220 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Amalou ou le côté obscur de la montagne , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
220 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Amalou ou le côté obscur de la montagne est un roman philosophique qui allie, sur le fond d'une tragédie sociale de grande ampleur, historique et politique, à travers des personnages attachants, la réflexion métaphysique sur la condition humaine et l'amour indéfectible de la justice et de la liberté.
quote testimonial

L'avis de l'équipe

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2024
Nombre de lectures 9
EAN13 9789931514534
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Amalou ou le côté obscur de la montagne
© Hîbr Édîtîons 2016. E-Maî : îbredîtîon@gmaî.com ïSBN : 978-9931-514-53-4 e Dépôt éga : 2 semestre 2016
Omar Smaïl
Amalou ou le côté obscur de la montagne
« a pensée est ’unîque spère où, tout éément étranger ayant dîsparu, ’esprît est absoument îbre auprès de uî-même. » Hege
1
îzegouîne-vîe est une de ces capîtaes qu’on a toujours du ma à sîtuer sur a mappemonde. Peut-être est-N’en cTercez nî a atîtude nî a ongîtude sur a carte. Sîtuez-a, ee partout et, pour cette raîson, n’est-ee nue part. à votre convenance, dans queque pays éoîgné du Tîers-Monde, quî, en accédant à ’îndépendance, avaît aît beaucoup de bruît. À Tîzegouîne, bîzarrement, on pare kabye. e pays tout entîer porte d’aîeurs e nom de Tîzegouîne, en rançaîs « es Maîsons », pour rappeer s’î en ut que e seu enracînement umaîn consîste dans ’abîtatîon. Queques oyers d’arabe dîaecta subsîstent îcî ou à, et e gouvernement prétend que pour préserver ’unîté de ’État, une seue angue, e berbère, une seue reîgîon, ’îsam, doîvent régner sur e terrîtoîre, tout aussî îndîvîsîbe que e reste, de a Répubîque Démocratîque et Popuaîre. On n’a pas e droît, dans ce pays, de reever a doube redondance de a réérence au peupe : sî ’on pouvaît être encore pus redondant, comme un enant prîs en Lagrant déît de mensonge ou e doîgt dans e pot de conIture ou de mîe, on trouveraît sans doute mîe autres quaîIcatîs quî vîendraîent augmenter e nom auguste de a Répubîque de toutes es anreuces verbaes quî en cacent a sîmpîcîté adamantîne. En ’occurrence, î aaît surtout convaîncre que ’abît répubîcaîn quî afubaît e régîme en pace, correspondaît bîen à a voonté générae comme à ’întérêt que cee-cî, par nature, est censée exprîmer. Maîs ’însîstance même à convaîncre, toutes es ressources de a rétorîque, pus Leurîes qu’un moîs d’avrî, ne répondaît-ee pas, dénégatîon têtue, à ’œî înquîsîteur de ’esprît îbéré des ourdes canes du despotîsme ? À trop vouoîr dîssîmuer a vérîté, envers et contre tout, on a uît et a stabîîté apparente n’est que ’envers d’un mouvement dévastateur.
5
Omar Nat adj vîvaît abîtueement avec sa amîe et travaîaît dans a vîe admînîstratîve, Oucanene, sîse à une cînquantaîne de kîomètres de Tîzegouîne-Vîe. Dès ’ïndépendance, ’îdée de « décongestîonner » a Capîtae en rassembant tous es servîces de ’État dans une vîe pérîpérîque, s’étaît împosée aux têtes pensantes du Partî Unîque, courroîe de transmîssîon de ’Éîte de a Natîon. Tîzegouîne-Vîe depuîs e début de a guerre de îbératîon, s’étaît agrandîe démesurément non pas en ogements neus, maîs en bîdonvîes de réugîés venus de toutes es partîes de Tîzegouîne pour uîr es afres de a guerre. a îbératîon ne îbéra pas seuement es prîsonnîers et e peupe, du système coonîa, ee ouvrît aussî a porte à tous es appétîts reoués ou endormîs sous ’efet de a peur ou du ressentîment : es ogements aîssés vîdes par es ancîens coons ou eurs descendants, absorbèrent une partîe des réugîés, încapabes de retourner à eur îeu de naîssance ; quant à ’autre partîe, a pus împortante, ee resta sur pace ou bîen se regroupa aîeurs sur es terres agrîcoes, où, aute de contrôe, e traIc d’înLuence permît, en toute îégaîté, de convertîr es camps es pus ertîes, en appartements et en vîas, à aîre pâîr es demeures es pus opuentes. Tous ces ancîens réugîés ne devînrent pas rîces, oîn s’en aut, maîs es pus débrouîards, ortune aîte, occupaîent e aut du pavé avec a compîcîté des onctîonnaîres et des responsabes en pace. Omar Nat adj gagnaît bîen sa vîe et en un sens î aîsaît même partîe du séraî. ï ne vouaît, cependant, jamaîs se compromettre dans es traIcs en tous genres que beaucoup d’autres, dans sa sîtuatîon de aut responsabe, n’auraîent pas dédaîgnés. Arrîvé ce matîn d’Oucanene à Tîzegouîne-Vîe, î ne se reposa pas ongtemps. a rumeur uî parvenaît jusque dans son appartement. ’agîtatîon, înabîtuee dans ce quartîer résîdentîe, a curîosîté d’en savoîr pus, e poussèrent à sortîr. À queques pas de cez uî, ’odeur de brûé commençaît à se répandre et eut pour efet de e aîre presser e pas. Un încendîe s’étaît décaré dans un pâté de maîsons voîsîn. ï n’eut qu’à suîvre e mouvement des badauds jusqu’au îeu du sînîstre.
6
à-bas, pendant que des groupes dîscutaîent âprement, des pompîers s’afaîraîent à éteîndre ’încendîe : — C’est pour qu’on ne trouve jamaîs trace des tîtres de proprîété qu’on a încendîé cette maîson. — Peu ! N’y a-t-î pas d’autres moyens de procéder pour supprîmer queques euîes de papîer ? — Tu ne comprends donc pas que cette maîson est ’arcîve où conLuent toutes es mémoîres du pays ? — Sî on a e bras assez ong, on trouve toujours a trace des arcîves aîeurs ! ï ne cercaît pas à se mêer à a conversatîon des badauds. Aussî, s’approcaît-î urtîvement et passaît-î d’un groupe à ’autre en se aîsant e moîns possîbe remarquer. Maîs voîcî que, de oîn, une vîeîe connaîssance ’înterpea : 1 — Sî -Omar !… Sî-Omar ! Omar scruta e Lot de curîeux d’où venaît ’appe. Adossé contre un Icus, Aî aîsaît de grands gestes en s’époumonant. Omar se dîrîgea vers uî : — Ne restons pas îcî, uî dît Aî, en baîssant e ton. ï y en a de pus en pus, e saîs-tu ? — Tu nous as aît repérer, à crîer sî ort, au îeu de venîr me rejoîndre comme sî de rîen n’étaît ! — Tu paîsantes ? Tout e monde nous connat îcî : e rîsque est aîeurs. Omar et Aî se connaîssaîent depuîs ongtemps. Géomètres de ormatîon et de métîer, îs ne travaîaîent certes pas dans es mêmes servîces admînîstratîs, maîs îs étaîent tous deux onctîonnaîres au Mînîstère du Terrîtoîre. Peu de coses de ce quî toucaît ’espace abîté de Tîzegouîne eur écappaît. À caque rectîIcatîon des pans, même aux conIns du pays, e tracé modîIcatî parvenaît au Mînîstère, pus précîsément au Bureau Centra des Cartes aux destînées duque présîdaît Omar Nat adj. Aî, quant à uî, étaît détacé auprès
1 Dîmînutî de « sîdî » quî sîgnîIe, au vocatî : monsîeur.
7
du Préet de Tîzegouîne-Vîe, a capîtae, et s’occupaît de ’aménagement urbaîn. Ses compétences étaîent pus restreîntes, certes, maîs comme î travaîaît à a capîtae de Tîzegouîne, î pouvaît acîement consuter tous es documents. eurs reatîons étaîent étroîtes, puîsque tout ce quî concernaît e terrîtoîre d’une préecture devaît, au moîns pour înormatîon, uî parvenîr. ’occasîon de renorcer ces reatîons proessîonnees en îens amîcaux eur ut donnée un jour de maî, deux ans auparavant, quand sur son bureau, parmî dîverses correspondances, Aî décaceta une ettre pus voumîneuse que es autres :
8
Sîmane Nat Ouaî, Représentant ou Amîne du vîage d’Amaou
À Amaou, e 15 maî 19…
Monsîeur e Préet de B.,
Je suîs cargé par tous es abîtants d’Amaou, après consutatîon des Sages, de ’onneur de vous exposer ce quî suît : des événements sont survenus dans notre vîage quî sembent déIer e bon sens et dont personne îcî ne s’expîque a nature. Avant d’en venîr aux aîts încrîmînés, je voudraîs vous aîre savoîr que nous nous sommes bîen adressés à a maîrîe, maîs n’ouvrant abîtueement qu’un jour par semaîne, cee-cî, par un âceux concours de cîrconstances est ermée depuîs un moîs : e maîre, nous dît-on, est maade et ’empoyé aux écrîtures, quî détestaît vîvre dans une contrée oubîée de Dîeu et des ommes a démîssîonné pour aer travaîer dans votre vîe ou aîeurs… ï y a bîen e téépone, maîs a îgne ne onctîonne pus depuîs que es poteaux des téécommunîcatîons ont dîsparu avec e I qu’îs étaîent censés porter à a poste et à a maîrîe. Et c’est, d’aîeurs, un pénomène dîgne de remarque, à y réLécîr ! a dîsparîtîon des poteaux tééponîques ut e premîer symptôme peut-être de ce quî aaît suîvre et nous rapper tous de consternatîon, même sî nous ’avîons mîs sur e compte de queque obscure maveîance ou sabotage, orsque cea arrîva. e transormateur éectrîque est aussî toucé et e vîage est en traîn de connatre une pongée, à caque dîsparîtîon du soeî, dans a nuît que n’écaîre que a umîère vacîante des bougîes, de ampes à pétroe, orsqu’on a a cance d’en avoîr ou de ampes à uîes împrovîsées ou qu’on est aé reprendre dans es ancîens îeux de cute consacrés aux 1 Gardîens du pays …
1 On appee aînsî es saînts et es esprîts protecteurs.
9
Maîs voîcî comment nous ûmes tous amenés à nous rendre à ’évîdence. Yîdîr Nat Ouaî est venu e matîn du 30 avrî, dès’aube, juste après a premîère oraîson rîtuee de a journée, rapper à ma porte. Cea uî arrîvaît souvent et je ’aîdaîs voontîers comme î ’auraît aît uî-même sî j’avaîs eu besoîn de uî. Nos deux amîes du reste sont proces par e sang et par des aîances quî durent encore aujourd’uî et je ne pouvaîs rîen uî reuser. — C’est toî, Yîdîr ? — Ouî, dît-î, queque peu essoulé. Je uî ouvrîs. e soeî quî n’aaît pas tarder à se ever uî conéraît un aîr guîndé : — Pare, e suppîaî-je ! Qu’est-î arrîvé ? — … — Entre à a maîson. — Non… Aons-nous-en ! ï aut aussî, ajouta-t-î, emmener e ceîk. ï est peut-être pus capabe de comprendre que nous tous réunîs. Je e suîvîs mî-înquîet mî-pîqué de curîosîté et e même manège se répéta cez e ceîk, au moment où e soeî commençaît à poîndre derrîère hamgout Bouzrou. ïnutîe de cercer à dîssîper e mystère épaîs dont Yîdîr cutîvaît savamment es arcanes et où se devînaît e désîr de se aîre vaoîr au détour d’une évîdence quî écate et quî vous obîge à uî céder e pas. En route, notre groupe s’étaît agrandî : Yîdîr vîsîbement avaît besoîn de témoîns pour garantîr à son évîdence a soennîté d’une grande cérémonîe. ï nous conduîsît aux conIns du vîage, par-deà a rîvîère. ’écurîe qu’î It construîre un an auparavant nous apparut sous a umîère du soeî, trembant du vertîge de a rosée. Devînant ma déceptîon ou mon împatîence, Yîdîr s’excama : — Aîe de ’endurance ! Dîeu est avec es patîents ! Nous arrîvâmes enIn à ’entrée de ’écurîe. — Ma paîre de bœus est à ’întérîeur, dît-î, maîs îs ne peuvent pus sortîr : a porte en une nuît est devenue anormaement étroîte et basse comme tout e reste… Tu e saîs, toî, dît-î en se tournant vers Sad, un de ses neveux quî venaît d’arrîver… Hîer tout étaît
10
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text