86 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Je suis la fille du baobab brûlé , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
86 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Je suis la fille du baobab brûlé métisse voix, routes et identités. D’un bout à l’autre, résonne d’une coulée cette parole libérée des miroirs et des compromis. La fille du baobab cherche son visage, son corps et son chemin dans le déferlement d’une écriture sans concession.
J’ai des allumettes sous ma culotte
Le ciel est trop grand pour les mathématiques
Je marche avec mes rêves en bandoulière
J’ai brûlé les arbres du ciel
J’ai brisé les tables de la loi
Je suis impie et belle
Dans la convulsion du songe
Ma disgrâce n’a pas de port

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 29 septembre 2015
Nombre de lectures 10
EAN13 9782897123499
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0424€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Rodney Saint-Éloi
Je suis la fille du baobab brûlé
Mémoire d’encrier reconnaît l’aide financière du Gouvernement du Canada par l’entremise du Conseil des Arts du Canada, du Fonds du livre du Canada et du Gouvernement du Québec par le Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres, Gestion Sodec.

Mise en page : Claude Bergeron Couverture : Étienne Bienvenu Dépôt légal : 3 e trimestre 2015 © Éditions Mémoire d’encrier

ISBN 978-2-89712-348-2 (Papier) ISBN 978-2-89712-350-5 (PDF) ISBN 978-2-89712-349-9 (ePub) PS8587.A288J4 2015 C841’.54 C2015-941833-X PS9587.A288J4 2015

Mémoire d’encrier • 1260, rue Bélanger, bur. 201 Montréal • Québec • H2S 1H9 Tél. : 514 989 1491 • Téléc. : 514 928 9217 info@memoiredencrier.com • www.memoiredencrier.com

Fabrication du ePub : Stéphane Cormier
À Bertha
Je suis celle qui porte les fleurs à sa tombe
Je suis la fille de Satan
Je suis la fille de cette nuit ensorcelée
La fille de ma conscience
Mon ami c'est moi-même
Je suis plus ancienne que les gens
Je suis le vin de mes veines
Je suis celle qui porte les fleurs à sa tombe
Et elle pleure de la dureté du poème
Au dessus de ma vie se construisent les palais
Ils se complaisent dans mon sang
Et les anémones sont les sœurs du bien-être
De mon champ sont arrachés mes exils
Daed Haddad
Prologue
Je suis la fille du baobab brûlé . Ceci n’est pas un poème. L’arbre cherche son visage. Je suis à la fois la fille, l’arbre et la route. J’accompagne celle qui offre à la nuit sa fable et ses entrailles. Je voudrais aller jusqu’au bout sans connaître le chemin. Je trébuche, dérive et délire. Qu’importe. Un oiseau bat le tambour dans ma tête, une sorcière parle par ma bouche, ou un amour chagrin me tourmente. Tempête je m’appelle tourbillon. Je ratisse les ombres. J’ai rendez-vous avec la première étoile qui tombe. Mon ventre accouche des histoires qui recommencent à l’infini. Il y a toujours une vie à faire ou à refaire. On ne sait rien de ce qui ronge ou exalte. Je scelle mon alliance avec l’exil et la folie. Je suis la fille du baobab brûlé . Pour recouvrer mon visage je dois confier mes secrets aux vents. Je ne connais ni l’appétit ni la prison de ce qu’on appelle vivre. Laissez-moi marcher à l’intérieur des songes. Je pleure pour me rappeler que j’existe et que j’aime. Je ris trop fort, parle jusqu’à épuisement touche les horizons avec la patience de la bergère et l’angoisse des marins. Je suis belle, flamboyante et insolente. J’ai dans une main le soleil et dans l’autre la terre. C’est ma manière de guetter l’éternité. J’ai des seins qui rient de la mort. Je suis la fille du baobab brûlé . Je quête parole d’aube. Je hurle. Je divague. Je swingue. N’écoutez pas cette voix multiple. C’est mon âme qui craque. Le poème ou ce qui reste de mon identité demeure une vérité empêchée. Consumée . Je suis la fille du baobab brûlé.
Je suis la fille du baobab brûlé
Ceci est mon nom d’aube
Je ne suis ni Marie ni Altagrâce
Je n’aime pas le destin des vierges
Ni leur visage gravé dans le bois de tilleul
Elle murmure de sa claire voix
Je suis la fille du baobab brûlé
J’ai rendez-vous avec le soleil
Le ciel bat les ténèbres
Les horizons sont fatigués
Le cœur pointe le jour
Dans la poussière d’or
Je ne suis pas morte
La mort m’atteindra au cœur gauche
Quand j’aurai donné au temps mon sang
Je ferme les yeux pour dormir
Je ferme les yeux pour pleurer
Je suis la fille du baobab
Qu’une étoile insoumise
A enfantée sur une terre d’épices
Je n’ai pas d’identité certifiée
Je ne suis pas l’étrangère
Je ne suis pas l’ennemie
Les pays me divisent en sept nations
Je ne sais rien de mon visage
Les miroirs ne se retournent pas sur mon passage
Elle jette son corps sur le sable blanc
Elle suit la gazelle qui lèche sa peau
Quatre directions l’horizon
Le cœur bat fragile
À chacun ses navires de papier
Ses ciels aux trompettes bleues
Et ses comptes en souffrance
Le temps des promesses d’amour
La grossesse des vents d’est
La détresse des mers frappées
Le suicide des abeilles au printemps
Les arbres s’effeuillent aux sept forêts
Des barques de légendes s’enflamment
Qui suis-je que je ne sais pas
Quelle coïncidence ce message d’erreur
Je dis je quand vient l’orage
Je dis je quand la mer est mauvaise
Je suis la fille du baobab brûlé
Je vends à crédit mes légendes
Dans ce poème barbare
Est-il une question capable de me défier
D’expliquer les traits de mon visage
Ou d’épiloguer sur mes parties génitales
J’envisage toute chose simple
La leçon de l’évidence
Les rituels du quotidien
L’histoire des vaincus
Les mauvaises langues m’accusent
De coucher avec mes ombres
Le juge me conduira au bagne quand je me déclarerai
La corde à linge des pendus des veufs des désespérés
Ma danse vous semble-t-elle anarchique
En quelle saison pousse la fleur de l’intrépidité
Quelle est la rivière qui me conta l’automne
L’histoire de mes ancêtres
C’est l’hiver et l’hiver
J’écris de la main gauche
Là où naissent les étoiles
L’oxygène souffle les voiles du poème
Réduit la distance entre mes fantômes
Je me rassemble pour me ressembler
Je raconte ma vie au hasard des trottoirs
Et les terres d’ébène aux chalands d’Abyssinie
J’écris de la main gauche
Pour que l’orage engrosse les mots
Pour que les esprits lavent ma tête
Ces voix en moi battent leurs tambours

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents
Alternate Text