144 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Baskets : Récits de voyage , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
144 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Mémoire d'encrier réédite l'oeuvre de Jean-Claude Charles. Sont déjà parus: Négociations (poèmes), Manhattan blues (roman), Bamboola bamboche (roman), De si jolies petites plages (chronique), Le corps noir (essai), Sainte dérive des cochons (roman).
Quel usage faire du monde ? Jean-Claude Charles, errant aux pieds poudrés, propose dans ses récits de voyage un monde sans visa où la liberté de circuler et d’imaginer est le seul guide. Éloge du vagabondage, de l’errance et de la lecture.
« Comment se balader… sans donner des nouvelles de l’état du monde, petits romans, petits portraits, choses vues et entendues, traversées d’histoires, se balader n’importe où, le nez en l’air, renifler l’air du temps […] prendre le pouls d’une humanité qui se débat, mesurer des climats, engranger des fictions minuscules… »
Port-au-Prince  –  Je me réveille dans une ville bruyante. Chaleur et poussière. Mes premières impressions ? Quatre images. Au pied de la passerelle de l’avion : la jeune fille en jeans et T-shirt blanc portant l’inscription en lettre bleu et rouge : « Haïti libérée ». La foule, brandissant des drapeaux, venue, m’a-t-on dit, empêcher le départ du chef de la police secrète de l’ancien régime. Le gros registre consulté longuement par l’officier d’immigration, une jeune femme courtoise qui a fini par me délivrer un permis de séjour. Et, une fois dehors, après un simulacre de contrôle douanier par un soldat distrait, cette question d’un manifestant : « Depuis quand étiez-vous à l’étranger ? » À ma réponse, il s’est retourné, a répété en criant : « 16 ans ! » Les gens ont applaudi.
table des matières
Remerciements
Préface de Alba Pessini
Rentrer au pays ou se réjouir de loin
19-03-1986
Haïti ou la « bamboche démocratique » 22-03-1986
Returning home
24-04-1986
Bic et Barthes et Colegram
04-12-1987
L’Amérique, Chester Himes aux Baskets S.d.
Las Vegas ou la mise à mort
11-10-1986
Death Valley, tombeau des chercheurs d’or 25-10-1986
Californie : vers l’Ouest, l’océan
15-10-1986
Américains, mais encore noirs
10-01-1987
Le jour où King fut assassiné
10-01-1987
La colère pourpre
10-01-1987
San Francisco tremblez pour eux !
07-02-1987
Jour d’été à Long Island
04-07-1987
D’autres nouvelles du Paris-Dakar
23-01-1988
Yamoussoukro, village-capitale d’un président 05-09-1987
Désert en crue
14-11-1987
Loin d’Abidjan une nuit chez le roi de Bettié 23-07-1988
Burkina Faso, un pays à visiter, pas à vendre 27-08-1988
Mort de l’écrivain C.-L.-R. James
05-06-1989
Carnets berlinois
28-01-1989
Le blues au long cours
24-11-1990
Cotton blues
12-01-1991
Vers la Louisiane
16-03-1991
Les tatiphiles
21-03-1992
Une semaine d’Harlem
27-04-1991
Le retour en Haïti de Jean-Claude Charles
07-02-1991
Les eaux de la mer
15-02-1992
Azincourt « Agincourt »
14-04-1992
Coup d’œil en terrasse
22-08-1992
Coups d’œil américains. Miami, le crime ne paie plus
23-05-1992
Voyage. Le Brésil, de Recife à São Paulo
27-06-1992
Jour de blues à New York
14-11-1992
Retour en Haïti
05-06-1993
Formes signé MOMA
09-10-1993
Paris, New York, Haïti, corps et âme 04-08-1995
Retour en Floride
Notes et commentaires de Alba Pessini

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 mars 2018
Nombre de lectures 16
EAN13 9782897125516
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Jean-Claude Charles
baskets
récits de voyage
Édition coordonnée par Alba Pessini
MÉMOIRE D’ENCRIER
Mémoire d’encrier reconnaît l’aide financière du Gouvernement du Canada par l’entremise du Conseil des Arts du Canada, du Fonds du livre du Canada et du Gouvernement du Québec par le Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres, Gestion Sodec.
Dépôt légal : 1 er trimestre 2018 © 2018 Éditions Mémoire d’encrier inc. Tous droits réservés
ISBN 978-2-89712-550-9 (Papier) ISBN 978-2-89712-552-3 (PDF) ISBN 978-2-89712-551-6 (ePub) PQ3949.2.C4A6 2018 848’.914 C2018-940007-2 Prise de texte : Cécile Duvelle Mise en page : Virginie Turcotte Couverture : Étienne Bienvenu
MÉMOIRE D’ENCRIER
1260, rue Bélanger, bur. 201, • Montréal • Québec • H2S 1H9 Tél. : 514 989 1491 info@memoiredencrier.com • www.memoiredencrier.com
Fabrication du ePub : Stéphane Cormier
du même auteur chez mémoire d’encrier
Le corps noir (essai), 2017.
De si jolies petites plages (chronique), 2016.
Bamboola bamboche (roman), 2016.
Manhattan blues (roman), 2015.
Négociations (poésie), 2015.
remerciements
Mémoire d’encrier entreprend la réédition des œuvres de l’écrivain Jean-Claude Charles. Un grand merci à Elvire Duvelle-Charles et à Martin Munro de Winthrop-King Institute for Contemporary French and Francophone Studies pour leur collaboration.
préface
Jean-Claude Charles nous invite à chausser une paire de baskets, à glisser nos empreintes dans celles que laissent ses pas. Il nous conduit au sein d’un périple minutieusement organisé. Des États-Unis au Brésil, de Miami à New York, de Paris à Haïti, de Berlin à San Francisco, en passant par la Côte d’Ivoire et le Maroc, le parcours n’est pas linéaire. Il implique des allers et des retours, on revient sur certains lieux, car une seule étape ne suffit pas pour tout dire, pour tout voir, pour bien raconter. Charles est animé par le désir de dresser un état des lieux du monde, entre 1986 et 1996. Une idée maîtresse le guide : le souci constant d’être perméable, à l’écoute de ce qui l’entoure, en respectant les équilibres et les nuances. « Comment se balader ici sans donner des nouvelles de l’état du monde, petits romans, petits portraits, choses vues et entendues, traversées d’histoires, se balader n’importe où, le nez en l’air, renifler l’air du temps de Harlem, prendre le pouls d’une humanité qui se débat, mesurer des climats, engranger des fictions minuscules, comment dire Harlem sans dire trop de bêtises? »
Pour raconter, il faut inlassablement marcher – chaussures confortables de rigueur –, fouler le sol, qu’il soit de bitume, dans les grandes métropoles, ou de sable, celui des déserts américains ou africains, mais aussi observer et se laisser traverser par les êtres et par les paysages : « Je m’imprègne tout doucement des choses, des lieux, des gens, d’un pays que je connais parfois, que je découvre souvent » (p. 20).
Descriptions, rencontres, portraits, conversations, interviews concourent à cerner l’identité d’un pays ou d’une ville. Charles laisse la parole à ceux qui vivent à Harlem, à Brasilia, à Azincourt, au Burkina Faso, les serveuses des cafés, de modestes travailleurs, les immigrés haïtiens qui peuplent New York, des anonymes, parfois ceux qui font l’Histoire, un compagnon de Martin Luther King, Don Elder Camara. Les portraits sont brièvement croqués, quelques mots suffisent à dessiner une silhouette, une personnalité. Il déniche les témoignages les plus révélateurs. Tous les sens sont sollicités et révèlent une sensibilité à fleur de peau : la vue, bien sûr, mais aussi le goût. L’ambiance est restituée avec notamment les saveurs, les plats, les boissons. Charles sait aussi lever les musiques sous ses pas, celles qui animent les fêtes du continent africain, qu’il découvre, et celle qu’il connaît bien, comme le blues, dont il n’a de cesse de traquer les origines et les occurrences.
Nous pouvons imaginer que Jean-Claude Charles a dû souvent se demander quelle anecdote, interview, paysage privilégier. Quoi choisir dans le matériau brut des notes et carnets noircis sur le vif. Nous ne saurons jamais ce qui a été sacrifié et pourquoi. Nous avons, par contre, la réponse à une autre question fondamentale que l’écrivain Charles s’est évidemment posée : comment raconter? Quelle forme donner aux récits des déplacements, des rencontres, des étonnements, des surprises et des déceptions? La lecture de Baskets permet de découvrir un style ciselé, épuré, constamment à la recherche de l’essentiel, qui procède par petites touches et met en place une esthétique du fragment. Jean-Claude Charles propose ici un texte mosaïque, à l’image d’un monde diffracté. Chacun aura le loisir de reconstruire et de remodeler à sa manière ce monde.
Alba Pessini
rentrer au pays ou se réjouir de loin…
Écrivain haïtien installé en France depuis une quinzaine d’années, Jean-Claude Charles, après la chute de la dynastie Duvalier, a voulu revoir son pays. En route, il s’est arrêté à New York et à Miami, où sont établies de fortes communautés d’émigrés haïtiens et où il a lui-même vécu.

New York. – Nous sommes environ deux mille, tassés dans la nef centrale de la cathédrale St. Patrick, à Manhattan. Ceux qui se préparent à partir et ceux qui vont rester. Ceux qui croient que quelque chose a changé et ceux qui n’y croient pas. Beaucoup sont pourvus d’un petit fanion bleu et rouge, les couleurs de l’indépendance en 1804, que le drapeau national vient de reprendre et qu’ils agitent au-dessus de leur tête. On est venu prier « pour la libération totale d’Haïti ». Les dix prêtres et les six diacres haïtiens qui ont pris l’initiative de cette messe d’Action de grâces tiennent à cette formulation. Le père William Smarth prononce en créole un sermon incendiaire : « Que l’administration Reagan prenne garde de ne pas s’ingérer dans les affaires haïtiennes! » Mouvement de drapeaux et applaudissements. Les répliques fusent dans la maison du Seigneur. S’exprimant en français, le cardinal John O’Connor, archevêque de New York, joue le jeu : « La justice est le premier devoir de tout gouvernement. » Succès assuré.
Marc Bazin, ex-ministre des Finances de « Bébé Doc », l’homme donné comme le mieux placé pour remporter les futures élections, est là. Ce quinquagénaire sportif semble effectivement bénéficier d’une forte cote d’amour. Dans la voiture qui nous mène à son hôtel, Bazin évoque « le sentiment antiaméricain très fort dans la communauté ». Il ajoute : « Mais ce sont des gens très pragmatiques. » « Un peuple qui vit dans les normes. »

une aide au retour
« Les enfants scolarisés en anglais posent un vrai problème », me dit William Smarth. Nous sommes dans la maison des prêtres haïtiens de Brooklyn, les Haitians Fathers , à Crown Heights, un de ces quartiers de brique sombre et de chaussées défoncées dont cette ville a le secret, non loin de Prospect Park. La dernière fois que j’y suis venu, il y a quatre ans, les gens se plaignaient des gangs de gamins et certains déménageaient vers East New York. Maintenant, la tendance est au retour. Y compris pour les Blancs, chassés par les loyers élevés de Long Island.
Les Haitians Fathers sont une véritable institution. Vieille de quinze ans. À mi-chemin entre une action pastorale classique et un travail communautaire au ras du quotidien (contre le chômage, aide d’urgence, problèmes sociaux en général). L’intervention politique est constante, notamment à propos des droits de l’homme et des réfugiés. Attitude que le père Smarth oppose à celle de « l’Église américaine qui voudrait enfermer les gens dans la prière ». Originaire de Cavaillon, ville du sud d’Haïti, mon interlocuteur est lui-même une institution dans l’institution. C’est la banque de données qu’on vient consulter pour tout ce qui concerne les Haïtiens à New York. Le service américain de l’immigration l’a même appelé pour lui poser, en l’absence de statistiques exactes, la question fondamentale : « Combien sont-ils? » « 400 000 », estime William Smarth, l’œil malicieux derrière ses lunettes à monture d’écaille. « Il faut tenir compte des nombreux sans-papiers ».
New York est donc la deuxième ville haïtienne du monde, après Port-au-Prince qui compte aujourd’hui un million d’habitants, autant que toute la diaspora. L’immigration s’est développée à la fin des années 1950, avec les premiers effets de l’arrivée au pouvoir de François Duvalier, puis s’est accélérée vers 1971, après l’accession à la présidence à vie de Jean-Claude Duvalier.
Vont-ils retourner chez eux? Tout porte à croire que ce ne sera pas le cas. Les anciens immigrants, naturalisés ou résidents, sont relativement bien intégrés dans la société américaine. Ils ont du travail, vivent bien et, même s’ils continuent à avoir des liens privilégiés avec leur pays d’origine, ils ne sont pas prêts à faire un saut dans l’inconnu. Les immigrés récents, quant à eux, en particulier les 50 000 à 60 000 réfugiés qui avaient fait une demande d’asile, ont souvent été dépouillés de leurs biens par les tontons macoutes .
« Contre ces réfugiés, le service américain de l’immigration pourrait faire valoir qu’ils ne sont plus persécutés, remarque le Père Smarth. Voire envisager une aide au retour à la française. Encore faut-il examiner dans quelles conditions. Tenir compte des cas spécifiques. Surtout pas de décision générale. Et ne pas perdre de vue que les bases matérielles pour une réinsertion n’existent pas en Haïti. »
Plus délicat est le problème des enfants. Haïtiano-américains de fait, au regard de l’administration, quel que soit le statut de leurs parents, ils se sont adaptés avec une étonnante facilité. Les arracher à ce qui, pour eux, n’est pas véritablement un exil est malaisé. Les garder ici l’est tout autant. Un vrai casse-tête.
À l’enseigne du Haitian Corner , à l’angle de la 84 e West Street et d’Amsterdam Avenue, coincé entre une pizzeria et un magasin de « Delicatessen », se tient le libraire de la communauté, Jacques Moringlane. Le département de

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text