213 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Corentin et le grimoire de Natula , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
213 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Depuis le malencontreux incident du portrait de son oncle Gaspard, Corentin était soucieux. Sans ce précieux sésame, aurait-il encore une chance de retourner un jour au Royaume des Ombres ?


À la recherche d'indices pouvant le mettre sur la piste d'un nouveau tableau, il découvre un petit carnet où sont consignées des adresses. Il prend alors contact avec une lointaine parente de la famille Canivet, qui, par chance, possède encore une peinture de son ancêtre...


Aidé par le Royaume des Ombres qui lui confie de nouveaux pouvoirs et une nouvelle mission, Corentin part donc à l'aventure au Canada sur la piste du peuple indien et de ses légendes enivrantes.


Le jeune garçon y croisera Kalua, qui lui demande son aide afin que son fils puisse enfin trouver la paix, et Natula, le gardien du grimoire aux prises avec le Royaume des Sombres.


Comment affrontera-t-il ces nouveaux problèmes ? Le mystère reste entier au sein des grands espaces verdoyants du Québec...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 décembre 2014
Nombre de lectures 18
EAN13 9782368450833
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

© 2014 – IS Edition
Marseille Innovation. 37 rue Guibal
13003 MARSEILLE
www.is-edition.com

ISBN (Livre) : 978-2-36845-082-6
ISBN (Ebooks) : 978-2-36845-083-3

Direction d'ouvrage : Marina Di Pauli
Responsable du Comité de lecture : Pascale Averty
Illustrations de couverture :
© Dmitrijs Bindemanis – Crop – Joshua Kahle

Collection « Asiclarow »
Directeur : Harald Bénoliel
Retrouvez toutes nos actualités sur les réseaux sociaux :

Facebook.com/isedition
Twitter.com/is_edition
Google.com/+is-edition
Résumé
Depuis le malencontreux incident du portrait de son oncle Gaspard, Corentin était soucieux. Sans ce précieux sésame, aurait-il encore une chance de retourner un jour au Royaume des Ombres ?
À la recherche d'indices pouvant le mettre sur la piste d'un nouveau tableau, il découvre un petit carnet où sont consignées des adresses. Il prend alors contact avec une lointaine parente de la famille Canivet, qui, par chance, possède encore une peinture de son ancêtre...
Aidé par le Royaume des Ombres qui lui confie de nouveaux pouvoirs et une nouvelle mission, Corentin part donc à l'aventure au Canada sur la piste du peuple indien et de ses légendes enivrantes.
Le jeune garçon y croisera Kalua, qui lui demande son aide afin que son fils puisse enfin trouver la paix, et Natula, le gardien du grimoire aux prises avec le Royaume des Sombres.
Comment affrontera-t-il ces nouveaux problèmes ? Le mystère reste entier au sein des grands espaces verdoyants du Québec…
I – Un portrait d'ombre et de lumière
Depuis l’accident du portrait de Gaspard, le dessus de la cheminée de la maison des Canivet était resté vide. Seul un vase ancien garni de grandes fleurs en soie était venu combler l’espace. Corentin avait exploré le rebord de la cheminée et y avait découvert cet intrus. Pour lui, cette place était celle de son ancêtre et nul n’avait le droit de s’approprier les lieux. Il n’était pas rare, Martine ayant le dos tourné, que le jeune garçon déplace le bouquet afin de laisser le champ libre au vieil oncle qui, selon lui, aurait ainsi pu revenir quand il le désirait.
Jean-Christophe avait déjà surpris son fils à plusieurs reprises. Corentin descendait de plus en plus fréquemment au salon – et ce, à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit – pour s’asseoir face à la cheminée et soupirer longuement. Il se rendait compte du mal-être de l’enfant et s’interrogeait sur le fondement de ce dernier. Il reparlait fréquemment du portrait de Gaspard et de cette malencontreuse étincelle qui l’avait réduit en cendres.
Corentin était soucieux. Il se demandait s’il aurait encore la chance de retourner un jour au Royaume des Ombres ou si cet incident lui en avait définitivement fermé l’accès. Mille questions l’assaillaient et il n’y trouvait aucune réponse. L’oncle Gaspard n’était pas réapparu et le jeune garçon trouvait le temps extrêmement long.
Il s’était exercé à maintes reprises afin de ne pas perdre ses enseignements, mais plus rien ne fonctionnait. Il fallait se rendre à l’évidence : tout était perdu. Il était de nouveau dans le noir le plus total et cela le rendait très triste.

Joséphine arriva un matin, le sourire aux lèvres, afin d’emmener son ami en promenade. D’humeur maussade, Corentin n’avait pas l’air décidé.
Mais que t’arrive-t-il, Co ? Tu ne me réponds plus au téléphone, tu ne me parles plus et quand je viens, tu m’ignores ! Que t’ai-je donc fait ? Explique-moi… De toute façon, je ne partirai pas avant d’avoir obtenu une réponse et je t’en prie, ne me raconte pas de salades !
Corentin, caché derrière ses lunettes noires et un sourire forcé, ne dit mot.
Il fixait inlassablement le dessus de la cheminée et se terrait dans un mutisme incompréhensible. La jeune fille avait de la peine en voyant son confident dans un tel état. Elle alla s’asseoir près de lui et se mit à fixer elle aussi le mur face à elle. Soudain, comme un éclair, elle eut une révélation.
J’ai compris ! lança-t-elle ravie.
Qu’as-tu compris, Jo ? Tu ne peux pas lire dans mes pensées, tu ne sais pas, répondit Corentin tristement.
Ce dernier oubliait sans doute que la jeune demoiselle le connaissait sur le bout des doigts et que s’ils étaient amis, c’est qu’ils se connaissaient parfaitement.
Joséphine s’approcha de l’oreille de son ami et lui murmura le prénom de Gaspard.
Corentin frémit et laissa échapper une larme avant de la prendre par la main et de l’emmener loin des oreilles indiscrètes. À l’abri des regards, il lui confia ses angoisses et ses doutes concernant l’incident. Il craignait fort de ne plus jamais revoir ses ancêtres et l’idée de se retrouver à nouveau dans le noir total l’effrayait un peu. La jeune fille essaya de le réconforter tout en l’aidant à chercher des solutions. Avait-il tenté les miroirs ? Avait-il essayé de parler à la statue de Noélie pour lui exposer le problème ? Se sentait-il coupable de quelque chose ? Ils devaient explorer toutes les pistes afin de renouer le lien, ce fil invisible qui avait été rompu par le feu. Les flammes seraient-elles des éléments néfastes, des ennemis du Royaume des Ombres ?
Ils ne seraient pas trop de deux pour élucider ce mystère. En premier lieu, Joséphine insista pour faire comprendre à son ami qu’il s’agissait d’un simple accident et qu’il ne devait pas s’en rendre responsable. Même Monsieur Canivet n’y était pour rien. La fatalité, le destin incontrôlable. Cependant, Corentin ne pouvait s’empêcher de penser qu’il s’agissait de forces extérieures, sans doute hostiles au Royaume des Ombres. Il s’interrogeait sur la possible existence d’un second Royaume peuplé d’ondes négatives, un Royaume où les âmes des méchants erreraient parce que personne ne les aimait… Seul Gaspard aurait pu lui répondre.
Écoute, si rien ne fonctionne depuis la disparition du tableau de Gaspard, il suffit peut-être qu’on retrouve un portrait de lui pour reprendre contact, dit Joséphine.
Bien sûr, j’y ai songé. Malheureusement, un portrait de famille, ça ne se trouve pas si facilement. Il faudrait que l’on fouille un peu dans les papiers de mon arrière-grand-père… Quand ma famille est venue s’installer ici, avant ma naissance, mes parents ont tout mis au grenier. C’est ma mère qui me l’a dit quand j’étais petit. Il paraît qu’il y avait plein de vieux papiers. C’est là que nous devons d’abord chercher selon moi.
Et puis, même si je me souviens bien de la tête de Gaspard, pour ne pas me tromper et aussi pour nous aider, j’ai encore celle que j’avais trouvée sur internet quand tu étais dans le coma. Mais que va-t-on dire à tes parents pour aller au grenier ?
Je m’en charge, ne t’en fais pas.
C’est le cœur plus léger que Corentin dévala le grand escalier, suivi de sa fidèle Joséphine. Dans le hall, ils saluèrent poliment la statue de Noélie, lui promettant à voix basse de la retrouver prochainement et lui demandant de passer le message au Royaume des Ombres. Ils seraient bientôt de retour !
Dans la cuisine, Martine essayait une nouvelle recette de bavarois aux fraises. Un délicat parfum sucré émanait du four. La jeune femme fut agréablement surprise de revoir son fils le sourire aux lèvres.
Quel plaisir, mon grand, de te voir sourire à nouveau ! Dois-je remercier Joséphine ?
Un air moqueur sur le visage, le jeune garçon acquiesça de la tête avant de se lancer à l’assaut du grenier.
Tu vois maman, je vais mieux et Joséphine vient de me proposer de participer au vide-grenier qui aura lieu dans deux semaines dans notre rue.
Quelle bonne idée ! Notre grenier regorge sans doute de trésors que tu pourrais vendre. Malheureusement, je n’ai pas le temps de m’en occuper, ce sera pour une prochaine fois.
Joséphine ne perdant pas de vue l’importance capitale que revêtait l’investigation du grenier des Canivet, elle proposa de s’en charger avec Corentin.
Après quelques négociations et concessions, comme de tout nettoyer eux-mêmes, de ne rien déranger et de ne pas trop faire de casse, les deux enfants se précipitèrent à l’étage, au fond du couloir. Une trappe, formée de deux battants somme toute assez lourds, se trouvait au-dessus de leur tête. Joséphine attrapa une chaise et y grimpa afin de déplier un petit escalier qui les emmènerait sans doute vers certaines clefs de leur trésor. Elle eut beaucoup de peine à soulever la première porte de bois, qui devait être recouverte d’une tonne de poussière. Corentin, resté au bas des marches, sursauta lorsque cette dernière retomba lourdement sur le plancher pour laisser libre accès à cette pièce oubliée. Joséphine, assaillie par un petit nuage de poussière, se mit à tousser. Ce qu’elle découvrit l’émerveilla.
Jo, ça va ? Tu n’as rien dis-moi ?
Non, ça va,

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text