496 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Fontenay Coup-d'Epée , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
496 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fortuné du Boisgobey (1821-1891)



"C’est l’automne de l’impériale année 1808, et le soleil, à son déclin, dore de ses rayons obliques les grands arbres du parc de la Malmaison.


Il était immense et superbe, ce parc qui n’existe plus depuis que les Prussiens y ont passé, en 1870.


On y avait annexé toute la plaine de Rueil et, derrière le château, s’étendait à perte de vue une pelouse, ombragée çà et là par des futaies et arrosée par des ruisseaux dont les eaux vives couraient en cascades se jeter dans un lac limpide.


C’était alors une nouveauté que ce jardin accidenté qui contrastait si fort avec les majestueux quinconces et les bosquets taillés du solennel parc de Versailles.


Ainsi l’avait voulu l’impératrice Joséphine, qui s’était plu à l’embellir et qui préférait aux splendeurs du palais des Tuileries ce riant séjour où elle avait vécu ses plus heureuses années quand elle n’était encore que la femme du premier Consul.


En 1808, il était déjà loin, ce temps où la citoyenne Bonaparte régnait sur tous les cœurs, avant de régner sur un Empire aussi vaste que celui de Charlemagne. L’Empereur venait de trôner sans elle, à Erfurth, au milieu d’un parterre de Rois, et après une semaine passée à Saint-Cloud, il était parti, le 29 octobre, pour l’Espagne.


L’Impératrice était venue à la Malmaison jouir des derniers beaux jours de la saison, mais tout n’était plus joie et fêtes au château. L’horizon s’était assombri. Joséphine tremblait pour la vie de Napoléon, engagé dans cette terrible guerre où la balle d’un guerillero embusqué pouvait le frapper à tout instant ; elle tremblait pour la France qu’il avait faite si puissante et que l’Europe vaincue haïssait autant qu’elle l’enviait ; elle tremblait pour elle-même, car elle pressentait le malheur qui allait bientôt l’atteindre : le divorce."



Alors qu'il se rend à un duel, le jeune Paul Fontenay poursuit un malfaiteur qui le blesse au visage. Le duel a lieu mais il est interrompu par l'impératrice Joséphine et Mlle de Gavre, la fiancée de Paul. Il vient de recevoir son brevet de sous-lieutenant et doit rejoindre l'empereur en Espagne...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 1
EAN13 9782374637860
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0019€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Fontenay Coup-d’Épée
 
 
Fortuné du Boisgobey
 
 
Octobre 2020
Stéphane le Mat
La Gibecière à Mots
ISBN : 978-2-37463-786-0
Couverture : pastel de STEPH'
lagibeciereamots@sfr.fr
N° 786
Tome I
I
 
C’est l’automne de l’impériale année 1808, et le soleil, à son déclin, dore de ses rayons obliques les grands arbres du parc de la Malmaison.
Il était immense et superbe, ce parc qui n’existe plus depuis que les Prussiens y ont passé, en 1870.
On y avait annexé toute la plaine de Rueil et, derrière le château, s’étendait à perte de vue une pelouse, ombragée çà et là par des futaies et arrosée par des ruisseaux dont les eaux vives couraient en cascades se jeter dans un lac limpide.
C’était alors une nouveauté que ce jardin accidenté qui contrastait si fort avec les majestueux quinconces et les bosquets taillés du solennel parc de Versailles.
Ainsi l’avait voulu l’impératrice Joséphine, qui s’était plu à l’embellir et qui préférait aux splendeurs du palais des Tuileries ce riant séjour où elle avait vécu ses plus heureuses années quand elle n’était encore que la femme du premier Consul.
En 1808, il était déjà loin, ce temps où la citoyenne Bonaparte régnait sur tous les cœurs, avant de régner sur un Empire aussi vaste que celui de Charlemagne. L’Empereur venait de trôner sans elle, à Erfurth, au milieu d’un parterre de Rois, et après une semaine passée à Saint-Cloud, il était parti, le 29 octobre, pour l’Espagne.
L’Impératrice était venue à la Malmaison jouir des derniers beaux jours de la saison, mais tout n’était plus joie et fêtes au château. L’horizon s’était assombri. Joséphine tremblait pour la vie de Napoléon, engagé dans cette terrible guerre où la balle d’un guerillero embusqué pouvait le frapper à tout instant ; elle tremblait pour la France qu’il avait faite si puissante et que l’Europe vaincue haïssait autant qu’elle l’enviait ; elle tremblait pour elle-même, car elle pressentait le malheur qui allait bientôt l’atteindre : le divorce.
La petite cour qui l’avait suivie à la Malmaison partageait ses inquiétudes. Il n’était plus question d’y jouer, comme en 1803, des comédies où le futur vice-roi d’Italie et la future reine de Naples tenaient les premiers rôles ; encore moins d’y organiser, comme en 1800, sur le gazon, des parties de barres où brillaient le vainqueur de Marengo, ses trois sœurs, trois de ses frères et surtout Hortense de Beauharnais.
Pourtant, parmi les invités que l’Impératrice avait amenés, il s’en trouvait qui s’ingéniaient à employer gaiement cette courte villégiature. Le soir, dans la grande galerie du rez-de-chaussée, on faisait de la musique ; le jour, on se promenait dans le parc où, de loin, sous les arbres, les femmes vêtues de blanc ressemblaient à des fées errantes.
À la fin d’une claire journée de novembre, – l’été de la Saint-Martin, – deux de ces invités cheminaient côte à côte vers une colline boisée qui s’élevait en pente douce au-dessus du château. Tous deux en habit de cour et sans manteau, quoiqu’il ne fit pas chaud, ils ne portaient ni l’un ni l’autre l’élégant uniforme militaire des officiers attachés à la maison de l’Impératrice, mais ils n’en avaient pas moins bonne mine pour cela.
Le plus jeune était, des pieds à la tête, un modèle de beauté virile, de cette beauté qu’on prisait fort à cette époque héroïque et qui ne ressemblait pas du tout au type mis à la mode plus tard par la littérature sentimentale.
Sous l’Empire, les efféminés n’avaient pas de succès. On voulait des hommes.
Celui-là était un grand garçon de vingt ans, bien planté, bien découplé, avec des épaules faites pour endosser l’armure d’un chevalier du moyen âge, une tête ronde couronnée d’une forêt de cheveux noirs frisant naturellement, un teint brun, des yeux étincelants et une physionomie expressive et énergique.
Il aurait pu poser pour une statue d’Achille marchant au combat, – un Achille en culotte courte et en bas de soie.
Son compagnon, un peu plus âgé, était moins beau et plus petit, mais il était fort bien tourné aussi et il avait une figure sympathique.
Ils causaient avec animation. Ils ne se querellaient pas, mais, à la vivacité de leurs gestes, on voyait qu’ils n’étaient pas d’accord sur un point qui faisait le sujet de leur entretien.
–  Mon cher Paul, dit le plus vieux, qui ne l’était guère, je te répète que ce duel n’a pas le sens commun. J’ai tout fait pour l’empêcher et j’ai fini par consentir à te servir de témoin, mais je te déclare que je n’ai pas renoncé à arranger l’affaire.
–  Sur le terrain ?... ce serait joli !... ce sabreur me prendrait pour un lâche et il ne se gênerait pas pour me le dire. C’est déjà beaucoup trop qu’il m’ait traité de blanc-bec.
–  Je n’ai pas entendu le mot.
–  Parce qu’il n’a pas osé élever la voix en présence de l’Impératrice, mais il l’a dit entre ses dents et je l’ai entendu... d’autres que moi ont pu l’entendre.
–  Pas Mlle de Gavre, je t’en réponds. Elle était à l’autre bout du salon.
–  Pourquoi me cites-tu cette demoiselle ?
–  Parce que je crois qu’elle te plaît... et que tu lui plais.
–  Si c’était vrai, ce serait une raison de plus pour que je ne me laisse pas insulter, en sa présence, par un insolent.
–  Tu exagères toujours. Le commandant Carénac a l’abord un peu rude et ses façons se ressentent de la vie qu’il a menée, mais c’est un brave et loyal soldat qui a gagné tous ses grades par des actions d’éclat. Je suis sûr qu’il regrette de t’avoir offensé.
–  Il aurait beau me faire des excuses, je ne les accepterais pas. Je veux me battre pour lui prouver que ses grosses moustaches et ses airs de matamore ne m’effraient pas.
–  Eh ! parbleu ! je sais bien que tu n’as pas peur, mais pour le plaisir de montrer que tu ne crains personne, tu vas risquer de manquer ton avenir. L’Empereur n’aime pas les duellistes, et s’il apprenait que tu as ferraillé dans son parc de la Malmaison, il pourrait bien te renvoyer à la Martinique, au lieu de faire de toi un sous-lieutenant. La protection de l’Impératrice ne te préserverait pas de cette disgrâce, et ce serait mal reconnaître les bontés qu’elle a pour toi.
Ce sage discours parut faire quelque impression sur le fougueux créole, et l’ami qui le morigénait ainsi crut, un instant, avoir réussi à le convaincre de l’absurdité de ce combat, décidé à la chaude, après un échange de paroles un peu vives et tellement à l’improviste que Paul Fontenay n’avait pas eu le temps de changer de costume en sortant du concert où la querelle s’était engagée.
Cet ami, qui avait nom Georges de Prégny, n’était pas comme lui de la Martinique, mais il était son parent et protégé comme lui par l’impératrice Joséphine, il venait d’être nommé auditeur au Conseil d’État.
–  Eh bien ! reprit-il, veux-tu que je te réconcilie avec ton adversaire ? Je me charge de lui faire entendre raison, sans qu’il en coûte à ton amour propre.
–  Non, répondit nettement Paul. J’y consentirais peut-être si je portais l’épaulette, mais je ne suis encore qu’un péquin ... Je ne peux pas reculer. Je me battrai.
–  Comme tu voudras. Je t’ai dit tout ce que j’avais à te dire et, s’il te mésarrive, je n’aurai rien à me reprocher.
« Maintenant, une question : sais-tu tenir une épée ?
–  C’est à moi que tu demandes cela ? Aux Antilles, mon cher, nous sommes tous de première force... c’est de naissance.
–  Bon ! mais tu avais seize ans quand tu es venu en France, pendant la paix d’Amiens, et je suppose que tu n’avais pas encore eu de duels.
–  J’en ai eu deux ! et à mon premier, j’ai touché trois fois un officier de marine qui s’était permis de me tirer les oreilles... On m’appelait là-bas Fo

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text