260 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Histoire du Valois • Excursions dans les forêts de Villers-Cotterets et Compiègne ; promenades sur les bords de l'Aisne, l'Oise et la Marne , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
260 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’auteur de cet ouvrage a parcouru une partie de l’Europe et de l’Algérie, exploré en tous sens et souvent à pied, presque toutes les provinces de France ; il a contemplé des paysages splendides et visité des contrées sauvages, abruptes, au sol tourmenté ou bouleversé. Mais, nulle part, en aucun lieu, il n’a rencontré des sites plus harmonieux que dans le Valois ; une végétation aussi luxuriante, aussi puissante que dans ses magnifiques forêts ; un air plus embaumé par les mille parfums des plantes de toutes sortes et des arbres de toutes essences.


Malgré ses richesses et ses souvenirs historiques, le Valois, bien qu’aux portes de Paris, est à peu près inconnu des touristes. Cependant la nature, prodigue de ses charmes, y a répandu des séductions infinies.


Parisiens, excursionnistes, amateurs des monuments du passé, amants enthousiastes de la grande nature, peintres, poètes, qui avez la passion de l’idéal, qui recherchez le beau dans ce qu’il a de plus pur, de plus élevé et de plus délicat, choisissez les bois et les plaines du pays Valois, comme but de vos promenades et de vos explorations artistiques ou scientifiques. Puis, lorsque vous aurez savouré les surprises des yeux et les jouissances de l’esprit qui vous attendent, vous emporterez, en quittant ces heureuses contrées, une vigueur nouvelle, une santé fortifiée et des souvenirs ineffaçables... » (Extrait de la Préface de l’édition originale de 1887.


Victor Dujardin (1830-1897), né à Neuilly-Saint-Front (Aisne), militaire, historien, membre fondateur de la Société de topographie de France et du Cercle artistique et littéraire de Paris. On lui doit également un Voyages aux Pyrénées ; Souvenirs du Midi par un homme du Nord. - Le Roussillon. Son Histoire du Valois reste un classique constamment réédité pour découvrir l’histoire ancienne de cette région du Nord de la France.


Une réédition entièrement revue, recomposée et illustrée et non un simple reprint de l’édition originale.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 20
EAN13 9782824054698
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0090€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

ISBN

Tous droits de traduction de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Conception, mise en page et maquette : © Eric Chaplain
Pour la présente édition : © edr/ EDITION S des régionalismes ™ — 2019/2020
Editions des Régionalismes : 48B, rue de Gâte-Grenier — 17160 cressé
ISBN 978.2.8240.1000.7 (papier)
ISBN 978.2.8240.5469.8 (numérique : pdf/epub)
Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous laissions passer coquilles ou fautes — l’informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N’hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d’améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.






AUTEUR

VICTOR DUJARDIN




TITRE

HISTOIRE DU VALOIS EXCURSIONS dans les forêts de Villers-Cotterêts & de Compiègne PROMENADES sur les bords de l’Aisne, de l’Oise & de la Marne








PRÉFACE
L ’auteur de cet ouvrage a parcouru une partie de l’Europe et de l’Algérie, exploré en tous sens et souvent à pied, presque toutes les provinces de France ; il a contemplé des paysages splendides et visité des contrées sauvages, abruptes, au sol tourmenté ou bouleversé. Mais, nulle part, en aucun lieu, il n’a rencontré des sites plus harmonieux que dans le Valois ; une végétation aussi luxuriante, aussi puissante que dans ses magnifiques forêts ; un air plus embaumé par les mille parfums des plantes de toutes sortes et des arbres de toutes essences.
Malgré ses richesses et ses souvenirs historiques, le Valois, bien qu’aux portes de Paris, est à peu près inconnu des touristes. Cependant la nature, prodigue de ses charmes, y a répandu des séductions infinies.
Parisiens, excursionnistes, amateurs des monuments du passé, amants enthousiastes de la grande nature, peintres, poètes, qui avez la passion de l’idéal, qui recherchez le beau dans ce qu’il a de plus pur, de plus élevé et de plus délicat, choisissez les bois et les plaines du pays Valois, comme but de vos promenades et de vos explorations artistiques ou scientifiques. Puis, lorsque vous aurez savouré les surprises des yeux et les jouissances de l’esprit qui vous attendent, vous emporterez, en quittant ces heureuses contrées, une vigueur nouvelle, une santé fortifiée et des souvenirs ineffaçables.
Omne tulit punctum qui miscuit utile dulci. (Horace).
Celui-là réussit de tous points qui réunit l’utile à l’agréable.




Résumé historique de la province du Valois & aspect général de la forêt de Villers-Cotterêts
L ’antique territoire de la tribu gauloise des Suessiones, siège et dernier rempart de la puissance romaine dans les Gaules, fut conquis au v e siècle par les Francs ; Soissons devint la capitale de cette nouvelle domination.
Les Gaulois habitaient des bourgades, des villages. La cité, civitas , fut fondée par les Romains ; de leurs nombreux monuments, de leur organisation, de leur administration, naquit la civilisation française.
De plus, en se retirant, Rome laissa dans nos contrées un principe d’égalité que nous verrons lutter, à travers les siècles, contre le principe aristocratique, importé de la Germanie par les Francs. Écrasé souvent, ce germe d’indépendance amènera, peu à peu, l’anéantissement des castes privilégiées et préparera la liberté de l’époque moderne.
Quelque temps après la conquête des Francs, le Soissonnais forma la frontière orientale du royaume de Neustrie. Un peu plus tard, en 853, les Missi Dominici détachèrent de ce Soissonnais le district du Valois et le dénommèrent Pagus Vadenis, ou Pagus Vadisus.
Le Pagus représentait, au commencement du moyen-âge, la circonscription d’un territoire assez étendu. Les Pagi constituaient des divisions civiles. Les chefs-lieux de ces divisions étaient toujours pourvus d’une église. Le territoire de chacun des Pagi devint ensuite une circonscription ecclésiastique ; de même, antérieurement, chaque Civitas gallo-romaine avait formé un diocèse.
A la fin du ix e siècle, le Pagus Vadenis ou Vadisus fut érigé en comté, sous le nom de Comté du Valois , avec Vez pour capitale ; Crépy, ville plus importante, la remplaça bientôt. Les forêts de Retz et de Cuise ne formaient, à cette époque, qu’une seule masse boisée appartenant au Valois ; à ce Valois, petit en étendue, mais dont les glorieuses annales occupent une des plus grandes pages de l’histoire de France.
Enclavé dans la province de l’Ile-de-France, le Valois constitua le domaine de Robert le Fort et, plus tard, une partie du patrimoine de Hugues-Capet ; il fut ensuite gouverné par la dynastie des comtes Raoul de Crépy. Eléonore, dernière comtesse du Valois, le légua, en 1214, à son cousin, le roi Philippe-Auguste. En 1284, Philippe le Hardi le donna en apanage à Charles, son fils cadet. Charles VI l’érigea en duché et son frère, Louis d’Orléans, devint, en 1402, le premier duc de Valois. Cette province, déclarée pairie par Louis XIV, en faveur de Philippe de France, resta jusqu’en 1789 dans la famille d’Orléans.
Au xiv e siècle, lorsque l’administration financière fut réorganisée et divisée en Généralités, Élections, Subdélégations, Aides, Gabelles, Tailles, le Valois fit partie de la Généralité de Soissons et de l’Election de Crépy. Il formait les trois subdélégations de Villers-Cotterêts, de La Ferté-Milon et de Neuilly-Saint-Front. Les fonctionnaires des greniers à sel résidaient à Crépy et à La Ferté-Milon. La justice était rendue à Soissons, mais un bailliage fut créé à Crépy en 1638, et un autre à Villers-Cotterêts en 1738. Un édit de 1758 unit leur ressort et supprima le Présidial de Crépy. Ces bailliages comprenaient plusieurs Prévôtés, et la province entière du Valois ressortissait à la Chambre des Comptes et à la Cour des Aides de Paris.
A l’époque de la Révolution française, le duché de Valois avait pour limites : à l’est le Beauvoisis ; au nord le Soissonnais ; à l’ouest la Champagne ; au midi la Brie. Il comprend actuellement la partie Est du département de l’Oise, ainsi que les cantons de Villers-Cotterêts et de Neuilly-Saint-Front, du département de l’Aisne.
L’Atlas des provinces de France dressé par Hondius, en 1639, donne pour limites au Valois : Le Multien, le Senlisis, le Beauvoisis, le Noyonnais, le Vermandois, le Soissonnais, l’Orxois et la Champagne. En partant de la rivière d’Ourcq, un peu au-dessous de Lizy-sur-Ourcq, cette frontière suivait une ligne passant par les localités suivantes : Lizy, Etrepilly, Forfry, Ognes, Nanteuil-le-Haudoin, Versigny, Rozières, Ducy, Bray, Brasseuse, Roberval, Verberie, la rivière de l’Oise jusqu’à Ribécourt, Moulin, Vic-sur-Aisne, Cutry, Parcy, Oulchy-la-Ville, Rocourt, Bonnes, Bussiares, Dhuis, Crépail et Mary.
Le Valois a toujours été renommé pour la fertilité de son sol ; le blé qu’il produit et que l’on appelle encore blé du Valois, est d’une qualité supérieure ; il constitue la plus importante production du territoire.
De nombreux indices de l’existence de l’homme primitif, à l’époque de l’âge de pierre, ont été trouvés et sont encore découverts dans le Valois. En outre, ses monuments druidiques, ses oppidum celtes ou gaulois, ses voies romaines, ses anciens camps retranchés, ses édifices antiques, tant religieux que féodaux, permettent de reconnaître dans cette province, plus que partout ailleurs, de nombreuses traces des origines et de l’histoire de la France. Les mœurs, les coutumes, le caractère, le tour d’esprit des habitants du Valois font également surgir à la pensée la même remarque.
La forêt de Retz ou de Villers-Cotterêts, située au centre de l’ancien Valois, couvre une étendue de 12.988 hectares et a, environ, 360 kilomètres de tour, en comprenant toutes ses sinuosités et ses angles rentrants ou sortants. Le sol en est très accidenté, mais les pentes, généralement douces, sont faciles à gravir. Les cours d’eau de cette contrée appartiennent au bassin de la Seine ; leur niveau varie de 40 à 90 mètres au-dessus de celui de la mer. L’altitude des points les plus élevés est de 255 mètres ; et même de près de 300 mètres, si, à la hauteur des montagnes, nous ajoutons celle des grandes futaies qui les recouvrent. Ces masses boisées constituent une d

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text