47 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

LES VENT DES RIVES , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
47 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Quel usage peut-on faire du monde?
Naviguer de rive en rive, serrer l’Autre dans ses bras et sur son cœur : être dans cette altérité grandissant au hasard des voyages et des continents qui séduisent et qui forment notre humanité. Initier la relation. Nourrir la rencontre. Féconder la terre. De la Bretagne à l’Égypte, du Maroc à l’Espagne, de l’Afrique du Nord au Québec, les identités se font et se défont. Rachel Bouvet donne le ton, trace une route d’eau, de terre et de mots. Elle emprunte au passage quelques figures de l’Orient et du monde arabe. Elle indique sa manière de cheminer dans ce vaste monde. Quelques questions essentielles surgissent : À quel territoire appartient-on aujourd’hui? Comment refuser cette géographie déchirée qui condamne à l’exclusion et au racisme? Quel héritage assumeront les enfants issus de ces pérégrinations?
Point de vue de l'autrice
C’est ainsi que ma vie s’est déroulée, d’une vague à l’autre, d’un pays à l’autre; elle a dérivé selon les courants, les vents et les humeurs. J’ai le sentiment d’avoir d’abord écrit la terre avec mes pas, en me laissant guider par une boussole intérieure.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 février 2014
Nombre de lectures 4
EAN13 9782897121945
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0550€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Rachel Bouvet
Le vent des rives
Chronique
Mise en page : Virginie Turcotte
Maquette de couverture : Étienne Bienvenu
Dépôt légal : 1 er trimestre 2014
© Éditions Mémoire d’encrier


Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Bouvet, Rachel, 1964-
Le vent des rives
(Collection Chronique)
ISBN 978-2-89712-193-8 (Papier)
ISBN 978-2-89712-195-2 (PDF)
ISBN 978-2-89712-194-5 (ePub)
1. Bouvet, Rachel, 1964- - Voyages - Méditerranée, Région de la. 2. Méditerranée, Région de la - Descriptions et voyages. I. Titre. II. Collection : Collection Chronique.
D973.B68 2014 909'.09822 C2014-940216-3


Nous reconnaissons l’aide financière du Gouvernement du Canada par l’entremise du Conseil des Arts du Canada et du Fonds du livre du Canada pour nos activités d’édition.

Nous reconnaissons également l’aide financière du Gouvernement du Québec par le Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres, Gestion Sodec, ainsi que le Conseil de Recherches en Sciences Humaines (CRSH).


Mémoire d’encrier
1260, rue Bélanger, bureau 201
Montréal, Québec,
H2S 1H9
Tél. : (514) 989-1491
Téléc. : (514) 928-9217
info@memoiredencrier.com
www.memoiredencrier.com


Réalisation du fichier ePub : Éditions Prise de parole
À mes enfants Karim et Yasmine
Prologue
Il m’arrive fréquemment de ressentir l’appel de l’ailleurs, d’être submergée par l’envie impérieuse de quitter l’endroit où je vis. Alors je pars, laissant mes pas me guider vers une nouvelle destination. Tant que le voyage n’est pas terminé, tant que je ne suis pas rendue à la dernière halte, le sens véritable du parcours m’échappe. La signification s’élabore peu à peu, étape après étape, au fur et à mesure que j’explore ce qui me lie au monde. C’est ainsi que ma vie s’est déroulée, d’une vague à l’autre, d’un pays à l’autre ; elle a dérivé selon les courants, les vents et les humeurs. J’ai le sentiment d’avoir d’abord écrit la terre avec mes pas, en me laissant guider par une boussole intérieure. À la longue, j’ai fini par comprendre que mes pérégrinations obéissaient au mouvement du ressac, m’ayant propulsée du nord au sud – de la Bretagne à l’Égypte –, puis de l’est à l’ouest – de l’Afrique du Nord au Québec. De nouvelles lignes, de nouvelles mailles, s’ajoutent au fil du temps, mais le besoin de réactiver les trajectoires familières se fait parfois pressant.
Après de longues années passées à Montréal, le désir de parcourir à nouveau l’espace méditerranéen s’est imposé. La tête penchée sur les cartes, j’ai succombé au charme envoûtant des toponymes, qui se sont enchaîné les uns aux autres jusqu’à former une boucle, comme les anneaux d’un collier. Les cartes ont toujours exercé sur moi une grande fascination. Pour arrêter de souffrir du clivage entre l’Occident et le monde arabe, j’ai suivi une route d’eau, de terre et de mots, et à force d’épier les échos entre les rives méditerranéennes, de laisser les chants andalous résonner et s’amplifier de jour en jour, j’ai récupéré les éléments premiers de ma géographie intime.
J’ai balisé une piste sur laquelle mes enfants pourront cheminer en assumant pleinement leur identité franco-égypto-québécoise. Cette triple appartenance ne leur a pas semblé lourde à porter jusqu’à maintenant, mais l’entrée dans l’âge adulte apporte parfois son lot de déchirements. La nouvelle génération de Québécois d’origine arabe a la vie dure ; les jeunes venus du Maghreb ou du Moyen-Orient rencontrent des difficultés d’intégration dans les sociétés occidentales ; les êtres frontaliers ont du mal à se faire une place dans un monde où le fossé se creuse chaque jour de plus en plus entre les rives de la Méditerranée, une faille qui s’étend depuis le détroit de Gibraltar jusqu’au golfe du Saint-Laurent. Il est urgent de réfléchir autrement qu’en fonction de l’affrontement idéologique, le mode de relation qui prévaut pour l’instant, si l’on veut que le monde soit vivable pour tout un chacun.
La lecture étant elle-même un voyage, je ne peux présumer de la route que suivront mes lecteurs. Je souhaite simplement qu’elle les conduise au bout d’eux-mêmes, dans ce territoire où les horizons s’ouvrent, riches de découvertes, et où, face à la beauté du monde, les tensions s’apaisent.
Traverser la mer Méditerranée
À l’origine de ce voyage se trouve le désir de traverser la mer Méditerranée. Les voyageurs d’avant n’avaient d’autre choix que de prendre le bateau pour aller de l’Europe vers l’Afrique ou le Proche-Orient – je les imagine arpentant les quais d’Alexandrie ou de Marseille avec un brin d’envie. Mes lectures méditerranéennes n’ont cessé de se multiplier ces derniers temps. J’ai fini par incorporer la mare nostrum , « notre mer » comme l’appelaient les Anciens, par en faire une mer intérieure dans tous les sens du mot, et il me tarde de la parcourir pour de bon. Toutes les fois où je l’ai survolée, je n’ai pu me départir de la déception d’être autant éloignée du niveau de la mer. Les voyages en avion permettent certes de réaliser le vieux rêve de voler, qui fascine l’être humain depuis l’aube des temps, mais ils se déroulent sur le mode de la rupture. Ce moment étrange où l’on se sent arraché au sol, le corps immobilisé par la ceinture, donne la sensation de se libérer de la pesanteur ; pourtant cela n’a pas grand-chose en commun avec l’envol harmonieux du goéland ou de la mouette rieuse. Quand on plane au-dessus de la mer, l’immensité marine se rapetisse aux dimensions d’une carte. L’ovale du hublot encadre le paysage et nous sépare irrémédiablement du dehors, que l’on ne peut humer, toucher, sentir. Le discours porté sur la Méditerranée a lui aussi tendance à réduire sa dimension maritime et à occulter ses réelles dimensions géographiques, ses brusques tempêtes, la flore et la faune vivant dans ses profondeurs.
J’ai approché la Méditerranée, j’ai eu la chance d’apprécier ses couleurs, sa houle, sa vastitude. À côté de la mer, je me sens dans mon élément. Les caps, les bruyères et les vents de l’Atlantique m’accompagnent partout, où que j’aille, car j’ai passé les vingt premières années de ma vie en Bretagne. L’appel du lointain s’est manifesté pour la première fois au bord de l’océan, à cause de toutes les heures passées à rêvasser assise dans les rochers, la tête farcie d’histoires de pêches et de naufrages, de villes englouties, de terre-neuvas en quête de morues, de bateaux voguant au loin, tandis que le vent fouette les cheveux et le visage tout en glissant dans le cerveau des idées de départ. À moins que ce ne soit les brasses dans l’eau salée, qui m’emportaient chaque fois un peu plus loin, la ligne d’horizon agissant comme un aimant auquel il devenait de jour en jour plus difficile de résister? Cet appel du lointain ne m’a jamais quittée.

Sur la carte, les itinéraires des ferrys dessinent de petites ellipses, accrochées à des ports marocains et espagnols qui se déclinent ainsi, d’est en ouest, du sud vers le nord :
Nador-Almeria Melilla-Almeria Melilla-Malaga Ceuta-Gibraltar Ceuta-Algésiras Tanger-Algésiras Tanger-Tarifa
Une litanie dans laquelle les noms se répondent de rive en rive, se renvoyant les échos d’une musique qui déjà m’ensorcelle. Pas besoin de chercher longtemps la clé pour enclencher mon parcours : le second anneau, « Melilla-Almeria », rappelle une traversée à la fois vécue et littéraire, celle de Hassan ibn Mohammed al-Zayyati, mieux connu au XVI e siècle sous le nom de Jean-Léon de Médicis ou encore de Léon l’Africain, dont Amin Maalouf a raconté les tribulations autour du bassin méditerranéen. L’appellerai-je Hassan, comme les Arabes, ou bien Léon, comme les Occidentaux? Pour un être à la croisée des chemins, plutôt opter pour une désignation à la croisée des noms : Hassan/Léon, les deux facettes réunies par l’oblique. Le trajet qu’il a effectué après avoir quitté Grenade, sa ville natale, pour s’exiler à Fès peut toujours se réaliser, en ferry plutôt qu’en simple fuste. La coïncidence est trop belle : je profiterai d’un colloque à Rabat pour remonter le cours de la vie du voyageur andalou comme on remonte un fleuve de l’embouchure vers la source, du Maroc vers l’Espagne.

Rabat, Fès, Melilla, Almeria, Grenade – où aller ensuite? La litanie des ferrys résonne encore, les yeux partent à la dérive sur la carte, j’ai de nouveau l’impression d’être guidée par une force impérieuse. Un autre anneau m’attire, irrésistible, celui qui relie Tanger à Algésiras : l’avant-dernière boucle du collier, la seconde en partant de l’ouest. Dans l’Antiquité, des dessins de sirènes ornaient les cartes géographiques, celles de la Méditerranée entre autres ; leur disparition n’est peut-être qu’un leurre, on dirait que leurs chants tissent toujours des toiles invisibles au-dessus des rochers, à l’image de ces lignes de rhumb qui quadrillaient les cartes à partir des roses des vents. Comment expliquer sinon cette fascination pour certains points de la carte? Tanger, c’est la ville internationale où ont résidé beaucoup d’artistes et d’écrivains, dont Paul Bowles ; c’est aussi le port situé au sud de l’isthme mythique où se mélangent les eaux méditerranéennes et atlantiques. Franchir le détroit de Gibraltar me fera traverser la mare nostrum une deuxième fois, boucler la boucle, relier deux rives qui me sont chères.
Géographie intime
C’est au gré des désirs et des parcours qu’une géographie intime se dessine et se déploie, on ne sait pas très bien ni pourquoi ni comment. À force de concevoir la géographie à l’aune du principe d’objectivité, d’outils de mesure, de conventions et de cartes précises et détaillées, on a fini par sous-estimer sa portée, par oublier que ce terme signifie étymologiquement « l’écriture de la terre ». Les émotions et les pensées colorent la géographie tout aussi sûrement que la forme des vallées ou des abers, ces échancrures par où la mer se glisse à l’intérieur des terres du Finistère. Chacun porte en soi une géographie intim

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text