298 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Histoire des Comtes de Flandre (Tome Ier : des origines au XIIIe siècle) , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
298 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Best-seller de l’édition régionaliste tout au long du XIXe siècle (la dernière édition datait de 1886), l’ouvrage de cet archiviste du département du Nord, également sous-préfet, méritait d’être tiré de l’oubli dans lequel le XXe siècle a laissé l’histoire “régionale”.


Déjà, au moyen âge, au carrefour des puissances européennes, la Flandre et ses comtes défraieront les chroniques par l’éclatante prospérité du pays et par la turbulence avérée qui ca-ractérise leurs relations. Creuset du pouvoir communal qui se heurte frontalement à une féodalité arrogante, la Flandre a connu une histoire complexe et dramatique qu’il est toujours passionnant de mieux connaître et comprendre.


Edward Le Glay né à Cambrai (1814-1894), historien, archiviste-paléographe et sous-préfet de 1845 à 1863. On lui doit plusieurs ouvrages sur les Flandres et leurs comtes, dont le principal reste cette Histoire des Comtes de Flandres, publiée pour la première fois en 1843.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 4
EAN13 9782824054025
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0097€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Même auteur, même éditeur :










isbn

Tous droits de traduction de reproduction et d’adaptation réservés pour tous les pays.
Conception, mise en page et maquette : © Eric Chaplain
Pour la présente édition : © edr/ EDITION S des régionalismes ™ — 2012/2020
Editions des Régionalismes : 48B, rue de Gâte-Grenier — 17160 cressé
ISBN 978.2.8240.0221.7 (papier)
ISBN 978.2.8240.5402.5 (numérique : pdf/epub)
Malgré le soin apporté à la correction de nos ouvrages, il peut arriver que nous laissions passer coquilles ou fautes — l’informatique, outil merveilleux, a parfois des ruses diaboliques... N’hésitez pas à nous en faire part : cela nous permettra d’améliorer les textes publiés lors de prochaines rééditions.


AUTEUR

edward LE GLAY








TITRE

HISTOIRE dES COMTES DE FLANDRE tome i er DES ORIGINES AU XIII e SIÈCLE




Avant-Propos
(à l’édition de 1886)
C et ouvrage a paru, pour la première fois, en 1844. Depuis lors, plusieurs éditions en ont été publiées. — La dernière est totalement épuisée.
Malgré les diverses corrections que nous avons fait successivement subir à notre travail, il nous semblait loin encore d’être irréprochable. Une révision complète devenait indispensable pour améliorer, dans la limite de nos facultés, une œuvre dont le temps, la réflexion et l’étude n’avaient fait que nous révéler les imperfections à plusieurs points de vue. — C’est ainsi que, notamment, nous avons soumis à un nouvel examen et refondu la partie de notre ouvrage concernant la dictature de Jacques Van Artevelde, au sujet de laquelle se sont accréditées des erreurs dont nous avions subi nous-même l’influence, dans l’ignorance où nous étions encore de tout ce qui pouvait éclairer d’une lumière sérieuse cette phase si importante de l’histoire de la Flandre au Moyen Âge.
Notre tâche à cet égard a été d’ailleurs rendue plus facile, grâce aux doctes travaux publiés surtout en Belgique, où l’alliance de la science et du patriotisme a, depuis plus d’un demi-siècle, enrichi les annales nationales d’œuvres historiques si remarquables. De précieuses investigations et des documents jusqu’à ce jour inconnus, nous ont permis en outre d’élucider bien des questions jusque-là obscures et controversées, et de les résoudre au profit de la vérité dont la recherche, pour tout scrutateur du passé, doit toujours être le mobile suprême.
Un illustre écrivain, dont nous nous honorons d’avoir été l’humble disciple, a dit excellemment : « J’ai cru que, si je m’attachais plutôt à raconter qu’à disserter, même dans l’exposition des faits et des résultats généraux, je pourrais donner une sorte de vie historique aux masses d’hommes, comme aux personnages individuels, et que, de cette manière, la destinée politique des nations offrirait quelque chose de cet intérêt humain qu’inspire involontairement le détail naïf des changements de fortune et des aventures d’un seul homme » (1) .
Nous nous sommes toujours conformés à ce précepte si sage, que déjà, dans l’antiquité, préconisait Quintilien quand il professait que l’historien devait plutôt écrire pour raconter que pour prouver. — Scribitur ad narrandum non ad probandum. La meilleure preuve, en définitive, n’est-elle pas celle qui ressort de l’exposé fidèle des événements, de leurs causes et de leurs effets ? L’histoire porte avec elle ses enseignements et ils doivent suffire ; ils seront toujours plus éloquents que des interprétations imaginaires et des commentaires plus ou moins passionnés qui ne pourraient que les affaiblir et les fausser.
En conservant donc généralement la forme narrative, et en évoquant, en toute sincérité, les témoignages contemporains les plus dignes de foi et les plus scrupuleusement contrôlés, nous nous sommes tenu, aussi près que possible, du langage de nos vieux chroniqueurs, auxquels nous laissons même souvent la parole, afin de respecter cette originalité naïve qui en fait le charme et qui peut seule refléter, avec le véritable caractère des hommes et des choses, la physionomie propre des siècles écoulés.
Tel est, en principe, l’esprit qui a présidé à la composition première de notre HISTOIRE DES COMTES DE FLANDRE, et surtout à la révision que comportait, dans le fond comme dans la forme, cette publication nouvelle, au sujet de laquelle une dernière explication est encore nécessaire.
Le titre d’un ouvrage historique doit non seulement en spécifier la nature et l’objet, mais, autant que possible, en résumer le programme. C’est pourquoi nous avons cru devoir modifier, ou plutôt, compléter ce titre qui, dans sa forme initiale, ne paraissait pas embrasser notre plan tel que nous l’avions toujours conçu. Nous lui avons en conséquence substitué celui d’HISTOIRE DES COMTES DE FLANDRE ET DES FLAMANDS AU MOYEN ÂGE, qui correspond plus exactement à notre pensée première.
En effet, si les princes, fondateurs de la nationalité flamande aux origines de la féodalité, ont joué, dans les fastes du Moyen Âge, un rôle mémorable à divers titres, le peuple qu’ils gouvernaient et qui, en définitive, constituait leur force, n’était-il pas essentiellement associé à ce rôle sur la scène du monde ? D’ailleurs la race flamande eut toujours un caractère exceptionnellement original et personnel qui se révèle dès les origines de l’histoire, et qui lui a fait conserver, au milieu de bien des orages, cette énergie vitale qui la rendit si puissante et quelquefois si redoutable. La Flandre, en effet, dans la période primitive de ses annales, s’éleva, parmi les nations les plus civilisées, au rang que lui assignaient les rares vertus natives de ses enfants, et il est superflu de rappeler que jamais, sur un théâtre aussi restreint, ne se sont accompli de plus grandes choses, dénoué des drames plus émouvants et des événements d’une plus haute portée sociale et politique ; que nulle part les luttes pour l’indépendance nationale et la conquête des libertés publiques n’ont été plus formidables ; que nulle part enfin, sur la terre des Gaules, le génie de l’industrie et des arts n’a fécondé de plus merveilleux éléments de prospérité et d’illustration. Le souvenir d’un tel passé ne doit point s’effacer, et il ne saurait même être ravivé avec trop de patriotique sollicitude. — Nous faisons des vœux pour que nos efforts, tentés dans ce but depuis si longtemps, rendent cette œuvre aujourd’hui notablement améliorée, nous l’espérons du moins, plus digne des indulgents suffrages qui l’ont primitivement accueillie et qu’elle n’avait peut-être pas encore suffisamment mérités.
1 er  mai 1886


Augustin Thierry. — Hist. de la Conquête de l’Angleterre par les Normands , Introd.


Préliminaires
« L’enfance de ces siècles fut barbare ; leur
virilité pleine de passion et d’énergie, et
ils ont laissé leur riche héritage aux âges
civilisés qu’ils portoient dans leur sein fécond. »
CHATEAUBRIAND, Études historiques.
« Pulvis veterum renovabitur ! » — PLINE.
I
L a Gaule-Belgique, au sein de laquelle s’est formée la nationalité flamande, fut longtemps ignorée du monde antique. Il ne connut cette partie du continent européen que lorsque les Romains en eurent fait la conquête, un demi-siècle avant l’ère chrétienne.
Quand les légions victorieuses de Jules César, après avoir envahi le reste des Gaules, arrivèrent dans la partie septentrionale de cette vaste région, elles trouvèrent, entre l’Océan Germanique le Rhin et le cours de la Somme, une contrée que n’avait encore éclairée aucune lueur de véritable civilisation. Elle offrait un aspect sauvage et désolé. Ce n’était qu’une longue suite de plaines immenses, arrosées par de nombreux cours d’eau, et entrecoupées, çà et là, par des marécages et des landes stériles ; de collines couvertes de forêts séculaires et d’impénétrables taillis ; de terres en grande partie incultes quoique d’une rare fertilité naturelle ; une pau

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text