68 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'Élève Gilles , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
68 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Récit de l'enfance d'un jeune garçon sensible et craintif, délaissé par ses parents, envoyé chez sa tante, propriétaire viticole, puis en internat, ce texte est écrit avec une grande délicatesse d'émotion et dans un style très pur. Ce livre a reçu pour la première fois le grand de prix littérature de l'Académie Française en 1912.

Informations

Publié par
Date de parution 30 août 2011
Nombre de lectures 429
EAN13 9782820609175
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0011€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

L' l ve Gilles
Andr Lafon
1912
Collection « Les classiques YouScribe »
Faitescomme Andr Lafon, publiez vos textes sur YouScribe
YouScribevous permet de publier vos écrits pour les partager et les vendre. C’est simple et gratuit.
Suivez-noussur :

ISBN 978-2-8206-0917-5
Vous qui vous pencherez sur ces pages avec l’émoi d’yrevoir, parmi tant de choses mortes, des figures jadis connues, nesoyez point étonnée de trouver l’enfant qui se raconte si peusemblable à votre souvenir… Mais rappelez-vous ses silences, etsachez ce que vous dérobèrent un masque pâlot et des regards quifuyaient l’interrogation du vôtre.
I.

Je m’appelle Jean Gilles. J’entrais dans ma onzième année,lorsqu’un matin d’hiver, ma mère décida de me conduire chez lagrand’tante aux soins de qui l’on me confiait habituellement pourles vacances. J’y devais demeurer quelque temps ; unecoqueluche qui s’achevait était le prétexte de ce séjour, à l’idéeduquel j’aurais éprouvé bien de la joie, si je ne sais quoi dans sabrusque nouvelle, ne m’eût empêché de m’abandonner à cesentiment.
Mon père ne parut pas au déjeuner ; j’appris qu’il setrouvait las et prenait du repos. J’osai m’en féliciter, car saprésence m’était une contrainte. Il demeurait, à l’ordinaire,absorbé dans ses pensées, et je respectais le plus possible sonrecueillement, mais le mot, le geste dont il m’arrivait de troublerle silence, provoquaient sa colère ; j’en venais à jouer sansbruit, et à redouter comme la foudre le heurt de quoi que ce fût.Cette perpétuelle surveillance où j’étais de moi-même me gênait, àtable surtout. Il suffisait de l’attention que j’apportais à mebien tenir, pour m’amener aux pires maladresses ; la veillemême, à dîner, mon verre renversé s’était brisé en tachantlargement la nappe. Le sursaut de mon père m’avait fait pâlir, etmon trouble fut plus grand encore à le voir nous laisser etreprendre, au salon, la sonate qu’il étudiait depuis le matin. Mamère, qui savait sa tendresse nécessaire à mon apaisement, avaitdifféré de le rejoindre pour s’attarder quelques instants près demoi, puis s’était à son tour éloignée. Demeuré seul avec mes leçonsque je n’apprenais pas, j’avais bientôt entendu s’élever sa voixaimable, que mon père voulait chaque soir accompagner aupiano ; le chant terminé, il la retenait encore par une séried’improvisations que j’eusse reconnues entre toutes, et ne lalaissait revenir que pour me dire de gagner ma chambre, et mesouhaiter le bonsoir. Il en avait été ce soir-là comme de coutume,et le concert s’était prolongé fort avant dans la nuit.
L’heure du départ approchant, notre déjeuner fut rapide, etsilencieux comme si nous n’avions pas été seuls. Quelques dernierssoins firent aller et venir ma mère à travers l’appartement, etjusque dans la chambre où je n’osai la suivre ; je laissai monpère sans l’avoir revu.
Pour nous rendre à V…, la petite ville près de laquelledemeurait ma tante, nous prenions le bateau qui, du chef-lieu oùnous habitions, y conduit en deux heures. Ce court voyage sur lefleuve était un délice en juillet, et déjà d’un grand attrait aumoment de Pâques, mais décembre commençait ; le froid nousforça de descendre au salon des passagers et, durant la traversée,je demeurai à demi somnolent, appuyé à ma mère qui ne cessa pasd’être pensive.
Autour de ce petit salon d’arrière où nous nous étions réfugiés,régnaient une banquette et un dossier de velours rouge, au-dessusdesquels se trouvaient de profondes fenêtres carrées qui allaientse rétrécissant jusqu’aux hublots, que l’eau parfois venait battre.Entre ces fenêtres, étaient fixés d’étroits miroirs dans l’undesquels je regardais se réfléchir notre groupe, avec l’étonnementde nous voir tenir tous deux dans une surface aussi resserrée. Mamère était coiffée d’une capote de jais dont les brides de velourssuivaient l’ovale de son visage, ses yeux fixes restaient sansregard, ses lèvres jointes se creusaient, à gauche, d’une profondefossette. Elle portait un « boa » de martre, et ses mainsse cachaient dans un manchon de même fourrure, posé sur ses genoux,entre les plis du manteau dont elle était enveloppée. Il n’y avaitavec nous que deux dames qui causaient bas, et dont l’une tendaitau poêle de fines bottes mordorées. Le jour baissant, nousdescendîmes à V…
Lors de notre arrivée, aux vacances, ma tante envoyait audébarcadère une voiture fermée tenant de l’omnibus, dont ellen’usait que pour se rendre à l’église, et que Justin, le fils dupremier métayer, conduisait. J’avais dit, un jour, le Wagon, en parlant du lourd véhicule ; le nom qui fitrire lui resta. Le Wagon, ce soir-là, ne nous attendaitpas ; nous partîmes à pied. Dès les premières maisons, ma mèreme fit prendre une rue oblique, par laquelle nous eûmes vite gagnéla campagne. Nous nous engageâmes sur une route que je neconnaissais point. Le froid était vif et ma mère marchaitvite ; il me fallait hâter le pas pour la suivre et ne paslâcher son bras, que je tenais sous le manteau. Je regardaisvainement autour de moi ; l’ombre croissait, et je cherchaisencore à me reconnaître lorsque je m’aperçus que nous allions êtrearrivés.
Ma tante habitait seule, avec une servante, sur son domaine deLa Grangère, une ancienne maison à deux étages, que des ailes plusbasses prolongeaient. Perpendiculairement à celles-ci, s’élevaientles logis des métayers, les étables, les hangars et les cuviers quenécessite une exploitation viticole. Une vaste cour s’étendaitentre ces bâtiments abrités de quelques arbres ; une allée lareliait à la route entre les champs de vigne qui l’en séparaient.C’est par cette allée que nous arrivions, habituellement, dans ladouceur du crépuscule de Mars, ou le calme des fins de jour enjuillet. La voiture, saluée par les gens qui rentraient, tournaitlentement devant le perron où ma tante apparaissait soudain, touteriante et nous tendant les bras. Mais le chemin plus court choisicette fois par ma mère, nous amena derrière la maison, jusqu’auportail du jardin. La grille gémit pour nous livrer passage ;au bout de l’allée, la demeure semblait dormir, avec une seulelueur aux vitres de la cuisine. Segonde, la servante, y rentraitcomme nous en touchions le seuil ; elle se récria de surpriseheureuse, et laissa choir les menues branches qu’elle portait dansson tablier relevé. L’étonnement de sa maîtresse ne fut pas moinsprofond ; mais la joie de nous revoir prenait vite chez matante la place de tout autre sentiment, et je la trouvai si vive àcommander le repas, tisonner la braise, et nous serrer de nouveaudans ses bras, que j’en oubliai la tristesse du voyage, le froid dela route, et me sentis pleinement heureux, dès que je vis s’égayerà demi le visage trop longtemps muet de ma mère.
Nous avions trouvé ma tante dans la petite pièce qu’elleaffectionnait, et qui séparait, dans la moitié de leur longueur, lasalle à manger et la cuisine. Nous nous rangeâmes autour de lacheminée haute. Aux questions affectueuses de ma tante surnous-mêmes et sur mon père, ma mère répondant de façon évasive, etplutôt avec les yeux, ma tante cessa bientôt d’interroger.
Je regardais, autour de moi, le nouveau visage des choses ;l’intimité de l’hiver changeait l’aspect de la pièce où nousvivions, les soirs d’été, l’âtre éteint, les fenêtres ouvertes à labrise. L’abat-jour ne projetait qu’un cercle de clarté, au delàduquel les meubles s’enveloppaient d’ombre, et semblaient s’écarterde notre vie. Segonde allait et venait, portant du bois au feu,dressant la table. Elle reprochait bien fort à ma mère d’être venuesans prévenir, et s’excusait de ne servir qu’un repas modeste.
Le couvert fut vite prêt ; je reconnus la nappe rude, lesserviettes et leur senteur de lessive, le dessin des assiettes àdessert ; mais le sommeil de l’enfance pesait déjà sur mespaupières, et je ne sus bientôt plus démêler de mon rêve les voixque j’entendais se répondre à mes côtés. Quand je m’éveillai, aprèsun temps incertain, il me sembla que ma mère essuyait des larmes,mais ce fut elle qui me conduisit au lit ce soir-là, et jem’endormis heureux de ce qu’elle eût bordé ma couche.
Je m’éveillai le lendemain fort

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text