299 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Histoire du Commerce et de la Navigation à Bordeaux (Livre Ier : tomes 1-2) , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
299 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’histoire du commerce et de la navigation à Bordeaux fut publié en 1867... et oublié depuis lors. Cet ouvrage de plus de 1000 pages (dans son édition originale) fait un point très détaillé de ce que l’on sait du florissant commerce des vins bordelais et autres denrées diverses, au Moyen-Age, mais également des relations parfois orageuses entre marins de diverses nationalités, de tout ce qui touche à la navigation, à ses mentalités, aux règlements qui y affairent, etc. A travers les archives gasconnes (les fameux Rôles gascons et bien d’autres archives encore), Francisque-Michel, (1809-1887), médiéviste, philologue, professeur à la faculté des lettres de Bordeaux, reconstitue l’histoire économique et maritime de Bordeaux, complément tout-à-fait indispensable et passionnant de l’histoire politique, elle, mieux connue à ce jour.


Publié dans une toute nouvelle édition qui comprend deux livres (chacun des livres reprenant deux des tomes de la précédente édition).

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782824053875
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0097€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Même auteur, même éditeur









isbn

Tous droits de traduction de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Conception, mise en page et maquette : © Eric Chaplain
Pour la présente édition : © edr/ EDITION S des régionalismes ™ — 2020
Editions des Régionalismes : 48B, rue de Gâte-Grenier — 17160 cressé
ISBN 978.2.8240.1034.2 (papier)
ISBN 978.2.8240.5387.5 (numérique : pdf/epub)
Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous laissions passer coquilles ou fautes — l’informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N’hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d’améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.


AUTEUR

francisque michel




TITRE

Histoire du Commerce et de la Navigation à Bordeaux principalement sous l’administration anglaise LIVRE Ier (Tomes I-II)




PRÉFACE
D e tout temps l’histoire particulière des provinces et des villes de France est venue compléter l’histoire générale de la monarchie ; mais les annalistes qui ont entrepris de porter la lumière sur le passé de telle ou telle partie du territoire, ne se sont guère attachés qu’aux faits du même ordre, en les localisant et en y ajoutant tout au plus des détails sur l’érection des monuments et la fondation des établissements de la contrée. En outre, l’esprit aristocratique, qui a longtemps régné chez nous, n’accordait qu’un médiocre intérêt aux annales de la bourgeoisie et du commerce, et l’on en était à se demander si, dans le cas où elles vaudraient la peine d’être recueillies, on pourrait jamais y parvenir. Il était réservé à notre siècle de répandre plus de jour sur ce côté de l’existence de nos ancêtres, et de pratiquer des fouilles dans une partie des archives publiques et privées qui jusqu’alors avait échappé aux investigations des explorateurs les plus intrépides.
Naturellement, chez nous, on a dû commencer par mettre à contribution les deux grands dépôts de la rue de Paradis et de la rue Richelieu, à Paris : c’étaient les mines les plus riches : mais il en est d’autres, qui, pour être moins à la portée des écrivains de notre histoire, renferment cependant des documents précieux dont ils ne sauraient se passer. Je veux surtout parler du Record Office de Londres, sans le secours duquel il serait téméraire, par exemple, de vouloir entreprendre d’écrire la moindre partie de l’histoire des anciennes provinces anglaises de notre pays pendant une période assez longue, depuis la fin du XII e siècle jusqu’au milieu du XV e .
Appelé fréquemment de l’autre côté de la Manche par les besoins de mes études, et curieux de connaître ce que l’on pouvait s’attendre à y rencontrer sur cette partie presque entièrement ignorée de nos annales, j’entrepris de lire en entier les Rôles gascons et les Rôles français, sans m’arrêter au catalogue si défectueux qu’en a donné Thomas Carte. Frappé du nombre considérable de documents qui se rapportent aux relations commerciales que Bordeaux entretenait alors, encore plus qu’aujourd’hui, avec les Iles-Britanniques, je m’arrêtai à l’idée de commencer une série de travaux sur l’histoire de l’ancienne Guienne, par un essai sur le commerce et la navigation à Bordeaux, principalement sous l’administration anglaise ; la découverte de registres de la contablie du château de cette ville et du port de Hull acheva de me démontrer tout le parti que l’on pouvait tirer de cette nouvelle source de renseignements pour se rendre compte de la vie journalière.
Les Rôles gascons, si souvent cités dans le premier volume de cet ouvrage, commencent à la vingt-sixième année du règne de Henry III (1242), et finissent à la trente-neuvième année de celui de Henry VI (1460). Ils ne comprennent pas moins de mille huit cent quarante-sept peaux de parchemin, dont certaines sont couvertes d’écriture des deux côtés. Pour ce qui est des Rôles français, dont on peut dire autant, ils s’étendent de la seizième année du règne de Henry III (1232) à la dernière d’Edward IV (1483). Les uns et les autres, comme les Rôles normands, sont des documents de la chancellerie d’Angleterre relatifs aux affaires de ce pays avec le nôtre, et principalement à celles des provinces anglaises de l’ouest de la France. Vers le milieu du siècle dernier, Thomas Carte donna de ces trois séries d’archives un catalogue que l’on est habitué à citer en toute confiance, sans se douter que l’un de ses moindres défauts est d’être fort incomplet. Barrington nous informe, en ces termes, des circonstances qui amenèrent cette publication de nature à étonner de la part d’un Anglais, surtout si l’on prend garde à la langue de la préface et au peu de rapports qui existaient alors entre la France et l’Angleterre (1) : « J’ai été informé, dit l’éminent jurisconsulte, que le cardinal Fleury, vers la fin de son administration, prit ou manifesta l’intention de prendre un arrêté analogue au statut tyrannique du Quo warranto (2) . Par suite de l’alarme occasionnée par cette mesure, les habitants des provinces autrefois sujettes à la couronne d’Angleterre eurent, en plus d’une circonstance, recours à nos archives pour la défense de leurs franchises.
C’est probablement à cette alarme qu’est due la publication des Rolles gascons , etc., par Carte, en l’année 1743. Ce précieux recueil des titres de tous les actes, en Angleterre, relatifs aux provinces françaises autrefois soumises à la couronne de ce pays, et surtout à la Gascogne, étant destiné aux Français, est précédé d’une préface en cette langue. Les seuls titres de ces documents forment deux volumes in-folio. Quoi qu’il en soit, la publication intégrale de ces pièces serait, sans le moindre doute, une œuvre digne des encouragements des deux nations et de tous les savants de l’Europe » (3) .
Les Rôles des lettres fermées et ceux des lettres patentes nous ont encore fourni des indications précieuses. Ces documents ayant été publiés, au moins en partie (4) , nous n’en dirons rien, si ce n’est que la première de ces deux séries de Rôles commence à la sixième année du règne du roi Jean, en 1204, et finit avec le règne d’Edward IV, en 1483 ; et que la seconde remonte encore plus haut. Citons enfin au nombre des sources où nous avons puisé, les Rôles du parlement publiés en 1765 par Astle, Topham et Morant, en six volumes in-folio, auxquels il faut joindre un volume de tables qui parut longtemps après, collection importante sans doute, mais incomplète, comme on l’a remarqué bien avant nous (5) .
Une fois la Guienne réunie à la France, il ne faut plus demander à l’Angleterre des documents sur cette province ; ce n’est que par hasard qu’il en sera fait mention dans les papiers d’État, et cela à une date comparativement récente : il nous a donc fallu frapper à une autre porte, celle des Archives départementales de la Gironde, les Archives municipales ne s’étant pas encore relevées du dommage que leur a causé l’incendie de l’Hôtel-de-Ville, arrivé le 13 juin 1862. Le premier de ces dépôts ne renferme aucune collection d’une nature purement commerciale ; mais il s’y trouve une importante réunion de registres d’anciens notaires, et, je n’ai point hésité à me lancer à travers ce champ inexploré, en dépit des difficultés dont il était hérissé. Je n’ai pu, à mon grand regret, le parcourir dans tous les sens ; mais j’ai été assez heureux pour mettre la main sur les minutes d’un tabellion qui paraît avoir été celui du commerce dans la première moitié du XVI e siècle, et là j’ai pu faire une ample moisson de faits positifs suffisant à mon dessein. C’est ce notaire que j’ai continué de désigner sous le nom de Douzeau , comme je l’avais fait d’abord sur la foi de l’étiquette des liasses, bien qu’un examen plus attentif de sa signature n’ait pas tardé à me convaincre que son véritable nom était Donzeau .
Grâce à lui, j’ai pu reconstituer les annales du commerce de Bordeaux au XVI e siècle, après avoir accompli la même tâche pour les XIII e , XIV e et XV e , à l’aide des documents anglais inédits

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text