164 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Comtesse de Charny - Tome II - Les Mémoires d'un médecin , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
164 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Voici la fin du cycle ?Les m?moires d'un m?decin?. Suite ? la r?volte du peuple du 6 octobre 1789, la famille royale est ramen?e de force de Versailles ? Paris et install?e aux Tuileries. La reine Marie-Antoinette est de plus en plus injuste envers Andr?e (la comtesse de Charny) parce qu?elle se rend compte que son mariage arrang? avec le comte (qu?elle aime passionn?ment), peut devenir un mariage d?amour. Quittant alors le service de la reine, Andr?e d?couvre enfin la joie de conna?tre son fils S?bastien, fruit de son viol par Gilbert lequel avait enlev? cet enfant ? sa naissance. Connaissant la place de Gilbert en tant que conseiller du roi, S?bastien a donc quitt? Villers-Cotter?ts, o? il faisait ses ?tudes, pour Paris dans la crainte de ce qui pourrait arriver ? son p?re et a effectu? le trajet en compagnie d?Isidore de Charny, appel? par son fr?re (le comte de Charny) aupr?s de la reine, laissant en proie au d?sespoir sa ma?tresse Catherine, fille du fermier Billot, ce h?ros de la prise de la Bastille (voir Ange Pitou) devenu d?put? de Villers-Cotter?ts. Le roi, plein d?esp?rance dans ses partisans qui ont ?migr?s, essaye de gagner du temps en ayant l?air de coop?rer avec l?assembl?e constituante tout en organisant sa fuite et celle de sa famille vers Montm?dy. Mais une succession de fatalit?s fait ?chouer cette tentative ? Varennes o? Isidore de Charny meurt, laissant alors seuls la pauvre Catherine et leur fils. Ange Pitou, jeune capitaine de la garde nationale, qui aime depuis longtemps Catherine, les prendra tous les deux sous sa protection, Billot ne pouvant pardonner ? sa fille d?avoir ?t? d?shonor?e par un noble...Voici la fin du cycle ?Les m?moires d'un m?decin?. Suite ? la r?volte du peuple du 6 octobre 1789, la famille royale est ramen?e de force de Versailles ? Paris et install?e aux Tuileries. La reine Marie-Antoinette est de plus en plus injuste envers Andr?e (la comtesse de Charny) parce qu?elle se rend compte que son mariage arrang? avec le comte (qu?elle aime passionn?ment), peut devenir un mariage d?amour. Quittant alors le service de la reine, Andr?e d?couvre enfin la joie de conna?tre son fils S?bastien, fruit de son viol par Gilbert lequel avait enlev? cet enfant ? sa naissance. Connaissant la place de Gilbert en tant que conseiller du roi, S?bastien a donc quitt? Villers-Cotter?ts, o? il faisait ses ?tudes, pour Paris dans la crainte de ce qui pourrait arriver ? son p?re et a effectu? le trajet en compagnie d?Isidore de Charny, appel? par son fr?re (le comte de Charny) aupr?s de la reine, laissant en proie au d?sespoir sa ma?tresse Catherine, fille du fermier Billot, ce h?ros de la prise de la Bastille (voir Ange Pitou) devenu d?put? de Villers-Cotter?ts. Le roi, plein d?esp?rance dans ses partisans qui ont ?migr?s, essaye de gagner du temps en ayant l?air de coop?rer avec l?assembl?e constituante tout en organisant sa fuite et celle de sa famille vers Montm?dy. Mais une succession de fatalit?s fait ?chouer cette tentative ? Varennes o? Isidore de Charny meurt, laissant alors seuls la pauvre Catherine et leur fils. Ange Pitou, jeune capitaine de la garde nationale, qui aime depuis longtemps Catherine, les prendra tous les deux sous sa protection, Billot ne pouvant pardonner ? sa fille d?avoir ?t? d?shonor?e par un noble...Voici la fin du cycle ?Les m?moires d'un m?decin?. Suite ? la r?volte du peuple du 6 octobre 1789, la famille royale est ramen?e de force de Versailles ? Paris et install?e aux Tuileries. La reine Marie-Antoinette est de plus en plus injuste envers Andr?e (la comtesse de Charny) parce qu?elle se rend compte que son mariage arrang? avec le comte (qu?elle aime passionn?ment), peut devenir un mariage d?amour. Quittant alors le service de la reine, Andr?e d?couvre enfin la joie de conna?tre son fils S?bastien, fruit de son viol par Gilbert lequel avait enlev? cet enfant ? sa naissance. Connaissant la place de Gilbert en tant que conseiller du roi, S?bastien a donc quitt? Villers-Cotter?ts, o? il faisait ses ?tudes, pour Paris dans la crainte de ce qui pourrait arriver ? son p?re et a effectu? le trajet en compagnie d?Isidore de Charny, appel? par son fr?re (le comte de Charny) aupr?s de la reine, laissant en proie au d?sespoir sa ma?tresse Catherine, fille du fermier Billot, ce h?ros de la prise de la Bastille (voir Ange Pitou) devenu d?put? de Villers-Cotter?ts. Le roi, plein d?esp?rance dans ses partisans qui ont ?migr?s, essaye de gagner du temps en ayant l?air de coop?rer avec l?assembl?e constituante tout en organisant sa fuite et celle de sa famille vers Montm?dy. Mais une succession de fatalit?s fait ?chouer cette tentative ? Varennes o? Isidore de Charny meurt, laissant alors seuls la pauvre Catherine et leur fils. Ange Pitou, jeune capitaine de la garde nationale, qui aime depuis longtemps Catherine, les prendra tous les deux sous sa protection, Billot ne pouvant pardonner ? sa fille d?avoir ?t? d?shonor?e par un noble...Voici la fin du cycle ?Les m?moires d'un m?decin?. Suite ? la r?volte du peuple du 6 octobre 1789, la famille royale est ramen?e de force de Versailles ? Paris et install?e aux Tuileries. La reine Marie-Antoinette est de plus en plus injuste envers Andr?e (la comtesse de Charny) parce qu?elle se rend compte que son mariage arrang? avec le comte (qu?elle aime passionn?ment), peut devenir un mariage d?amour. Quittant alors le service de la reine, Andr?e d?couvre enfin la joie de conna?tre son fils S?bastien, fruit de son viol par Gilbert lequel avait enlev? cet enfant ? sa naissance. Connaissant la place de Gilbert en tant que conseiller du roi, S?bastien a donc quitt? Villers-Cotter?ts, o? il faisait ses ?tudes, pour Paris dans la crainte de ce qui pourrait arriver ? son p?re et a effectu? le trajet en compagnie d?Isidore de Charny, appel? par son fr?re (le comte de Charny) aupr?s de la reine, laissant en proie au d?sespoir sa ma?tresse Catherine, fille du fermier Billot, ce h?ros de la prise de la Bastille (voir Ange Pitou) devenu d?put? de Villers-Cotter?ts. Le roi, plein d?esp?rance dans ses partisans qui ont ?migr?s, essaye de gagner du temps en ayant l?air de coop?rer avec l?assembl?e constituante tout en organisant sa fuite et celle de sa famille vers Montm?dy. Mais une succession de fatalit?s fait ?chouer cette tentative ? Varennes o? Isidore de Charny meurt, laissant alors seuls la pauvre Catherine et leur fils. Ange Pitou, jeune capitaine de la garde nationale, qui aime depuis longtemps Catherine, les prendra tous les deux sous sa protection, Billot ne pouvant pardonner ? sa fille d?avoir ?t? d?shonor?e par un noble...

Informations

Publié par
Date de parution 30 août 2011
Nombre de lectures 287
EAN13 9782820602886
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0011€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

La Comtesse de Charny - Tome II - Les M moires d'un m decin
Alexandre Dumas
1855
Collection « Les classiques YouScribe »
Faitescomme Alexandre Dumas, publiez vos textes sur YouScribe
YouScribevous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-noussur :

ISBN 978-2-8206-0288-6
Chapitre 1 Où il est démontré qu’il y a véritablement un Dieu pour lesivrognes

Le même jour, vers huit heures du soir, unhomme vêtu en ouvrier, et appuyant avec précaution la main sur lapoche de sa veste, comme si cette poche contenait, ce soir-là, unesomme plus considérable que n’en contient d’habitude la poche d’unouvrier, un homme, disons-nous, sortait des Tuileries par le pontTournant, inclinait à gauche, et suivait d’un bout à l’autre lagrande allée d’arbres qui prolonge, du côté de la Seine, cetteportion des Champs-Elysées qu’on appelait autrefois le port auMarbre ou le port aux Pierres, et qu’on nomme aujourd’hui leCours-la-Reine.
À l’extrémité de cette allée, il se trouva surle quai de la Savonnerie.
Le quai de la Savonnerie était, à cetteépoque, fort égayé le jour, fort éclairé le soir par une foule depetites guinguettes où, le dimanche, les bons bourgeois achetaientles provisions liquides et solides qu’ils embarquaient avec eux surdes bateaux nolisés au prix de deux sous par personne, pour allerpasser la journée dans l’île des Cygnes – île, où, sans cetteprécaution, ils eussent risqué de mourir de faim, les joursordinaires de la semaine parce qu’elle était parfaitement déserte,les jours de fête et les dimanches parce qu’elle était troppeuplée.
Au premier cabaret qu’il rencontra sur saroute, l’homme vêtu en ouvrier parut se livrer à lui-même unviolent combat – combat duquel il sortit vainqueur – pour savoirs’il entrerait ou n’entrerait pas dans ce cabaret.
Il n’entra point et passa outre.
Au second, la même tentation se renouvela, et,cette fois, un autre homme qui le suivait comme son ombre sansqu’il s’en aperçût, depuis la hauteur de la patache, put croirequ’il allait y céder ; car, déviant de la ligne droite, ilinclina tellement devant cette succursale du temple de Bacchus,comme on disait alors, qu’il en effleura le seuil.
Néanmoins, cette fois encore, la tempérancetriompha, et il est probable que, si un troisième cabaret ne se fûtpas trouvé sur son chemin et qu’il lui eût fallu revenir sur sespas pour manquer au serment qu’il semblait s’être fait à lui-même,il eût continué sa route – non pas à jeun, car le voyageurparaissait avoir déjà pris une honnête dose de ce liquide quiréjouit le cœur de l’homme –, mais dans un état de puissance surlui-même qui eût permis à sa tête de conduire ses jambes dans uneligne suffisamment droite, pendant la route qu’il avait àfaire.
Par malheur, il y avait, non seulement untroisième, mais encore un dixième, mais encore un vingtième cabaretsur cette route ; il en résulta que, les tentations étant tropsouvent renouvelées, la force de résistance ne se trouva point enharmonie avec la puissance de tentation, et succomba à la troisièmeépreuve.
Il est vrai de dire que, par une espèce detransaction avec lui-même, l’ouvrier qui avait si bien et simalheureusement combattu le démon du vin, tout en entrant dans lecabaret, demeura debout près du comptoir et ne demanda qu’unechopine.
Au reste, le démon du vin contre lequel illuttait semblait être victorieusement représenté par cet inconnuqui le suivait à distance, ayant soin de demeurer dans l’obscurité,mais qui, en restant hors de sa vue, ne le perdait cependant pasdes yeux.
Ce fut sans doute pour jouir de cetteperspective, qui semblait lui être particulièrement agréable, qu’ils’assit sur le parapet, juste en face de la porte du bouchon oùl’ouvrier buvait sa chopine, et qu’il se remit en route cinqsecondes après que celui-ci, l’ayant achevée, franchissait le seuilde la porte pour reprendre son chemin.
Mais qui peut dire où s’arrêteront les lèvresqui se sont une fois humectées à la fatale coupe de l’ivresse, etqui se sont aperçues, avec cet étonnement mêlé de satisfaction toutparticulier aux ivrognes, que rien n’altère comme de boire ? Àpeine l’ouvrier eut-il fait cent pas, que sa soif était telle qu’illui fallut s’arrêter de nouveau pour l’étancher ; seulement,cette fois, il comprit que c’était trop peu d’une chopine, etdemanda une demi-bouteille.
L’ombre qui semblait s’être attachée à lui neparut nullement mécontente des retards que ce besoin de serafraîchir apportait dans l’accomplissement de sa route. Elles’arrêta à l’angle même du cabaret ; et, quoique le buveur sefût assis pour être plus à son aise, et eût mis un bon quartd’heure à siroter sa demi-bouteille, l’ombre bénévole ne donnaaucun signe d’impatience, se contentant, au moment de la sortie, dele suivre du même pas qu’elle avait fait jusqu’à l’entrée.
Au bout de cent autres pas, cette longanimitéfut mise à une nouvelle et plus rude épreuve ; l’ouvrier fitune troisième halte, et, cette fois, comme sa soif allaitaugmentant, il demanda une bouteille entière.
Ce fut encore une demi-heure d’attente pour lepatient argus qui s’était attaché à ses pas.
Sans doute, ces cinq minutes, ce quartd’heure, cette demi-heure, successivement perdus, soulevèrent uneespèce de remords dans le cœur du buveur ; car, ne voulantplus s’arrêter, à ce qu’il paraît, mais désirant continuer deboire, il passa avec lui-même une espèce de transaction quiconsista à se munir, au moment du départ, d’une bouteille de vintoute débouchée dont il résolut de faire la compagne de saroute.
C’était une résolution sage et qui neretardait celui qui l’avait prise qu’en raison des courbes de plusen plus étendues, et des zigzags de plus en plus réitérés quifurent le résultat de chaque rapprochement qui se fit entre legoulot de la bouteille et les lèvres altérées du buveur.
Dans une de ces courbes adroitement combinées,il franchit la barrière de Passy, sans empêchement aucun – lesliquides, comme on sait, étant affranchis de tout droit d’octroi àla sortie de la capitale.
L’inconnu qui le suivait sortit derrière lui,et avec le même bonheur que lui.
Ce fut à cent pas de la barrière que notrehomme dut se féliciter de l’ingénieuse précaution qu’il avaitprise ; car, à partir de là, les cabarets devinrent de plus enplus rares, jusqu’à ce qu’enfin ils disparussent tout à fait.
Mais qu’importait à notre philosophe ?Comme le sage antique, il portait avec lui, non seulement safortune, mais encore sa joie.
Nous disons sa joie, attendu que, vers lamoitié de la bouteille, notre buveur se mit à chanter, et personnene contestera que le chant ne soit, avec le rire, un des moyensdonnés à l’homme de manifester sa joie.
L’ombre du buveur paraissait fort sensible àl’harmonie de ce chant, qu’elle avait l’air de répéter tout bas, età l’expression de cette joie, dont elle suivait les phases avec unintérêt tout particulier. Mais, par malheur, la joie fut éphémère,et le chant de courte durée. La joie ne dura que juste le temps quedura le vin dans la bouteille, et, la bouteille vide et inutilementpressée à plusieurs reprises entre les deux mains du buveur, lechant se changea en grognements, qui, s’accentuant de plus en plus,finirent par dégénérer en imprécations.
Ces imprécations s’adressaient à despersécuteurs inconnus dont se plaignait en trébuchant notreinfortuné voyageur.
– Oh ! le malheureux !disait-il ; oh ! la malheureuse !… à un ancien ami,à un maître, donner du vin frelaté… pouah ! Aussi, qu’il merenvoie chercher pour lui repasser ses serrures ; qu’il merenvoie chercher par son traître de compagnon qui m’abandonne, etje lui dirai « Bonsoir, sire ! que Ta Majesté repasse sesserrures elle-même. » Et nous verrons si, une serrure, ça sefait comme un décret… Ah ! je t’en donnerai, des serrures àtrois barbes… Ah ! je t’en donnerai des pênes à gâchette…Ah ! je t’en donnerai… des clefs forées, avec un panneton…entaillé, entail… Oh ! le malheureux !… Oh ! lamalheureuse ! décidément, ils m’ont empoisonné !
Et, en disant ces mots, vaincu par la force dupoison, sans doute, la malhe

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text