284 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Au village sans prétention... , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
284 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Languedoc, terre de savoir-vivre


Un village languedocien et sa place bordée de platanes semble nous accueillir, nous inviter...


Comme les trois mousquetaires, ils sont quatre, amis d’enfance qui ont inégalement bénéficié de leur passage par l’école communale et qui, au mitan de leur âge, se retrouvent quotidiennement pour des joutes tant oratoires que sportives. Parmi les villageois des personnalités émergentes s’immiscent dans leur jeu, les interpellent.


En cette deuxième moitié du XXème siècle, où les bruits de bottes s’éloignent, observons leurs faits et gestes, leurs vies plus ou moins sereines, leurs familles plus ou moins bancales, leurs amours plus ou moins avouables, leurs engagements plus ou moins compatibles, sous le soleil du midi et le souffle du mistral.


Une immersion et un hommage puissant au Sud. Touchant !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2020
Nombre de lectures 1
EAN13 9782381532721
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0067€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

En couverture : aquarelle d'Olivier CHAUVEAU
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Au village sans prétention… 1

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
La SAS 2C4L — NOMBRE7, ainsi que tous les prestataires de production participant à la réalisation de cet ouvrage ne sauraient être tenus pour responsables de quelque manière que ce soit, du contenu en général, de la portée du contenu du texte, ni de la teneur de certains propos en particulier, contenus dans cet ouvrage ni dans quelque ouvrage qu'ils produisent à la demande et pour le compte d'un auteur ou d'un éditeur tiers, qui en endosse la pleine et entière responsabilité.

Alain AVESQUE  
 
 
 
 
 
 
Au Village sans prétention…
 
 
 
 
 
 
 
 


 
 
 
 
 
 
À l’ami François DURAND, dit Pépos, amoureux du Mont Lozère
À qui je dois tant.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mes remerciements sincères à :
 
Hélène CADAUREILLE
Stéphanie MOTTIER-BONAFOS
Jean-Claude CABANIS
Olivier CHAUVEAU
René DOMERGUE
Jean-Paul ROUSSEL
 
Généalogie des quatre personnages principaux
par ordre d’entrée en scène.
 
Robert               Sabine ( épouse de Robert)
Quatre filles, de l’aînée à la plus jeune :
Lola               Lucie               Léa               Lise
Michel (fils de Lola)
 
Jacques               Sylvie (épouse de Jacques)
Une fille :        Mireille               Un fils : Ernest
 
Anselme               Victoire (épouse d’Anselme)
Une fille : Vic        Deux garçons : Léopold et Lucien
 
André (célibataire)
Marie (employée de maison chez André)
Pierre (époux de Marie)
Éva (fille de Marie)
 
 
NB : Marie est bien employée de maison chez André et non pas « bonne à tout faire » comme l’affirme un malotru.
 
 
 
 
 
 
 
 
Avertissement : Tous les personnages rencontrés au fil de cette fiction sont imaginaires (taquinons le pléonasme !).
 
 
 
 
 
 
 
« L'organisation spatiale de la Cité
Autorise et promeut la convivialité »
 
dit Urbain.
 
Aurions-nous l’outrecuidante témérité
De partout proscrire la singularité ?
1. Robert et Jacques. Magnifique ! MA GNI FIQUE !!!  Quand tu jettes bien le bouchon Robert, les boules y vont seules, lança Jacques.
Un ange vint à passer. 2 Quel cul ! Et les pare-chocs ! s’exclama Robert... Putain, si je passais au conseil 3 y en a bien quelques-unes que j’ accampègerais 4 dans les coins. 
Jacques et Robert faisaient fréquemment équipe et affrontaient régulièrement (ou pas) André et Anselme. Les deux A dont Robert se gaussait : « les deux ânes. »
Robert et Jacques s’étaient connus dans ce même village languedocien dont ils étaient natifs.
Son certificat d’études en poche, Robert avait rejoint l’exploitation agricole de son père et progressivement avait pris la relève. Doté d’un solide bon sens, il avait peu à peu agrandi la propriété qui était ainsi devenue l’une des plus importantes du village. Sabine, son épouse lui avait donné quatre filles qu’il aimait tendrement mais qui n’avaient pas réussi à compenser sa désillusion de ne pas avoir eu de garçon pour reprendre l’exploitation. Il espérait d’ailleurs que l’un de ses futurs gendres ferait le pas. Oouh ! Tu l’envoies cette boule ? On comprend qu’à la Cenecefe 5 les trains arrivent en retard ! Oouh, le fataliste tu la joues ?
Dans son jeune âge, Jacques, bon élève, avait été scolarisé en 6 ème à l’école pratique et au terme de ses études secondaires, il s’était présenté à plusieurs concours administratifs et avait été reçu à la SNCF où il avait appris le prestigieux métier de conducteur de locomotives. Initialement nommé à Avignon, il avait ensuite dû s’expatrier jusqu’à Marseille.
À l’âge de 28 ans, il y avait rencontré sa future épouse Sylvie, jolie brunette de 22 ans dont il était tombé follement amoureux. À l’adolescence, elle avait aidé sa grand-mère à vendre le poisson que le grand-père puis l’oncle de Sylvie péchaient dans « la grande bleue ».
Aussi l’avait-on affublée du surnom de « la poissonnière » ou plus rarement de « la bonne mère ». Vers l’âge de 40 ans, Jacques avait finalement obtenu une promotion qui lui avait permis non seulement de conduire les locomotives les plus perfectionnées qui l’amenaient régulièrement de Toulouse à Genève ou de Perpignan à Bruxelles et, cerise sur le gâteau, d’être nommé à Nîmes, sa patrie d’origine.
Flanquée de leurs deux enfants, Sylvie avait suivi tout en se morfondant d’avoir quitté le Vieux Port, la Canebière, la Bonne Mère, ses parents, sa famille. «  Ç a me rabote le moral de plus être chez moi » se plaignait-elle. Pour compenser ce désespoir elle grignotait toute la journée si bien que de 41 kg, son poids à 22 ans, elle frisait maintenant, à 49 ans, les 90 kg et de mauvaises langues pariaient même qu’elle atteindrait le quintal d’ici peu.
À 55 ans, Jacques était un fringuant retraité qui par un bel après-midi de pétanque, taquiné par Robert qui l’interpellait: «Jack, Jacky, Jacquot », s’était exclamé :  Mon prénom est Jacques. C’est d’ailleurs un prénom célèbre puisqu’il a été utilisé par Denis Diderot, le philosophe, qui a intitulé l’un de ses ouvrages : Jacques le fataliste et son maître. 
Sautant sur l’occasion, Robert avait déclaré : Ça, ça te va bien fatalitre !   FA TA LIS TE ! avait rectifié Jacques.  Soit, fataliste, comme tu veux ! 
C’est ainsi que Jacques était devenu « Le fataliste ». Non pas que Robert ait perçu clairement la signification du vocable mais ce terme lui paraissait suffisamment « compliqué » pour désigner cet ami qui lui paraissait passablement compliqué aussi.
Précisons que Jacques durant ses études avait dû subir la poigne de son professeur de français qui était craint par tous les élèves du lycée.
Il leur imposait la connaissance approfondie du fameux Lagarde et Michard et plus sensible à la poésie qu’à ses élèves, leur demandait d’apprendre chaque semaine tout ou partie d’un poème d’Arthur Rimbaud.
Jacques subissait sans prendre aucun plaisir à l’exercice, mais, au fil du temps et de ses réminiscences, il lui arrivait maintenant de citer quelques vers d’Arthur ce qui avait le don d’enflammer Robert qui en arrivait même à s’interroger sur la santé mentale de son ami.  Je crois qu’il devient complètement jobard.
Mais revenons à la partie de pétanque.
Anselme avait embouchonné et sa boule s’était dissimul&#

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text