279 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Cavalière , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
279 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Paul Féval (1816-1887)



"La chasse au roi subissait un temps d’arrêt. Il se trouvait que Piètre Gadoche avait fait erreur quelque peu dans ses calculs, ce qui arrive, dit-on, aux mathématiciens les plus habiles. Tout ne va pas, en ce monde, sur des roulettes, même les coquineries les mieux montées ; Piètre Gadoche avait voulu faire sortir de Paris, où la bataille décisive, était impossible, le chevalier de Saint-Georges, et il avait réussi ; mais, cinq jours après la mascarade de chevauchée militaire, sous les ordres du prétendu marquis de Grillon effectuée de l’hôtel de Lauzan à la ville qui fut le berceau de Marguerite de Navarre et de Louis XIV, le chevalier de Saint-Georges était encore à Saint-Germain en-Laye.


Le prétendant était retenu là, non plus par la nécessité, mais par le charme qu’il éprouvait à voir réunies lady Mary Stuart de Rothsay et la reine, sa mère. Longtemps après, à Rome, quand il regardait des hauteurs du Vatican le lointain de sa jeunesse, il déclara bien souvent que cette semaine perdue à Saint-Germain représentait les plus heureux jours de sa vie."



Suite et fin de "La chasse au roi"

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782374639581
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

La Cavalière
 
 
Paul Féval
 

Suite de « La chasse au roi »
 
 
Septembre 2021
Stéphane le Mat
La Gibecière à Mots
ISBN : 978-2-37463-958-1
Couverture : pastel de STEPH'
lagibeciereamots@sfr.fr
N° 956
I
Comment la reine d’Angleterre eut le malheur d’éclabousser la grande Hélène Olivat
 
La chasse au roi subissait un temps d’arrêt. Il se trouvait que Piètre Gadoche avait fait erreur quelque peu dans ses calculs, ce qui arrive, dit-on, aux mathématiciens les plus habiles. Tout ne va pas, en ce monde, sur des roulettes, même les coquineries les mieux montées ; Piètre Gadoche avait voulu faire sortir de Paris, où la bataille décisive, était impossible, le chevalier de Saint-Georges, et il avait réussi ; mais, cinq jours après la mascarade de chevauchée militaire, sous les ordres du prétendu marquis de Grillon effectuée de l’hôtel de Lauzan à la ville qui fut le berceau de Marguerite de Navarre et de Louis XIV, le chevalier de Saint-Georges était encore à Saint-Germain en-Laye.
Le prétendant était retenu là, non plus par la nécessité, mais par le charme qu’il éprouvait à voir réunies lady Mary Stuart de Rothsay et la reine, sa mère. Longtemps après, à Rome, quand il regardait des hauteurs du Vatican le lointain de sa jeunesse, il déclara bien souvent que cette semaine perdue à Saint-Germain représentait les plus heureux jours de sa vie.
Piètre Gadoche, dans sa sagesse, avait décidé que le dénoûment de la royale tragi-comédie devait avoir lieu à Nonancourt. Peut-être, en cela, se trompait-il encore. Lecomte Stair s’impatientait, et les honnêtes velléités du régent avaient produit une sorte de contre-surveillance qui protégeait au moins la vie du prince. De sorte que les obstacles se multipliaient : de la part de lord Stair, qui voulait brusquer l’aventure et de la part de la police française, qui prétendait empêcher tout conflit sanglant.
Pendant cela, Jacques Stuart se délectait à suivre les progrès de la tendre alliance qui se nouait entre Mary et sa mère. La reine douairière raffolait de lady Stuart et ne parlait plus de cette fiancée politique, Marie-Casimire-Clémentine Sobieska, qui vivait en repos aux bords de la Vistule.
Saint-Germain ignorait peut-être le drame caché qui se jouait dans sa forêt. Il y avait des fêtes au château, où, bien entendu, le chevalier de Saint-Georges ne paraissait point, et que, par contre, honoraient plusieurs sommités de la cour et du Palais-Royal. Il y avait des fêtes en ville ; où mein herr Boër avait loué un magnifique hôtel. L’épouse trônait là, dans tout l’éclat de sa rotondité splendide, et mein herr Roboam continuait de noter sur un beau petit registre, en les doublant religieusement, toutes les dépenses qu’il était obligé de faire pour le compte de mylord ambassadeur.
Hélène Olivat, le croiriez-vous ? la grande Hélène s’était attardée tout comme son ennemi Jacques Stuart ; car cette brave fille, sans trop savoir pourquoi et même avant le meurtre de son père, entretenait de vagues répugnances contre le prétendant. Depuis le meurtre, elle attribuait cette aversion naturelle à la puissance des pressentiments. Les serviteurs de Stuart avaient, elle en était sûre désormais, assassiné son père.
Hélène, redevenue riche, avait repris son poids et son aplomb. Tout pliait sous sa volonté autour d’elle comme jadis, et bien mieux que jadis, puisqu’elle n’avait plus, pour contrôler son pouvoir absolu, les rares veto de l’autorité paternelle.
Nous la trouvons, arrivant seulement à Saint-Germain, dans la matinée du sixième jour, elle voyageait dans une carriole à elle, surchargée d’effets de toute sorte, et faisait subir cette longue courbe à sa route, afin de compléter ses achats à la foire d’hiver, célèbre à cinquante lieues à la ronde, qui se tenait aux Tailles-des-Loges dans la première semaine de février.
De là à Nonancourt, il n’y avait du reste qu’une forte étape, et la grande Hélène comptait sur la vigueur de ses chevaux.
Elle avait mis en sa tête de tout apporter avec elle au siège de son nouveau gouvernement, meubles, ménage, harnais, chevaux et jusqu’aux postillons : et dès qu’elle eut installé son monde à l’auberge des Trois-Rois, située sous le château, elle partit gaillardement pour la foire, escortée de Nicaise, son ministre d’État. Mariole, les quatre petits et la tante Catherine restaient à l’auberge, avec recommandation expresse, vieux et jeunes, d’être bien sages. Jarnicoton ! la demoiselle ne plaisantait plus, depuis qu’elle avait monté en grade et que M. le régent la payait !
Le cabaret auberge des Trois-Rois, adossé aux douves du château, regardait la principale entrée de la forêt et la route de Poissy. Il était encombré de pratiques, comme tous les cabarets de Saint-Germain pendant la foire. Il avait en outre, depuis le commencement de la semaine, bon nombre de chalands qui n’étaient point là pour la foire : des soudards, des gens de police, et certaines figures de mauvais aspect qui venaient y prendre, en buvant sec, des nouvelles d’un gentilhomme malade, M. le marquis de Romorantin, qui, depuis quatre ou cinq jours, était l’hôte des Trois-Rois.
M. le marquis, joli seigneur, bien doux, qui se louait grandement de l’air de la forêt, avait retenu en entier un pavillon, situé au bout du jardinet. Son médecin, le docteur Saunier, ne le quittait jamais, Nul ne savait la nature de sa maladie, qui le laissait assez calme le jour, mais qui, la nuit, le tenait éveillé et poussant des cris de détresse. Les valets d’écurie disaient l’avoir entendu divaguant la fièvre et parlant des griffes d’un mort qui lui entraient dans la chair jusqu’à l’os. Du reste, il avait de belles connaissances ; mein herr Boër était venu le visiter, L’épouse Boër aussi, que tout Saint-Germain connaissait déjà et admirait comme une bête curieuse.
L’affaire de ce détachement interlope, ajoutée tout à coup aux cadres vaillants de Royal-Auvergne-cavalerie, n’avait pas été sans produire quelque bruit. M. le marquis de Crillon, en une seule nuit, avait jeté deux fois son nom aux sentinelles de la porte de la Conférence, et les mêmes sentinelles avaient pu compter, en fin de calcul, trente cavaliers de plus que le régiment n’en contenait ; mais le nom de Cartouche, glissé à propos par ceux qui avaient intérêt à étouffer l’aventure, suffisait amplement à détourner les soupçons, En ce temps-là Cartouche était le mot de toutes les énigmes.
Vers deux heures de l’après-midi, Mariole, proprette et si jolie, que tous les buveurs se retournèrent pour la regarder, descendit de sa chambre et vint chercher le goûter des petits avec la soupe de la tante Catherine. Il y avait là, dans un coin du cabaret, un grand garçon qui portait le costume de postillon. Le regard de Mariole, qui avait fait vivement le tour de la salle, s’arrêta sur lui ; elle sourit en détournant les yeux.
Le beau postillon se leva de table et paya son écot, après quoi il se rapprocha sans affectation de la porte du fond, par où Mariole était entrée, par où elle devait ressortir.
Elle revint bientôt en effet, portant à deux mains la vaste tasse où était le potage de la tante Catherine, et traversa la salle au milieu d’un feu roulant de compliments. Le beau postillon fronça le sourcil. Sa main toucha son flanc, comme pour y chercher une épée ; mais les postillons ne portent pas l’épée. Mariole lui dit en passant :
– N’allez-vous pas vous faire une querelle ?
Ma sœur ne va pas tarder, guettez-la ; mais évitez les regards de Nicaise, car il n’est pas prévenu, et il parlerait s’il vous reconnaissait.
Le postillon sortit. Mariole continua sa route. En ce moment, deux hommes traversaient le jardinet, revenant du pavillon où demeurait le gentilhomme malade, M. le marquis de Romorantin. L’un de ces hommes boitait. Mariole mettait justement le pied sur la première marche de l’escalier qui menait à la chambre où la tante Catherine attendait. Les deux hommes s’arrêtèrent à la regarder, pendant qu’elle montait sans les voir.
–  Maître Salva, dit le boiteux, la fille du bonhomme Olivat ne doit pas être loin, puisque voici sa poupette !
–  Et elle doit avoir sous les ongles encore plus de venin que son père, mourant, répliqua le juif portugais avec son

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text