonne encore aujourd’hui avec un bruit formidable et lance incessamment d’épaisses vapeurs par les soupiraux de ses ténébreux abîmes.
Ces hautes montagnes de la Guadeloupe sont toutes couvertes de forêts ; forêts séculaires, primitives, où n’a jamais retenti le bruit de la cognée des bûcherons ; que seuls connaissent les nègres marrons qui s’y réfugient, et quelques rares chasseurs de grives et d’agoutis.
Ces forêts vierges servent de barrières et à la fois de ceinture aux mornes ; elles sont presque impénétrables ; des arbres gigantesques de tous les âges, couchés les uns sur les autres dans un pêle-mêle effroyable, pourrissent au milieu des arums qui les enveloppent et des lianes qui le couronnent.
D’autres arbres se dressent majestueusement du milieu de ces fourrés, avec des épanouissements de branches dévorant un immense espace autour d’eux, sans que l’ombre épaisse qu’ils projettent au loin empêche la végétation échevelée et furieuse de se presser autour de leurs trônes.
Lorsqu’on foule ces débris entassés, craquant et s’effondrant à chaque pas, on sent, en pressant ce terrain, des vapeurs étouffantes que le sol envoie au visage ; toutes les plantes surgissant de cet engrais éternel ont un aspect pléthorique et vénéneux qui atterre.
On est fasciné à l’aspect de cette nature cyclopéenne exagérant toutes les proportions et changeant en arbres jusqu’aux bruyères.
Parfois, le soleil descend au milieu des ténèbres crépusculaires de ces océans de verdure, par quelque déchirure que la chute d’un fromager ou d’un palmier séculaire a faite à la voûte feuillue ; alors les plantes que ces rayons ont visitées se parent de fleurs ravissantes, perdues dans ces gouffres où nul regard ne les cherche, où nulle main ne les cueille jamais.
Rien n’est mélancolique et silencieux comme ces grands bois, où nul oiseau ne vole et ne chante, où l’on ne voit que par hasard un agouti craintif, se glissant dans des fourrés inextricables ; dont le seul bruit appréciable est le bourdonnement monotone et continu des insectes qu’entretient et qu’échauffe le détritus des forêts.
L’homme perdu dans ces solitudes peut être considéré comme mort ; jamais il ne parviendra à en sortir ; les murailles mouvantes dont il est entouré lui forment un vert linceul qui l’enveloppe de toutes parts et dont il lui est impossible de soulever le poids, pourtant si léger en apparence, mais si lourd en réalité ; tous ses efforts pour sortir des réseaux immenses qui l’enlacent ne font qu’en resserrer davantage les flexibles anneaux ; ses forces s’épuisent dans une lutte insensée, il chancelle, veut résister encore, tombe et ne se relève plus ; c’en est fait ; la mort implacable étend vers lui sa main de squelette, et lui, ce vivant, si plein de jeunesse, de sève, de courage, de volonté, il est vaincu ; il se couche haletant et succombe dans d’horribles souffrances, au milieu de cette luxuriante et puissante végétation qui semble lui sourire railleusement, à quelques pas à peine du but qu’il voulait atteindre, sans se douter que, pendant de longues heures, il a vainement consumé toute son énergie à tourner toujours dans le même cercle, sans avancer d’un pas vers la délivrance.
C’était dans une de ces clairières, qui, ainsi que nous l’avons dit, se trouvent parfois dans les forêts vierges, quatre hommes, assis sur des troncs d’arbres renversés, causaient entre eux à voix basse, tout en mangeant de bon appétit un agouti à demi grillé sur les charbons, et buvant à longs traits du tafia renfermé dans une gourde, qu’ils se passaient de main en main.
Ces quatre hommes étaient des noirs, un cinquième, assis un peu à l’écart, le coude sur le genou et la tête dans la main, dormait ou réfléchissait ; l’immobilité de statue dans laquelle depuis longtemps il demeurait et ses yeux fermés, prêtaient également à ces deux suppositions.
Les noirs n’étaient autres que des nègres marrons ; ils avaient chacun un fusil appuyé contre la cuisse et une hache passée dans la ceinture ; hache dont ils se servaient pour se tracer une route à travers ce fouillis de lianes si étroitement enchevêtrées les unes dans les autres ; près d’eux, sur le sol, se trouvaient des régimes de bananes, des sapotilles, plusieurs noix de coco et une quantité d’autres fruits de toutes sortes, dont ils paraissaient apprécier beaucoup la saveur.
À quelques pas de là, dans un hamac en fils d’aloès de plusieurs couleurs, suspendu entre deux énormes fromagers, une jeune femme était couchée et dormait.
Cette jeune femme, dont la respiration douce et régulière et le sommeil calme et paisible ressemblait à celui d’un enfant, était Mlle Renée de la Brunerie, enlevée la nuit précédente avec une si audacieuse témérité, dans l’habitation de son père, au milieu de ses amis et de ses défenseurs.
Il était un peu plus de cinq heures du soir, le soleil baissait rapidement à l’horizon ; l’ombre des arbres grandissait en s’allongeant d’une façon démesurée, le ciel commençait à prendre une teinte plus sombre ; à l’approche de la nuit les grondements rauques de la Soufrière, sur les pentes de laquelle courait cette forêt vierge, devenaient plus distincts et plus menaçants.
Soudain, par un mouvement brusque, mais parfaitement calculé, les nègres se couchèrent le fusil en avant, derrière les énormes troncs d’arbres qui, un instant auparavant, leur servaient de sièges.
Leurs oreilles félines avaient perçu un bruit faible, à peine appréciable, mais se rapprochant rapidement de l’endroit où ils étaient campés, et sur la cause duquel il fut bientôt impossible de se tromper.
Seul, l’homme dont nous avons parlé, un mulâtre, n’avait pas fait un geste, ni semblé attacher la plus minime attention à ce qui inquiétait si fort les nègres marrons.
Bientôt on aperçut un noir se glissant avec précaution entre les arbres ; ce noir portait un bandeau sanglant autour de la tête, il en avait un second sur la poitrine, et enfin un troisième enveloppait son bras au-dessus du coude.
Malgré ces trois blessures, ce nègre paraissait frais et dispos ; son visage était souriant ; il marchait avec légèreté au milieu des débris de toutes sortes qui, à chaque pas, entravaient sa marche ; son fusil était rejeté en bandoulière et il tenait à la main une hache avec laquelle, probablement, il avait taillé un chemin pour parvenir jusqu’à l’endroit qu’il venait d’atteindre.
Ce nègre était Pierrot, que nous avons vu si chaudement poursuivi pendant le change audacieux qu’il avait donné ; il avait réussi à s’échapper par miracle, mais non sans emporter avec lui le plomb des chasseurs.
En le reconnaissant, les nègres avaient repris leurs places, et s’étaient tranquillement remis à manger.
– Bonjour, dit le noir en s’approchant.
– Bonjour, répondirent laconiquement les autres.
– Où est massa Télémaque ?
– Là. Est-ce qu’il y a du nouveau ? demanda curieusement un des marrons en étendant le bras dans la direction où se trouvait le mulâtre.
– Cela ne te regarde pas, fit Pierrot.
L’autre haussa les

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text